N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Skis Atomic Rainier Posigrip Randonnée Nordique > Skis

marcolino

marcolino

  • 1 topo
  • 0 sortie
  • 2 tests
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 16 commentaires
  • 133 messages

Note 3,0/5

Marque : Atomic

Modèle : Rainier Posigrip

Poids : 1830 en 180 cm

Dimensions : 168 - 180 - 192 cm

Année : 2010

Prix indicatif : 230,00 €

Matériaux :

Semelle Posigrip waxless
Structure : High Densolite Core

Autres caractéristiques :

Lignes de cotes : 88-60-78mm
Carres en acier

Le Posigrip Rainier est un ski de randonnée nordique qui a les mêmes caractéristiques que le modèle Salomon X-ADV 89. Son noyau en mousse et fibres de verre rend ce ski très léger permettant une bonne flottabilité en poudreuse. Carres métalliques. Système anti-recul Posigrip (écailles).

Testé par
marcolino

marcolino

  • 1 topo
  • 0 sortie
  • 2 tests
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 16 commentaires
  • 133 messages

Note du test 3/5

Caractéristiques techniques :
Marque Atomic
Modèle : Rainier Posigrip
Longueurs disponibles : 168, 180, 192 cm
Lignes de cotes : 88-60-78mm
Poids 1.83 kg en 180cm (données fabricant)
Semelle Posigrip waxless
Structure : High Densolite Core
Prix public conseillé : 230 euros

Descriptif du fabricant :
Le Rainier Posigrip est le ski classique du « trekking » d’hiver équipé d’une semelle Posigrip pour améliorer la performance durant les montées, sans affecter les capacités de glisse. Son noyau léger en Hight Densolite et sa spatule large permettent au skieur de manier le ski avec facilité, même dans la poudreuse.

Skis Atomic Rainier Posigrip

Conditions du test :
(75kg/180cm) : j'ai effectué une vingtaine de sorties avec le Rainier en 180cm depuis le début de la saison 2010, dans les Préalpes et Alpes bernoises et valaisannes, entre 1000m et 3000 m d'altitude, plus quelques sorties dans le Jura. Tous les types de neige ont été rencontrés, allant de la neige froide et poudreuse du début d'hiver glacial, à la neige de printemps ramollie (ou non) de ce printemps 2010.

Skis et fixations
J'ai monté les skis avec des Voilé 3-pins câble avec une rehausse Rottefella de 10mm. Cette fixation permet de skier au choix, avec le câble (en fait, un gros ressort), avec le Hardwire d'une Voilé 3-pins Hardwire (moyennant une petite adaptation sur les crochets) ou uniquement fixé sur le 3-pins.En fonction des sorties, j'ai utilisé indifféremment des chaussures classiques en cuir, tige basse et des Scarpa T2 originales, plus proches des T4 actuelles pour la rigidité et la hauteur de tige que des modèles actuels du même nom.

Skis Atomic Rainier Posigrip

Avis :
L'utilisation d'un noyau en mousse a permis de fabriquer un ski vraiment léger et leur faible longueur renforce encore cette impression. Le ski est très maniable, vraiment très souple et il vire bien, sans effort. La largeur du patin permet une bonne stabilité. Par contre, ces skis donnent une impression de fragilité (en comparaison des skis Åsnes), impression renforcée par leur souplesse. La semelle est relativement tendre (sensible aux rayures).

Comme attendu, le gain en maniabilité se fait au détriment de la qualité de glisse : sur le plat, le ski flotte, et du fait de la largeur du ski, de la faible longueur utilisée et des écailles, la glisse devient assez poussive. La différence est flagrante avec un ski comme le Åsnes Amundsen ou le Fischer E99. On quitte lentement le domaine du ski nordique pour le télémark léger.

Fixation à câble et chaussure en plastique
En descente, une bonne chaussure en cuir et la fixation 3-pins suffisent amplement pour diriger le ski. Une fixation à câble (un gros ressort, en fait, pour la Voilé) apporte un petit supplément de rigidité, pour les chaussures en cuir, qui peut être rassurant en neige lourde ou sur une pente raide. Par contre, ce petit câble n'apporte rien de plus avec des chaussures en plastique déjà bien rigides. Pour faire une comparaison, j'ai effectué quelques descentes avec des Scarpa T2, avec le câble de le « hardwire » monté : l'ensemble chaussure-fixation permet de donner plus de pression sur le ski, et le gain en précision est réel, mais le ski Atomic Rainier est vraiment trop souple pour justifier un tel montage et une utilisation télémark pur.

Longueur du ski
Contrairement à l'usage pour les skis paraboliques, j'ai pris un ski à ma taille : 180cm. Et j'aurais tendance à dire que le ski est un peu trop court. Un ski en 192cm m'aurait apporté un supplément de portance dans la neige poudreuse et de vitesse sur le plat. Une amie qui est un petit gabarit (165cm) a essayé ce ski, l'a trouvé très bon, léger, facile à manier, rapide sur le plat et a réussi à enchainer des virages télémark après deux sorties !

Écailles Posigrip
Derrière ce nom clinquant se cachent en fait de grosses écailles (env. 10mm) très classiques, sur une longueur d'environ 80 cm. Sur piste préparée ou neige portante (poudreuse soufflée ou neige de printemps revenue), le ski croche bien et permet une glisse relativement correcte en pas alternatif avec la chaussure en cuir. En dehors des pistes, spécialement en poudreuse, le système d'écailles Posigrip m'a franchement déçu, car il est beaucoup moins performant et plus fragile que d'autres types d'écailles tel le système Crown de Fischer.

Skis Atomic Rainier Posigrip

Conclusion :
Au final, ce ski est vraiment un ski de compromis. Le ski est facile à skier, du moins en neige poudreuse, a des performances correctes pour ce quoi il est fait, pour un prix de milieu de gamme, mais je le trouve un peu quelconque, sans âme, sauf pour la sérigraphie qui est assez réussie.
Sur neige dure, les performances restent correctes pour un ski nordique, même si l'on a tendance à comparer avec du matériel alpin ou de télémark plus lourd (quoique, un ski Trab, de même poids, croche bien mieux, mais c'est une autre débat). Sa souplesse le destine plutôt à des petits gabarits ou à des skieurs aux ambitions modestes en descente.

Il serait aussi souhaitable de pouvoir comparer ce ski avec le Salomon XADV 89, même si je suspecte que ces deux skis n’en font qu'un : mêmes longueurs disponibles, mêmes lignes de cotes, mêmes écailles.

Commentaires

Aucun commentaire