Col du Garabeil-Route Colbert (Madres : Aude-Ariège-PO)

par
resclause avatar
resclause

Selon le sens de la traversée : col du Garabeil (entre Escouloubre et Le Bousquet - parking facile sur le col) ou début de la route Colbert (3 km en aval du barrage de Puyvalador, à l'endroit où la ligne électrique tangente la route - parking possible de l'autre côté de la D118, à 100 m du départ de la piste forestière Colbert).

Durée : 1 jour

Distance : 15,0 km

Difficulté : Facile

Altitude de départ : 1258m

Point le plus haut : 1682m

Pulka : accessible

J’ai déjà eu l’occasion de dire tout l’intérêt du massif Madres-Coronat, ensemble forestier de moyenne montagne (à peine 2500 m au Madres) à l’écart des modes. Visible de très loin, le Madres, à la frontière de l’Aude, de l’Ariège et des Pyrénées Orientales, est parcouru de pistes forestières qui forment un labyrinthe opaque lors des premières visites. Quand on étudie attentivement la 1/25000 (Axat-Quérigut et Font-Romeu-Capcir) on lit des itinérances de plusieurs jours.

 

Quelques cabanes de l’ONF ou des collectivités locales permettent d’oublier la tente. Attention toutefois, elles sont souvent sommaires, et les plus confortables nécessitent de se procurer la clé auparavant auprès du gestionnaire (la Maison du Capcir pour le refuge des Estagnols, la Mairie du Bousquet pour le refuge pastoral de Madres…).

 

La cabane de la Resclause, mise à disposition par l’organisme intercommunal du Bousquet / Escouloubre / Roquefort de Sault, reste ouverte et dispose de couchages sur le plancher de l’étage. Les gestionnaires des cabanes (qu’ils soient remerciés ici) auraient souvent avantage à fixer des anneaux aux murs pour que les visiteurs suspendent leur hamac, ou de laisser les planchers ou bas-flancs libres de matelas et de couvertures. Il n’est pas bien compliqué de dérouler son propre mini-mousse, et le local risque moins d’être envahi par les rongeurs.

 

Cette cabane (ainsi qu’une autre, fermée) est située dans une vaste clairière à 1660 m d’altitude. La vue sur le dôme du Dormidou et le cirque du Madres y est très belle.

 

La cabane est à peu près à mi-chemin entre le col du Garabeil (au-dessus du Bousquet) et le départ de la route Colbert (3 km en aval du lac de Puyvalador) et peut à ce titre représenter une halte sur la traversée nord-sud ou sud-nord. Par beau temps cette traversée d’une quinzaine de km prend la journée, mais on peut avoir envie de prolonger l’ambiance nordique par une nuit entre amis, ou de rayonner une journée de plus dans les clairières, mouillères et pâturages. En sortant de la clairière en direction du Madres on doit trouver de l'eau au ruisseau Le Pountarrou, évitant de faire fondre la neige.

 

Le risque d’avalanche est inexistant (sauf dans le cirque sous les crêtes Bernat Salvatge / Madres) mais celui de se perdre aux nombreux carrefours est réel. Si on apprécie le vagabondage entre les clairières hors des pistes forestières, faire le point régulièrement. Le mauvais temps n’est pas à sous-estimer, l’endroit étant propice au fameux vent local le Carcanet la visibilité peut y être très réduite.

 

L’homo cretinus étant la plaie de la forêt montagnarde, les seules traces humaines que vous croiserez sont celles d’un 4×4 (on se demande comment l’espèce parvient à se reproduire, puisqu’elle n’est composée que de mâles). La privatisation du versant Est du Madres par une compagnie d’assurance (qui a tenté d’expulser les promeneurs au profit d’actions de chasse privée) a fait beaucoup de bruit il y a quelques années et la question de l’usage de l’espace montagnard reste épineuse. Au moins ces conflits tiennent-ils les dameuses à l’écart de cette zone Natura2000, dont l’équilibre tient à la cohabitation harmonieuse des activités agro-pastorales et forestières.



 

Météo

Superbe (le 15 décembre). Quelques rafales mais rien de tempétueux.

Condition de neige

Enneigement bien pingre sur la partie basse de la route Colbert  (skié de bout en bout, néanmoins). Super au-dessus du vallon des Flourettes. Poudreuse de cinéma sur le plateau.

Activité avalancheuse observée

RAS

3 commentaires

par N_75
N_75 avatar
 

resclause :
L’homo cretinus étant la plaie de la forêt montagnarde, les seules traces humaines que vous croiserez sont celles d’un 4×4 (on se demande comment l’espèce parvient à se reproduire, puisqu’elle n’est composée que de mâles).

Pas de smileys dispo dans cette partie du forum, dommage car là j'en collais une ligne entière qui se fendent la poire, même si ce constat est plutôt triste.
Dans mon coin des Monts du Forez qui furent un paradis de nature, ce sont plutôt les motos tout-terrain qui sont une plaie, également peuplade composée uniquement de primitifs mâles et se déplaçant en hordes. Et je pense que malheureusement on peut y associer quelques autres coins "oubliés" du Massif Central, "homo cretinus" étant pourvu de gènes le rendant insensible à la beauté et au calme d'un lieu ainsi qu'à la sérénité qui s'en dégage.
Et pourtant le lieu est un parc naturel ????????

par resclause
resclause avatar
 

Bien sûr c'est navrant. Le pire c'est que les chasseurs en quads ou 4×4, qui sont de vrais paltoquets, sont aussi parfois - d'une certaine manière - nos alliés objectifs : ils ont aussi intérêt que nous à ne pas scier la branche sur laquelle ils sont assis. Ces derniers temps, les seuls sites où je n'ai pas croisé leurs traces, c'est en périphéries des stations. Quel est le moindre mal ? Pour la protection réglementaire : ce versant du Madres ne fait pas partie du PNR des Pyrénées Catalanes. Il est juste inscrit à l'inventaire Natura 2000 et géré par l'ONF, qui fait bien respecter les interdictions sur les pistes interdites. Rappelons la règle simple : ouverte ou fermée, une barrière signale une interdiction. Les chasseurs négocient des dérogations (contrairement à nous, ils représentent un poids économique...). Cõté Nohèdes, une complaisance suspecte des forces de l'ordre protège les véhicules qui montent au col de Portus par la route de Thuir d'Evol... s'ils affichent leur carte de pêche derrière le pare-brise. Qui a dit république bananière ?

par jmc63
jmc63 avatar
 

Et que dire de la Chaine des Puys (qui voudrait être inscrite au patrimoine de l'humanité) !

Entre les quads des homo clermontus (branche locale de homo cretinus) et les 4x4 des neo néandethaliens chasseurs (mais pas cueilleurs faut se baisser), bêtes, méchants (en groupe et armé, on se sent fort) et surtout dangereux, la nature n'a qu'a bien se tenir.

Merci de vous ou de vous inscrire pour écrire un commentaire.