N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Chaussures Alpina BC 2050 Randonnée Nordique > Chaussures

stef

stef

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 27 tests
  • 2 avis
  • 0 actualité
  • 47 commentaires
  • 453 messages

Note 3,0/5

Marque : Alpina

Modèle : BC 2050 NNN BC & 75 MM

Couleur : Noir / Argent

Poids : 2200 g en taille 44

Dimensions : Pointure du 35 à 48

Année : 2009

Prix indicatif : 174,00 €

Matériaux :

Semelle : vibram uniquement en norme 75 mm.
Isolation thermique en Thinsulate.

Autres caractéristiques :

Chaussure semi-rigide.
Norme NNN BC et 75 MM
Système de serrage par lacets et par une boucle haute.

La BC 2050 est une référence chez Alpina. Cette chaussure de randonnée nordique existe soit en norme NNN BC soit en norme 75MM. Bon rapport qualité / Prix.

Testé par
stef

stef

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 27 tests
  • 2 avis
  • 0 actualité
  • 47 commentaires
  • 453 messages

Note du test 3/5

Ils, c’est Stef, un jurassien chevronné de rando nordique et Jean-Paul, un « multisport », habitué des tests matos !

Les conditions d’évaluation :

  • Stef : matériel : Alpina 2050 - norme 75 mm, skis Salomon X ADV 89, fixation Super Telemark de Rottefella. Utilisation sur trois saisons.
  • Jean-Paul : matériel : Alpina 2050 – norme NNN BC, skis Fischer Outtabounds, fixation NNN BC automatique. Test sur une quinzaine de sorties au total.

alpina-75mm.jpg

alpina_BC2050.jpg

Ce que nous en pensons:

Les chaussures Alpina BC 2050 en norme 75 mm et NNN BC sont très légèrement différentes. Seule la qualité diffère au profit de la 75 mm. La semelle vibram est plus aboutie avec un meilleur crantage. Nos testeurs ont décortiqué sous toutes les coutures la Back Country 2050.

Confort et tenue :
Chausson très confortable, bien ajusté à la forme du pied. Le modèle BC 2050 apporte un maintien complet de la cheville. Sa tige arrière est haute et apporte une bonne stabilité en ligne droite et dans les virages.

Chaleur – isolation – respirabilité :
Le modèle BC 2050 couvre le haut du pied pour éviter les entrées de neige et pour limiter les échanges thermiques. Il possède une jupe zippée en Thinsulate. Cette isolation thermique du dessus de pied est convenable. A l’inverse l’imperméabilité est très moyenne et la respirabilité est quasi nulle.

chaussure-alpina.jpg

Solidité :
Un renfort contre l'abrasion est disposé sur l'avant de la chaussure. Il s’avère plutôt utile dans le cas d'une association avec des fixations 3 points de type Super Télémark (frottements avec le bord de la fixation, amortis par ce renfort).
Le premier point faible constaté : un léger décollement du renfort sur une des chaussures de stef lui a valu un détour par la cordonnerie.
Le modèle BC 2050 laisse percevoir quelques faiblesses : le clip plastique de la lanière de serrage et le zip de la jupe sont sous-dimensionnés. A ce titre, Stef a du faire un second passage à la cordonnerie pour changer la fermeture Eclair !

Maniabilité et contrôle :
Au niveau de la cheville, on constate une bonne rigidité latérale qui est assurée par la coque en plastique articulée . Cette dernière est ajustée efficacement par un collier à crochet plutôt robuste (Il paraît plutôt fragile à première vue).
Cependant, ce collier de serrage situé au niveau de la cheville à tendance à appuyer sur la fermeture éclair et a créer un point d'usure.

L'Alpina BC 2050 en norme 75 assure une bonne souplesse au bout du pied, ce qui facilite le mouvement de va et vient lors de la progression en ski nordique. À noter, l'association intéressante de cette souplesse avec la rigidité et le maintien au niveau de la cheville qui permettent une grande polyvalence d'utilisation (exemple : télémark qui devient toutefois plus subtile en neige dure et voir problématique en neige croûtée, progression rapide à plat…).

alpina-norme-NNNBC.jpg

Les plus :
L'Alpina BC 2050 est équipée d'une double fermeture : ajustage du chausson dans un premier temps par laçage rapide et efficace puis dans un deuxième temps par une fermeture éclair qui empêche la pénétration de la neige.

Les moins :
Le temps de séchage est le point faible de ces chaussures. L'humidité accumulée à l'intérieur du chausson est très longue à s’évacuer naturellement.
Au niveau du talon, une sangle en Velcro est sensée affiner le serrage de la coque plastique. Au final, ce système de réglage n'apporte pas grand chose, voire rien du tout.

alpina-BC2050_.jpg

Les conclusions de nos testeurs :

Stef :
Avis global : très satisfait, même si je constate quelques points d'usure (au terme de 3 saisons avec un nombre moyen d'environ 70 à 90 sorties suivant les hivers). Les BC 2050 correspondent tout à fait à ce que l'on peut attendre d'une chaussure semi-rigide, que l'on soit débutant ou confirmé. Ceci à condition de ne pas en attendre autant qu'une chaussure rigide (transfert d'effort, maintien de la cheville, isolation, comportement en descente). Elles affichent un vaste domaine d'application :

  • du plus exigeant : à l'aise en forts dénivelés et dévers, descentes engagées. A l'aise en itinérances de plusieurs jours avec traction d’une pulka.
  • J’émets toutefois quelques réserves sur la semi-rigidité de la chaussure trouvant vite ses limites suivant la qualité de la neige et sur l'imperméabilité, l'isolation, la respirabilité et l’absence de chaussons amovibles.
  • au plus ludique : légèreté en parcours plats à vallonnés, souplesse pour une progression rapide, confort pour les délicats !

Jean-Paul :
Mon expérience en randonnée nordique a débuté avec le modèle BC 1550 (Le modèle le plus abouti de la marque étant le BC 2050). En ayant utilisé les deux modèles successivement, j'ai pu appréhender le gain technique qu'apportent les atouts du modèle BC 2050. Elles ont beaucoup de points communs : grand confort, chaleur, robustesse globale, bonne semelle. Pour les utilisateurs soucieux d'une bonne tenue du pied et d'une grande précision de mouvement, je conseille le modèle BC 2050.

Commentaires

Aucun commentaire