N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par forez63

Bonjour Jacou. Bien vu pour le 2ème passage du bois de Ribeyre, en fait, et en plus du premier (sentier bouché), et de celui que tu as emprunté, et à titre indicatif il y en a un 3ème sur la gauche en continuant de longer ce bois, qui rejoint celui que tu as pris. Que ce soit les uns ou les autres, dans tous les cas il sont un peu "raides" (vive la poudreuse..)
Par contre, au départ de la croix, pour plus de sécurité et pour éviter si nécessaire le détours par les jasseries du Fossat, il faut partir en face, monter un peu, passer près d'une petite jasserie au bord du chemin, descendre, franchir un petit affluent du "ru" des Reblats, remonter et aller chercher, en sortant du chemin qui va en direction du jas en ruine des Narses, l'angle du parc près du bois et rester entre ce parc (sur la droite) et le bois jusqu'au moment où, après la première encoche (chemin bouché), on trouve le passage pas très visible que je t'ai conseillé, et le bon chemin, un peu pentu, pour la cave.
Pour la sortie des Reblats, c'est fonction de l'enneigement, du temps dont on dispose et de la forme. On avise sur place..Je vois rapidement 3 passages: un en direction de Pradoux, un autre sortant à la croix de la bergère et un 3ème (plus sécurisant), le bon chemin des Chaumettes ou du "gros rocher", avec 2 variantes au départ de la cave, soit en franchissant le ruisseau au dessous de celle ci, soit par le lieu dit "place aux orties" en le franchissant plus loin, et en remontant un peu pour prendre à droite ce chemin des Chaumettes.
En fait un 4ème qui est de "remonter" la vallée et sortir sous la croix du Fossat par le"verrou" et revenir par Pradoux.
Oui et il répondra sans doute.
Je profite de l'occasion (et de mon repos forcé) pour souligner la beauté des photos prises par Jacou pour faire saliver les "fanas" de la rando sur le Forez ou même ailleurs.
Encore bravo, on s'y voit sans sortir de chez soi..
Je tente à nouveau une manoeuvre pour joindre 2 photos illustrant notre sortie d'hier le long de la Ligonne au sud des Pradeaux.
Modifié il y a 3 ans
Ce matin,accompagné de ce même ami du message précédent, nous sommes partis en raquettes derrière l'auberge en empruntant au départ les pistes "payantes" (en sens inverse), rendant ainsi service aux "raquetteurs" susceptibles de revenir par là en leur "battant" (expression Québécoise) celles ci.
Plus haut, bonheur, plus besoin de "crapahuter" sur les talus à cause des arbres en travers. Les passages crées la veille par Forez et son amie que je connais pour avoir "raquetté" l'an dernier avec, étaient efficaces ( ceci dit, ils mangent le pain dans la bouche des employés du Domaine Nordique). Tant pis pour ces derniers, mais tant mieux pour les usagers (quels qu'ils soient, payant ou non payant comme nous) et avantageux si l'on a un horaire un peu "serré".
Passage au pied du barrage, prise de l'escalier, ( habituel quand il y a suffisamment de neige, en raquettes et même en skis) et direction "la Tuile" par les bois. Quelques traces raquettes d'abord puis notre petit sentier vierge entre les sapins qui garde si bien la neige pour arriver sur le chemin de "la Tuile" pris à gauche, puis rapidement à droite (sans traces) dans l'ancienne piste de ski de fond qui nous avait donné tant de soucis avec un des propriétaires du coin, jusqu'à aller en justice (enfin c'est le passé) celle ci débouche au pied de la butte du rocher Y (bût de notre rando). Je pressentais des difficultés pour monter cette pente dépourvue de chemin garantissant une neige à peu près stable où  l'on est en pleine haute bruyère sans couche gelée pour appui. Ceux qui l'on pratiqué (en skis ou en raquettes) comprendront que chaque pas nécessite un effort important. Heureusement plus haut je trouvais un chemin herbé que je connaissais pour arriver enfin sous le rocher à contourner par la droite.
Pause bien méritée pour nous et photo (profitant d'une éclaircie).
Le retour, d'abord dans nos traces aller, puis dans celles du 4x4 cité par "Forez"  se passa sans difficultés sauf qu'on pestait dans ces traces pas toujours assez larges pour 2 raquettes de front ce qui obligeait de fréquents changements (traces-hors traces). Si nous n'avions pas eu une question d'horaire à respecter, on avait d'autres solutions hors traces plus pénibles sans doute mais plus agréables. Ce sera pour une autre fois.
Quant à la couche "au pifomètre" car je ne possède pas encore le petit mètre breveté "Forez" plus précis, je l'estimais à 15-20cm.(peut-être 25). Mais je suis preneur de plus précisions à ce sujet.
Oui, en effet je me suis fait interpeller, avec un ami, par un jeune contrôleur au départ des pistes raquettes des Pradeaux, situé à quelques mètres du départ des pistes "skis".
J'ai été gentil car il ignorait certainement qu'un article (L 2333-81) du code général des collectivités territoriales, modifié par la loi 2006-04-14 etc… précisait que l'accès LIBRE ET GRATUIT au milieu naturel était maintenu sur tout site Nordique etc…, et, n'ayant pas le document sur moi, je lui ai résumé simplement l'essentiel : ACCES LIBRE ET GRATUIT AU MILIEU NATUREL et  que nous n'avions pas d'autre chemin, au départ pour accéder au parcours que nous avions prévu, et bien entendu, la raquette étant avant tout la liberté de naviguer sans contrainte de parcours, nous quitterions le plus rapidement possible les pistes balisées, sans intérêt pour nous.
Ceci dit, il faisait son boulot de contrôle qui n'est pas spécialement marrant pour un jeune..
Bonjour Damien.
Tu es gâté en neige si j'en juge ton CR. On est bien content pour toi.
A plus..
P/S vois le mien qui est famélique..
Ce mercredi j'ai voulu voir ce qu'il était tombé comme neige au col des Pradeaux.
Skis écailles 50m/m aux pieds je suis parti derrière l'auberge sur env. 6cm de neige froide (tempé-3°) en faisant attention aux cailloux surtout au départ, car plus je montais et plus la couche prenait de m/m, pour atteindre, au plus haut, vers le barrage env. 10cm non soufflée donc très uniforme.
Tour classique par le petit chemin entre les arbres, arrivée sur celui dit "de la tuile" puis retour classique en direction des jasseries des mortes à savoir que j'évitais la première partie pentue du chemin dit des"réservoirs" en passant dans le bois (bien encombré d'arbres couchés) puis la bonne portion du chemin à plat (régal de glisse) et, important, flaques d'eau GELéES pour enfin couper la 2ème partie pentue qui conduit sur la route du barrage, en zigzaguant dans une grande éclaircie que Forez et moi (et sans doute d'autres) connaissons bien.
Finalement il faut bien se contenter de peu, et prendre ce qui se présente quitte à sortir les "skis cailloux" selon l'expression usitée ( d'ailleurs,de qui est-elle?)
Modifié il y a 3 ans
Des nouvelles de l'état de la neige, ce matin au col des Supeyres. La couche est d'environ 10 à 15 cm, humide avec vent d'ouest et température +5°.
Parti en ski écailles 50mm j'espérais trouver au moins une trace un peu récente en direction de la plantation de Ceylard, mais, en dehors de la mienne de lundi dernier qui marquait à peine, rien pour m'éviter de tracer tout du long et en particulier dans les lignes droites de l'intérieur de celle ci, sans saveur et sans fin quand on ne glisse pas, tant et si bien que j'en sortis pour naviguer hors traces dans une éclaircie parsemée de pins qui me procura plaisir et repos momentané. Plus loin également je sortis des "sentiers battus", au "pif" et rejoins les pistes avant les "bruladis" en constatant que, contrairement à lundi où il fallait "passer sur des oeufs", dans ce secteur caillouteux pour ne pas "gratter", ça passait très bien (pour le moment en tout cas.)
Donc de retour sur les pistes, je finis par rejoindre plus loin mes traces aller, afin d'y goûter un  repos bien mérité jusqu'au col et à l'auberge de Karine et Guillaume pour déguster un chocolat chaud bienvenu.
Bonjour. Après le récit de Jacou voici le mien, de l'autre coté de Pierre sur haute, au col du Béal sur ce même massif du Forez de plus en plus fréquenté par tous les temps et hier, c'était un temps à ne pas mettre un animal dehors..
Arrivé au col, sur les 14h je pris la décision de faire demi tour suite à un fort vent d'ouest, du grésil à l'horizontal, et d'un épais brouillard.
Je garais donc la voiture au lieu dit "la grande tranchée" 2km5 au dessous, et partis en direction de la Batadie sur l'ancienne piste de liaison du domaine nordique. Malheureusement j'avais mal estimé la couche de neige à cette altitude et compris vite qu'il me fallait remonter au maximum pour en trouver suffisamment. Je pris donc une fois de plus les "S" de l'ancienne piste montant rapidement sur la crête, la couche épaississant au fur et à mesure de l'altitude. Débouchant aux jasseries du Béal, tournant pour le moment le dos au fort vent d'ouest, j'allais en direction des "Clissades" puis, après traversée de la route "déneigée" par la "D.D.E (allez savoir pourquoi?) je continuai sur "le merle" les jasseries de Pillières,  passai près des captages du Brugeron, puis de la stelle en mémoire des 2 "résistantes" parachutées ici pendant la guerre de "40",  pour "tomber"pas loin du col sur une connaissance, l'ami Banbois avec un copain qui allaient en direction de Puy gros, seuls indigènes rencontrés pendant ma sortie. De là, le col, et le retour au point de départ à l'inspiration en suivant les chemins et en évitant la bruyère à cause des, seulement 10à 12cm de neige exploitables..
Finalement pas de regret excepté la faible couche de neige (pour le moment) qui limite les possibilités.
Col des Supeyres (conditions d'enneigement)
Ce lundi 4/1 après midi je rentre d'une petite sortie, histoire de voir ce qu'il pouvait y avoir comme épaisseur de neige. Munis de mes Germina "cailloux", et malgré tout d'une paire de chaussure de footing dont je n'ai pas eu besoin car les 4à5cm au départ étaient suffisant (en évitant les descentes) pour se faire plaisir, d'autant que le fond était un peu gelé ce qui arrangeait bien la glisse. Direction les pistes par la droite au départ puis, plus loin, hors pistes sur le bois Balayoux dont je remontais la fin du ruisseau, le refuge du SHF, le haut des pistes de Prabouré puis la lisière Est de la plantation, enfin l'intérieur de celle ci en évitant les parties trop "fermées" par les arbres et où la neige a du mal à pénétrer.
Le vent était d'ouest, température 0° environ et petite chute de neige en continu.