Tous les messages créés par marcolino

C'est marrant, personne n'en parle ou j'ai manqué un truc ?

<iframe src="http://player.vimeo.com/video/63220891" width="500" height="281" frameborder="0" webkitAllowFullScreen mozallowfullscreen allowFullScreen></iframe>
Modifié il y a 7 ans
Marrant, j'ai testé aujourd'hui une de ces fameuses paire de Svartisen (un modèle un peu différent, sans guêtre) et je n'ai jamais eû aussi mal aux pieds de ma vie à cause de chaussure.
Mon problème vient d'un manque évident de rembourrage au niveau au sommet du renfort plastique qui écorche le côté de jambe, au niveau du mollet. Avec une paire de chaussette plus épaisse et un espèce de bande moletière sur la mollet, le confort est acceptable, avec un pied amoché.
Modifié il y a 7 ans
Rando Rail & Glide entre Les Prés-d'Orvins (1007 m pour l'arêt du bus) et Saint-Imier (798m pour la gare) via le Chasseral (1607 m). 50 cm au départ dans la combe d'Orvins, skiable jusqu'à 900 m côté vallon de Saint-Imier. Entre 5 et 10 cm de neige poudreuse sur fond dur côté nord et à l'abris du soleil. Brouillard et vent le matin, se dissipant dès la mi-journée.
Modifié il y a 7 ans
Super ce que vous faites.
Je suis allé quelques fois à l'Etna voir les éruptions, dont une fois pendant l'hiver mémorable de 1992… Innoubliable… Par contre fumerolles et grostex ne font pas bon ménage.

Le gars qui ramène un gros bloc de lave, il est pas géologue par hasard ?
Modifié il y a 7 ans
Ben essaie des gros fats de SRN pour voir, c'est djeunz, c'est ludique, c'est fun et cela tourne tout seul, etc….. Par contre , tu as quand même la ferme impression d'avoir des enclumes aux pieds en comparaisons des NNN.
J'ai les deux, et j'apprécie toujours autant les ski à l'ancienne… Il n'y a pas que la descente dans la vie. Et franchement, si je me prends trois gamelles sur 200 mètres de descente, cela ne va en rien gâcher le plaisir que j'aurais eu à glisser tranquillement sur les 20-30 km de la journée. Mon équipement me permet de parcours des étendues délaissées par les skieurs de randonnée (trop plat) et les raquettistes (trop long).

Et l'adage dit qu'il n'y a pas de mauvais skis, que des mauvais skieurs.
Modifié il y a 7 ans
Ouais, certains aspects de la géologie, sont très peu glamours (j'ai été géologue minier dans une autre vie), mais notre monde est basé sur l'exploitation (sans vergogne) des ressources naturelles, et chacun d'entre nous y participe, plus ou moins (bagnoles, matériel électronique, etc…smile. Bon reste que le monde du pétrole, aussi pourri soit-il, n'es rien en comparaison de la grande finance, car ancré dans le monde réel. Et forer sous 1km d'eau et 3km de roche reste une prouesse technique.

Et la prospection d'eau n'est pas en reste. J'ai pas mal de potes qui ont cherché (et trouvé) de l'eau pour des potentats africains ou moyen-orientaux peu recommandables. Dans certains coins, on prospecte l'eau comme le pétrole, on tape dans des aquifères fossiles, non renouvelables. Sans compter les aspects géostratégique (le Golan, la Cisjordanie, c'est pour l'eau, rien d'autre).

Ceci dit, je ne vois pas trop l'intérêt d'une telle formation, qui ressemble plus a un stage de reconversion pour barbouze.
Modifié il y a 7 ans
Oui, Robert, ma foi en hiver je skie, enfin j'essaie…
Il y a quelques années Fritschi avait lancé une fixation nommée Skyhoy, qui n'a pas été comercialisée très longtemp.
Modifié il y a 7 ans
Sinon, tu peux t'inspirer du système de fixation alpine à câble des années soixantes, qui permettaient de marcher ou de fixer le talon. Sur ces fixations, la chaussure était tenue par un câble tendu par un levier placé devant la fixation. Ce câble passait soit par des crochets placés sur le ski près du talon de la chaussure, ce qui plaquait la chaussure sur le ski, soit par dessus ces crochets, le câble n'étant plus que fixé sur la fixation (comme sur n'import quelle fix' de télémark), ce qui permettait de lever le pied et de marcher. Ma mère a skié avec ce système (et des godasses en cuirs) jusqu'à la fin des années nonantes…

Ce système est facilement adaptable aux anciennes fixations à câble Rottefella (voir la photo)
Modifié il y a 7 ans
Intéressant ! J'utilise également pour mes tours de quelques jours en hivers un réchaud à gaz dans nos régions en moyenne montagne, pour des raisons identiques aux tiennes, mais également pour une histoire de compacité, et le fait que même en plein hiver, il est très rare de ne pas trouver d'eau liquide. Par contre, ton système de réchauffage me semble super compliqué.

Voici ce que moi je et d'autres font :

Pour rappel, dans une cartouche de gaz, il y a environ 20-30% de propane, le reste étant de l'isobutane ou du n-butane, avec des températures d'ébullition de -42°C, -12°C et 0.5°C (environ). Donc en hiver, par -10°C au matin, seul le propane est gazeux, les deux autres gaz sont liquides. Avec un réchaud classique se vissant sur la bouteille, une fois tout le propane consommé, le réchaud est inutilisable, car plus de gaz gazeux. Le truc en hiver est donc d'utiliser le propane pour "pousser" le butane vers le réchaud. Pour cela, j'utilise un réchaud avec brûleur déporté avec un système de préchauffage (conduit d'alimentation passant dans le brûleur, j'ai un Primus Spider). Une fois le brûleur allumé, je place la bouteille de gaz sur la tête, de manière à ce que le propane gazeux pousse le butane, encore liquide, vers le brûleur et devienne gazeux dans le tuyau de préchauffage. De cette manière, pas besoin de réchauffer la bouteille de gaz avant emplois.

Le système fonctionne bien pour moi, par contre je n'ai aucune expérience pour des températures bien plus basses (-20-30°C), des raids longs et de la cuisine exclusivement à partir de neige.

Note. Il y a maintenant des réchauds prévus pour cela, comme Optimus Vega, Jetboil Helios, mais n'importe quel réchaud possédant les caractéristiques susmentionnées est utilisable.
Modifié il y a 7 ans
Salut Robert,

OK je m'y colle, Geischterbahn c'est le train fantôme des foires…

Heu BLIK, non ? C'est des Bataves ?

Modifié il y a 7 ans