N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par resclause

Je suis sur place. Passe-moi un message sur la messagerie du forum.
Il existe des mélanges de résine polyester + fibre de verre tout faits. Plutôt dans le rayon "carrosserie" que "nautisme". Après ponçage, finir au gel coat. Je l'ai fait sur des kayaks, jamais sur une pulka (la mienne est en polyéthylène).
J'étais à la Coumeille de l'Ours hier ( en rando alpine ), et avant-hier dans les bois entre le Linas et  la Restanque ( en rando nordique ). La neige est parfaitement stable. Transformée et gelée à l'ombre, ramollie au soleil. La route de la Bruyante est skiable depuis la scierie, mais le chemin de la forge au Linas est moins gelé et plus joli. Sinon passe par la station de Mijanès et la cabane de la Mire ( par contre c'est damé… ). Avec une pulka ça passe mal entre le pont et le début de la Jasse d'Artounan ( enfin, à deux : un qui tire et un qui pousse… ) Si tu connais, passe plutôt par la Jasse Bedeillère. Pour moi l'idéal c'est de partir de la forge de Mijanès (le chemin du parking de Mijanès à la forge n'est pas terrible en ce moment, et pas pratique avec la pulka) et de monter par l'ancien chemin du col de Pailhères à Riou Pla, puis en direction de la Mire (actuellement balisé raquettes), et rattraper le vague chemin de la Jasse Bédeillère. Le ressaut est moins raide avec la pulka. Les conditions sont parfaites pour un bivouac sur la Jasse d'Artounan. Pas vu de traces hier depuis la Coumeille de l'Ours, ni à l'étang Bleu ni au Noir.
Modifié hier à 18h31
Nikolast,
Le sursac, c'est quand on n'a pas de tente. Dans ce cas, même imper-respirant, tu condenseras. Les membranes genre Gore-tex ne sont plus efficaces quand elles sont trop loin du corps. La pression de la vapeur d'eau n'est pas suffisante, ça condense sur la paroi intérieure. C'est bien mieux de condenser sur la tente intérieure, qu'il suffit de secouer ou de brosser pour se débarrasser du givre. En revanche un "liner" (sac à viande) en polaire est agréable à l'intérieur du duvet. Le plus important : ne pas respirer dans le sac mais en dehors (je sais c'est pas facile) pour ėviter une collerette de givre. D'accord avec Tenere42 sur le matelas. Erik Normak, qui vit dans le nord de la Suède, ne lėsine pas sur l'isolation


Modifié il y a 2 semaines
Si, si, on est quelques-uns à pratiquer dans les Pyrénées. Capcir, Cerdagne, Haut-Conflent, Madres-Coronat, Donezan, Plateau de Sault… pour l'Est. Après des (dizaines) d'annėes de rando alpine dans l'Ouest (Bėarn, Aragon, Bigorre, Haute-Soule… ) et les Pyrénées centrales, j'ai fini par me poser dans l'Est où je coule une retraite heureuse et beaucoup plus orientėe SRN (une pratique de vieux, comme chacun sait… ). Je ne suis pas le seul : en 20 ans j'ai bien dû croiser 5 ou 6 homologues… On est discrets comme le lynx. On n'aime pas trop la publicité (encore qu'en cherchant un peu dans les sorties et les topos on trouve quelques récits publiės par moi-même et par d'autres) et encore moins l'envahissement de nos espaces naturels par le ski de piste (alpin ou fond, c'est de la piste). Tous les curieux de nature sont néanmoins les bienvenus. 
Modifié il y a 2 semaines
Nikolast,
Comme dit Rėgis, les bouteilles Primus, MSR, etc. sont conçues pour le transport. Elles ne fuient pas, quelle que soit leur position dans la pulka ou le sac (ou dans les coffres de mon kayak de mer). Dans mon kit de réparation de rėchaud j'ai tout de même quelques joints de bouchon à vis. Mais vraiment au cas où. Ils peuvent également servir à remplacer un joint pompe-bouteille. Verser de l'essence d'un jerrican dans une bouteille, même avec un entonnoir, c'est moyen pratique… Dans la pulka, rėchaud, bouteilles, bouilloire… sont en vrac dans le grand sac. Mais j'ai une boîte hermėtique en plastique pour les petits objets et le ravitaillement. A l'ėtape la nourriture est à l'abri de la neige et des bestioles affamées.
Profitez, la neige est bien là.
BCX6 en NnnBc utilisėes quelques années. Intensivement, certes, mais n'est-ce pas un usage "normal" pour des chaussures de ski de rando ? Les coutures du "pare-pierres" lâchent, la partie cuir se fissure. Chaussures très confortables mais à la fiabilité douteuse. J'envisage de les remplacer par des Alpina Alaska ou des Alfa. Ma femme a les mêmes, et elles présentent le même défaut. Pourtant les NnnBc sollicitent moins la flexion de l'avant-pied que les N75 (l'axe de rotation étant un peu reculė par rapport au bec de canard). Je persiste à penser que le cuir n'est pas forcément le matériau idéal. Mes chaussures d'alpinisme polyvalentes Trango Guide de La Sportiva n'ont pas la moindre pièce en cuir et sont d'une fiabilité exemplaire : rigidité et souplesse là où il faut, stabilité dimensionnelle , étanchéité. Ugh !  (= Cordialement à tous).
Salut à toi, JB
Il m'arrive de prêter une ancienne paire de skis de fond à des amis pour leur permettre de m'accompagner autrement qu'en raquettes (ainsi on partage le plaisir de la glisse), mais il est clair que le matériel de SRN est plus adapté, fût-ce avec des skis relativement étroits (Fisher SB7smile et un couple fix-chaussures peu compatible avec la génuflexion (NNNBC et BCX6). Même sur piste forestière et sans pulka il arrive que les peaux soient bien utiles. Pour ne rien dire du confort thermique, de la tenue du ski en dévers, de la portance en profonde, etc.
Je réserve mon matériel de SRA aux sorties typées "montagne" (peu de changements peautage-dépeautage, pentes plus raides, neiges difficiles à skier…smile, aux sorties de printemps, aux sommets. Quand un ami m'accompagne en alpin sur un terrain nordique, l'écart se creuse vite, sur la journée  la fatigue est moindre en SRN - en terrain nordique…
Avec l'âge (40 ans de pratique, ça me situe clairement dans la catégorie "senior"…smile mes aspirations me poussent à revenir vers mes désirs d'enfance, quand je dévorais les livres de J.O. Curwood ou de Jack London. Ma 3e paire d'alpins me fera bien jusqu'au bout (en plus, c'est solide !), alors que raisonnablement j'aurai encore à renouveller mon matos nordique. 
Comme tu as des enfants, tu peux les équiper pour pas cher en skis de fond (les déchetteries et les recycleries en ont des pleines bennes… la question des chaussures est plus ardue) pour qu'ils te suivent sur de courtes balades. Ça me paraît plus formateur, et plus respectueux de la nature, que de les confier à l'école de ski alpin…
La "léthargie" du forum a plusieurs raisons : je suis sorti tous les jours sans pluie, et je suis aussi kayakiste de mer, comme beaucoup d'entre nous. D'autres sont sans doute en Laponie…
Bonus : ce suédois poste d'agréables vidéos  https://youtu.be/astAb-4gFnk Du "slow docu" qui nous repose des épileptiques de la GoPro.
Bonne découverte printanière du nordique, et salut aux anciens.
 
Le bulletin Neige et avalanches du service oublic en France : http://www.meteofrance.com/previsions-meteo-montagne/bulletin-avalanches et choisissez Pyrénées Atlantiques pour votre séjour.
L'historique des conditions de la semaine précédente (iso 0, limite pluie-neige, mm de précipitation…smile renseigne bien sur les conditions de la montagne. Cherchez aussi les webcams des stations de ski (mais elles pointent souvent sur les pistes enneigées artificiellement) : http://www.lespyrenees.net/webcam
Pour les itinéraires : c'est la liberté totale !
Les refuges gardés ont le plus souvent un site web. S'ils sont fermés il y a toujours un local d'hiver ouvert à tous. C'est rustique, mais pas plus que les Tatras 😉
Et pour l'assurance spécifique, vérifiez que vous n'en avez pas déjà une qui couvre au-delà de la Pologne (les cartes de paiement internationales fournissent souvent une assurance recherche et secours), mais en France le secours en montagne est encore gratuit.
Modifié il y a 11 mois
Karolina, Tomek,
Cette zone des Pyrénées, à la période que vous envisagez, risque de ne pas être en conditions pour le nordique. Les sites nordiques les plus connus sont Iraty (superbe forêt de hêtres, chalets de location), la Haute-Soule en général, le Barétous (en particulier la montée d'Arette à la Pierre St-Martin), le val d'Azun (le tour de Pays), et d'une façon générale les pistes des forêts orientées au nord bien visibles sur le portail géographique français  www.geoportail.gouv.fr (existe également en appli mobile). 
Le cirque de Lescun (refuge de Laberouat), le Pic du Midi d'Ossau (le tour est très connu, avec nuit possible au refuge de Pombie), le tour du Balaïtous (refuge de Respumoso), etc. appartiennent pour moi au domaine du ski de rando alpin (mais tout dépend de votre niveau technique). L'enneigement y est plus tardif, le risque d'avalanche plus sensible. La montée au refuge Wallon puis aux lacs de Cambalès est nordique, mais c'est un peu loin d'Oloron.
Le site Camp to camp www.camptocamp.org peut vous servir d'inspiration, en plus de skitour déjà mentionné. Et quand le mauvais temps s'installe versant nord, il est possible de passer côté espagnol, malgré la présence de stations de ski très moches…
Poir l'info météo, voir le bulletin neige et avalanches de meteofrance.com (Pays Basque et Aspe-Ossau). 
Bon courage
Modifié il y a 11 mois