Tous les messages créés par sancho

Ils annoncent jusqu'à -20° pour le milieu de semaine, mais c'est pas ça qui va faire durcir cette poudreuse Robert. En revanche le redoux est annoncé pour le week-end prochain et si ça vire à la pluie comme annoncé: je devrais pouvoir faire des retours sur neige molle puis dure.
Modifié il y a 6 ans
Encore une magnifique sortie aujourd'hui.
On est allé chercher de la pente avec un groupe d'amis tous vraiment bon skieurs.
Et le Vector est vraiment au delà de ce que je pensais en terme d'accrohe. On a du passer les 1500M de positif, les plus grosses ascensions avoisinaient les 500m dans de la pente pouvant dépasser les 30°. Même en faisant des conversions, c'est déjà bien dans le pentu et faut monter. Je n'ai pas sorti les peaux, et je passais avec quasi autant d'accroche que les potes qui les avaient. Je n'aurais jamais pensé avant, qu'un ski à écailles pouvait grimper aussi bien dans de la poudreuse.
Modifié il y a 6 ans
Je t’appelle un coup demain Talonlibre.
Gaspard si tu peux nous faire suivre un N° de tel.
Le mien est sur le site: www.evasionsnordiques.com
Modifié il y a 6 ans
Désolé de n'avoir pas réagi plus tôt.
Ceci dit c'est déjà un très bon choix, même si j'ai une préférence pour des époch voir des annum.
Entre autre différence: les fischer ont une bien meilleure qualité de semelle.
Les époch auraient été sans doute plus agréable en descente, leur souplesse en spatule est bien meilleure.
Sinon les fischer accrochent mieux, ce qui est surtout intéressant pour quelqu'un qui n'a pas un grand vécu de fondeur.
Modifié il y a 6 ans
C'est peut être possible que je vous accompagne. Avec 5 à 20% d'ensoleillement annoncé les crêtes ne seront pas forcément fameuses.
J'irais bien côté Mont Tendre, juste après bois d'amont.
Modifié il y a 6 ans
Mon dernier message s'est télescopé avec celui de Robert.
En matière d'expertise sur le syndrome de la maison de retraite, je dois bien être la preuve que la valeur n'attends pas le nombre des années.
De mon côté, je n'ai lu nulle part qu'il y avait du bois sous le capot. J'ai l'impression qu'ils sont quelques peu taiseux sur les ingrédients qu'ils utilisent, ces fabricants du pays des Mormons. Mais si il n'y a pas de bois pour donner un tel flex à cette spatule, alors ils auraient bien raison de garder précieusement leur secret.
Talonlibre a peut être plus d'infos, sur la recette des skis Voilé?
Pour ma part je ne connais que le bois pour donner de telles qualités à un ski.
Et je verserais volontiers une larme si on me disait qu'il n'y a pas de bois dans mes Vector. Ça serait un peu comme la fin d'un mythe sur un matériau aussi noble.

Entre Charger et Vector, dans la conception il ne doit pas y avoir beaucoup de différences. Ce doit être surtout les lignes de côtes qui changent.
Où sont les limites du raisonnable? Bien belle question.
J'ai peut être un élément de réponse qui se situe à l'entrejambe!
Je suis un tout petit gabarit avec des guiboles proportionnelles à ma taille. Ce qui nécessite déjà une légère adaptation au plat et en montée pour ne pas se marcher sur les skis avec des vector. En somme j'hésiterais à partir sur des skis encore plus larges, par rapport à la gestuelle naturelle que l'on peut avoir en pas glissé. Comme quoi il doit bien encore resté au fond de moi quelques à priori de fondeur bien ancrés.
Si j'avais la taille d'un géant comme maitre Talonlibre, je me poserais sans doute moins de questions et je me laisserais sans doute tenter par un Charger. Bah j'avais qu'à manger plus de soupe dans ma jeunesse.

Autre élément de réponse, je pèse environ 66kg pour 1m68, et dans les conditions où j'ai testé les vectors: poudre, croutée, congères et changements de neiges en tous genres: le vector digère tout, alors pourquoi chercher plus pour un gabarit comme le mien?

Et pour terminer, je reste un inconditionnel de la chaussure légère (svartisen ou bcx 875). Et je pense qu'un ski plus lourd nécessiterait peut être pour ma part de passer sur de la coque plastique pour pouvoir emmener convenablement le ski.
Je me suis régalé avec mes cuirs sur ces journées avec les vectors, mais pour autant il me semble qu'on flirt avec les limites en rigidité de la chaussure pour emmener agréablement les skis.
Modifié il y a 6 ans
Mais que fait l'administrateur?
Tout compte fait je serais, je pense bien mal placé pour te jeter des cailloux sur les hors sujets N75.
D'ailleurs c'est quand même moi, qui ai ressorti cette vidéo de Talonlibre sur les fats à rocker de l'Altaï. C'était d'ailleurs intentionnel.
Je me demande bien pourquoi ils n'ont pas inventé le ski fin dans leurs montagnes?
A croire que chez eux il n'y a jamais eu ni dossards ni chronomètres associés à la pratique du ski !!! :-D

Sur la fabrication maison de ski bois, je crois que Grandsteak a bien étudié le sujet. Mais je ne sais plus où il a caché ça dans le forum, en tous cas c'est pas dans la rubrique: test matériel "vieux ski bois" qui parle elle de vinyl.
En fait on peut vraiment tout trouver sur ce forum comme info, sauf que faut savoir où chercher.
Il doit s'arracher les cheveux , Régis. :-D
Modifié il y a 6 ans
Le lien de talonlibre présente pas mal le principe du rocker. Mais il me semble que le rocker existait déjà bien avant les années 2000 dans l'altaï: un lien proposé par talonlibre dans un autre post (rendons à César ce qui appartient à César) http://www.youtube.com/watch?v=16rEt2efyKs&feature=youtu.be
Le Vector BC ne présente pas un cambre inversé, mais l'entrée de la spatule est longue, souple et progressive et elle démarre à 35 cm. En montée tu passes tout ton poids du corps d'un ski sur l'autre: tu vois ces 35cm de spatule travailler dans la neige, elle se plie et ça me semble avoir pour effet d'accentuer considérablement la pression sous les écailles.
A l'inverse, il me semble qu'un ski plus raide sur l'avant, entraîne un point dur en avant des écailles ce qui limite l'accroche. Ce phénomène peut vite devenir galère dans certaines neiges, surtout si le ski à un cambre nordique fort. Sur neige fraiche un peu soufflée, un peu dense, voir avec une légère croute, un ski raide à vraiment tendance à se cabrer en montée.
J'entend par se cabrer, que ce point dur en avant des écailles, reçois beaucoup de charge, gène la pression sur les écailles, et peu même avoir pour effet de faire plonger un peu le talon du ski. Je ne sais pas si c'est suffisament explicite, mais dans ce genre de situations, ton ski ne suis plus exactement la ligne de pente: il l'accentue.

En descente dans de la fraîche ton poids du corps est réparti sur tes deux skis, il y a alors forcément plus de poids sous les écailles d'un vector que sous un autre ski ce qui devrait entraîner une légère perte de glisse, mais celle ci est compensée par le fait que tu flottes au dessus de la surface, là où les autres skis enfoncent.

Sinon, c'était trop cher de les faire importer mais on ne vie qu'une fois. Depuis qu'ils sont arrivés je me suis aperçu qu'ils étaient en vente dans l'hexagone, chez Pyrénées Télémark à 539€.
C'est nettement plus cher qu'un annum, ou un BC 110. Est ce que ça vaut vraiment la peine?
Dans les conditions dans lesquelles j'ai testé jusqu'à présent je dirais que oui. Mais pour le prix il serait bien que ce ski soit aussi un peu agréable à skier sur neige dure. Affaire à suivre :lol:
Modifié il y a 6 ans
Par la très grande faute de Grandsteak, le father christmas est passé en avance sur Chaux neuve, et juste à temps pour la première belle neige.
Réception des nouveaux jouets mercredi, encore au boulot le jeudi, j'ai du attendre vendredi matin pour le montage, et vendredi après midi pour l'essayage.
2ème vraie sortie aujourdhui, et n'en déplaise à mon banquier, je suis rentré avec le sourire jusqu'aux oreilles.

test vendredi sur la Dôle avec alternance de neige croutée (cohésion de frittage), congères, plaques à vent, et poudre.
Petit test samedi sur piste damée, avec mon marmot de 3 ans (téléski sur les épaules de papa en montée, et quelques courbes pour moi quand même)
test aujourd'hui avec pas mal de poudre, un peu de fausses traces durcies par le vent, et un peu de plaque à vent.
En montée, l'accroche est plus que bluffante, on repousse l'utilisation des peaux. J'avais 8 compagnons tous bons, voir excellent skieurs, et en montée le vector semble indéniablement mieux accrocher que, les époch, annum, outbound, et xadv 88 du groupe. C'était super agréable de faire la trace dans la poudre, et vu les lignes de côtes généreuses, ça enfonçait nettement moins que pour mes camarades.
Ce qui ferait dire que la légère surcharge pondérale, par rapport à des modèles plus fins est largement compensée par le fait qu'on brasse deux fois moins.
Autre chose à laquelle je ne m'attendais pas, je crois que le rocker, participe bien à l'accroche en montée: la spatule se courbe à chaque pas, du coup il me semble que ça participe à avoir une pression accrue sous les écailles.

En descente la glisse était aussi meilleure, ça semble contradictoire que ça puisse mieux accrocher et mieux glisser, mais dans la fraîche le ski déjauge tellement bien qu'on flotte à la surface, et du coup on glisse mieux qu'avec un ski qui coule plus au fond du manteau neigeux.
Je n'avais jamais skié un ski avec un rocker, ni même un ski aussi large auparavant, ça surprend un peu au début, mais on prend très vite ses marques. Ce ski donne très vite un sentiment de sécurité, la spatule digère tout les changements de neige, toutes les compressions, j'ai même eu peur après la sortie sur la Dôle que ça puisse rendre les descentes monotones.
Mais en fait dans de la grosse pente, cela permet de chercher plus de sensations, en allant chercher un brin plus de vitesse. Quand on se retrouve sur des pentes plus douces, le jeu change un peu, le fait que le ski remonte aisément en surface même à vitesse relativement faible, permet de jouer sur de la petite courbe en gardant de la vitesse, là où un autre ski demanderait à aller tout droit pour ne pas avoir à pousser sur les bâtons.
Enfin bref que du bon pour le moment, mais les qualités décrites jusqu'à présent me rendent sceptique sur le comportement du ski en neige dure. Mais on verra pour l'instant je n'ai eu que de très bonnes surprises: pourvu que ça dure.
Sur le peu de virage sur piste damée, je portais plus d'attention à mon marmot qu'à mes skis et je ne peux rien dire de probant sinon que je n'ai été choqué ni en bien ni en mal. Mais pour le moment je vais concentrer les tests sur la poudre qu'il y a à prendre, on ne devrait pas manquer de neige dure dans l'hiver pour approfondir le sujet.

Pour finir, j'ai monté les skis avec des voile 3 pin hardwire, et j'ai skié ces 3 jours dans mes svartisen. Dans du terrain nordique voir un peu plus (piste noire du Noirmont non damée, et quelques pentes un peu plus raides), je ne m'embarasserais pas d'une coque plastique. En revanche, ce ski me semble également parfait pour du télémark en mode rando alpine, et dans ce cas là, on peut discuter de l'intérêt de prendre de la coque plastique pour attaquer un peu plus en descente.
Dès qu'on trouvera un peu de neige béton et un peu de glace, je ferai un retour sur le sujet pour donner mes impressions. Mais je ne suis pas pressé que ça arrive. Ils annoncent encore près de 50 cm de chute dans les 4 jours à venir, que du bonheur en perspective.
Modifié il y a 6 ans
Ben oui Robert, après l'effort le réconfort, après 5 heures de glissades à brasser de l'air frais, je me suis senti curieux de m'activer les papilles et de me réchauffer le gosier avec ce sympathique breuvage, qui ne sentait ni la patate ni l'alcool à brûler. :lol:
Modifié il y a 6 ans