Tous les messages créés par N_75

Oui Robert, je pense pouvoir dire sans forfanterie que nous sommes des hommes de goût !

Pour revenir au musée du ski de Besse (çà m'aurait vraiment surpris que tu ne l'eus point connu), la différence essentielle avec des musées conventionnels, c'est que tu es accueilli par le créateur du musée en personne, qui te guide dans la salle, décroche ses trésors du mur et les commente alors qu'il les tient dans la main.
Tu peux poser autant de questions que tu veux, et c'est un passionné qui se fait un plaisir de te répondre. Et quoi de plus excitant que d'apprendre l'histoire de la découverte de ses merveilles, quelque part dans une montagne d'Europe.
A des années lumière des vidéos soporifiques qui défilent en boucle dans les musées actuels…

J'ai acheté un petit bouquin avec des textes et photographies remarquables… peut-être qu'en poussant mes connaissances informatique dans leur derniers retranchements, je pourrais coller quelques bijoux ???
Modifié il y a 6 ans
vincent a écrit :
le nouvel auvergnat N75

Et non…dommage, il me manque 30 km pour prétendre à ce titre !!!
Modifié il y a 6 ans
J'ai donc répondu à l'invitation des Auvergnats du forum qui organisaient une sortie sur le massif le plus nordique de France (si si !), le Cézallier,
Toujours pas équipé pour le bivouac hivernal, j'ai joué les frileux et j'ai dormi dans mon véhicule non loin du lac de Montcineyre, pour être fin prêt à les rejoindre au matin.

Mon arrivée en milieu d'après-midi m'a permis d'aller visiter le musée du ski de Besse, un musée privé dont la visite est commentée par son créateur en personne, un passionné qui est parti chercher lui-même ses trésors dans les montagnes de sept pays d'Europe, trésors datant de l'époque 1870 à 1940,
Et dire que ce qui est exposé n'est que la partie visible de l'iceberg, combien d'autres merveilles étant dans un dépôt, et combien de livres soigneusement conservés ?

musée du ski de Besse

(Robert, çà c'est pour toi ! tu sais, maintenant il y a des ponts pour traverser le Rhône!)

Le soir, j'ai profité de mon incursion dans l 'Auvergne voisine pour déguster un Pounti-Potée, bien de chez eux ! …et j'ai trouvé la nuit bien chaude, à moins que ce ne soit la lune qui tapait fort derrière les carreaux.

Et au matin, j'ai retrouvé Praentiton, Gervais et Sauvageon, tranquillement installés dans une hêtraie, Après avoir fait connaissance, échangé des nouvelles de nos massifs respectifs, nous sommes partis sous la conduite de Gervais, maître des lieux.
Des tourbières, des hêtraies, des volcans, des lacs, des burons, bref l'Auvergne comme dans les livres d'images,
Un soleil printanier, une neige qui s'est soigneusement préservée pour notre visite, des vues sur tout le Massif Central, une solitude à faire baver un ermite, des compagnons bien sympathiques, que demander de plus…

Un merci à Gervais, Auvergnat Ier au royaume de Telemark pour l'essai de skis modernes.
Un merci à Praentiton pour avoir prévu la bière au bord du lac.
Et je suis rentré d'Auvergne, le Pays des Grands Espaces qui ne démérite pas son qualificatif, non sans avoir acheté un Saint Nectaire dans la ferme voisine…
Modifié il y a 6 ans
http://france.meteofrance.com/france/meteo?PREVISIONS_PORTLET.path=previsionsville/630380
Modifié il y a 6 ans
Cet été je me suis trouvé dans un gîte d'étape avec un canadien francophone.
On a un peu causé neige, et à un moment l'un de nous à dû lâcher le terme "backcountry" (je ne sais plus comment c'est arrivé !).
Il m'a répondu, que "backcountry" était un terme employé à toutes les sauces, et que çà voulait tout dire et rien dire !
Un raccourci m'a fait penser que si on allait ramasser des champignons, on ferait du "backcountry".
Par ailleurs "l'Ancien Bivouaqueur"classe ses skis en Crosscountry et Backcountry…mais je n'ai même pas cherché à comprendre la classification .

Modifié il y a 6 ans
Des volontaires pour une bonne virée samedi ou dimanche si le temps se maintient !
Cà fait du bien de revoir le soleil !
Modifié il y a 6 ans
Jacou et Forez sont donc partis aux sports d'hiver. Deux demies-journées et aujourd'hui toute la journée. Donc deux nuits sous la pleine lune !
Bien décidé à les rejoindre à la journée, j'ai décollé de bonne heure, attrapé 3 croissants au passage, un petit réchaud à alcool dans le sac à dos pour une boisson chaude (au cas où ils soient juste en carburant), une paire de jumelles pour regarder des traces au loin, et une merde de portable.
Ils m'avaient indiqué leur position la veille au soir, et en tablant sur le téléphone à vapeur et leur traces dans la neige, j'étais persuadé de les trouver au petit-déjeuner.
Et bé que nenni ! Pourtant, au matin, le soleil était dans un grand jour.
Mais des traces de ski, y'en avait partout. Et des traces faîtes en un jour seulement. Et peu de traces de raquettes. J'ai vraiment l'impression qu'il y a quelque chose qui se passe du côté du SRN !
Donc des traces dans tous les sens, et pas une de pulka. Sur ce coup, raté!
Et le portable ! Jacou en a un, et s'il le tient allumé, çà peut le faire.
Mais même pas le frémissement d'une onde !
Et le brouillard qui se lève pile quand j'atteins la Pierre Bazanne.
Forez m'ayant annoncé que de là il comptait monter à Roche Gourgon, j'ai pensé pouvoir peut-être les apercevoir de là-haut. J'en ai pris la direction avec une visibilité se comptant en centimètres. Mais çà s'épaississait de plus en plus et là j'ai compris que j'allais me bouffer les croissants tout seul C'est con ,mais c'est comme çà!
J'ai donc errer, comme une âme en peine sur la pampa, et vers le Plan Chevalat où j'ai mangé (c'est bien les cartes, y'a des noms écris dessus), j'ai trouvé des traces qui pouvaient bien être les leurs.
En fait ils avaient fait la grâce matinée et j'étais devant eux.
Et bé, tant pis.; le train est passé, j'en prendrait un autre; je suis donc revenu sur mes pas, ai vu le vallon où ils s'étaient cachés pour la nuit et suis parti en direction de Baracuchet, avec un timide soleil de retour.
Résultat des courses : 8 heures de ski
Et une haine envers ces saloperies de portables. Dire que j'avais acheté cette daube il y a quelques mois à force d'écouter des gens qui ne trouvaient pas prudent que je parte seul sans moyen de communication, et sans personne à la maison pour signaler un non retour (c'est vrai que je pourrais sécher quelques jours avant que quelqu'un soit étonné de ne plus me voir; mais je n'y pensais pas, c'est eux qui m'ont foutu les jetons ! ).
Et dire que je traîne maintenant ce machin dans le sac à dos depuis le début de l'hiver. Bien avancé avec une bouze pareille en cas de problème !!!
J'étais déjà anti-portable, là çà va devenir la guerre !
Modifié il y a 6 ans
Merci pour ces précisions…
Modifié il y a 6 ans
Merci à vous Sancho et Telemark 73.
Vos réponses me confirme que mon idée n'est pas saugrenue; l'idéal serait de louer, mais là !!!

Et une autre idée que j'avais creusée, c'est que plus un ski sera "TROP" court par rapport à la norme établie pour le gabarit du skieur, plus le mordant des écailles sera meilleur. Bien sûr au détriment de la glisse, mais pour çà j'ai mes allumettes autrichiennes !
Mais vu l'état des stocks des dealer en Vector ou S-Bound 112 en 160cm, je crois que je vais avoir le temps de mijoter l'idée !
Le Fischer ne fait d'ailleurs guère causer ?
Modifié il y a 6 ans
Merci bien pour ta réponse.
Evidemment le prix, hic ! Mais moi, j'achète une paire tous les dix ans… (toi c'est 10/an ?…humour !)
Hier j'ai effectivement posé la question de skier un Fischer S-Bound 112 ou un Vector en 160cm dans le sujet "spécial Robert".

Ce que je ne comprends pas, c'est que je ne suis pas attiré par les skis type Epoch ou S-Bound 98; mais des skis hyper courts, facile à dégager d'une branche basse ou pour enjamber des barbelés m'attirent. Mais là, il faut élargir pour conserver de la surface.
Actuellement j'ai des 195 cm, mais fins !!!
Mais ton dealer est apparemment en rupture de stock…
Modifié il y a 6 ans