Tous les messages créés par forez63

Ce vendredi 10 avril, parti avec les raquettes (et les chaussures de footing) dans le coffre de la voiture pour le col de Chansert, j'optais pour les dernières tant la température, le vent de sud, et, depuis lundi, la dégradation visible de l'état neigeux rendaient la raquette très hypothétique..
En footing sur les anciennes pistes de ski de fond de "la Montagnette", avec pourtant de grandes parties enneigées sur le Nord, là ou, il y a pas mal d'années, s'entrainaient en "fond" les mordus d'alors, faute de neige suffisante ailleurs ("Forez" sait où..) puis, par un petit chemin forestier, (avec 2 chevreuils en prime), aboutissant sur la route de Goutisse ( celle ci, également ancienne piste) Domas, la "grosse font", le chemin encaissé et enneigé qui rejoint Chansert (mon lieu de départ.)
Il faut se rendre à l'évidence, cette fois, et comme l'an passé à pareille époque ça semble être terminé..
Modifié il y a 4 ans
Une fois n'est pas coutume, je vais vous faire part d'une sortie en crampons- piolet dans la belle vallée glacière du Fossat..
Pour les néophytes du coin cette vallée "protégée" du Parc Naturel Régional Livradois-Forez se situe sur une route qui "vient de nulle part pour aller nulle part", trouvaille il y a bien longtemps d'un responsable de l'ancienne DDE au temps du ski de fond dans ce secteur pour en justifier son non déneigement.
On peut l'emprunter par Job, direction col de Chansert.
Parti de la borne Michelin vestige d'un sponsoring lointain, je ne chaussais pas immédiatement les crampons , sachant que la piste forestière de fond de vallée empruntée présentait plus loin des "manques" de neige..
Au premier virage rencontré, je chaussais et  pris en face un sentier qui longe la rive gauche du ruisseau, que je traversais un peu plus loin pour éviter de l'eau qui courrait sur celui ci..
Mal m'en pris (et pourtant je le savais, l'ayant fait quantité de fois) pas de passage, je voulus quand même poursuivre rive droite pour le trouver enfin plus haut, et, alors que j'étais prêt à faire demi tour, je tentais, et réussis quand même à rejoindre l'autre rive crampons aux pieds.
Je choisis plus loin une voie qu'avec "Forez" on qualifie de facile (au niveau de 2 grands rochers sans doute détachés de la montagne lors de l'avancée du glacier) et empruntais ma montée sur le sommet  de la Pause ( parti de 1225m je débouchais à 1470 environ) sans difficultés tant la neige solide et abondante dans ce secteur me permettait de négocier au mieux la pente entre les rochers.
A découvert, sous un violent vent de Nord, et presque renversé il me fallut revêtir une doublure supplémentaire.
De là, petite incursion le long des falaises de neige qui se forment en bordure de bois, et retour le long de celui ci tout d'abord puis sur le chemin venant du col de Chansert, que je quittais plus loin à droite pour revenir plein bois à la voiture.
ça sent quand même un peu la fin de la saison, mais qui peut vraiment l'affirmer?
Pas moi en tout cas..
Modifié il y a 4 ans
Ce matin aux "Supeyres", nous étions 2 courageux à braver la petite bruine. Un copain en skis fartés et moi avec mes "Germina" de rando, courts à écailles.
Résultat global, encore assez bien enneigé autour et à l'intérieur de la plantation de Ceylar, qui a bien souffert cet hiver(arbres et branches cassés).
En partie sur piste et hors pistes, j'ai pu revoir des coins où je n'étais pas allé de longtemps, sans déchausser, mais en passant quelquefois dans l'herbe ou la bruyère, puis, après avoir déchaussé cette fois pour descendre à gauche le pré complètement déneigé, au bout de la lisière Nord, (en direction des Pradeaux, et en vue du pont de la Fayolle), pour remonter la "grande plantation" puis faire des tentatives hors traces sans succès (arbres et branches cassés) et trouver, à droite, le premier pare feu montant, bien dégagé et bien enneigé, qui m'a conduit sur les pistes du haut. De là, à droite encore, en bout de celles ci et débouché en lisière Est, encore à droite en direction du haut de Prabouré, puis retour aux Supeyres en zigzag entre les pins par toutes les plaques de neige possibles. On ne peux malheureusement pas trop s'éloigner de la lisière en raison du manque de continuité de ces plaques.
Avant mon arrivée au col, la petite bruine s'est subitement transformée en neige, pas très abondante cependant.
Arvir , mouinage lo santé, et porta te bien..
   ça devient sérieux et Je crois qu'il serait opportun qu'on prenne de l'air.
A cet effet  j'irai, peut-être demain matin, voir s'il en reste en hauteur…
Je vous tiendrai au courant.
N 75 tu m'as bien fait toutefois, mais vous le savez peut-être, ce projet était bien d'actualité il y a pas mal d'années, et si, "dieu m'en garde" ça devait ressurgir, il faudrait qu'on reprenne les fourches qu'on avait remisées à l'époque..
A partir du col des Supeyres d'ailleurs, vous avez bien dû remarquer cette amorce de route goudronnée sur 800m env. jusqu'aux 3 fontaines du goulet ?
Pour la petite histoire je crois savoir que la commune de Valcivières, ne sachant que faire d'un reliquat d'argent sur une dotation, et craignant à juste titre de le perdre, l'a "placé" dans cette amorce de route des crêtes (c'est toujours ça de pris qui n'ira pas aux autres).
Soyons vigilants tout de même.
Enfin, "dieu (encore lui) merci, le PNRLF (et benbois) sont là, et comme Zoro ils arriveront à temps pour nous sauver de cette hérésie.
Je ne sais comment ça s'écrit mais dans le patois que j'ai entendu dans mon enfance à Vertolaye et au village du Garrait on disait phonétiquement : "à nous maï vire", mais on est bien d'accord sur ce que ça veut dire..
Je vous donne des nouvelles fraîches de ce matin sur la neige "au Supeyres":
Parti essayer mes "germina" d'occasion plus courts et aux carres plus affutées que mes anciens, j'ai été contraint de prendre les pistes car ailleurs, en hors traces ça paraissait difficile, sauf peut-être, de l'autre coté du col, la lisière des "égaux" coté Reblats..
Il était tombé 1cm de fraiche sur la "tôle" mais à la fin de mon tour de pistes avec une petite incursion en hors piste quand même une petite averse est venue se rajouter.
Le vent frais et fort de NO et la température -3° incitaient plutôt à chercher les abris dans les bois..
A maî vire..
Ce n'est pas de ski de "rando" mais de raquettes dont je vais vous parler, on peut bien leur faire une petite place dans notre rubrique je pense?
Donc, mon intention cet après midi était, partant du Fossat (borne Michelin parking au moins 3 voitures), de monter à la croix, puis faire une petite incursion "au nez" de la vallée des Reblats et revenir par le haut des rochers de la pause en fonction de l'enneigement.
Départ du parking en longeant le ruisseau, ou même les ruisseaux car il vient de l'eau de partout. Toutefois, de la neige en quantité en évitant les trous d'eau.
Arrivé au pied du "mur" en fond de vallée, nous l'avions appelé ainsi il y a fort longtemps, étant à l'époque, souvent emprunté par les skieurs et l'avions même nettoyé de ses arbrisseaux, ainsi que le sentier de la croix entretenu par des saignées d'évacuation.
Donc le "mur" franchi, me vint l'envie, à partir de là, de renouveler ce que j'avais fait il y a quelques années en skis, c'est à dire la montée directe entre les rochers, et la sortie pas très loin de la croix.
Dans ce secteur les rochers ne sont pas trop difficiles à passer. L'enneigement est très bon, et sans difficulté je me retrouvai en haut, mais dans le brouillard, et surtout un vent d'ouest fort et une pluie fine et continue.. Décision: battre en retraite et tant pis pour les Reblats, ce sera pour plus tard.
Direction le sommet des rochers où je trouvais les traces de skis de "Forez" que je suivis dans de larges espaces très enneigés en bordure de bois pour atteindre le chemin qui descend au col de Chansert, sauf, que je le laissais pour "piquer" à droite plus loin, dans le bois bien enneigé afin de retrouver ma voiture garée à la borne Michelin, un peu trempé mais satisfait de ma courte sortie..
Modifié il y a 4 ans
Hier, jeudi après midi, au départ du col des Supeyres, rando-skis sur Prabouré.
Chaussé au départ pour mes skis d'alternatif pistes, j'eus la bonne idée de changer celles ci et le matériel adéquat pour du hors traces. Départ direction sud en lisière de bois par  "la grande congère" surnommée ainsi lorsque les pistes de ski partant du col y passaient, et, à juste titre, car c'était, et c'est l'un des coins les plus enneigés du secteur. A cette époque d'ailleurs, on profitait à découvert des replis naturels du terrain qui conservent plus longtemps la neige, et évitent la pose de ces lattis disgracieux que l'on voit de ci de là, sans parler du travail généré par celle ci..
De cette "grande congère" qui domine le dernier lacet de la route avant le col, direction, en gros, le bois Balayoux avec une grande envie de rejoindre le chemin du grand genévrier aux Jassoux que j'apercevais plus bas et qui était enneigé. Par prudence, je restais plus haut tout en descendant quand même, en butée du bois Balayoux dont je remontais la lisière nord, passais au dessus du passage bien connu du ruisseau de Balayoux, pour éviter le déneigement partiel, et bifurquais à gauche pour arriver par un petit bois de hêtres au "refuge " du SHF (Sports Hiver Foréziens), puis le haut des pistes de Prabouré, le gros rocher que j'escaladais pour avoir une vue d'ensemble de l'enneigement qui suivait, et surtout d'une combe agréable à descendre qui conduit à la route de la Fayolle..
Par prudence je restais sur les pistes qui longent le bois et rapidement me trouvais en haut de la dernière descente sur le "bois du coin".
Mes skis, (ceux de "Forez"smile dans cette belle pente et par une neige extra ont dû se demander pourquoi je ne "godillais" point au lieu de faire de grands virages pour arriver à la route..
Bref, la route (piste) bien enneigée, de la Fayolle, le pont du même nom et le milieu de la grande plantation rectiligne de Ceylard, avec ses quelques bosses dont on se demande toujours si c'est bien la dernière qui arrive, puis la descente au col..
A l'arrivée, un bon chocolat chaud aux "gentiannes" et la salut amical de ses hôtes..
Somme toute, courte, mais bien agréable sortie..
Modifié il y a 4 ans
Hier, lundi après midi, j'ai fait la rando en skis à partir du col du Béal, que j'avais différée dimanche matin en raison d'un temps exécrable (vent fort et brouillard épais) en me repliant plus bas sur l'ancienne liaison de ski dite "du merle" pour y faire une petite ballade en raquettes..
Donc, direction "le Chesseton", passage à l'arrière de puy gros en lisière de bois, descente au fond de puy gros puis montée de la piste de ski de fond, passage derrière "chez chitou", arrivée à "2 boules" et là, l'idée de descendre sur la chapelle des Besses et de profiter du bon enneigement actuel sachant que le chemin assez pentu vers la fin pouvait être un peu déneigé (ce qui fût bien le cas sur quelques dizaines de mètres)
La chapelle, du moins les ruines de celle ci sont toujours présentes mais chaque année qui passe tend à l'effacer du paysage et c'est bien dommage..
Heureusement, ce n'est pas le cas à la Richarde, de l'autre coté de Pierre sur haute où, le propriétaire et bâtisseur de l'édifice l'entretien soigneusement..
 Passé la chapelle, je remontais le chemin entre les arbres (ancienne piste noire de ski de fond de "Camelot"smile pour déboucher sur les pistes actuelles communes au col de la Loge et au col du Béal, après passage dans une belle éclaircie comportant une ruine de "jas"..
 j'empruntais à gauche ces pistes jusqu'au pied de la Montagnette, puis à droite la liaison raquettes Béal-Loge, où je bénis les skis de rando courts de " Forez" tant l'étroit sentier dans les arbres et les branches pliées m'obligèrent à slalomer..
Heureusement, 2 clairières bien dégagées dans une neige extra me permettaient d'aboutir à nouveau sur la piste de ski au niveau du passage du ruisseau et  de son pont que je traversais pour prendre à gauche le grand pré des loges de la Lite.
De là, en longeant un parc et le traversant plus loin, je "plongeais" sur la loge "du Fossat" (Loire). Rien à voir avec la croix et la vallée du même nom pas très loin dans le Puy de Dôme. En tous cas, descente très agréable.
Sur la droite, le chemin en direction de Manjasson en évitant, par les prés, des portions en descente, pas trop enneigées.
La traversée de l'étroite passerelle sur le "ru" de la pigne m'obligea à déchausser. L'hiver dernier, dans l'autre sens, j'avais pu la passer à skis.
Pour éviter la montée du chemin encaissé, en face, je remontais par le grand pré sous les loges de Manjasson puis, par Courtaud (1336m) et les petites bosses qui suivent (cotes 1316-1342-1329) je franchissais la belle combe du 1er grand virage de la route sous le col pour arriver enfin à destination. Le passage du lattis, près du bâtiment fût facile, la neige le recouvrant complètement. Je dois préciser, pour avoir assisté au déneigement de la route, le 10 février dernier, que la "souffleuse" y est pour quelque chose..
En conclusion une petite rando agréable et variée, dans d'assez bonnes conditions d'enneigement et une neige portante, glissante, et "retenante" malgré tout..
 La saison hivernale se termine mais il y a encore de belle sorties à faire dans ces coins. Toutefois, une petite chute de neige serait bienvenue.


Modifié il y a 4 ans
Pour info aux skieurs rando ou raquetteurs, il reste encore suffisamment de neige dans le coin du Chansert.
Arrivé à la "grosse font" pour un petit tour sur le mont Chouvé (en raquettes), j'ai constaté que la route de Chansert était déneigée, avec de gros talus sur les cotés.
Je poussais un peu plus loin en voiture au dessus des 2 premiers lacets d'où, habituellement je pars dans le bois sur la droite, mais impossible d'y garer.
Sans certitude de pouvoir garer à Chansert, demi tour et retour en bas.
Départ dans le pré de la jasserie, franchissement en haut de celui ci, de la route déneigée et, tout d'abord, un chemin encombré d'arbres cassés qui aboutit sur celui qui va de Chansert à  la route de Montrodez.
J'empruntais ce dernier sur la droite en montée pour "piquer" plus loin à gauche, et, avant qu'il ne redescende, direct dans le bois et déboucher sous les aires d'envol des parapentes.
Le sommet du Chouvé puis descente "à vue de nez" en naviguant entre rochers et arbres, en "tirant grosso-modo" sur la font du blanc dans un bon enneigement pour aboutir sur la piste de Montrodez, également enneigée et revenir à la voiture en plongeant à gauche avant les 2 derniers virages surplombant le parking dit "de la grosse font".
  Un petit tour "sympa" de fin de saison qui peut se faire en skis sauf à la descente du Chouvé prendre la direction de la font du blanc (grande éclaircie enneigée) la route de Montrodez n'est pas loin en dessous de ce lieu.