Tous les messages créés par marcolino

De toutes façons la concurrence à venir du Caucase va faire mal.

Pas cool pour les Caucasiens ! :-x Le bétonnage du Caucase, de la Crimée ou des Balkans m'emm.. tout aussi que celui des Alpes, même si je n'irais probablemment jamais dans ces coins.
Modifié il y a 9 ans
Pour ma part j'ai renoncé au bâton télescopiques, trop fragiles, chers et trop courts en général : les tubes se tordent ou cassent (chute), les mécanismes se grippent (poussière, oxydation, froid) et se cassent.

J'ai des Swix tout simple, avec un panier "montagne" et une poignée ski de fond.

Au fait, quel longeur utilisez-vous : j'ai toujours des bâtons assez long, en principe des 150 cm, soit 83% de ma taille.
Modifié il y a 9 ans
Kratzete (=graté), c'est un plat à mi-chemin entre l'omelette et la crêpe, brouillé avec une spatule en bois (d'où le nom) qui accompagne typiquement les asperges dans la cuisine badoise. L'équivalent sucré de ce plat, sont les dummis qui se mangent eux avec de la confiture ou simplement un peu de canelle.

La musique c'est le Benedictio, de Urmas Sisask, un compositeur estonien comptemporain, interprété par les Madrigal Singers de Talinn.

Pour l'Autriche, je ne sais pas trop : ils font du ski dans ce pays ;-)
Modifié il y a 9 ans
Génial ton film. J'ai bien aimé le sourire furtif à la fin…

On aperçoit le Feldberg, non ?
Modifié il y a 9 ans
Petit boucle de cinq jours en Forêt-Noire, autours des sources du Danube. Il ne faut pas chercher les grands espaces dans ce massif, il est assez densément peuplé, mais on peut y tracer des itinéraires "hors-pistes" intéressant en étudiant les cartes.

Au menu, les sources du Danube (Breg et Brigach), le barrage du Linachtal, l'église d'Urach et son plafond peint, quelques sommets, comme le Karlstein, le Brend, de belles fermes nichées au fond de vallon, une gastronomie riche (Kratzete, jambon fumé, etc.), sans oublié le Kirsch.

Enneigement limite, mais suffisant, au-dessus de 900m, température très variables, entre -22° (!) et 0°C. Malheureusement, beaucoup de brouillard.
Modifié il y a 9 ans
Arriver où ? L'Europe c'est grand. Jean qui rit, Jean qui pleure

Un copain m'a téléphoné d'Irelande, du county Mayo (à l'ouest), des températures de -5° à -10°C la nuit (normalement jamais de gel en hiver), 30 cm de neige, et cela va continuer…
Modifié il y a 9 ans
A ce propos, qui a vu Rare Exports de Jalmari Helander, un conte de Noë qui parle de joulupuki ? En Suisse, il ne passe malheureusement pas :-(
Modifié il y a 9 ans
Non, trouver des câbles de rechange n'est pas difficile. Normalement, tous les vendeurs de Voilé cable en ont quelques un en réserve ;-)
Modifié il y a 9 ans
Dans le Jura, je ne me pose pas trop de question, je prend mes Åsnes Amundsen, montés en NNN. C'est sûr que sur les crêtes verglacées et les chemins forestiers étroits, c'est pas top, mais le kick est très bon.
Perso, je prefère éventuellement m'emm… un quart d'heure à la descente, quitte à faire quelques traversées/conversions ou stem, plutôt que de me traîner des boulets aux pieds pendant une journée.

Pour les massifs subalpins, je ne connais pas, sauf les Bornes et les Bauges que j'avais parcourues avec des Tua Montets de 200 cm (cotes de 84/66/73 mm ?) de la grande époque. Un ski plus court et plus taillé est un avantage.
Mais le gain en terme de maîtrise de la descente se fait toujours au détriment de la performance en glisse sur le plat, et au final tu ne pourras jamais égaler du matériel axé descente, alpin de randonnée ou télémark (ce n'est pas le but non plus, mais certains l'oublient).
Modifié il y a 9 ans
Pour la sécurité, avec ou sans câble c'est pareil : il n'y en a pas, les chaussures sont prises dans les mâchoires de la fixation, quelque soit les mouvements du skieur. Ceci dit, il doit être possible d'adapter le kit de sécurité de Voilé, mais pour moi, l'intérêt est faible, c'est lourd (1 kg la paire) et le skieur n'est pas censé tracer des courbes à mach 2 en descente.

Remarque: un autre avis sur la question.
Modifié il y a 9 ans