Tous les messages créés par forez

Il y a le magasin aventurenordique qui fait de la pub sur le site mais c'est loin de Perpignan.
Le mieux est de voir avec le site que t'as communiqué Christophe.


C'est fabuleux Internet, jamais avant je n'aurais pensé pouvoir échanger avec un Russe qui partage la même passion que moi.

Bonjour chez toi comme l'on dit et sincères salutations montagnardes ! :-D S^i
Modifié il y a 7 ans
C'est bien du même endroit que l'on parle alors ! :-D

Déjà, en 80, les habitants de là-bas nous disaient que pour les Québécois l'Abitibi était le coin paumé et western comme tu dis.

Un coin de "pionniers"…

Je suis habitué car là où j'habite, nous sommes considérés comme des habitants de la France profonde. :-D :lol:


Un endroit où, comme l'on dit chez nous "les corbeaux vole sur le dos pour ne pas voir la misère dessous" et "les maisons se vendent aussi bien que les cercueils à 2 places" :lol: :lol: :lol:

J'ai lu un bouquin sur le fameux chantier du siècle de la baie James, dans les années 60/70, sur la Mc Kenzie.
IMPRESSIONNANT !

C'est quand même un sacré pays ce Québec et j'espère y retourner un jour ! 8-)
Modifié il y a 7 ans
Karhu s'était également d'excellent ski de fond de compétition.

J'en ai passé 4 paires et à chaque fois je n'ai jamais eu à m'en plaindre.

Les fusions démolissent une partie du patrimoine technique d'un pays, car Karhu en Finlande était une vraie institution.
C'était même un poids lourd du ski nordique.

Il y avait également Järvinen, un peu plus confidentiel comme marque.
Modifié il y a 7 ans
Ah le Québec !

J'y suis allé en 1980, accompagner un groupe à ski à partir de Val-D'or, dans l'Abitibi, près de la rivière Harricana où Bernard Clavel a situé sa fameuse saga québécoise.

J'en garde un souvenir très ému et je rêve un jour d'y retourner.

Un soir nous avons couché dans un centre de ski nordique qui s'appelait les Pieds Fartés. J'ai toujours le "badge" en tôle avec une épingle pour le fixer sur un vêtement, l'ancêtre des Pin's.

Je me souviens (tiens c'est la devise de Québec) des noms de villages qui chantaient la vieille France ou la "nouvelle" avec des noms mâtinés de langue algonquine : Sainte Gertrude du Berry, Trécesson, Seneterre, Malartic, lac Chicobi, Amos…

Il paraît que les Québécois, lorsqu'ils viennent en France, il leur semble retrouver leurs racines, c'est peut-être vrai pour ce qui est architecture type châteaux, églises…
Pour ma part je crois que c'est nous qui retrouvons au niveau du "parler", nos racines.

Bon ben sinon, comme te l'a dit Jacques, chez nous c'est le vrai printemps avec des températures la semaine écoulée et même aujourd'hui, dignes d'une fin mai.

Il y a deux ans, l'hiver avait été top (20 novembre au 10 avril à ne faire que des activités divers d'hiver) je finissais ma saison de ski.
Cette après-midi, je vais allé faire un tour de vélo de route en cuissard court et maillot manches courtes.

Mais si ça se trouve, dans 15 jours on ressortira pour quelques jours très courts les raquiettes à neige…

Salut la parenté ! :-D ;-)
Modifié il y a 7 ans
http://www.domaines-skiables.fr/downloads/uploads/CP-Mars2011-Unesaisonsecurisee.pdf


Sans vouloir faire de prosélytisme culturel (culture de la neige et pas de l'esprit)un lien qui vient expliquer le "mal nécessaire" de la neige de culture.
Modifié il y a 7 ans
Je connais Ivalo et veskoniemi où mon père a des amis, car il a accompagné des raids à ski durant des années sur le lac Inari.
Pour ma part, j'y suis allé 2 fois, en 77 pour un raid en cercle sur le lac et une autre fois en 86 jusqu'à Nuorgam, en linéaire, en passant par sevétijarvi (pardon pour l'ortographe de tous ces noms). Dans ce village, c'était étonnant, il y avait une école pour jeune fille où elles apprenaient à faire de "bonnes ménagères" au sens strict du terme comme chez nous dans les années 50 et 60 post 68.

Bon raid à vous et prenez garde si le redoux vient à ces poches d'eau qui se forment entre 2 couches de glace.

Profitez-en bien :-D 8-)
Modifié il y a 7 ans
Bravo François, un très beau raid et de belles photos.

Je n'ai jamais fait un raid pareil en autonomie et en dormant sous tente.

Le Vercors est un peu loin, alors je me contente du Forez. Ca me donne l'idée finalement, pour l'hiver prochain, de partir sur 2 ou 3 jours.

Ce doit être une expérience très enrichissante. je suis étonné par contre que tu n'aies pas ton matériel alors que tu es sans conteste un randonneur confirmé.
Modifié il y a 7 ans
Je partage tout à fait ce que vous dites.

Pour ce qui est de la compétition, je regrette moi aussi les dérives qu'elle engendre, tant du point de vue organisation que motivation différente selon les participants.
Je regrette également que tous sports soient prétexte à compétition, comme l'escalade par exemple.

Mais on peut être un très bon compétiteur tout en étant respectueux, en sachant devenir un contemplatif lorsque l'on fait un tour sans dossard sur le dos et ceci dans tous les sports.

Je connais de très bons sportifs qui ne se sont jamais pris la tête et des "mauvais" (pardon pour l'expression un tantinet méchante) qui se sont entrainés des années, bêtement, près à tout pour une place sur un podium qu'ils n'ont, d'ailleurs, jamais atteint même en rêve.

C'est comme en tout, une fois enlevé les extrêmes, il me semble qu'il ne faut surtout pas opposer les concepts sportifs dans lesquels chacun évolue. Ils sont complémentaires à quelque part.

Je cours avec des copains qui font régulièrement des trails mais qui apprécient les ballades (course et marche alternées en montagne) à la découverte du paysage.
J'ai fait durant des années des courses en ski de fond et je m'engage parfois dans des compétitions de course à pied.
En été, dans les Alpes, je part la journée avec un sac à dos, en autonomie, en courant et marchant.


Le tout c'est l'esprit que l'on a dans ce que l'on fait.
Modifié il y a 7 ans
Le mot humilité je crois, est en règle générale celui qui s'apparente le mieux à intelligence ou une certaine forme d'intelligence, qui permet de se dire, lorsque l'on va en contact direct avec la nature : je suis juste un invité, je passe sans déranger et si la dame est en colère, ben, je reviendrai demain.
Je n'y connais rien en latin, mais c'est peut-être les mêmes racines entre humilité, humain, humble.

C'est beau un humain humble qui fait preuve d'humilité ! :-)

Loin de certains gugus qui, à les entendre parler , ont même élevé leur grand-père. :lol: Ca c'est une expression que l'on entend souvent chez moi, mais peut-être chez vous aussi, et qui veut tout dire.

Je l'avais écrit dans le post je crois, qui parlait de la mort dramatique de ces randonneurs en norvège. Les amérindiens disent souvent que lorsqu'il fait mauvais temps, ils se cabannent, alors que le "blanc" (par rapport aux peuples amérindiens de souche) lui, défie la tempête en tentant d'avancer.

Mais c'est vrai que savoir renoncer n'est jamais une décision facile à prendre.
Si l'on excepte ceux qui ne font rien sans un sentier tassé, hyper balisé (comme beaucoup de raquettes à présent) et ceux qui sans expérience se lancent dans des trucs au-dessus de leur force, il reste que la frontière entre les raisonnables qui ont su s'arrêter à temps et les raisonnables qui ont juste franchi la ligne est très ténue.

C'est ce qui m'a fait venir vers ce site sur le SRN, cette philosophie de l'effort sans arrière pensée, juste une façon de vivre l'hiver au rytme de la nature cachée. j'adore d'ailleurs observer les recoins dans les forêts, les caches que l'on imagine sous les basses branches, les coins où se lover, tout ce que l'on serait bien content d'adopter en cas de coup dur.


PS : j'ai deux chemises canadiennes, dont une rouge à carreaux :lol: ;-)
Modifié il y a 7 ans
ce problème est le reflet de notre société où l'on fait croire à tout le monde à travers des photos "aguichantes" que tout est accessible.

Regardez le ski hors piste, à fond dans la poudre jusqu'aux genoux !

Combien de jeunes se lancent en voulant imiter ce qu'ils ont vu sans se poser la question de leur propre niveau ?

Le net n'arrange rien où des gugus sont tout contents de montrer des images fortes avec la caméra sur le casque et vas-y !
Parfois ils ne se rendent même pas compte de ce qu'ils ont fait et d'où ils ont réchappé.

Regardez autour d'une station de ski comme c'est tracé n'importe où.

Et le portable ? Il fait croire qu'avec un simple coup de fil on passe d'une tempête de neige à la chaleur d'un 4 étoiles grâce à des secouristes en hélico taillé comme des mister univers sortis d'alerte à Malibu.

Et le GPS ? C'est super bien mais quand il ne fonctionne plus ? Combien de fois j'ai entendu ça : "pas de problème j'ai mon GPS !"
Ben ma fois !

Le ski de rando nordique est un peu moins populaire, aussi on voit moins de chose comme celle que Régis a décrite.

Dans le Forez, nous avons beaucoup de personnes en snowkite, car les hauts plateaux s'y prêtent bien.
Si certains ont un bon sens montagnard et pour les surfeurs, prennent dans le sac à dos des raquettes au cas où le vent tombe ou tout autre problème, d'autres partent en surf la fleur au fusil.
Idem pour ceux qui font du kite en ski. Certains le font avec des skis de rando alpine et mettent des bâtons télescopiques dans le sac. D'autres avec des skis alpins et sans bâton, en disant que s'il n'y a plus de vent il suffit de patiner !

L'humilité et le bon sens terrien ont foutu le camp devant le "matuvisme" !

On consomme la nature comme un produit courant de bas étage, sacré Nom de D… ! :-x

Ceci dit, comme le souligne Robert, l'humilité sert également à se dire que même entraîné, expérimenté et équipé, l'on peut avoir un sacré coup de fringale, de fatigue, se perdre où se faire mal.
Modifié il y a 7 ans