N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par forez63

Les sources de la ligonne
Ce mercredi retour d'une sortie au sud des pradeaux.chougoirand les sources de la ligonne moissonniere molhiac et retour. Température -4 très bonne neige environ 45cm. Vent de nord.
Modifié il y a 1 an
Ce dimanche matin, pour varier un peu et voir ce que ça "donnait" au SUD des Pradeaux, j'y suis donc allé. Et bien amis randonneurs: extra bon. La couche, variable bien sûr en fonction de ce que tous nous savons: exposition, humidité bois etc..je l'ai estimée à 20-30cm mini qui enfonçait peu sous les skis (5 à 10cm au plus). Température-1° au départ (8h30) et aussi au retour (11h). Vent de NO et petite chute de neige avant l'arrivée. Pas vu un "pèlerin" mais ai profité,sur le chemin dit "du chevreuil" de traces de skis plutôt étroits, que j'ai suvi jusqu'à la première habitation sous la route, à droite avant Molhiac.(Forez connait) J'ai  d'ailleurs vus ces skis appuyés contre l'habitation, en me disant terminé le "plaisir", et bien non, il avait fait sa trace aussi dans un grand pré et juste la direction que je voulais prendresmile c'est quand même reposant et surtout qu'elle était bien faite. Arrivé au fond de ce pré, sa piste à droite ne m'allant plus je me mis à tracer sans trop de difficulté et arrivai dans un chemin également bien connu de "Forez" qui, surplombant les sources de la Ligonne revient sur Moissonnière. Je le quittai un peu plus loin et traversai le ruisseau sans trop de difficulté pour "enquiller" en face le bois le bordant. J'y trouvai un chemin de débardage et après un peu de "canard" dans la pente débouchai (dans la "purée"smile à découvert. Des prés puis 2 clôtures infranchissables pour ma taille, m'obligeant à déchausser, je me retrouvai enfin sur la piste-route forestière du puy de Loir. De là, Chougoirand (mes traces aller) et retour à la voiture via le relai et son chemin très bon en descente (pas fréquent vu les cailloux qu'il a..)
Vu 3 voitures au retour garées en haut de la "piste de luge" improvisée dans le pré de "Marinette" et une seule garée sur le "soit disant parking DE L'AUBERGE", qui en fait est public. Pour un dimanche fin de matinée et des pistes proches, c'est peu et me conforte dans l'idée que le ski de piste est en perdition. Mais je tire mon chapeau à ceux qui oeuvrent quand même auprès des gamins pour les encadrer car ils sont mieux là que sur des engins motorisés (pas vrai Bernard?)
Modifié il y a 1 an
Ce mercredi matin direction col du Béal pour voir un peu ce qu'il reste comme neige après les  "passages" de Benbois ou N75smile. Et bien les amis ils nous en ont laissé..C'est pas la panacée mais pour le ski de rando, pas de problème sauf que, après quelques dizaines de mètres d'essai hors trace, je fis demi tour en direction de la voiture. En effet, la faible croûte gelée tenait puis lâchait rendant pénible la progression, je décidais d'opter pour les raquettes. Donc, changement de monture(et de chaussures) et en route, direction générale "2 boules" via la "petite Laponie" (les creux de la Pigne pour le commun) Cette appellation "petite Laponie" a été donné il y a longtemps par mon frère Georges et moi, car ce petit site humide et conservant particulièrement bien la neige nous rappelait des paysages de cette Laponie du Nord, où nous avions "crapahuté" quelques fois. Donc, dans la "petite Laponie", au hasard de mon envie j'ai tourné, franchi plusieurs fois les petits "rus" qui alimentent le ruisseau de "la Pigne" jusqu'à retrouver à l'Est les pistes damées du col du Béal. Poussant jusqu'au lieu dit "2 boules", sans illusion je regardais si par hasard celles ci étaient revenues sur les 2 pierres plantées qui leur servait de support il y a quelques années.smile bernique, c'est pas encore pour cette fois. De là, la bosse au dessus, une nouvelle plongée en "petite Laponie" (autre secteur de celle ci) des "zig-zag" pour le plaisir et retour au col par le flanc Est du Chesseton, en buvant, au passage un "coup" d'eau fraîche issue du trop plein du captage à son pied, le tout sous le soleil  et un petit vent de S-O pas trop froid (0° au départ, 5° à l'arrivée).Aperçu au retour vers 11h, 2 "skatteurs" , 1 skieur randonneur et un "marcheur" sur neige..
Modifié il y a 1 an
Merci n75, j'ai beaucoup aimé cette petite révision de nos plus grands classiques. Mais où as-tu vu la moto-neige? sur les pistes des Pradeaux ou ailleurs?. Ce lundi matin j'y étais justement comme ci après décrit et je n'y ai vu que 2 "patineurs" qui venaient de Prabouré. Voici mon parcours: Départ Pradeaux par la piste "dite" raquettes que nous avions empruntée sans traces samedi avec "Forez". Aujourd'hui nos traces complètement effacées par les "raquettistes", j'ai rejoint le "pré de la Marion" ayant fait le choix de privilégier la piste damée, d'ailleurs, chaussé de mes petits skis "Atomic" de 47m/m. Bon choix sur pistes mais qui s'est avéré mauvais lorsque, ayant quittées celles ci au "bois du coin" j'ai emprunté les traces que nous avions faites (Forez et moi) samedi. Skis trop étroits qui partaient en s'enfonçant de droite et de gauche, dans nos traces en fonction du terrain. Finalement c'était mieux hors traces (moins de surprises) mais pénible quand même vu la couche qui ne tenait pas sous les skis. Enfin, retour classique, le barrage dans d'importantes traces de raquettes assez bonnes, puis la route de ce barrage assez glissante (portions gelées) et finalement avec peu de cailloux (faciles à éviter). Conclusion le choix du matériel est difficile quand on veut faire "traces et HT". A la réflexion, j'aurais été plus inspiré de prendre mes "Germina" 50m/m ou, à la rigueur les skis de rando(80m/m) larges mais bien plus lourds. qu'on avait samedi, à savoir qu'il faut, avec ceux ci skier en dehors des traces de l'engin de damage. Finalement je me suis bien fait plaisir dans les traces de l'engin (en bon état) avec mes 47m/m…Peu ou pas de vent. Température 0° au départ, 5° à l'arrivée..
P/S Merci à "Benbois" pour les belles photos de notre "réserve de neige" du col du Béal.
Modifié il y a 1 an
 Vendredi après midi: salut Greg. et bienvenue sur le site (et sur le terrain.)
Dans notre "coin", (Livradois-Forez), après une dizaine de jours de "vaches maigres" pour ne pas dire la débâcle voici de l'espoir grâce aux ? 20 à 25cm (estimés) tombés cette nuit et ce matin. Malheureusement la sous couche est complètement absente. Croisons les doigts pour qu'elle se forme afin de tenir ce qui, on l'espère, devrait tomber par la suite.
Nous faisons aussi pas mal de raquette ce peut être un bon complément au ski de rando. En ce qui me concerne, j'ai toujours les 2 dans la voiture (on sait jamais..)
Pour y être allé, il y a bien longtemps, le Jotuneimen (vallée des géants) et le Rondane m'ont laissé un souvenir de paysages magnifiques (ils sont toujours là je présume) et de longues descentes dans une neige poudreuse. Une mini avalanche nous avait pourtant surpris (sans dommage) un jour..Allez y vous ne serez sans doute pas déçus..
C'était il y a bien longtemps et pendant pas mal d'années. J'accompagnais des groupes d'une dizaine de personnes sur le lac et ses alentours. Nous partions pour une huitaine de jours précédés d'une moto-neige conduite par mon ami Finlandais qui transportait la nourriture et les "affaires" du soir. Nous dormions dans les refuges (toupas) ou quelquefois chez de rares habitants.
La Laponie Finlandaise..J'y ai un peu "traîné mes guêtres" au cours de raids à ski, sur le lac Inari en particulier. Etais-ce dans ce coin?
Ce dimanche matin direction le col des Supeyres pour changer un peu mais aussi pour (peut-être) rencontrer "Forez" de retour de bivouac du coté du suc de Montchaud.
Pas de rencontre mais une galère dans une neige collante à souhait, heureusement la veille, au col du Béal, elle était très bonne. Donc température 0°, neige tombante collant par alternance, quelques mètres passables, puis tout d'un coup, la botte, malgré un appui total sur les skis pour faire glisser..Une galère de 2h30 pour faire ce qu'on nomme le tour de la "plantation". Quelquefois, sortant de la piste damée, je trouvais meilleur sur les cotés mais ça ne durait pas et aussi bien le hors traces que la trace était soumis au même régime. J'ai expérimenté en skiant, quand cela était possible, la bruyère basse, les petites branches d'arbre à terre qui tenaient lieu de grattoir, c'était mieux. J'ajoute qu'un copain rencontré au départ, qui lui, avait sagement farté, (hé oui ça se fait encore) m'a prêté le morceau de paraffine que je n'avais pas, mais ça n'a pas duré. Il aurait fallu je pense, faute du fart adéquat une paraffine totale à chaud sur tout le ski et tant pis pour les pentes à grimper..
Dans ces conditions, les adducteurs en "prennent un coup". Heureusement, sans obligation de parcours, je fis au plus court. D'autres ont-il eu ce problème aujourd'hui?