Tous les messages créés par forez63

Qui dit mieux?
 Je veux bien, l'hiver prochain (s'il y en a un..) regarder les vestes "Simond" car j'ai besoin d'un remplaçant à mon blouson "Ivano Ghirardini" acheté il y des lustres à Chamonix et que je dois mettre au futur musée des équipements anciens. Celui ci restant à créer, avis aux amateurs.
P/S: sans "rigoler" je possède une paire de skis bois, étroits et à bords parallèles achetés à Helsinki en 1972 de marque Karhu,  modèle: (Pika Karhu)  "ourse rapide" en Finlandais, qui pourrait y figurer (inutilisables en l'état car l'un d'eux est cassé au talon).
Modifié il y a 5 ans
Ce dimanche 1er mai, et après avoir, la veille, aidé au débalisage des pistes du col du Béal, sous la neige une bonne partie de la matinée, j'ai décidé d'aller voir ce qu'il pouvait y avoir une fois la nuit passée.
Donc la voiture (sans pneus neige démontés il y a pas mal de temps en raison des températures presque estivales mais, heureusement avec la pelle à neige, et direction ce même col. Neige grasse à partir de St Pierre la Bourlhionne (à 7km de celui ci) et route non déneigée malgré le panneau col ouvert.
Plus je montais et plus la couche épaississait jusqu'à atteindre une bonne dizaine de CM aussi je décidais de m'arrêter une fois de plus au lieu dit "la grande tranchée" (2km5 au dessous du Béal) et je bénis mon idée de prendre la pelle malgré l'époque où l'on commence plutôt à bronzer qu'à faire du ski. Elle me servit au cours d'une marche arrière bloquée par le patinage de mes pneus.
Enfin, départ sur la route forestière, ancienne liaison de ski de fond "de la Batadie", que je quittais au bout de quelques 150m pour "attaquer" la montée des "S", elle aussi prévue à l'origine comme piste d'accès chiens de traineaux aux jasseries du Béal, où j'arrivais après une bonne montée relativement courte mais ardue en raison de la trace à faire dans une douzaine de CM de neige, bien sûr sans sous couche.
Au débouché sous les jasseries, j'avais bien imaginé que le vent de Nord me prendrai de 3/4, mais pas à ce point (température au départ de la voiture -4°) donc arcbouté et tant bien que mal dépassais les jas puis, un petit bout direction Sud (ouf) court répit car je repris vite ma direction initiale puis, au pied de "roche courbe" que je contournai par le sud,à l'abri,  calme plat, avant la reprise à l'arrivée au col.
Je ne m'y attardai pas d'autant que ça y était le désert. Juste le temps de faire une photo, et :
Demi tour, optant pour mes traces, en partie effacées, afin de profiter d'un peu de glisse, je fis le chemin inverse en déchaussant dans les deux derniers "S" mal enneigés et pierreux.
Conclusion:
ça "peut faire" mais c'est quand même pas le "top" car à cette époque le coeur n'y est pas, si vous voyez ce que je veux dire..

Drôle de saison quand même…

P/S: j'ajoute que ce qui m'a incité à faire cette tardive sortie, c'est l'essai (concluant) d'un pantalon neuf, conseillé par "Forez", chez Décathlon et de marque Simond (très bon rapport qualité-prix).

Modifié il y a 5 ans
Bonjour "ren".
Je vois où est situé Syote (Pudasjärvi) à peu près à l'aplomb de Oulu (Oulou en finlandais). C'est relativement bas (au dessous de Rovaniémi) mais en Finlande les choses sont différentes et la neige moins capricieuse qu'en France. Je te souhaite un bon séjour , et tiens nous au courant de ton impression et des conditions de ski..
Non Ren je ne vois pas où est Iso Syote. J'ai surtout "navigué sur et autour du lac Inari et en direction de Nuorgam sur la frontière Finlando-Norvégienne. Une précision par rapport au matériel employé il s'agissait de skis relativement étroits (50-55mm) et surtout pratiquement toujours dans des traces de moto-neige. Si l'on doit faire du hors traces en priorité, il faut des skis plus larges genre "rando" et plutôt à écailles en emportant un peu de paraffine en cas de besoin.
Modifié il y a 5 ans
"Et pendant ce temps là" "forez 63" finissait d'user la neige du coté du Béal (voir ci après)
Ce matin donc, je suis parti dès 8h30, et, contrairement à hier en raquettes, cette fois avec les skis "Salomon" de "Forez" et  me suis dirigé sur "2 boules". La neige était "raide" malgré le soleil mais elle s'est assouplie assez rapidement  pour devenir très bonne au fur et à mesure de la matinée. De "2 boules" je fis le crochet par "chez Féré", déchaussant quelques dizaines de mètres sur le bas puis remontais sur les pistes en les suivant jusqu'au pied de la "montagnette". Là, dilemme, soit demi tour, soit continuer en direction des loges de la Lite. J'optais pour ce dernier choix sachant bien, qu'après une longueur plate assez bien enneigée je me trouverais à déchausser dans la descente en partie déneigée jusqu'au passage sur le ruisseau ( début du Lignon)
 Après, tout bon dans la montée et une partie du plat en direction de "2 boules". A cet endroit, de belles portions hors traces, entre les petits bosquets de hêtres jusqu'à l'entrée ouest de la "petite Laponie" que je parcourus au hasard au gré de mon envie, dans une neige très favorable au franchissement des petites bosses qui la parsème. A la sortie, même topo et traversée en zigzag sous le Chesseton, puis sous le "pas de la croix" pour arriver au col du Béal satisfait de mon tour malgré des conditions d'enneigement minimes. Enfin, la "rando" c'est bien tout ça. Si l'on attend de réunir la neige de bonne qualité du début à la fin et le soleil sans vent éventuellement, on fait pas grand chose..
Ce matin, petite échappée au col du Béal pour voir "l'étendue des dégâts" suite au radoucissement de ces jours ci. Parti avec les seules raquettes, je m'aperçus bien vite que les skis de rando un peu larges auraient bien fait l'affaire..Départ de l'auberge en direction du haut du Chesseton (1426m) je contournais le bois de la Pigne, que nous appelons aussi "petite Laponie" en raison de sa similitude avec cette région de Finlande si belle en hiver (moins en été à l'époque des moustiques..) Donc, parvenu en le longeant, à l'extrémité EST du bois, j'entrais carrément dans celui ci bien enneigé, pour le sillonner à l'estime entre les petits pins (à crochets) et les petites buttes qu'il présente.
Sorti à son extrémité ouest je me dirigeais vers le Chesseton (1426m) en optant pour la traversée d'un petit bois parsemé de hêtres et de bouleaux chétifs. A sa sortie j'optais pour les cales de montée sur un petit sommet (1376m) avant de basculer en direction du "pas de la croix" proche du col du Béal.
A cet endroit, direction la montée de "Roche courbe" (1432m) qui domine le col du Béal dont j'apercevais les bâtiments et l'unique, (la mienne) voiture sur le parc à véhicules.
Personne au cours de cette petite rando, quelques traces de chevreuil, et de skis à l'intérieur du bois (un connaisseur) c'est tout. Ah, j'oubliais, 2 biches traversant la route sous le col en montant, mais aussi, c'est l'époque, une volée de pigeons ramiers remontant au nord, et passant assez bas à cause d'un vent assez fort d'ouest.
Ayant fait de nombreux "raids" en Finlande avec des groupes, nous sommes toujours partis avec des skis de fond étroits (47-50mm). Nous skiions alors en général dans les traces de motos-neige et même en forêt ça ne posait pas de problème. A l'intérieur de celles ci il est aussi avantageux d'avoir des skis relativement courts, ça peut permettre quelques hors traces agréables et une évolution plus facile.
Modifié il y a 5 ans
Hier, vendredi après midi, petite "virée" au col du Béal encore.
Par rapport à mardi dernier la couche ne semble pas avoir trop diminué (38cm à la mesure positionnée en haut de la petite Laponie, en bordure de la piste). Donc, sur les pistes bien damées dont j'ai fait le premier passage, puis, à "2 boules"  direction  la chapelle des Besses pour un hors traces agréable dans cette neige portante et glissante (le 8.  février dernier, "Forez" et 3 amis étaient passés là au cours d'une traversée du massif, mais raquettes à neige sur le dos faute de matière première). Ainsi que je l'imaginais, la dernière descente sur la chapelle manquait de neige et il fallut freiner des quatre fers pour éviter un passage dans les cailloux. Déchaussant sur une cinquantaine de mètres et passé un arbre en travers de la piste (très ancienne piste rouge du foyer de Camelot au temps du premier domaine Nordique) j'entrepris la montée assez raide jusqu'à une clairière avec un jas en ruine, où, au dessus de celui ci, la pente s'adoucit pour arriver à nouveau sur les pistes damées, et jusqu'au pied de la "montagnette" que je contournais par la droite jusqu'au col de la loge.
Au  retour par ces mêmes pistes damées où j'étais le seul skieur, 2 chiens se mirent en tête de me "faire la trace", j'eus beaucoup de mal, et heureusement à manger pour les attirer, donc beaucoup de mal à les faire retourner d'où ils venaient, le col de la loge en l'occurrence, puisque le dernier ne fit demi tour que après deux boules.
.Parti par une température de + 1° et un vent qui me semblait plutôt nord, je revins dans le brouillard épais et mouillant et un vent d'ouest, sans avoir "vu un chat" pendant ma virée, par contre, 2 chiens gentils mais "collants".
Conclusion: si le temps ne radoucit pas trop, et, sans tarder, autour du col du Béal il reste encore suffisamment de neige pour se faire une petite sortie
Pour faire suite à mon message précédent: "il y a encore quelque chose à faire" sur le massif car hier après midi je suis parti du col du Béal avec mes "germina" 50mm sur les pistes damées- tracées en direction de "2 boules". A partir de là, hors traces par la première bosse qui surplombe le jas du Fossat, et que je descendis en faisant, par plaisir, tous les virages possibles autour des petits arbrisseaux. De là, direction Manjasson mais avec un aller-retour au jas de Laparent où nous passions quelquefois lors de nos incursions au rocher Faradias..Hélas, ce jas est à présent en très mauvais état, et son sauvetage, sans doute couteux, est problématique. Dommage.
.De ce lieu, le carrefour avant la passerelle étroite sous Manjasson, seule possibilité de franchir le "ru" de la Pigne pour remonter sur les jas. Avec mille précaution, ne voulant pas déchausser, et en appui bâtons dans le ruisseau, j'arrivais à passer, remontais le pré sous les jas et me dirigeais sur la bosse suivante: Courtaud (1336m) puis deux autres (cote 1316 et 1342m) pour descendre et couper la route du col du Béal à Chalmazel, afin d'aller "naviguer" dans une bonne neige le long du bois de Cluzel au dessus du ruisseau de Font noire que je traversai au lieu dit "cave" sur une petite passerelle indispensable et bienvenue eu égard à la largeur de celui ci.
Après avoir contourné la dite "cave", je cherchai et trouvai un chemin pris en période estivale permettant de remonter sur les jas de Bayet et sortir du bois non sans franchir des clôtures heureusement pas trop hautes.
De là, et en vue des bâtiments du col du Béal, je profitais d'une très bonne neige pour allonger le parcours au dessous du chemin bien "battu" de traces,  venant de la station de ski de Chalmazel..
Malgré le manque de gel conséquent pendant l'hiver, la neige tient toujours. En tout cas tant que le vent, qui était de Nord hier, ne vire pas au Sud..
Quelles belles photos Jacou. Pas de merci, c'est avec plaisir si je peux te (vous) renseigner sur les possibilités dans le coin; "Forez" également autant que moi n'hésitez pas.
Ceci dit, voici mon CR de sortie à skis (germina écailles) de ce matin:
Parti du lieu dit "la grosse font" sur la route du col de Chansert, bien connu d'adeptes du ski de rando, pas vrai Benbois? je franchissais la très grosse "gourbe" de neige amassée par la DDE pour dissuader les voitures d'aller plus loin ( apparemment sans succès pour les engins 4x4 ou autres buggy..) et montais dans  la clairière de la jasserie, coupais la route pour emprunter d'abord un chemin assez encombré d'arbres couchés pour trouver plus haut celui venant du col de Chansert, pris sur quelques dizaines de mètres puis laissé pour "piquer" plein bois (à vue de nez) sur le mont Chouvé. Montée pas facile mais grâce à ma technique de l'escalier avant ou même arrière, je zigzaguais dans les parties les plus pentues et encombrées sur une neige (env. 20à30cm) bonne et pas trop gelée en sous bois (température +5° au départ).
Débouchant en vue du mont Chouvé (1462m) base de lancement des deltaplanes, je mis le cap sur celle ci accueilli par une petite pluie vite arrêtée.
De là, direction le rocher de la fromagère, agréable descente puis montée dans les arbustes, et nouvelle super descente sur les jasseries du bois tombé (ruines) l'éolienne et la belle jasserie de la "font du blanc".
La descente sur la route forestière de Montrodez fût moins facile dans le chemin pentu dont quelques pierres apparaissaient. Il me fallut déchausser 2 fois avant de trouver cette dernière et le début de la mauvaise surprise de cette sortie, la clairière de "retournement" ou stockage de bois truffée de traces d'engins, sûrement pas de débardage à cette époque, mais difficile pour le ski. Je continuais sur la piste en direction de Chansert et m'aperçus que les traces venaient du chemin (très ancienne piste de ski de fond) de "Colombie" au dessus du chalet actuel dit "des blancs" et qu'à cette intersection, la clairière était aussi labourée à plaisir. Continuant ma progression sur Chansert, enfin sans ces traces désagréables, je vis venir face à moi, en zigzaguant sans doute pour le plaisir, un buggy avec 2 personnes casquées sur le siège. Devant mon air réprobateur, sans décélérer le chauffeur, vitre baissée me lança, sûrement pas un bonjour mais des paroles que je ne compris pas, mais aussi il me fallut reprendre mon souffle coupé par les gaz d'échappement. Voilà qui gâchait complètement ma sortie, et en continuant ma route je pus voir que la ligne droite n'était pas leur problème..
Ils avaient, bien sûr franchi la butte de neige de "la grosse font" et s'en payaient une partie dans cette belle neige, sauf que la piste forestière a été refaite entièrement il y a 3ou 4 ans sans doute aux frais du contribuable et ça me fait râler..Mon ami Dominique n'étant plus au PNRLF. Cette route devrait être fermée par temps de neige (sauf les secours bien sûr), Jean-Claude pourrait-il le signaler au moins à la commune de Job et à l'ONF (qui a son panneau de signalisation sur cette piste peu après avoir quitté la route de Chansert.).
Pour ne pas rester sur cette note désagréable je pense que malgré la température qui monte il y a encore à faire quelques jours dans ce coin..