Tous les messages créés par forez63

Ce matin(mercredi) j'ai voulu voir en réel ce que je percevais en regardant la Web-cam des Pradeaux.
Skis "Germina" de rando et raquettes comme d'habitude dans la voiture, garée près de l'auberge. Environ 6cm de neige fraîche et -2° au départ derrière celle ci, mais une neige assez froide et glissante. Pas de cailloux dans ce coin, j'ai traversé le pré de Yves et sauté (en déchaussant) le barbelé du fond. Je m'étais promis de voir où en était un passage que j'avais emprunté quelquefois, situé en bout de pré, et permettant de rejoindre à sa sortie un sentier raquettes venant du départ des pistes et allant sur le barrage. Ce passage, une combe assez pentue était à présent pratiquement impraticable (arbres couchés au départ et défaut de neige) Il me fallut déchausser pour arriver enfin sur le bon sentier assez bien enneigé que je pris à gauche jusqu'à la piste de ski qui vient du garage.
 A droite puis le pré de la Marion, toujours sur piste car dans les bois l'enneigement n'ést pas suffisant, sauf dans les éclaircies, le tour du petit bois du suc de Montchaud, tout ça dans une couche de neige peu abondante mais suffisante malgré tout et bien glissante en tout cas. Retour classique le long du barrage ou là, l'exposition et le réchauffement de la faible couche m'obligea à puiser dans mes réserves techniques pour faire glisser des écailles de mes skis une neige trop amoureuse de celles ci.. Je dus déchausser dans la dernière descente bien pentue et étroite qui rejoint le départ des pistes.
En gros, de 6 à 10cm de neige à cette altitude. Il faut "viser" juste et ne pas y aller l'après midi sauf autre chute plus importante.
Bonjour les amis.
Juste pour vous informer que du coté du col du Béal en skis de rando c'est très difficile..
Comme de coutume j'avais les deux dans ma voiture (skis et raquettes) mais à l'approche, pas d'hésitation les raquettes, et encore après une petite reconnaissance à pieds en direction d'une combe à l'EST à droite de la route sur Chalmazel.
Je chaussais à env. 100m du départ et descendis en zigzagant parmi les bosquets, et en traversant un petit "ru" qui alimente celui de "font noire" pour arriver au lieu dit "cave" sur la carte IGN de St Georges. Traversée du ruisseau sur une petite passerelle et montée dans le bois de Bayet en cherchant la neige, trouvée dans une grande éclaircie d'abattage de bois.  Arrivé en lisière, plus facile car gardant bien cette dernière, j'allais faire un tour dans "grande raie" voir les "loges" d'un ami (plus basses et donc déneigées) avec déchaussage obligatoire.
Le retour, assez bon car assez enneigé m'amena à "remonter"  la source principale du ruisseau de "font noire" et à revenir au col par une partie, elle aussi, bien enneigée, jusqu'au chemin de la Chamboite particulièrement bien garni comme de coutume.
Conclusion: ne pas être trop difficile et espérer que les jours prochains nous seront favorables.smile
Bonjour les amis.
Juste pour vous informer que du coté du col du Béal en skis de rando c'est très difficile..
Comme de coutume j'avais les deux dans ma voiture (skis et raquettes) mais à l'approche, pas d'hésitation les raquettes, et encore après une petite reconnaissance à pieds en direction d'une combe à l'EST à droite de la route sur Chalmazel.
Je chaussais à env. 100m du départ et descendis en zigzagant parmi les bosquets, et en traversant un petit "ru" qui alimente celui de "font noire" pour arriver au lieu dit "cave" sur la carte IGN de St Georges. Traversée du ruisseau sur une petite passerelle et montée dans le bois de Bayet en cherchant la neige, trouvée dans une grande éclaircie d'abattage de bois.  Arrivé en lisière, plus facile car gardant bien cette dernière, j'allais faire un tour dans "grande raie" voir les "loges" d'un ami (plus basses et donc déneigées) avec déchaussage obligatoire.
Le retour, assez bon car assez enneigé m'amena à "remonter"  la source principale du ruisseau de "font noire" et à revenir au col par une partie, elle aussi, bien enneigée, jusqu'au chemin de la Chamboite particulièrement bien garni comme de coutume.
Conclusion: ne pas être trop difficile et espérer que les jours prochains nous seront favorables.smile
Encore une semaine il me semble pour Jacou, et ci après, je lui donne des nouvelles fraîches des Supeyres, sans regrets pour la voile car impossible.
Donc,ce matin j'y suis allé, par beau temps et -2° avec skis rando, Germina à écailles et raquettes(on sait jamais).
 En grande partie hors pistes, finalement en skis de rando et un peu sur les pistes (bien damèes-traçées vu les circonstances et le faible enneigement).
Je suis allé jusqu'en haut des téléskis de Prabouré, puis ai descendu une combe que nous (Forez et Jacou) connaissons bien et que, faute de mieux j'appelle "combe X" qui m'amena, en déchaussant deux fois (défaut de neige et passage de ruisseau)   au pont de la Fayolle. Dans cette descente je vis, encore assez nettes, les traces montantes que "Forez" et moi avions faites le 6 février (bientôt 3 semaines..)
Du pont de la Fayolle, retour par l'intérieur de la plantation de Ceylar qui conserve bien la neige d'autant qu'elle a été damée par la machine mais pas utilisée en ce moment faute de neige suffisante (en descente) pour les adeptes des pistes payantes..
Après m'être "payé" cette montée déserte et agréable j'arrivais en vue du col où le chocolat chaud de Guillaume, à l'auberge me ragaillardit.
P/S: 
Mine de rien, "fourinas" possède des trésors bien agréables à regarder.
Je reviens, à pieds, (car, sans surprise,de neige point,) du rocher (sans nom?) je pense que c'est bien lui car la photo que j'ai prise ressemble bien à celle ci dessus.
  Parti d'abord par le chemin qui débute à droite de la "station de pompage" (carte IGN 2733 Est) après les Pradeaux en direction de St Anthème et par lequel , d'ailleurs, je revins, j'ai "piqué" dans le bois en montant fort dans la pente et les rochers. 
Enfin, photos faites, je suis allé explorer en continuant pleine pente dans d'autres rochers  jusqu'à un "replat" de coupe de bois, chemins débardage à droite et à gauche que je visitai et, revenant sur mes pas je partis à droite sur un chemin bien tracé qui m'amena au "petit genévrier". De là, demi tour et en continuant sur ce dernier, j'arrivai à mon point de départ.
A refaire avec de la neige ça serait quand même mieux..
Modifié il y a 3 ans
Merci.
 C'est bien dans ce "coin" que je le situais finalement. Et suite à tes précieux renseignements nous irons sûrement y voir lorsque "forez" sera revenu du Domaine bien enneigé par rapport à nous où il se trouve en ce moment.
Bonjour Fourinas.
 En gros,  ce rocher se trouverait, en se servant de la carte IGN St Anthème, au dessus de la station de pompage indiquée en bordure de route, et au dessous de la cote 1221 ?
Bien vu pour le rocher. Je le cherchais sur l'autre versant et j'avais trouvé quelque chose qui ne me satisfaisait pas bien qu'ayant un semblant de ressemblance…
Quand "Forez" sera de retour des Alpes il se pourrait qu'on aille y faire un tour..
Chez  nos "cousins" Québécois, entre autre choses, ce qui m'a toujours interloqué c'est  q'on qualifie de "rivière" ce que l'on appellerait en France fleuve vu sa dimension en tout cas.
Merci pour ces photos qui font rêver à la neige qui se raréfie chaque jour un peu plus ici.. On en aura peut-être à ton retour début mars…
Modifié il y a 3 ans
Jacou ne se pose pas tant de questions que nous, il chausse et s'en va..Ici, il faut se contenter de peu et viser juste .
Après une bonne sortie de skis aux Supeyress vendredi en majorité dans les traces de damage mais aussi en hors traces quand je rencontrais des coins favorables, je décidai ce matin d'aller voir ce qu'il restait en tout terrain aux Pradeaux. Le parking de la route du barrage ne m'inspirant pas du tout, j'optais pour la route de Chougoirand et garai la voiture sur la gauche au niveau d'une petite route desservant une ou 2 habitations. 
De là, descente (en RAQUETTES) sur le ruisseau de l'enfer que je traversais une première fois, traversée qui se renouvela par la suite à 3 reprises. Heureusement il n'est pas large à son début et des pierres, par hasard judicieusement placées + l'appui bâtons indispensable me permirent de le faire sans problème de manque de neige jusqu'au niveau de la grande coupe de bois dont parle Forez plus avant.
Dernier franchissement puis montée dans cette "coupe" replantée de résineux, assez bien enneigée en raison de son orientation. Je négociai la pente par les chemins de débardage, eux très bien enneigés et arrivai en haut sous un amas rocheux qui "pourrait" être celui de la photo ancienne plus avant, mais ce n'est pas sûr du tout car il ne me parait pas aussi pointu. Quoi qu'il en soit je le pris en photo et redescendis en direction du relai où je trouvais les traces de ski (de Forez sans nul doute) puis par le chemin classique, creux et bien enneigé, regagnai ma voiture après un "déchaussage" de quelques dizaines de mètres.
Dans ce secteur, ça devient problématique sinon impossible sans nouvelle chute de neige..
Modifié il y a 3 ans