Tous les messages créés par mtriclin


En raid nordique, une des meilleures solutions pour faire
sécher la nuit gants, moufles, chaussettes, bonnets, etc
..consiste à les enfouir dans le gros sac de couchage en
synthétique .

Les sous gants sont souvent placés entre deux couches de
vêtements sous les aisselles ( et sur les mains ! ), mais les
pièces plus volumineuses sont mises au fond du sac de
couchage ou du sac à viande, et lorsque leur nombre
augmente, on perd du temps le matin pour retrouver la paire
adéquate avant de démonter le camp.

La plupart d’entre nous utilise soit un sac à
viande en THERMOLITE ( SEA TO SUMMIT ) ou un sac en polaire pour gagner
en confort et éviter de salir
l’intérieur du sac .

Je vous propose de réaliser un sac à viande en
polaire à vos mesures, muni de poches en tissu
résille très fin, dans lesquelles prendront place
vos objets à faire sécher, ainsi vous les
retrouverez rapidement la matin, chauds et secs.

Les sacs à viande du commerce en polaire sont souvent lourds
et assez mal conçus .
Il est préférable d’en fabriquer un
parfaitement adapté à la taille du skieur et
à ses habitudes de bivouac .


Première
étape : réaliser
un patron approximatif du sac :


le mieux est de prendre un sac de couchage qui vous convient et de
relever un patron dessus .
Si vous avez l’habitude de mettre aussi vos chaussures au
fond du sac, prévoir de la largeur supplémentaire
aux pieds sur le patron du sac à viande pour leur
ménager de la place.
Ne pas hésiter à prévoir suffisamment
de tissu pour la capuche, il est souvent agréable
d’avoir un repli de polaire sur le visage quand il fait bien
froid.
Evaluer grossièrement le métrage à
acheter en magasin .


Deuxième
étape : les tissus
et fournitures


- trouver du tissu polaire assez léger, de
préférence un peu
« moutonné » et
légèrement élastique : c’est
quasiment l’étape la plus compliquée,
surtout si on habite en province ( outre les magasins de tissus, penser
aux ventes d’usines et aux marchés )

- le tissu résille 100 % polyester en 145 cm de large se
trouve assez facilement , avec du choix de jolies couleurs ( exemple
mondial tissu 2.50 euros le mètre ), il est doux au toucher
et hyper léger ; on peut aussi utiliser du tissu
léger pour moustiquaire ( blanc ou noir : plus difficile
à trouver )

- un bobino de fil synthétique de la couleur de la polaire,
cordon élastique et tanka pour la capuche , une fermeture
à glissière solide à grosses mailles,
choisir la taille en fonction de la longueur d’ouverture
souhaitée ( penser que l’on dort souvent avec
plusieurs couches de vêtements, il faut pouvoir rentrer dans
le sac )
( les fournitures de mercerie sont en général
beaucoup moins chères sur les marchés )


Troisième
étape :
la coupe

- découper l’avant du sac ( la partie contre le
ventre)
- le dos avec sa prolongation en capuche , surfiler les morceaux
soigneusement afin d’avoir des coutures propres car on peut
être amené à utiliser le sac recto/verso
- les poches :
. elles doivent se trouver sur la partie antérieure du sac
à viande ,être de la taille de chaque moufle ,
gant, bonnet éventuellement chaussettes mis à
sécher ;
. relever grossièrement les tailles des objets à
sécher sur des feuilles cartonnées (
prévoir de la marge pour pouvoir rentrer facilement les
moufles dans les poches )
. Etaler la partie antérieure du sac bien à plat,
positionner les patrons de poches selon ses souhaits .
. On peut aussi placer une toute petite poche en haut du sac
fermée par velcro , vite accessible pour y mettre boules
QUIES , masque de nuit et éventuellement quelques
comprimés anti douleur pour la nuit .
. Enfin découper les poches dans le tissu résille
: l’idéal est de placer la lisière du
tissu ( elle est renforçée ) à
l’endroit où la poche s’ouvre et
n’est pas cousue au sac ( on peut aussi diminuer un peu la
largeur de la poche dans le haut , pour éviter que les
objets n’en sortent )
. Faire un petit ourlet roulotté sur les trois bords de
chaque poche , les placer sur le tissu polaire en les
bâtissant à gros points, avant le les coudre
solidement sur la partie avant du sac à viande.


Cinquième
étape :
l’assemblage du sac :


- Coudre le tunnel pour passer le cordon élastique de la
capuche , en fixer une extrémité solidement par
des points, l’autre bout qui sort largement du tunnel recevra
le tanka pour resserrer la capuche en coulissant
l’élastique ;

- Assembler avant et arrière du sac par une couture solide
et soignée , laisser l’ouverture du
coté souhaité pour pouvoir coudre la fermeture
à glissière d’ouverture
latérale
( on peut éventuellement coudre celle ci à la
main par une double rangée de points ), fixer un cordonnet
élastique ( fluo si vous en avez !!) sur la tirette de la
fermeture .

Ce sac à viande peut être utilisé avec
les poches sur le dessus, ou à
l’intérieur, en fonction de la
température et du degré
d’humidité des objets à
sécher , il suffit de le retourner pour cela . .
Dès que c’est possible, ( rayon de soleil au
bivouac, passage dans une cabane ou refuge, etc .. ) mettre
à sécher gros duvet et sac à viande.

Avec les restes de tissus, vous pouvez vous fabriquer quelques
pochettes pour ranger divers objets, soit dans le sac de couchage, soit
dans la pulka ou le sac à dos .
La meilleure fermeture pour ces pochettes reste celle par cordonnets
qui glissent en haut, car légère et manipulable
avec des moufles .

Une pochette du même style peut aussi être
réalisée pour y plier votre sac à
viande personnalisé qu’on vous enviera !

Voilà, à ce stade vous pouvez vous glisser votre
nid douillet, qui peut aussi être utilisé en
refuge pour éviter le contact avec les couvertures rugueuses
et ne pas éparpiller vos affaires quand la place est
comptée .


Bonne
nuit !


Modifié il y a 11 ans
Voilà des explications compléméntaires pour que tous les membres soient à égalité pour le jeu !!

pour commencer si tu souhaites un bon logiciel gratuit pout faire des pages web, telecharges Nvu par exemple.

A quoi sert-il ? A transformer du text que tu saisies avec des polices, de l'italique etc… en code "incomprehensible" !

Ensuite tu recopies ce code dans ta réponse sur le forum. Voyons un exemple avec ton articles.

PS : signifie retour à la ligne en gros , un ligne tracé

voilà ton code :
==============








En raid nordique, une des meilleures solutions pour faire
sécher la nuit gants, moufles, chaussettes, bonnets, etc
..consiste à les enfouir dans le gros sac de couchage en
synthétique .

Les sous gants sont souvent placés entre deux couches de
vêtements sous les aisselles ( et sur les mains ! ), mais les
pièces plus volumineuses sont mises au fond du sac de
couchage ou du sac à viande, et lorsque leur nombre
augmente, on perd du temps le matin pour retrouver la paire
adéquate avant de démonter le camp.

La plupart d’entre nous utilise soit un sac à
viande en THERMOLITE ( SEA TO SUMMIT ) ou un sac en polaire pour gagner
en confort et éviter de salir
l’intérieur du sac .

Je vous propose de réaliser un sac à viande en
polaire à vos mesures, muni de poches en tissu
résille très fin, dans lesquelles prendront place
vos objets à faire sécher, ainsi vous les
retrouverez rapidement la matin, chauds et secs.

Les sacs à viande du commerce en polaire sont souvent lourds
et assez mal conçus .
Il est préférable d’en fabriquer un
parfaitement adapté à la taille du skieur et
à ses habitudes de bivouac .


Première
étape : réaliser
un patron approximatif du sac :


le mieux est de prendre un sac de couchage qui vous convient et de
relever un patron dessus .
Si vous avez l’habitude de mettre aussi vos chaussures au
fond du sac, prévoir de la largeur supplémentaire
aux pieds sur le patron du sac à viande pour leur
ménager de la place.
Ne pas hésiter à prévoir suffisamment
de tissu pour la capuche, il est souvent agréable
d’avoir un repli de polaire sur le visage quand il fait bien
froid.
Evaluer grossièrement le métrage à
acheter en magasin .


Deuxième
étape : les tissus
et fournitures


- trouver du tissu polaire assez léger, de
préférence un peu
« moutonné » et
légèrement élastique : c’est
quasiment l’étape la plus compliquée,
surtout si on habite en province ( outre les magasins de tissus, penser
aux ventes d’usines et aux marchés )

- le tissu résille 100 % polyester en 145 cm de large se
trouve assez facilement , avec du choix de jolies couleurs ( exemple
mondial tissu 2.50 euros le mètre ), il est doux au toucher
et hyper léger ; on peut aussi utiliser du tissu
léger pour moustiquaire ( blanc ou noir : plus difficile
à trouver )

- un bobino de fil synthétique de la couleur de la polaire,
cordon élastique et tanka pour la capuche , une fermeture
à glissière solide à grosses mailles,
choisir la taille en fonction de la longueur d’ouverture
souhaitée ( penser que l’on dort souvent avec
plusieurs couches de vêtements, il faut pouvoir rentrer dans
le sac )
( les fournitures de mercerie sont en général
beaucoup moins chères sur les marchés )


Troisième
étape :
la coupe

- découper l’avant du sac ( la partie contre le
ventre)
- le dos avec sa prolongation en capuche , surfiler les morceaux
soigneusement afin d’avoir des coutures propres car on peut
être amené à utiliser le sac recto/verso
- les poches :
. elles doivent se trouver sur la partie antérieure du sac
à viande ,être de la taille de chaque moufle ,
gant, bonnet éventuellement chaussettes mis à
sécher ;
. relever grossièrement les tailles des objets à
sécher sur des feuilles cartonnées (
prévoir de la marge pour pouvoir rentrer facilement les
moufles dans les poches )
. Etaler la partie antérieure du sac bien à plat,
positionner les patrons de poches selon ses souhaits .
. On peut aussi placer une toute petite poche en haut du sac
fermée par velcro , vite accessible pour y mettre boules
QUIES , masque de nuit et éventuellement quelques
comprimés anti douleur pour la nuit .
. Enfin découper les poches dans le tissu résille
: l’idéal est de placer la lisière du
tissu ( elle est renforçée ) à
l’endroit où la poche s’ouvre et
n’est pas cousue au sac ( on peut aussi diminuer un peu la
largeur de la poche dans le haut , pour éviter que les
objets n’en sortent )
. Faire un petit ourlet roulotté sur les trois bords de
chaque poche , les placer sur le tissu polaire en les
bâtissant à gros points, avant le les coudre
solidement sur la partie avant du sac à viande.


Cinquième
étape :
l’assemblage du sac :


- Coudre le tunnel pour passer le cordon élastique de la
capuche , en fixer une extrémité solidement par
des points, l’autre bout qui sort largement du tunnel recevra
le tanka pour resserrer la capuche en coulissant
l’élastique ;

- Assembler avant et arrière du sac par une couture solide
et soignée , laisser l’ouverture du
coté souhaité pour pouvoir coudre la fermeture
à glissière d’ouverture
latérale
( on peut éventuellement coudre celle ci à la
main par une double rangée de points ), fixer un cordonnet
élastique ( fluo si vous en avez !!) sur la tirette de la
fermeture .

Ce sac à viande peut être utilisé avec
les poches sur le dessus, ou à
l’intérieur, en fonction de la
température et du degré
d’humidité des objets à
sécher , il suffit de le retourner pour cela . .
Dès que c’est possible, ( rayon de soleil au
bivouac, passage dans une cabane ou refuge, etc .. ) mettre
à sécher gros duvet et sac à viande.

Avec les restes de tissus, vous pouvez vous fabriquer quelques
pochettes pour ranger divers objets, soit dans le sac de couchage, soit
dans la pulka ou le sac à dos .
La meilleure fermeture pour ces pochettes reste celle par cordonnets
qui glissent en haut, car légère et manipulable
avec des moufles .

Une pochette du même style peut aussi être
réalisée pour y plier votre sac à
viande personnalisé qu’on vous enviera !

Voilà, à ce stade vous pouvez vous glisser votre
nid douillet, qui peut aussi être utilisé en
refuge pour éviter le contact avec les couvertures rugueuses
et ne pas éparpiller vos affaires quand la place est
comptée .


Bonne
nuit !







tu reconnais en tres gros ton texte !! ensuite tu le copie avec les options suivantes cochées.

Le resultat est sur le post suivant.
Modifié il y a 11 ans
ja'i commencé la lecture de l'article mais pour plus de lisibilité, tu devrais mettre un peu de mise en forme (le plus simple c'est parfois d'écrire l'article sous word, OOo et de l'enregistre en html, tu copies le code dans le forum en activant les tags html …

pas de photos ?

a+
Modifié il y a 11 ans
Tu nous indique que le système a été testé et qu'il est efficace, que doit-on comprendre ?

-que le système se déclenche comme tu le souhaites après essais?

-que tu as eu la (mal)chance de croiser un ours ? auquel cas le système est vraiment efficace !!
Modifié il y a 11 ans
Bonsoir,

Comme vu l'avez remarqué la saison de ski touche à sa fin et les skis vont être remisés au placard. Voilà l'occasion de ressortir ses vélos et de (re)découvrir le tandem !!

J'ai créer un site sur le tandem allemand de la marque Hase pour le faire découvrir au plus grand nombre. Voilà je vous invite à faire un petit tour et à me donner votre avis, toujours utile, pour progresser pour le developpement du site de régis que j'aide sur cet aspect :

http://www.pinohase.fr

vive le ski et le………………..tandem (comme quoi on peut voyager sans voiture et en plein nature en été et en hiver !!)
Modifié il y a 11 ans
Si vous souhaitez accompagner vos posts pour le jeu concours, vous pouvez les accompagner d'une petite vidéo. Comment ?

- utiliser les fonctions html (coché) en bas de votre post
- inclure une frame dans votre code html du type :


<div align='center'>
<iframe SRC='http://www.valdemouthe.fr/valdemou_img/pulka/video_pulka/index2.html' scrolling='no' width='550' height='380' marginwidth='0' marginheight='0' hspace='0' vspace='0' frameborder='0'>
</iframe>
</div>


(héberger votre vidéo sur un espace accessible sur le web ou à défaut demander un peut espace à Régis). Ici la vidéo est sur mon site web 'http://www.valdemouthe.fr/valdemou_img/pulka/video_pulka/index2.html'

Pour la vidéo, j'utilise dans l'exemple de mon chariot à pulka, la fonction film d'un appareil photo (fichier mov) et je converti ensuite le fichier en fichier html avec le logiciel libre Free FLV Converter.

Le résultat est largement suffisant et simple à faire pour concourir sur ce jeu.

Modifié il y a 11 ans
Pour préparer son bivouac hivernal, le randonneur à ski nordique dispose d'une large gamme de tente 4 saisons. Les modèles sont parfaitement adaptés aux conditions hivernales grace à leur structure autoportante ou par un système d'arceaux en tunnel.
S'il est aisé de monter une tente en été même sous la pluie, le montage de la tente en plein hiver avec 1 mêtre de neige fraiche apparaît beaucoup plus compliqué voir parfois impossible si le vent redouble de violence. Pourquoi ?
 
En effet, l'ancrage de la tente se révèle un vrai casse tête !!! Comment utiliser de sardines en aliage léger de 20 cm de long dans une neige poudreuse ? L'astuce proposée ici va être très simple : on délaisse le jeu de sardines pour les remplacer par des ancres à neige.
 
Il convient de remarquer que si la sardine classique est inutisable en bivouac (avec une neige poudreuse), il existe des sardines adaptées à ce type de neige : ce sont des sardines hémisphérique de grandes tailles et ajourées. Après quelques essais, mon choix s'est porté sur des sardines d'environ ….60 cm de long pour obtenir une certaine résistance dans la neige à l'arrachement. Ces sardines ne sont pas toujours facile à se procurer et les tailles posent problèmes pour le rangement dans le sacs à dos.
 
La réalisation des ancres à neige : 
Le tissus employé doit être assez resistant à la déchirure. Les premiers prototypes avaient été réalisé avec une toile de tente usagée (mur) mais il s'est avéré que le tissus était trop fin. Lors des premiers essais, les sacs remplis de neige s'étaient alors déchirés !
J'ai donc acheté aux Vieur Campeur (Paris) du tissus normalement destiné à la réalisation de tapis de sol. J'ai sélectionné un tissus d'épaisseur moyenne et les tests ont été concluants : pas trop lourd et très resistant à la déchirure (dans les deux sens des fibres du tissus).
Pour la forme, j'ai opté pour un ancre à neige en forme de cube arrondi. Ce type de volume présent plusieurs avantage par rapport aux sacs plastique : volume supérieur et remplissage/vidage facile.
 
Les caractéristiques générale de l'ancre à neige sont les suivantes :
possibilité de coudre des poignées pour vider en une seule fois la neigelitrage important (environ 30 litres/sac)facile à coudre à la machine !forme très resistante au remplissageremplissage aisée avec une pelle à neigepoids final de 100 gr / sac (taillle plié : un carré de 15*15 -1 cm d'épaisseur)deux sangles de longueur différentes permettent d'attacher les sacs à plus d'un mètre des cordes de la tente grace à un système de boucle rapide et de ne pas mettre le boucle dans la neige ! 
Le patron de couture : 
Les cotés du sac : il suffit de découper un grand rectangle en deux parties. Sur le bout de chacune d'entre elles, on dessine et on coupe un arrondi.
 
Les cotés et le fond sont realisés d'une seul piece : un rectangle de tissus de 120 cm * 35 cm de large.
Pour coudre l'ancre à neige, il suffit de coudre d'abord un coté (arrondi dans le fond) avec la piece rectangulaire, puis de coudre l'autre coté. Après on procéde aux finitions : couture des poignées et des sangles.
Modifié il y a 11 ans
Pour le problème de glissement, j'y ai aussi pensé. J'ai trouvé deux solutions en complement du système de DOUBLE sangles (indispensable au bon serrage) :

1 - positionné le chariot peu après le point d'équilibre de la pulka pour benéficer d'un leger décalage du poids en arrière

2 - positionner le chariot sous le crochet de la pulka Expédition et passer la sangle dans cette boucle. A ce moment, le blocage est très efficace et avec ce type de sangle c'est très serré.

Sur la dernière photo, on peut apercevoir une petite patte soudée à coté de la butée. L'idée est de créer ici un point d'encrage supplementaire en cas de besoin avec un tendeur par exemple pour attacher un vétement, etc …


PS : je suis sur une évolution de mon chariot pour Pulka (chut !!! c'est pour le prochain concours….) mais c'est encore un projet car je n'ai pas eu le temps de me remettre à la soudure.La version 2 devra être plus compacte (à défaut d'être plus légère)alors j'ai pensé couper les équerres fixes des roues en deux et les relier par une charnière pour obtenir un système de portefeuille.

Mais il y a du test à effectuer pour la resistance à la charge ….
Modifié il y a 11 ans
Lors des différents raids ou expéditions en ski de randonnée, l'utilisation de la pulka permet d'emporter l'ensemble des équipements nécessaires pour le bivouac.
Le transport de la pulka, des chaussures, des batons et des skis reste toutefois un problème majeur. Les fabricants des matériels de portage (Fjelpulken, Acapulka) n'ont apporté aucune solution pour le portage. Seul le fabricant anglais Snowsled a prévu un équipement optionnel pour leur gamme de pulka en plastique.
La réalisation d'un système de portage dédié à la gamme Fjellpulken Classic et Expédition, a été élaboré en suivant un cahier des charges :
 
poids maximal de 1kgencombrement réduit / ne doit pas gêner une fois rangée dans la pulkachariot réalisé en acier avec assemblage des différentes pièces soudées (le minimum de visserie)coût de revient le plus faible possibleutilisation de sangles de serrage pour être réutiliser en cas de besoin 
La réalisation du prototype a été plus complexe que prévue. En effet, le chariot de portage a été réalisé en acier et le poids total s'est révélé plus lourd que prévu. L'idéal aurait été de sélectionner des tubes en aluminium (ou pour les plus chanceux en titane !). L'aluminum aurait permis d'atteindre le poids de 1kg (poids final 1,5 kg). Par contre l'avantage de l'acier reste la solidité de l'ensemble et sa souplesse ! En effet, le chariot peut être lourdement chargé et les équerres où sont fixées les roues vont pouvoir travailler légérements sans rompre.
Les tubes sont en acier 12/14 mm de circonférence et les équerres sont en acier de 50  * 70 mm. Les roues sont équipées de pneumatiques pleines (pas de creuvaisons possibles), d'un diametre de 150mm (environ 12 euros/pièce, résistance 75 kg), sangle circulaire Beal de 60 cm.
L'ensemble des matériaux (roues, équerres, tubes, vis et boulons) permet de fixer le coût de revient à 35 euros (hors soudures), ce qui reste relativement raisonnable par rapport à d'autres solutions : support de kayak, etc…
Pour résoudre le problème du centrage du chariot sous la pulka, j'ai utilisé un sytème de guide avec deux rails soudés sur le plateau de portage. Ainsi, les deux patins en poyléthylène sont bloqués et le chariot ne peut plus partir à gauche ou à droite. Pour éviter le basculement en avant / arrière, j'ai utilisé opté pour un serrage par sangles (deux pour accroitre la stabilité). Le système s'est avéré fort efficace et les sangles peuvent être réutilisées en cas de besoin.
Les roues sont fixées avec des écroux et rondelles. J'ai choisi de ne pas renforcer les support de roues pour optimiser le gain de poids et parce que les premiers essais ont été concluants.

Modifié il y a 11 ans
Régis,

Nous sommes tous impatients que tu créer le nouveau forum "Paye ton astuce" (paye avec un s ou pas ?).

A la lecture du post sur les stabilsateurs, je crois que la compétition va être chaude (ou plutôt bien givrée !) pour que tu arrives avec tes partenaires à départager tous les projets les plus fous.

"Almar" et ses frites magiques ,….

"christophe" et ses roues de kayak,….

volià je vais participer avec deux projets bricolages que j'ai validé cet hiver avec photos et vidéos :

- ancres à neige pour neige "fraiche"
- système de portage de pulka sur roulettes "presque light"…(il semblerait que le sujet soit déjà classé "popular" sur le forum!!)

allez régis ouvres vite le nouveau forum pour que nous puissions publier nos délires ……………..
Modifié il y a 11 ans