Tous les messages créés par N_75

Me revient en tête à vous lire une observation et la réflexion qui en suivit :
les gens qui viennent de la rando alpine et des peaux de phoque me semblaient connaître un peu plus de problèmes en retenue sur les srn que ceux qui viennent du fond, et ont maîtrisé le problème.
C'est vrai que la retenue sur écailles n'est pas du tout une affaire de bourin !
Modifié il y a 6 ans
Salut Sancho
Et voilà comment on se met à recauser écailles dans un autre sujet !
Il me semble avoir lu que ton pote Talon Libre indiquait que question accroche, tes Vector étaient bien supérieurs à ses Annum.
A quoi attribues-tu ce phénomène ? un vent nouveau venu d'Amérique !

HS :et on attend la suite sur neige transformée !
Modifié il y a 6 ans
Je me souviens bien de ce passage en dévers et je trouve que c'est d'autant plus accablant pour le ski de randonnée nordique que mes skis ne disposaient pas de carres métalliques, et que mes skis ne sont que des skis de fond à écailles (que je qualifierais conçus afin de pouvoir quitter les traces et aller pisser en toute aisance)
Au début de ce sujet on apprend que l'accroche du "best-seller"actuel est juste dans la moyenne.
Si je compare l'accroche des écailles de tous mes skis depuis 30 ans et de ceux que j'ai pu essayer, je ne note pas de différence flagrante.
Mais alors où est le progrès ? A vous lire ils sont remarquables en descente, mais l'apport des fixations à câbles et des chaussures actuelles doit bien avoir son rôle.
Mais le SRN ne se limite quand même pas aux descentes, ni aux débutants qui sont évidemment bien plus à l'aise sur des skis de 10cm de larges.
Et il faut penser à un point qui n'a jamais été soulevé depuis que je suis le forum, c'est que la majorité d'entre vous habitez les Alpes ou le Jura, c'est à dire des coins parmi les plus pentus et les plus enneigés d'Europe, là où le ski large est le mieux adapté.
Et beaucoup tractent une pulka, je ne connais pas, mais je ne crois pas que vous alliez vire-volter entre les arbres avec une pulka aux fesses.


Donc je rejoins Forez pour dire
forez a écrit :
Je m'aperçois qu'il faut adapter le matériel suivant la sortie, la neige et bien sûr et SURTOUT, le massif où l'on pratique.
et que notre point de vue commun est certainement dû au fait que nous sommes de le même génération et que nous fréquentions le même massif.

Mais la déception c'est que le couteau suisse du SRN, le Graal à Robert, je ne crois pas qu'ils nous l'aient pondu.

En résumé mes propos ne vont pas du tout à l'encontre du ski large, mais je note que vous lui trouver quand même des limites que les fabricants d'écailles n'ont pas franchies en plus de trois décennies de fabrication.
Ce n'est peut-être pas pour rien si Grandsteak s'est lancé dans le custom .
Modifié il y a 6 ans
A l'époque où les skis courts sont arrivés sur le marché, on m'avait dit que…
… du fait du moindre choix dans la longueur des skis, on pouvait moins affiné le rapport poids du skieur/longueur du ski, et de ce fait on avait plus de chance de se planter !
Et comme les skis avaient raccourci, ils étaient plus "raides", donc plus difficiles à accrocher…
Mais je n'affirme rien (la technique matériel n'est pas mon truc), je redis simplement ce que j'ai écouté. Mais je trouve bien regrettable qu'au prix d'un tel matériel on ne puisse être satisfait… un jour je vais peut-être me trouver à votre place.
Modifié il y a 6 ans
…et si tu as des idées à la Forez, c'est pas ta collection de slips qui l'intéresse…!
…et avec le redoux qui s'amorce, garde les près de toi tes slips, car la semaine prochaine çà va pas être la fête à tes Vectors sur les glaces Jurassiennes !!!
Modifié il y a 6 ans
sancho a écrit :
A partir de la semaine prochaine je vais commencer à travailler toute la semaine.

C'est ton banquier qui va être content !!!
Modifié il y a 6 ans
forez a écrit :


La descente sur le Fossat, MAGIQUE !!! A se pisser dessus et à conserver le slip dans un coffre à la banque, juste pour le plaisir d'aller renifler un parfum de bonheur !


Là également, la descente extraordinaire dans les traces de raquettes en grimpant de droite et gauche sur les rebords du sentier comme en bobsleigh …

1) pense à porter des boxers de préférence aux strings, le parfum n'en sera que plus intense

2) penser à ceux qui travaillent toute la semaine et se taire, çà s'appelle de la pudeur
Modifié il y a 6 ans
forez a écrit :
A se pisser dessus et à conserver le slip dans un coffre à la banque, juste pour le plaisir d'aller renifler un parfum de bonheur !


Là également, la descente extraordinaire dans les traces de raquettes en grimpant de droite et gauche sur les rebords du sentier comme en bobsleigh …

1) pense à porter des boxer plutôt que des strings, le parfum n'en sera que plus intense.

2) penser à ceux qui travaillent et se taire, çà s'appelle de la pudeur.
Modifié il y a 6 ans
Génial ton compte-rendu Benoît ! Merci
Et merci doublement pour la trace sur le GR3 entre le col de la Loge et la Montagnette.
J'ai noté le passage de 2 skieurs avec des skis larges, et j'ai pensé à vous. Je suis passé par là à mon retour samedi, et j'ai bien apprécié que quelqu'un soit passé avant moi, j'ai pu ainsi me reposer un peu !
Et bonne pioche d'avoir préféré vos skis de rando aux skis de fond de location !!! C'était pas la bonne semaine pour des skis fins !
Dimanche on s'est loupé pour 1/4 heure, dommage !
"Into the Wild"…je note !
Modifié il y a 6 ans
Deux virées cette fin de semaine au col de la Loge. Domaine nordique ouvert, de la lumière dans la guérite, mais pas de gardes pour contrôler les papiers. Les ballades ont donc pu démarrer dans la sérénité !
Deux après-midi à tracer par prés et par bois dans les 50 cm de neige, et bé çà épuise ! Et pourtant j'avais troqué vers habituels ski de fond sans nom pour mes Fisher E99 du milieu des années 90.
Si tu passes par là Sancho, sache que j'ai pensé à tes Vectors; j'aurais bien aimé voir la différence côté portance et accroche .
Mais rage et désespoir ont fait irruption dans ma solitude !
Après le carrefour des Deux Boules, en direction du col du Béal, le domaine nordique s'est étalé et à encore grignoter l'espace. A moins que ce ne soit les voisins Auvergnats du Brugeron, car le balisage était différent.
OK, là on a de la place pour faire notre trace, mais en comptant le peu de voitures présentes sur le parking, et en n'ayant pas vu un seul fondeur durant l'heure que j'ai passée à tourner autour de leurs cicatrices, je me dis qu'il y a quand même pas mal de litres de mazout qui se perde. C'est finalement pas surprenant qu'il n'y ait pas de contrôleurs au départ, car pour le nombre de personnes qu'il y a à contrôler, çà coûterait cher !
A un moment où je me suis rapprocher de leurs boulevards à collants-pipette, j'ai remarqué que les deux traces pour le pas alternatif étaient vierges de tout passage, et ce dans une partie faux-plat montant, c'est dire l'utilité de leur manège !
La prochaine étape, mesdames et messieurs des communautés de communes, c'est attaquer le Puy Gros à la dynamite ?
Comme çà les skieurs les moins entraîner ou ceux possédant le moins de technique, c'est à dire la majorité, pourront aller encore plus loin.
Si au moins il y avait du monde sur ces extensions de pistes ,je comprendrais, mais elles sont désertes, donc inutiles; c'est comme si on se faisait une cicatrice sur la gueule uniquement pour ressembler à un modèle imaginaire !
Damer entre le col et les Deux Boules, OK (mais en se conformant à la loi à l'égard des randonneurs), mais après çà ne sert plus à rien; pour la majorité des skieurs, les Deux Boules représentent le terminus; après c'est le domaine d'une toute petite poignée d'ultra, qui de toute façon ont le regard accroché sur le bout de leur spatules; pour preuve vous leur avez collé un gros panneau au bord de la piste sur lequel est inscrit "panorama à 360°".
Pour info on voit du Crêt de la Neige des Jurassiens au Grand Veymont des Grenoblois et du Puy de Dôme des Clermontois au Plomb du Cantal des Cantalous.
Vous avez pigé qu' il faut sacrément être drogué à l'endorphine pour lui passer à côté, le panorama !
Modifié il y a 6 ans