11 jours dans le Sarek Suède > Sarek

edouard

  • 3 topos
  • 4 sorties
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 0 commentaire
  • 2 messages

Durée : Plus de 4 jours

Distance : 177,0 km

Difficulté : Moyenne

Altitude de départ : 375m

Altitude de chaussage: 375m

Point le plus haut : 1767m

Pulka : accessible

Nous avons effectué un séjour dans le massif du Sarek du 11 au 21 avril 2016. Ce n’est pas la première fois que nous allons dans ce massif aux innombrables  possibilités. Jusqu’à présent nous avions parcouru les vallées en variant d’une année sur  l’autre entre Ritsem et Saltoluokta.  Notre but cette année était de faire des sommets accessibles en ski de randonnée nordique tout en étant bien conscient qu’avec les sautes d’humeur du vent et de la météo dans ce massif nous ne ferions peut-être rien de différent que ce que nous faisions habituellement. Nous avons donc pénétré modérément à l’intérieur du massif dans un secteur où les possibilités sont nombreuses. Cela nous laissait aussi des jours de « rab » en cas de conditions difficiles.

unnamed file

Nous allons faire le tour du Slugga.

Ce fut un beau séjour avec du soleil, pas de vent,  une neige de rêve et une température adéquate (entre - 20° et 0°). Nous avons donc accompli dans sa quasi intégralité notre programme.

Un redoux du mois de mars avait contribué à créer une couche dure de regel sur laquelle s’était déposée une chute de neige modérée, neige restée froide et très peu transportée  par le vent. L’idéal  donc pour nos skis Madshus  (cotes : 68-55-62).

Nous étions deux et évoluons chacun avec une pulka, légère entre 22 et 28kg. Nous n’avons pas pris d’ARVA et de sonde.  Nous avons considéré que nous n’allions pas dans des zones plus raides que  25° ou menacées par des avalanches provoquées à distance. La couche dure dont j’ai parlé avait aussi considérablement diminué le risque. De toute façon, à trente kilomètres à vol d’oiseau de la base, il vaut mieux essayer d’éviter les accidents. La carte du Sarek BD10 au 100 000ème est très précise et permet de calculer avec peu d’erreurs, les pentes lors des ascensions. Pour information, la pente la plus raide que nous ayons montée et descendue n’a pas dépassé  les 15°. Nous avions emporté une paire de crampons adaptés à nos chaussures, un piolet léger et un bout de corde de 15m environ. Ils n’ont pas servis mais je pense qu’il est toujours nécessaire de les emporter, les conditions n’étant pas toujours celles que nous avons rencontrées.

Nous avons choisi des étapes courtes permettant soit des tours supplémentaires en fin d’après-midi, soit un farniente tout aussi plaisant.

Voici donc le déroulé de notre séjour :

Dimanche 10 avril : Genève - Gallivare : avion Genève Gallivare. Arrivée à 21h15. Loffe Nilsson gérant de notre hébergement « Stay in Gallivare » vient nous chercher à l’aéroport, nous conduit au super marché pour les derniers achats (tubes de caviar, wasa….). « Stay », situé à une minute de la gare ferroviaire et routière offre de belles chambres et aussi la possibilité de laisser des affaires.

Lundi 11 avril : Gallivare - Saltoluokta - Pietsaure : le bus pour Saltoluokta part à 8h45 pour arriver à Kebnats sur la rive nord du lac Langas 10h30. Nous rejoignons la rive sud et le refuge de Saltoluokta avec le scooter de ce dernier. Le refuge a une épicerie ou il est possible de compléter ses provisions : gaz, pétrole. Ensuite, nous commençons par la plus grosse montée du séjour avec pulka sur la Kungsleden que nous quittons au bout de 3 km pour rejoindre le bord est du lac Pietsaure. L’itinéraire est balisé jusque-là. Nous avançons sur le lac et sa rive sud pour placer notre bivouac dans une petite combe près du lac (point 74 81 771N et 16 07 411E en RTM90). Environ 15 km  et  245m.

Mardi 12 avril : ascension du Guodektjåhkkå  1514m. De belles éclaircies nous permettent de progresser dans des pentes vraiment nordiques au sud du bivouac. Le temps se brouille juste pour le sommet mais peu après nous retrouvons de belles luminosités. Retour au bivouac ou nous passons une deuxième nuit. 13km et 870m.

unnamed file

En montant au Guodektjåhkkå.

Mercredi 13 avril : Pietsaure - Nienndo : la journée est lumineuse. Nous contournons le Slugga, sommet pyramidal, qui ne manque pas d’allure, en passant par le lac Rissajavvre. Il faut ensuite remonter de petites combes jusqu’à un lac coté 802m d’où l’on peut descendre dans la rivière sans nom qui se jette dans le lac Guordesluoppal (au point 74 83 665N et 16 01 046E). Ce point est précieux car il permet d’éviter une zone de gros blocs très désagréables avec une pulka. Nous poursuivons vers l’est pour le bivouac au pied du Nienndo, dans une petite combe (point 74 80 432N 15 94 089E) à l’abri des grands vents de la Guhkesvagge. 20km

unnamed file

Là où on descend dans la rivière sans nom.

unnamed file

Au pied du Nienndo, et le massif Ahpar

Jeudi 14 avril : Nienndo - Vuojnestjåhkkå 1730m - Nienndo : Le temps est très beau au départ puis le soleil devient assez voilé. C’est la journée la plus froide du séjour. Nous traversons d’abord la Guhkesvagge en direction des barrières à rennes (Rengarde) pour monter sur les pentes modérées de la croupe est de notre sommet projeté. Nous atteignons l’altitude 1730m, là où la croupe devient plus ou moins arête. Le sommet se couvre,  un petit vent se lève, le seul  véritable des 11 jours. Cela nous incite à renoncer prudemment. La température ressentie est certainement très basse. 18km et environ 1000m.

unnamed file

Le Vuojnestjåhkkå

Vendredi 15 avril : Nienndo - Skanatjåhkkå  1767m - Nienndo : Le temps est redevenu ensoleillé. La nuit a été bercée par le cri des lagopèdes (Fjall ripa). Un troupeau de renne est tout près aussi. Il a profité de pentes raides déneigées sur le Nienndo pour se restaurer. L’ascension consiste à remonter les larges pentes de la rive droite de la rivière Alep Niendojågås puis à passer au nord-est d’un sommet coté 1503 pour atteindre le belvédère Skanatjåhkkå. Vue sur l’ensemble des massifs y compris le Kebnekaise. 15km et 870m

unnamed file

Sur l’itinéraire du Skanatjåhkkå.

Samedi 16 avril : Nienndo - pied du Namadis (lac Sitojaure) : Un peu de jour blanc pour cette courte étape jusqu’au abord du lac de Sitojaure. Le soleil reviendra dans l’après-midi.  D’abord ce sont les moraines dénudées par le vent aux alentours du lac Gåbddåjåvvre. Nous retrouvons une bonne couche de neige dans la descente douce vers le lac. Bivouac au pied des falaises du Namadis, (point 74 70 450N et 16 00 392E) à l’écart des maisons de Rinim. Promenade dans les forêt de bouleau au pied de falaises noires du Namadis. 13km

Dimanche 17 avril : Pied du Namadis - rive SO du lac de Sitojaure : L’étape sous un soleil radieux consiste à skier sur le lac Sitojaure jusqu’à dépasser la presqu’île Ahkanjargga. Les deux derniers kilomètres pourtant plats en dehors du lac se font en 1h30 : le soleil a chauffé et pulkas et skis ont une fâcheuse tendance à botter. Les lagopèdes sont légions autour du bivouac (point 74 61 217N et 16 10 434E toujours en RTM 90). 17km

unnamed file

Lac de Sitojaure : le Saint Esprit ?

Lundi 18 avril: Rive SO Sitojaure - Skierffe 1179m - Rive SO Sitojaure: Un peu de jour blanc, de belles éclaircies, une averse de neige, des rennes, un aigle surgissant à quatre mètres de nous par deux fois alors que nous étions au bord de la falaise du Skierffe (la montagne qui est en photo sur la carte du Sarek), une vue plongeante époustouflante sur la vallée Rappadalen et ses méandres : telle a été notre journée sur les plateaux au nom imprononçable de Jågåsjgaskllahko. La pente n’est vraiment pas raide et la neige poudreuse a permis de beaux tracés rectilignes. 23km et 620m.

unnamed file

Piste d’envol de Fjall Ripa.

unnamed file

Le delta de la Rapa

Mardi 19 avril : Rive SO de Sitojaure - refuge de Sitojaure et quelques kilomètres supplémentaires sur les collines autour du refuge. Ciel très clair. Camper encore ou aller douillettement au refuge? Si c’était camper, et nous allions encore avoir de bonnes conditions, alors il fallait passer  au large du refuge, car le contact établi avec les gardiens était si chaleureux que nous nous sommes laissés convaincre. Nous sommes trois ce soir à rester.  S’en sont suivis un café avec  une dégustation d’un gâteau roulé à la cannelle, de la truite saumonée pêché dans l’heure précédente dans le lac par le gardien et une discussion instructive avec le chef des samis et son fils sur les modes de gestion des rennes de la région. 15km

Mercredi 20 avril : Sitojaure - Saltoluokta : retour par une journée splendide sur la Kungsleden pour boucler la boucle. La gaufre avec la crème fouettée et la confiture de murons sont au bout du chemin ainsi que le sauna de luxe et le repas gastronomique du refuge. 20km

Jeudi 21 avril : Saltoluokta Gallivare : le matin promenade sur les hauteurs du Puollamtjåhkkå avec vue panoramique sur d’immenses lacs. 8km.  L’après-midi retour à Gallivare.

unnamed file

Refuge de Saltoluokta.

unnamed file

Des hauteurs du Puollamtjåhkkå : vue sur le lac d’arrivée

 

Météo

Sur 11 jours : beaucoup de soleil : 9 jours, une journée soleil voilé, une journée en partie avec quelques flocons mais avec une bonne visibilité au moins du pied des montagnes,. Températures entre -20° et 0°. Pas de vent ou vent faible (moins de 20 km/h).

Condition de neige

Neige poudreuse ou faiblement ventée sur fond dur.

Activité avalancheuse observée

Neige apparament bien stabilisé, mais il aurait fallu aller voir en pente raide sous les crètes des hauts sommets. Une seule coulée modeste sur le glacier Ahparjiegna.

Commentaires

Aucun commentaire