Tous les messages créés par forez63

Bâtiment des Supeyres.
Il est vrai que celui ci avec les divers "ajouts" qui ont été faits au fil des ans, est difficile à exploiter correctement. Pour la petite histoire, au tout début du Domaine Nordique, dans les années 75/80, des "foyers" étaient prévus à chaque "porte" de départ des pistes. Quant à celui des Supeyres, les "techniciens ski" d'alors, dont je faisais partie l'avaient proposé de l'autre coté de la route du col pour éviter à l'engin de damage (basé aux Pradeaux) de la traverser mais la Municipalité de Valcivières opta pour l'emplacement actuel, arguant (à juste titre) qu'il fallait, de celui ci, apercevoir le clocher du Pays.
Le fonctionnement de la billetterie  n'en n'a pas été facilité et il a fallu installer une "cabanne" amovible au départ des pistes avec une présence obligatoire.
Par la suite, ces "ajouts"qui ont été réalisés: le couchage entre-autre qui n'était pas prévu ( finance oblige) garage, agrandissements divers font que la décision de tout refaire ne me parait pas anormale. Restera à "rentabiliser" l'investissement et ça c'est une autre affaire..
Pour Fourinas:
Les itinéraires de liaison dont tu parles ont été crées pour le Domaine Nordique des crêtes du Forez de l'époque qui s'étendait des Pradeaux à Camelot et qui a même failli avoir au tout début du projet une antenne, au delà de St Anthème, du coté de la Chaulme (heureusement la raison l'a emportée car la liaison des différents secteurs par un itinéraire, comme c'était prévu, était impossible. On a profité dans la mesure où le profil convenait au Ski de fond des chemins existants, en les élargissant et il a fallu passer avec chaque propriétaire des conventions (plusieurs dizaines sinon centaines du coté dont tu parles) car il existe des petites parcelles de quelques mètres de largeur qui montent "du bas" et coupent la liaison, ces petites bandes de terrain devaient permettre à chaque propriétaire d'accéder aux Hautes chaumes pour y faire pacager leurs bêtes. 
Modifié il y a 2 ans
Bonjour "fourinas". Quelques précisions suite à ta demande.
A l'origine de la création du Domaine il y avait ce qu'on appelait des "patates" autour des foyers de l'époque: Pradeaux,- Prabouré,-  Supeyres-, job,- Vertolaye,- St Pierre la Bourlhone et Camelot qui comportaient des pistes (circulaires) vertes-bleues-rouges-noires. Ces "patates" étaient reliées par des ITINERAIRES DE LIAISON lesquels, seulement damés sommairement, étaient destinés entre- autres aux secours entre les différents foyers contrairement aux PISTES qui étaient "damées-tracées" régulièrement.
Les liaisons, du sud au nord étaient les suivantes:
 Une entre le secteur de Prabouré et des Pradeaux, puis, entre les Pradeaux et les Supeyres pas de "liaison" à proprement parler, ces deux secteurs étant reliés par des PISTES. A la suite,  entre les Supeyres et Job la liaison dite "de Meyrand" ou de "Montrodez", qui rejoignait les pistes sous le col de Chansert, ensuite le secteur de Vertolaye-la Roche qui était relié naturellement à celui de Job par des pistes communes, puis la liaison suivante qui était celle dite "de la Chamboite" qui partait du lieu dit "chez Lire" et arrivait au dessous du col du Béal sur la route.. La dernière liaison était celle qui reliait les pistes du foyer de St Pierre au foyer du Brugeron-Camelot nommée liaison du merle (ou de la grande tranchée) partant de la route au dessous du col du Béal et de la liaison de la Chamboite  et arrivant sur la route reliant le Brugeron à ce même col.
C'est peut-être un peu sommaire mais si on se rencontre ou si tu rencontres "Forez" on pourra t'en dire plus…

P/S: le coL de la Loge n'a jamais fait partie du Domaine Nordique des crêtes du Forez, pour une question de financement par des région différentes (à l'époque,) et j'ai toujours regretté que ma proposition de rassemblement , au cours de la réunion de constitution du Domaine, bien que favorable aux élus du Puy de Dôme présents n'ai pas pu avoir de suite  à cause de ceux de la Loire dans une réunion ultérieure.

J'ajoute que nous nous sommes toujours opposés à une liaison éventuelle par les crêtes pour des raisons qu'on pourra évoquer si on se rencontre.
A plus.
Modifié il y a 2 ans
Qui dit mieux?
 Je veux bien, l'hiver prochain (s'il y en a un..) regarder les vestes "Simond" car j'ai besoin d'un remplaçant à mon blouson "Ivano Ghirardini" acheté il y des lustres à Chamonix et que je dois mettre au futur musée des équipements anciens. Celui ci restant à créer, avis aux amateurs.
P/S: sans "rigoler" je possède une paire de skis bois, étroits et à bords parallèles achetés à Helsinki en 1972 de marque Karhu,  modèle: (Pika Karhu)  "ourse rapide" en Finlandais, qui pourrait y figurer (inutilisables en l'état car l'un d'eux est cassé au talon).
Modifié il y a 3 ans
Ce dimanche 1er mai, et après avoir, la veille, aidé au débalisage des pistes du col du Béal, sous la neige une bonne partie de la matinée, j'ai décidé d'aller voir ce qu'il pouvait y avoir une fois la nuit passée.
Donc la voiture (sans pneus neige démontés il y a pas mal de temps en raison des températures presque estivales mais, heureusement avec la pelle à neige, et direction ce même col. Neige grasse à partir de St Pierre la Bourlhionne (à 7km de celui ci) et route non déneigée malgré le panneau col ouvert.
Plus je montais et plus la couche épaississait jusqu'à atteindre une bonne dizaine de CM aussi je décidais de m'arrêter une fois de plus au lieu dit "la grande tranchée" (2km5 au dessous du Béal) et je bénis mon idée de prendre la pelle malgré l'époque où l'on commence plutôt à bronzer qu'à faire du ski. Elle me servit au cours d'une marche arrière bloquée par le patinage de mes pneus.
Enfin, départ sur la route forestière, ancienne liaison de ski de fond "de la Batadie", que je quittais au bout de quelques 150m pour "attaquer" la montée des "S", elle aussi prévue à l'origine comme piste d'accès chiens de traineaux aux jasseries du Béal, où j'arrivais après une bonne montée relativement courte mais ardue en raison de la trace à faire dans une douzaine de CM de neige, bien sûr sans sous couche.
Au débouché sous les jasseries, j'avais bien imaginé que le vent de Nord me prendrai de 3/4, mais pas à ce point (température au départ de la voiture -4°) donc arcbouté et tant bien que mal dépassais les jas puis, un petit bout direction Sud (ouf) court répit car je repris vite ma direction initiale puis, au pied de "roche courbe" que je contournai par le sud,à l'abri,  calme plat, avant la reprise à l'arrivée au col.
Je ne m'y attardai pas d'autant que ça y était le désert. Juste le temps de faire une photo, et :
Demi tour, optant pour mes traces, en partie effacées, afin de profiter d'un peu de glisse, je fis le chemin inverse en déchaussant dans les deux derniers "S" mal enneigés et pierreux.
Conclusion:
ça "peut faire" mais c'est quand même pas le "top" car à cette époque le coeur n'y est pas, si vous voyez ce que je veux dire..

Drôle de saison quand même…

P/S: j'ajoute que ce qui m'a incité à faire cette tardive sortie, c'est l'essai (concluant) d'un pantalon neuf, conseillé par "Forez", chez Décathlon et de marque Simond (très bon rapport qualité-prix).

Modifié il y a 3 ans
Bonjour "ren".
Je vois où est situé Syote (Pudasjärvi) à peu près à l'aplomb de Oulu (Oulou en finlandais). C'est relativement bas (au dessous de Rovaniémi) mais en Finlande les choses sont différentes et la neige moins capricieuse qu'en France. Je te souhaite un bon séjour , et tiens nous au courant de ton impression et des conditions de ski..
Non Ren je ne vois pas où est Iso Syote. J'ai surtout "navigué sur et autour du lac Inari et en direction de Nuorgam sur la frontière Finlando-Norvégienne. Une précision par rapport au matériel employé il s'agissait de skis relativement étroits (50-55mm) et surtout pratiquement toujours dans des traces de moto-neige. Si l'on doit faire du hors traces en priorité, il faut des skis plus larges genre "rando" et plutôt à écailles en emportant un peu de paraffine en cas de besoin.
Modifié il y a 3 ans
"Et pendant ce temps là" "forez 63" finissait d'user la neige du coté du Béal (voir ci après)
Ce matin donc, je suis parti dès 8h30, et, contrairement à hier en raquettes, cette fois avec les skis "Salomon" de "Forez" et  me suis dirigé sur "2 boules". La neige était "raide" malgré le soleil mais elle s'est assouplie assez rapidement  pour devenir très bonne au fur et à mesure de la matinée. De "2 boules" je fis le crochet par "chez Féré", déchaussant quelques dizaines de mètres sur le bas puis remontais sur les pistes en les suivant jusqu'au pied de la "montagnette". Là, dilemme, soit demi tour, soit continuer en direction des loges de la Lite. J'optais pour ce dernier choix sachant bien, qu'après une longueur plate assez bien enneigée je me trouverais à déchausser dans la descente en partie déneigée jusqu'au passage sur le ruisseau ( début du Lignon)
 Après, tout bon dans la montée et une partie du plat en direction de "2 boules". A cet endroit, de belles portions hors traces, entre les petits bosquets de hêtres jusqu'à l'entrée ouest de la "petite Laponie" que je parcourus au hasard au gré de mon envie, dans une neige très favorable au franchissement des petites bosses qui la parsème. A la sortie, même topo et traversée en zigzag sous le Chesseton, puis sous le "pas de la croix" pour arriver au col du Béal satisfait de mon tour malgré des conditions d'enneigement minimes. Enfin, la "rando" c'est bien tout ça. Si l'on attend de réunir la neige de bonne qualité du début à la fin et le soleil sans vent éventuellement, on fait pas grand chose..
Ce matin, petite échappée au col du Béal pour voir "l'étendue des dégâts" suite au radoucissement de ces jours ci. Parti avec les seules raquettes, je m'aperçus bien vite que les skis de rando un peu larges auraient bien fait l'affaire..Départ de l'auberge en direction du haut du Chesseton (1426m) je contournais le bois de la Pigne, que nous appelons aussi "petite Laponie" en raison de sa similitude avec cette région de Finlande si belle en hiver (moins en été à l'époque des moustiques..) Donc, parvenu en le longeant, à l'extrémité EST du bois, j'entrais carrément dans celui ci bien enneigé, pour le sillonner à l'estime entre les petits pins (à crochets) et les petites buttes qu'il présente.
Sorti à son extrémité ouest je me dirigeais vers le Chesseton (1426m) en optant pour la traversée d'un petit bois parsemé de hêtres et de bouleaux chétifs. A sa sortie j'optais pour les cales de montée sur un petit sommet (1376m) avant de basculer en direction du "pas de la croix" proche du col du Béal.
A cet endroit, direction la montée de "Roche courbe" (1432m) qui domine le col du Béal dont j'apercevais les bâtiments et l'unique, (la mienne) voiture sur le parc à véhicules.
Personne au cours de cette petite rando, quelques traces de chevreuil, et de skis à l'intérieur du bois (un connaisseur) c'est tout. Ah, j'oubliais, 2 biches traversant la route sous le col en montant, mais aussi, c'est l'époque, une volée de pigeons ramiers remontant au nord, et passant assez bas à cause d'un vent assez fort d'ouest.
Ayant fait de nombreux "raids" en Finlande avec des groupes, nous sommes toujours partis avec des skis de fond étroits (47-50mm). Nous skiions alors en général dans les traces de motos-neige et même en forêt ça ne posait pas de problème. A l'intérieur de celles ci il est aussi avantageux d'avoir des skis relativement courts, ça peut permettre quelques hors traces agréables et une évolution plus facile.
Modifié il y a 3 ans