Tous les messages créés par forez63

Première sortie sur neige pour nous (Forez et moi), mais en raquettes à partir des Pradeaux.
Partis derrière l'auberge vers 9h du matin et de retour à 12h15 après une petite rando facile autour, et au delà du barrage jusqu'au "bois du coin" près de Prabouré.
D'abord la neige, entre 4 et 8cm, C'était "juste" mais bon pour la raquette. Par contre, en skis (même "cailloux"smile pas assez quand même, au départ, mais surtout au retour (descente et hausse de la température)
Petite "virée" de 3h15, que "j'estime" à 10 bons KM, n'étant pas un expert de Openrunner..De plus, quelques passages hors chemins, en zig-zag sont difficiles à comptabiliser.
Peu importe d'ailleurs, ce qui compte c'est que le temps, ciel dégagé et petit vent de nord "tenant" le peu de neige a fait que ce fût agréable pour une première..
P/S: Jacou est "sur" le Bessat après midi. Nul doute qu'il nous donnera ses impressions de "première"…
Modifié il y a 2 ans
Veinards. Ici (crêtes du Forez) ça s'est "manqué". 
Pourtant tout mon matériel était prêt, chargé la veille (jeudi soir) dans la voiture, hélas, vendredi matin, les "Web" de la station de ski de Prabouré, du col des Pradeaux et du col des Supeyres ne laissaient aucun doute, et les 6 à 8cm péniblement tombés n'étaient pratiquement que souvenir.smile On garde espoir quand même pour les prochains jours, "ça" devrait venirsmile
Neige de la jonquille.
Ce matin 2 mai, au col du Béal (1390m), munis de mes  "Germina" cailloux de rando j'ai fait une petite ballade en direction de "2 boules". Parti sur 6 à 8 cm de neige dont 2 de surface, humides et le reste croûté, par un fort vent d'ouest dans le dos, j'arrivais sans difficulté à "2 boules". Tentant un essai sur la piste forestière en direction du col de la Loge, il m'a fallu revenir en raison du manque de neige apparent au départ. Donc, retour dans mes traces puis hors traces direction " Puy gros". Le vent d'ouest en pleine face, et des averses de grésil, je décidais d'entrer dans la "petite Laponie" pour y être à l'abri, "ouf", c'était le rêve.. Je longeai le bois bien à l'abri, puis repris le découvert avec le vent toujours de face, m'obligeant à m'arc bouter pour avancer. Je retrouvai mes traces aller ce qui me facilita un peu la tache bien que la couche minime n'était pas trop "freinante"..Revenu (ouf) au "pas de la croix", je pris sous la route la direction sud (vent de coté) puis, à l'abri de la butte de "Rochecourbe" pouvais souffler un peu. La traversée de la route du Brugeron sans neige, tellement elle y est soufflée par le vent d'ouest, puis le retour aux bâtiments du col, simple formalité, mais, voir au cours d'une sortie, même tardive, toutes ces jonquilles qui émergent de la neige n'est pas très fréquent, pour moi en tout cas. smile
Samedi dernier, profitant des 6 à 8 cm de neige tombés sur le massif du Forez, j'ai rechaussé mes "Germina-cailloux" pour un tour au col du Béal (1390m) et direction la "petite Laponie" comme d'habitude très bien pourvue en neige, où, au grès de ma fantaisie j'ai navigué sans problème. A la sortie, un peu plus difficile sur les quelques centimètres de fraîche puis, derrière "Puy gros", coté nord, pas de problème, la neige s'y entasse bien à l'abri, et reste un maximum..En remontant, coté Ouest, je pris carrément le long du bois, où, de même que sur l'arrière, la neige, poussée par le vent d'ouest arrive à faire une bonne couche jusqu'au buron en ruine de "chez Chitou". Là, à droite toute,un peu plus difficile en cherchant les plaques de neige, j'atteignis le flanc Est du Chesseton et ses petits hêtres, très bien enneigé, pour revenir à mon point de départ "limite" sur les 6 à 8 cm et quelques plaques de vieille tenant encore.. A signaler la rencontre d'un "traileur" et son chien courant en direction du col de la Loge.
Hier, lundi, suite à la demande d'une amie désireuse de faire un petit tour de raquettes, nous sommes partis, l'après midi, sous le soleil et le vent de sud, de ce même col, mais coté Est cette fois car la sortie de samedi était impossible sauf à marcher environ 2 km pour chausser. Donc, en route, raquettes dans le sac à dos tout de même pendant environ 1 km avant de chausser après la traversée du ruisseau de "font noire". Déchaussage avant le chalet Gauchon, et à partir de là, en suivant la lisière du bois "Chapouilloux" jusqu'au pied de "Procher", pas trop de difficultés. Par contre, toute la montée jusqu'à la piste dite "de la Chamboite" était sèche, alors, nouveau déchaussage pour atteindre cette dernière et trouver de la continuité presque jusqu'à la voiture.
Avec les températures actuelles c'est presque inespéré de pouvoir encore sortir (chez nous en tout cas), et il ne faut pas être top exigeant pour la couche et avoir le matériel voulu..
Samedi dernier, profitant des 6 à 8 cm de neige tombés sur le massif du Forez, j'ai rechaussé mes "Germina-cailloux" pour un tour au col du Béal (1390m) et direction la "petite Laponie" comme d'habitude très bien pourvue en neige, où, au grès de ma fantaisie j'ai navigué sans problème. A la sortie, un peu plus difficile sur les quelques centimètres de fraîche puis, derrière "Puy gros", coté nord, pas de problème, la neige s'y entasse bien à l'abri, et reste un maximum..En remontant, coté Ouest, je pris carrément le long du bois, où, de même que sur l'arrière, la neige, poussée par le vent d'ouest arrive à faire une bonne couche jusqu'au buron en ruine de "chez Chitou". Là, à droite toute,un peu plus difficile en cherchant les plaques de neige, j'atteignis le flanc Est du Chesseton et ses petits hêtres, très bien enneigé, pour revenir à mon point de départ "limite" sur les 6 à 8 cm et quelques plaques de vieille tenant encore.. A signaler la rencontre d'un "traileur" et son chien courant en direction du col de la Loge.
Hier, lundi, suite à la demande d'une amie désireuse de faire un petit tour de raquettes, nous sommes partis, l'après midi, sous le soleil et le vent de sud, de ce même col, mais coté Est cette fois car la sortie de samedi était impossible sauf à marcher environ 2 km pour chausser. Donc, en route, raquettes dans le sac à dos tout de même pendant environ 1 km avant de chausser après la traversée du ruisseau de "font noire". Déchaussage avant le chalet Gauchon, et à partir de là, en suivant la lisière du bois "Chapouilloux" jusqu'au pied de "Procher", pas trop de difficultés. Par contre, toute la montée jusqu'à la piste dite "de la Chamboite" était sèche, alors, nouveau déchaussage pour atteindre cette dernière et trouver de la continuité presque jusqu'à la voiture.
Avec les températures actuelles c'est presque inespéré de pouvoir encore sortir (chez nous en tout cas), et il ne faut pas être top exigeant pour la couche et avoir le matériel voulu..
Suite (et fin peut-être..).Hier matin, de bonne heure, direction le col de Chansert voir ce qui se passait dans les rochers de la Pause. cette fois je réussis à franchir en voiture le dernier virage sous le col qui bien souvent nous barre le passage et allais me garer auprès de la barrière, au début du chemin. Raquettes, crampons et piolet dans le sac à dos au départ, je chaussais les crampons dès la sortie du bois sur les hautes chaumes, longeais, dans une neige assez gelée au vent, la lisière en direction de "la pause",sans difficultés et, un peu plus loin "piquais" dans la pente, dans une bonne épaisseur de neige malheureusement bien plus molle sous bois étant donné la température déjà élevée. Pas de sous couche gelée, la surface portante des crampons à glace n'étant pas suffisante, il me fallut rapidement prendre les raquettes (heureusement chaussures polyvalentes..) Par contre, avec le seul piolet (bien que piolet dit "de marche", plus long que les autres,(d'escalade) c'est pas idéal, n'ayant pas pris (en conscience) mes bâtons raquettes repliables misant sur une neige "portante". C'est toujours pareil, quand on dispose de peu de temps, on fait pas toujours les bons choix. En tout cas après la visite des 3 "belvédères" sous la Pause, je remontais en lisière pour revenir à mon point de départ après 2h30 de "crapahutage" dans ces rochers qui restent l'un des coins les plus enneigés des crêtes. 
Au retour, pleine route sous le col, 2 petits faons qui ont déguerpi devant ma voiture. Je leur ai souhaité mentalement longue vie..
Modifié il y a 2 ans
Nouvelles du "front" des Supeyres.
Parti comme de coutume avec skis et raquettes avec l'intention de voir ce qu'il restait dans la "fameuse" plantation, j'ai changé de destination en voyant l'agitation (voitures et main d'oeuvre) autour du départ. J'ai pensé au débalisage possible et comme je ne connais pas trop le "coin" (c'est pour plaisanter), et pour ne pas gêner, j'ai dirigé ma voiture sur la petite route des "3 fontaines" . Après avoir tâté la neige, encore bien gelée, j'ai opté pour les raquettes en lisière du bois du grand goulet. Quelques "manque" au départ mais en cherchant les plaques, j'arrivais en buttée de bois à l'aplomb du "grand coche" sur la carte IGN du coin.
 Ici, 2 options, soit suivre la lisière du bois et descendre par le petit goulet puis remonter dans le bois et revenir à mon point de départ, soit l'inverse. J'optais pour cette dernière et descendis le bois dans de rares plaques de neige, sans toutefois déchausser dans des tapis de feuilles..Enfin au fond puis la "remontée" du ruisseau du "grand genêt" assez difficile en raison du manque de neige et de la recherche de plaques. Je pense l'avoir traversé 5 ou 6 fois. J'ai même, fait, sur la gauche, un aller-retour le long du "ru" venant des "3 fontaines du goulet". Plus haut, très encombré par des arbrisseaux couchés, j'ai dû le laisser pour monter à droite dans le bois (sans neige) et enfin redescendre à son niveau étant assez proche de la sortie au lieu dit "petit goulet". A partir de là le "goulet" devient étroit et encombré tant et si bien que je décidais de sortir avant la fin et pris à gauche pleine pente (cales de montée en place) pour déboucher sous une petite corniche de quelques mètres où il fallut creuser à la pointe des raquettes les marches de sortie à proximité de la pointe du bois dit "du petit goulet".
Le retour, le long de la lisière Ouest, un plaisir car, relativement bien enneigée.
Bon, ça a encore "passé" mais il ne faut pas être trop difficile.
A signaler qu'à l'arrivée j'ai cru apercevoir la dameuse du domaine sur l'herbe bien sûr peu après le départ des pistes. J'espère qu'elle y attendra une éventuelle chute de neige pour retourner à sa niche (les Pradeaux)
Je reviens d'une petite sortie (à pieds) d'exploration sur le col de Chansert; M'étant engagé en voiture au delà de la "grosse font", j'ai dû faire une marche arrière à l'approche du dernier virage sous le col et me suis garé dans une "encoche" sans fossé à franchir, au niveau du haut du pré du buron. A pieds,chaussures légères de rando, bâtons de raquettes, par la route jusqu'au col, puis la petite route de droite en partie enneigée, une pointe d'arbre en travers, et plus haut, un 4x4 forcémment arrêté devant un arbre barrant la route. Le chemin de la Pause peu enneigé au départ mais très encombré, pour ne pas dire barré par des arbres ou des branches tout au long . Je suis arrivé à la limite du bois (clôture estivale) et ai fait demi tour dans mes traces qui enfonçaient quand même pas mal rendant la "marche-footing" difficile. En conclusion, on peut penser que la lisière nord des rochers de la Pause est praticable au ski de rando jusqu'à la croix du Fossat, et au delà, la vallée des Reblats, mais la marche d'approche est trop longue quand même. A la rigueur si l'on arrive à Chansert en voiture ça gagne un peu de temps.
Salut "N 75". En effet le nombre de marcheurs a beaucoup augmenté depuis quelques hivers et on le voit bien aux Pradeaux sur la route du barrage. Je pense qu'il y a la question de l'enneigement faible mais aussi un engouement pour la marche et la course à pieds (trails..) peut-être aussi un manque de motivation ou une mauvaise estimation de l'enneigement faisant qu'on ne prend pas le matériel skis (ou raquettes)?? Par contre, Il y a une semaine, aux Pradeaux, je revenais d'un tour de skis et j'ai vu arriver, venant des pistes principales du départ, 2 coureurs (homme et femme) qui n'avaient pas l'allure de "clampins" et s'entraînaient vraiment sur neige. Hier,J'ai suivi un peu tes traces dans la "petite Laponie" où il y a comme d'habitude beaucoup de neige. J'y passe le plus souvent en longeant la lisière du grand bois mais j'y ai "trafiqué" pas mal un peu partout. Dans mon CR d'hier, j'avais omis de noter avoir rencontré un "skatteur" venant du col de la Loge sans doute, avec sûrement pas mal de "portages" de skis et beaucoup de "grattage" des semelles par les cailloux..Vive le ski de rando (et les skis "cailloux"smile
Modifié il y a 2 ans
Ce matin, au col du Béal, une sortie que je pourrais intituler "dans les traces de N 75", m'a fait partir en direction de la "petite Laponie". Avec 6° au départ (8h30) et une neige, enfin des résidus plutôt gelés, muni de mes Germina "cailloux" dont j'avais raccourci de 15cm les écailles, et que je souhaitais tester à cet occasion. Que je vous dise tout de suite, essai concluant, à tel point que j'envisage de supprimer 5 cm de plus.. Donc, "tournicotis" dans cette belle mais petite Laponie et partie hors piste, partie sur les pistes encore bonnes pour l'alternatif, je me dirigeais sur "2 boules",  pris à gauche, à contre sens, la piste de ski, arrivais au "pied" de la montagnette, et là, hésitation: à gauche sur la Loge (plus court) ou à droite, plus long? J'optais pour cette dernière, et dans de bonnes traces (exposition EST)  avançais rapidement en réfléchissant à la suite sachant qu'arriver au col serait difficile eu égard au manque probable de neige là bas..La solution était de prendre à sens inverse un petit bout de piste remontant au "jas de Bitou", ce que je fis, mais avec difficulté quelques mètres avant le carrefour éponyme , sans déchausser malgré tout, je repris à gauche les pistes en direction de la montagnette. Après quelques passages difficiles de manque de matière première m'obligeant à passer dans le fossé, (heureusement bien garni) retour sur ma trace aller et direction  carrefour de "2 boules". A quelques centaines de mètres de ce dernier sur la droite, je descendis par un petit bout de chemin bien enneigé qui arrive aux burons de "chez Ferré". il n'en reste plus qu'une ruine que je pris (encore une fois) en photo, avec le massif du Sancy en arrière plan. Nouveau passage à "2 boules" et continuation par la piste, puis hors piste car ça devenait nettement meilleur au fur et à mesure de l'avancée de l'heure, tellement bon que je commis l'erreur de ne pas contourner le "Chesseton" par l' EST, bien enneigé, plutôt que le franchir, par la piste, sur la crête où il me fallut déchausser une bonne centaine de mètres. Enfin descente sur le "pas de la croix" et en guise de dessert des zig-zag dans une portion bien blanche autour de petits pins et de hêtres rabougris jusqu'à la route près du col du Béal. (11h).
Bon, c'est pas terrible mais on s'en contente en attendant un peu plus de "blanche"