Tous les messages créés par N_75

Pour moi trail et SNR c'est le même combat, les même valeurs …

.
Je viens de regarder à la TV le match de rugby opposant les français aux îles Samoa, là j'ai vu du combat.
Mais en SRN je vois pas ?
Apparemment si tu débutes, il y a quelque chose que tu n'as pas encore vu…
Je ne t'encourage qu'à persévérer et tu verras ! Surtout dans un aussi beau massif que doivent être les Pyrénées !

Et désolé de ne pas répondre à tes questions sur le matériel, je laisse la plume à des bien plus spécialiste que moi .
Modifié il y a 6 ans
J'vais p'têt en sortir une grosse, mais si le ski est en bois avec une sérigraphie collée dessus, il suffit comme le dit Robert de la gratter, le bois est à nu, avec une ponçeuse tu pauffines, un coup de vernis et hop, comme dans les seventies !
Mais les fixations modernes vissées dessus font un peu tâche !
Par contre une petite rosace gravée dans la spatule serait du plus bel effet.
Modifié il y a 6 ans
Eh ! ToneTroope et Goef, vous n'avez pas besoin de 6 mois pour aller laho.
Il vous suffit de développer le concept du Ride and Rail and Ride.
Avec un peu d'entraînement, en une journée de vélo vous êtes à Genève où vous attrapez un train de nuit; et hop 50 heures plus tard vous êtes au milieu des moustiques !
Et s'il est possible de ranger dans les trains étrangers pulka, ski et tout le bazar pour une traversée hivernale en autonomie, vos vélos démontés et à l'abri dans les housses ad-hoc + les sacoches tiendront certainement. Retour idem.

Tone Troope ! une question tant que je te tiens :
comme avec nos fourgons la salle de bain-WC est à l'extérieur, avez-vous facilement trouvé des coins pour "bivouaquer" entre Larvik et Trondheim…

A lire tous ces messages, me monte au cassis l'idée d'effectuer un Ride and Sail and Ride, c'est à dire moto-ferry-moto. En lisant ici les récits de ceux qui sont allés affronter les étés humides sur les sentiers de randonnée, pourquoi ne pas m'équiper d'une bonne tente, de charger à nouveau la moto en me disant que c'est équivalent de bivouaquer sous la pluie après une journée de moto ou une journée de rando ? Excepté que c'est plus facile de trouver un coin peinard au bord d'un sentier qu'au bord d'une route ! (il ne pleut peut-être pas tous les jours non plus ?)

Modifié il y a 6 ans
Donc cet hiver on va planter le drapeau SRN en haut de l'Aiguille de l'Epaisseur, (…que je sais même pas où elle est, Alpes, Pyrénéees, Corse ?), çà peut être une réponse au message que Cyrille M avait posé sur un autre sujet il y a quelques heures !!!
…je monte la gnole , çà peut débloquer le frein pour se lancer dans la pente à la descente !
Modifié il y a 6 ans
Bien ton coup de gueule !
Heureux Nord-Alpins ou Francs-Comtois qui avez Genève au bout du lac; çà vaut pour le tarif des autoroutes et la possibilité de faire un bras d'honneur aux transports communs français !
Mais bon, on a de chouettes coins pour randonner et de magnifiques départementales pour qui peut prendre le temps.
Modifié il y a 6 ans
Salut ToneTroope
En juin j'avais un projet similaire au tien, mais qui a avorté pour cause de boulot. Mais mon périple s'arrêtait au sud de Tromdheim.
Deux questions :
tu fais allusion aux autoroutes en Suisse: quel fût ton itinéraire pour rejoindre le Danemark de Grenoble, et si via la Suisse , on m'a toujours parlé de complications (financières !) pour emprunter leur autoroutes ?
As-tu un souvenir d'un nombre de kilomètres journaliers qu'il est possible d'effectuer en moyenne sur la partie sud de la Norvège (une fourchette),… en prenant le temps d'avoir le temps de profiter du temps…
merci pour ta réponse.
Modifié il y a 6 ans
Vu le nombre de motos tout-terrain et de quad qui doivent circuler (ou plutôt ravager) sur les sentiers tout autour du Parc des Cévennes, le loup, il va lui falloir la jouer malin pour y pénétrer.
Et tant bien même que le loup arrive à passer entre les mailles des crampons de ces hordes assoiffées de décibels à émettre et de sentiers à rendre stériles, loin de la quiétude des alpages il va aussi lui falloir avoir des tympans bétons, le week-end venu, pour les garder en état. Et que devient un loup sans tympans ?
Modifié il y a 6 ans
Merci Fanny pour la réponse.
Est-ce abuser de te demander où ont eu lieu les 3 changements de train, çà donne une idée du parcours.
Et pour le montage des réservations, vous vous êtes débrouillés avec un ordinateur ou alors vous avez eu recours aux services de la SNCF (quoique en partant de Genève, elle n'a pas dû gagner grand chose dans l'affaire) ou d'une agence de voyage ?
Modifié il y a 6 ans
J'habite de l'autre côté de Rhône-Alpes et un aller-retour de mon bled à Paris çà fait déjà 150 €.
Donc les 450 € pour se rendre toulaho (et revenir j'imagine) me laisse perplexe.
Si dans les TGV je n'ai jamais eu de problème pour poser un gros sac à dos d'été, je m'interroge sur le comment pour garer tout le bardat que demande une randonnée hivernale en autonomie dans les trains de brousse bondés de fin d'après-midi ? Une assistance voiture qui shinte les portions bordeliques ?
Combien de jours représente un voyage en train à l'autre bout de l'Europe ? Et comment gère-t-on les nuits qui se passeront forcément pour quelques unes dans les courants d'air des halls de gare ? Et des portions transfert de gare à gare (style métro) ne sont-elles pas au programme, avec le matos à trimballer au milieu de la foule ?
Modifié il y a 6 ans
Je rectifie! J'avoue que je me suis exprimé maladroitement.Je vous prie de m'excuser. Je n'en suis pas (encore ?) à chercher du matériel pour participer à la troisième édition de l'Aventure Nordique. Merci quand même pour les réponses…qui pourront servir peut-être à d'autres !

Mon message a fait suite à une conversation que j'avais eu avec copain dans laquelle on constatait que 3 ou 4 ans en arrière, il y avaient dans notre bled de 3000 habitants autant de bistrots que d'agences immobilières, d'où un raccourci (un peu/beaucoup rapide) de dire que les gens achètent aussi souvent des maisons qu'ils vont boire un coup !
De là en m'aperçevant qu'il était (je crois) impossible de louer du matériel pour bivouaquer, j'ai fait un rapprochement similaire, entre un hébergement (le camping-car) qui peut coûter deux paires d'années de labeur, avec une offre en location à profusion, et un ensemble tente/matelas/duvet qui ne présente aucune offre de location.
Et je me suis dit que le bivouac ,malgré le coût d'un bon matériel, fiable et durable, était sacrément économique sur la durée comparé aux hébergements traditionnels (refuges, gîtes, hôtels…smile et surtout en montagne. Le tout c'est d'oser se lancer…………..
Modifié il y a 7 ans