Tous les messages créés par forez63

Ce matin, avec un ami, à partir des Supeyres, petit tour de raquettes par le bois d'abord en direction des jasseries de Malmotte, puis au dessous de celles ci, emprunté le cours du petit "ru" et remonté en gros direction sud jusqu'aux pistes damées de ski de fond, traversé la première, en bordure de la plantation de Ceylar, puis traversé celle nommée "descente de la grande plantation" pour prendre plus haut à gauche la "piste supérieure" et sortir en lisière EST de cette plantation, puis à travers "champs" en suivant les plaques de neige afin de revenir au col des Supeyres.
Température +4°, léger vent de Sud, neige toujours aussi "dure" mais qui semble tenir encore, jusqu'à quand ?
Pas de skieurs, seulement 2 personnes à pieds sur les pistes.
Aperçu 4 voiles sur le plat des Egaux, c'était un peu insolite vu les grandes étendues sans neige dans cette direction, mais rassurant en quelque sorte, cette discipline se pratiquant peu  (Jacou n'est-ce pas), dans la bruyère ?
P/S:
je vous conseille sur la revue "ski de fond" qui vient de paraître, l'article de Régis sur le ski nordique, mais aussi l'éditorial du Président de l'ANCEF qui prône le ski de rando nordique et la raquette..
Modifié il y a 5 ans
J'ai fait, ce vendredi matin un petit tour en raquettes également au départ du col des Supeyres :
Les bois en direction de Malmotte, les jasseries, la "remontée" du petit "ru", 2 traversée des pistes damées, un petit tour au delà de la bordure Est de la plantation, longé le petit "ru" sous la grande congère, traversé une première fois la route des Supeyres, remonté le petit vallon dans le grand virage retraversé la route et revenu au point de départ.
Pour la raquette ça allait mais en skis, ça n'aurait pas été facile pour moi en tout cas, eu égard à la dureté de la neige. Le vent était de nord et la température +5°. Pas un "chat" rencontré..
Modifié il y a 5 ans
Tout à fait Jacou.
étant hier matin sur le Béal, j'ai pu faire un petit tour de skis de rando, partie sur pistes damées, partie hors traces. Un peu "raide" au départ, la neige s'est adoucie au fur et à mesure dans la matinée.
Il fallait naviguer un peu entre les plaques et franchir des clôtures de barbelés que le manque de neige rendait difficile, mais c'est dans la difficulté qu'on progresse et depuis que j'en franchis je commence à avoir l'habitude. Je n'applique pas le système de franchissement "Forez"( et "N75" je crois) mais ça passe quand même sans accroc..
Vivement un rafraîchissement quand même…
Dans mon dernier CR de sortie je parlais des passerelles réalisées dans le "vallon Marcel" aux Pradeaux il y a bien longtemps.

Je vais essayer de joindre au présent message une photo (pas très bonne) d'un des vestiges de l'époque. Décidément il me faudra des cours d'informatique car je n'y arrive pas. A une autre fois..
.
Modifié il y a 5 ans
Bonjour Jacou. Très belles photos, j'aime beaucoup le contre jour avec les 3 arbustes vers la fin.
Bonne continuation pour toi et les autres.
Ce matin je vais au plus près (les Pradeaux) autour du barrage et du ruisseau..

Belle petite rando ce matin par le vallon "Marcel" (a) voir ci dessous, les pistes damées-tracées, le bois du coin, la tuile, le barrage.
-2°, vent d'ouest, averses de neige un peu humide..

(a) Le vallon "Marcel" que j'ai appelé ainsi en souvenir (lointain) du Président du foyer ANCEFSF des Pradeaux, hélas décédé, permet de rejoindre le suc de Montchaud en hors pistes.
Peut-être l'ai-je déjà dit ici mais Marcel, avait transporté à dos d'homme, car inaccessible autrement en raison du terrain très humide, le matériel nécessaire pour confectionner 3 passerelles, dont des vestiges subsistent encore aujourd'hui, en ce lieu où passait une piste de ski de fond, laquelle, du suc de Montchaud rejoignait la piste actuelle qui longe le barrage.
Modifié il y a 5 ans
Hier après midi sortie de ski au départ des Pradeaux derrière l'auberge, sur les traces de Forez (la veille) traces assez recouvertes toutefois.
Au moins 25 à 30 cm de neige. Première difficulté avec les arbres en travers du chemin, puis la route du barrage, et, le long de celui ci, les bois, pour déboucher à "la tuile" et trouver un 1er damage de piste pas très frais car ça enfonce pas mal d'autant qu'il neige faiblement sans discontinuer (et jusqu'à l'arrivée). Ensuite, à gauche, la route de la Fayolle jusqu'à la première jasserie au bord de celle ci où quittant la route et prenant tout à gauche le pré le long du bois, je me suis trouvé dans le brouillard, et une descente difficile en raison de la couche de neige plus épaisse non stabilisée.
Arrivé tant bien que mal au niveau de la première clôture de barbelés longée par un petit "ru"  (passage habituel facile) mais beaucoup moins aujourd'hui en raison de la, relativement faible, couche de neige, puis la 2ème clôture et, bonheur, trouvé des traces, dans lesquelles j'ai pu souffler un peu, la petite passerelle, quelques mètres de montée et enfin mes traces aller et un "repos" bien mérité dans celles ci.
Arrivé au niveau du barrage, j'ai croisé une dame, en raquettes,( accompagnée de 2 chiens de traineaux)  que j'ai remerciée de m'avoir "battue" la piste de retour. Nous nous connaissions car elle avait géré le chalet de la roche (Vertolaye) dans les années"90", au début du premier "domaine nordique des crêtes du Forez", et de ses 7 portes d'accès.
Enfin, près de l'arrivée, 2"pisteurs" de la "porte" des Pradeaux terminant à pieds et presque à la nuit le balisage d'une piste raquettes.
Sortie agréable mais un peu difficile sur cette neige non stabilisée, sans sous couche.
Modifié il y a 5 ans
Je suis toujours émerveillé par la technique (au service de la bonne cause bien sûr) et ces drones servent bien, en l'occurrence, la rando nordique.
ça donne envie d'y être..Vivement la prochaine neige..
Ce vendredi 10 avril, parti avec les raquettes (et les chaussures de footing) dans le coffre de la voiture pour le col de Chansert, j'optais pour les dernières tant la température, le vent de sud, et, depuis lundi, la dégradation visible de l'état neigeux rendaient la raquette très hypothétique..
En footing sur les anciennes pistes de ski de fond de "la Montagnette", avec pourtant de grandes parties enneigées sur le Nord, là ou, il y a pas mal d'années, s'entrainaient en "fond" les mordus d'alors, faute de neige suffisante ailleurs ("Forez" sait où..) puis, par un petit chemin forestier, (avec 2 chevreuils en prime), aboutissant sur la route de Goutisse ( celle ci, également ancienne piste) Domas, la "grosse font", le chemin encaissé et enneigé qui rejoint Chansert (mon lieu de départ.)
Il faut se rendre à l'évidence, cette fois, et comme l'an passé à pareille époque ça semble être terminé..
Modifié il y a 6 ans
Une fois n'est pas coutume, je vais vous faire part d'une sortie en crampons- piolet dans la belle vallée glacière du Fossat..
Pour les néophytes du coin cette vallée "protégée" du Parc Naturel Régional Livradois-Forez se situe sur une route qui "vient de nulle part pour aller nulle part", trouvaille il y a bien longtemps d'un responsable de l'ancienne DDE au temps du ski de fond dans ce secteur pour en justifier son non déneigement.
On peut l'emprunter par Job, direction col de Chansert.
Parti de la borne Michelin vestige d'un sponsoring lointain, je ne chaussais pas immédiatement les crampons , sachant que la piste forestière de fond de vallée empruntée présentait plus loin des "manques" de neige..
Au premier virage rencontré, je chaussais et  pris en face un sentier qui longe la rive gauche du ruisseau, que je traversais un peu plus loin pour éviter de l'eau qui courrait sur celui ci..
Mal m'en pris (et pourtant je le savais, l'ayant fait quantité de fois) pas de passage, je voulus quand même poursuivre rive droite pour le trouver enfin plus haut, et, alors que j'étais prêt à faire demi tour, je tentais, et réussis quand même à rejoindre l'autre rive crampons aux pieds.
Je choisis plus loin une voie qu'avec "Forez" on qualifie de facile (au niveau de 2 grands rochers sans doute détachés de la montagne lors de l'avancée du glacier) et empruntais ma montée sur le sommet  de la Pause ( parti de 1225m je débouchais à 1470 environ) sans difficultés tant la neige solide et abondante dans ce secteur me permettait de négocier au mieux la pente entre les rochers.
A découvert, sous un violent vent de Nord, et presque renversé il me fallut revêtir une doublure supplémentaire.
De là, petite incursion le long des falaises de neige qui se forment en bordure de bois, et retour le long de celui ci tout d'abord puis sur le chemin venant du col de Chansert, que je quittais plus loin à droite pour revenir plein bois à la voiture.
ça sent quand même un peu la fin de la saison, mais qui peut vraiment l'affirmer?
Pas moi en tout cas..
Modifié il y a 6 ans
Ce matin aux "Supeyres", nous étions 2 courageux à braver la petite bruine. Un copain en skis fartés et moi avec mes "Germina" de rando, courts à écailles.
Résultat global, encore assez bien enneigé autour et à l'intérieur de la plantation de Ceylar, qui a bien souffert cet hiver(arbres et branches cassés).
En partie sur piste et hors pistes, j'ai pu revoir des coins où je n'étais pas allé de longtemps, sans déchausser, mais en passant quelquefois dans l'herbe ou la bruyère, puis, après avoir déchaussé cette fois pour descendre à gauche le pré complètement déneigé, au bout de la lisière Nord, (en direction des Pradeaux, et en vue du pont de la Fayolle), pour remonter la "grande plantation" puis faire des tentatives hors traces sans succès (arbres et branches cassés) et trouver, à droite, le premier pare feu montant, bien dégagé et bien enneigé, qui m'a conduit sur les pistes du haut. De là, à droite encore, en bout de celles ci et débouché en lisière Est, encore à droite en direction du haut de Prabouré, puis retour aux Supeyres en zigzag entre les pins par toutes les plaques de neige possibles. On ne peux malheureusement pas trop s'éloigner de la lisière en raison du manque de continuité de ces plaques.
Avant mon arrivée au col, la petite bruine s'est subitement transformée en neige, pas très abondante cependant.