Tous les messages créés par N_75

ced a écrit :
De retour de mon premier bivouac en SRN, à la Croix du Lautaret au sud des hauts plateaux.

Et bien, pour une première tu as fait fort !
Content de voir que ton retour aux raquettes n'était qu'une farce…parce que faut bien avouer que tourner dans ces coins isolés en raquettes relève du chemin de "Croix".
Je rêve de dévaler en SRN le vallon au sud qui s'appelle le Marichaume …
Vivement la suite…

oups !…il suffit de demander, et la suite arrive à côté !!!
Modifié il y a 5 ans
forez a écrit :
En toile de fond, la pente est du Mont Thiallier, toute immaculée, semblait sortir d’un rêve, loin de cette agitation « touristique »… On était vraiment dans la société de consommation … :-? à regretter presque la solitude du brouillard. Mais heureusement, comme au bord de mer, la foule se tient au même endroit ou presque, donc il suffit de s’écarter un peu et de respirer … :-)

C'est tout à fait ce à quoi je pensais quand des rochers qui parsèment les pentes sud du Mont Thiallier, je voyais les parachutes aux couleurs bigarrées qui tournaient en rond dans le ciel, du côté du stade de neige qu'est devenu le col des Supeyres.

Sinon, j'avais pensé à te bigophoner samedi soir lorsque j'ai consulté la météo, mais quand je vois les bambées que tu fais sur une après-midi, et qu'il me faudrait deux demies journées cette année pour les faire, j'ai préféré partir seul à mon rythme.
Le soir j'étais cramé !
Et merci encore pour le ravitaillement en eau !!! S^i

De ce côté de la montagne, le vent du sud qui souffle bien fort depuis ce matin laisse présager une remontée de 100m du niveau de la neige :-(
Modifié il y a 5 ans
Il était un dimanche dans l'Ouest !

Pour mettre à profit le temps magnifique de ce dimanche, j'ai décidé de quitter le pays, et d'aller en Auvergne.
J'ai garé la voiture à la Domasse chère aux Ostauvergnats, où j'ai chaussé les planches.

La neige ressemblant à du gros sel qui aurait gelé, j'ai tout de suite mis les peaux de phoque pour pouvoir monter tranquillement jusqu'au col.
Je les ai enlevées pour descendre jusqu'au départ de la vallée qui monte à la Croix du Fossat.
Et là, surprise, moi qui croyait que ce site était protégé, une moto-neige était remontée jusqu'au dernier bâtiment. Il me semble pourtant que toutes les pistes de fond qui avaient été crées dans le coin à la fin des années 80 ont été abandonnées. ???
La trace gelée ne m'étant d'aucune aide, j'ai donc préféré longer le ruisseau.
Au pied de la pente, j'ai remis les peaux, et suis arrivé à la croix, précédé par quelqu'un en raquettes qui est parti ensuite vers P/H.
J'ai ôté les peaux, et mes yeux se sont tournés vers les pentes du Mont Thiallier que le soleil du matin réchauffait.

Ne pouvant résister à cet appel qui promettait une descente d'anthologie, je l'ai gravi jusqu'au sommet où j'ai admiré le panorama sur l'Auvergne enneigée.
Puis demi-tour, et azimut l'entonnoir que forme le haut de la vallée qui part à l'Est.
Passage au tremplin de Jason l'ami Forez, pas vraiment facile car la neige n'a aucune consistance sur toute la hauteur de la couche, peut-être à cause du manque de froid de cet hiver.
Et puis arrivé au fond du vallon que j'ai sillonné dans tous les sens, un peu comme si je ne voulais pas en sortir tellement c'est fabuleux.

Nouvelle traversée du ruisseau, casse-croûte au pied d'un buron en ruine, et arrivée à la cave à Forez où j'ai fait le plein d'eau (Merci à toi.).
Repeautage pour gravir le chemin glacé jusqu'à la lande que j'ai traversée pour gagner le flan Ouest.
De là j'ai tranquillement gagné le sommet du Mont Thiallier, utilisant tous les rochers qui jalonnent la montée comme promontoire pour admirer le paysage.

Pendant l'ascension j'ai eu une pensée pour Sancho dont les nuits sont hantées par nos matériels hérétiques ???
Puis direction le bord Nord du plateau pour admirer mon parcours, et descente plein Ouest sur une neige ramollie par le soleil de l'après-midi. Hummm ! la séance de génuflexion !
Et une fois aux jasseries, j'ai emprunté le chemin du retour. Le pire moment de la journée, car la neige n'avait guère ramollie dans les bois, et il m'a fallu trouver un passage au milieu de trois traces de raquettes. Au col, j'avais les cuisses en feu.
Et j'ai regagné la voiture par le même chemin que la montée.
Puis retour en France !
Modifié il y a 5 ans
Elles ne font guère parler d'elles !
L'autre jour un copain sachant que je suis le forum me questionnait sur ces fixations X-Trace !
Robert les utilise sur ses skis home-made, je sais que Praentiton en a monté, mais que valent-elles ?
Le gros intérêt que je leur trouve, c'est de pouvoir continuer à utiliser ses chaussures de randonnée, sans investir dans du matériel spécifique.
Mais quid de leur efficacité ?
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
Je reviens juste sur un petit détail intéressant évoqué par Tone troope.
Un montage en norme 75 sur un ski fin, c'est un gain indéniable d'efficacité, par rapport à une fix nnn ou xadv.

Un matériel que j'adore, avec lequel j'ai sillonné le Forez dans tous les sens (il y a des témoins ici), avec lequel j'ai pas mal parcouru le Vercors d'Ambel jusqu'au pied du Veymont, ou la Molière.. ce sont des skis sans carres métalliques, 55mm en spatule, 50 mm au patin, montés en fix Super Telemark et godillots en cuir, 8 cm de plus que moi. Les jours de neige profonde j'avais des Fischer E99, 23 cm de plus que moi.
Et bien c'est con à dire, mais ces skis tout con dont je ne connais même pas le nom, virent plus facilement que les E99 ! (même sur neige équivalente)

Ca fait belle lurette que je n'ai pas poussé la porte d'une location de centres de ski de fond, mais au vue des gens que je croise parfois sur les pistes avec la pointure écrite sur le talon, je me suis souvent dit, que pour un budget qui reste raisonnable, les centres pourraient s'équiper d'un matériel de ce type, plutôt que de refiler des ersatz de machins de compèt à des gens qui veulent simplement prendre l'air.

Et pour continuer à cultiver l'hérésie, je serais curieux d'essayer un ski comme le Fischer Outback 68 + 75mm + godillots cuir.
Par chez nous, c'était les femmes qui autrefois montaient en estive garder les bêtes et faire le fromage, et c'est paraît-il unique !
Donc Forez en SB112 + fix NN, moi et mes 55mm en spatule + fix 75mm, …on perpétue la tradition de l'originalité !
Modifié il y a 5 ans
grandsteak a écrit :
si tel n'est pas le cas, je me contenterai d'acheter un modèle plus classique et de faire appel à un cordonnier bien connu sur le bassin chambérien pour y adjoindre une sangle.

C'est une piste à laquelle j'ai songé depuis le début de notre conversation, d'autant plus que j'ai déjà les pompes !
J'avais peur de buter sur la recherche de boucles de serrage, mais vos "cordonniers de montagne" doivent bien savoir où s'approvisionner.
Modifié il y a 5 ans
ced a écrit :
Bon moi du coup ça y est : j'ai troqué les SRN pour reprendre mes raquettes ! ;-)

C'est surprenant, car tu avais pourtant l'air satisfait de ton essai à la Pesse !!!
Modifié il y a 5 ans
ToneTroope a écrit :
hors sujet : ça me fait un peu penser à l'inflation de la taille des pneus, proportionnelle à l'inflation du nombre de touristes en carafe dès qu'il neige un peu? 8-)
o^k
Modifié il y a 5 ans
@Thierry 67
là on est en train de complètement pourrir ton sujet ! …mais ça fait toujours avancer le smilblick !

Bien que n'étant pas grand spécialiste es matériel, j'interviens pour te dire que tu ne regretteras pas ton choix.
Plein de gens ici ont fait le même, et apparemment ça fonctionne bien, et tu y trouveras du plaisir.
Ceci dit, si le ski à être bien partout existait, il y a longtemps que la conversation serait close, et il n'y aurait pas beaucoup de bavardages sur le forum.
Le fameux Graal à Robert, il reste encore à découvrir !
Modifié il y a 5 ans
sancho a écrit :
Il y a le plan A, le plan B, le plan C et tous les autres qui vont s'improviser en cours de journée pour éviter d'arriver au plan T. :-D

Par nos coins du Massif Central, nous n'avons pas de plans A, B ou C !
Quand la neige est dure ou glacée, elle l'est sur 50 km et il faut faire avec.
Et le problème de maintenir le ski se situe à la moindre montée, ou au moindre dévers montant.
Pour descendre, ça descendra toujours !
Modifié il y a 5 ans