Rottefella Xplore Randonnée Nordique > Fixations

stef

stef

  • 0 topo
  • 1 sortie
  • 42 tests
  • 3 avis
  • 0 actualité
  • 50 commentaires
  • author: stef

Note 4,0/5

Marque : Rottefella

Modèle : Xplore Off-Track

Réf : 9100550000

Poids : 370 g

Année : 2021

L'Xplore est une fixation qui propose une toute nouvelle norme spécifique au ski de randonnée nordique. Avec un principe mécanique inédit et une série de 3 flex interchangeables qui graduent la dureté des appuis, l'Xplore donne plus de souplesse à la flexion du pied en marche glissée, sans pour autant perdre en efficacité dans la conduite des skis en descente.  

Testé par
stef

stef

  • 0 topo
  • 1 sortie
  • 42 tests
  • 3 avis
  • 0 actualité
  • 50 commentaires
  • author: stef

Note du test 4/5

Conditions de test

Utilisation pour des sorties à la journée sur le Jura et pour une itinérance d'une semaine en Norvège (Rondane) en ski-pulka avec des Alfa Free A/P/S GTX et des Rossignol XP 100 .

IMG_8171.jpeg

La saison 21/22 a été marquée par le lancement de l'Xplore fabriquée par Rottefella. En proposant une nouvelle norme de fixation, le fabricant norvégien, n'ambitionne rien de moins que de révolutionner le petit monde du SRN. Dans les grandes lignes, cet accessoire au principe mécanique inédit en SRN, peut être modulé en fonction des profils de sorties. Il est bien sûr sensé favoriser la conduite des skis en descente et permettre un meilleur déroulé du pied en marche glissée. En se combinant avec une semelle développée par Rottefella et qui sera propre à tous les modèles de chaussures indépendamment de leur marque, l'Xplore annonce vouloir dépoussiérer une pratique qui souffre parfois d'une image un peu assoupie de « ski de balade poussive ». On conviendra que l'ambition n'est pas mince !

IMG_8188.jpegUne nouvelle norme qui fait table rase des fondamentaux en SRN.

L'innovation technique de l'Xplore repose sur deux axes pivots métalliques moulés à l'avant de la semelle des chaussures et qui viennent se verrouiller dans l'étrier de la fixation. La parenté avec les inserts low-tech propre au SRA est évidente, à la nuance près que le principe mécanique est inversé : sur les Xplore les axes pivots sont sur la chaussure et non sur la fixation comme en SRA.

IMG_8390.jpegUn principe mécanique et une interface avec la chaussure inédits.

Avec l'Xplore, les chaussures sont donc fixées au niveau de la pointe avant. On peut là aussi voir une parenté avec une autre norme de fix, la NNN BC.

Le principe mécanique de l’Xplore, qui repose sur ce système d’axe pivot et qui permet plus de débattement dans le mouvement des pieds, a été un peu « déroutant » lors de mes 1ères sorties. Adapte inconditionnel depuis plus de 25 de la norme 75, J’ai eu le sentiment de perdre un peu de l’effet de ressort dans ma marche glissée, d’avoir un effet de recul dans la poussée et que mes appuis étaient un peu fuyants, notamment en neige dure. 
Ce constat est très probablement lié à des habitudes de ski très/trop ancrées avec la norme 75 et qui d’ailleurs s’est passablement lissé au fil des sorties. 
Une fois que de nouvelles marques sont posées, que certains réflexes laissent la place à d’autres postures, le rendement des Xplore est bon sur les plats et les faux plats. Cette plus grande liberté de mouvement du pied peut être compensée, dans certaines portions de terrains qui exigent une plus grande cohésion fix/pied, par une lancement de jambe vers l'avant plus franc et un mouvement moins « enroulé ».
IMG_4011.jpegUn déroulé du pied moins propulsif et plus ample.
En descente telemark, ce débattement plus ample, a aussi nécessité de ma part quelques concessions et quelques mises au point de mon bagage technique. Avec la norme 75, c’est tout l’avant du pied qui prend appui sur l’étrier pour guider les skis. La contrainte du pied s'exerce également sur les bords de l'étrier. Avec l’Xplore, l’interface fix/chaussure est nettement plus restreint. Ma conduite des skis est donc devenue meilleure dès lors que je me suis efforcé de concentrer ma pression au niveau de la pointe des pieds avals et amonts, là où se situe l’interface fixation/axe pivot de la chaussure. La prise de force y est certes nettement plus restreinte mais le transfert d’effort est au final tangible, sans flottement et franc. Une fois clipsés dans les logements, les axes pivots des chaussures n'ont plus aucun latitude pour « loquer » latéralement.
IMG_4014.jpegUne prise ferme et franche à l'avant du pied.
Pour améliorer la polyvalence de sa fixation, Rottefella l'a équipée de 3 butées (ou flex) qui s'insèrent justement devant l'étrier. Ces flex sont amovibles et interchangeables. Chacune de ces butées, sur lesquelles la pointe des chaussures va venir en appui, ont une élasticité et une dureté différentes pour donner plus ou moins de résistance à la flexion. Le principe est donc de pouvoir s'adapter aux différents profils des sorties en SRN, allant des traversées au plat jusqu'aux pentes pré-alpines.
Le modèle que j'ai testé est équipé du flex intermédiaire. Je ne peux donc pas juger de l'intéret réel de ces accessoires, même si, je me doute qu'avec le flex dédié à la descente, l'appui sera meilleur (mais dans quelle proportion ?) pour une conduite de ski plus efficace.
IMG_8189.jpegLe flex intermédiaire
Quoiqu'il en soit et pour en terminer avec les flex de manière totalement subjective, je préfère spontanément m'affranchir le plus possible de ce genre de manipulations. Je les trouve vite rébarbatives, à plus forte raison avec des inserts plastiques dont la perte n'est pas exclue. Reste donc à déterminer lequel des trois est le mieux adapté à telle ou telle sortie en étant le plus compatible avec les sensations souhaitées.
Dans certaines conditions (neige très froide, enchainements rapides), j’ai senti la nécessité de skier avec plus de finesse, plus d'application dans la pression de la pointe des pieds et dans leur stabilité latérale pour éviter un léger phénomème de roulis des skis. J’imagine que la surface restreinte de la prise de force y est pour beaucoup dans ce phénomène qui n’est pas récurrent et tout à fait maitrisable. J'imagine aussi que des skieurs habitués à la norme NNN BC, retrouveront plus vite certains repères communs à ces deux types de fixations apparentées par le fait que l'appui se fait plus sur la pointe des pieds qu'avec la norme 75 qui va solliciter la partie du pied depuis les orteils jusqu'à la voute plantaire.
A mon avis et pour ce qui concerne la durabilité, on peut voir dans le principe mécanique de l’Xplore, qui repose sur les axes pivots, un réel atout par rapport à la norme 75.  En effet, les contraintes mécaniques de celle-ci, qu’elles soient liées aux 3 pins ou à l’effet de torsion, finissent très souvent par venir à bout du bec de canard de la chaussure. L'action mécanique entre la fix et la chaussure propre à cette nouvelle norme est nettement moins agressive pour les matériaux. Bien évidemment, ce sera à confirmer au fil des saisons. L'Xplore bénéficie de son statut de nouvelle venue et de l'absence de retours aussi nombreux que circonstanciés sur sa durabilité et sa robustesse.
IMG_8136.jpegUn principe mécanique simple gage de robustesse et de durabilité ?
Pour continuer d'évoquer les chaussures, la rigidité et le maintien du pied qu'elles peuvent plus ou moins offrir, reste un point déterminant pour tirer au maximum profit de l'Xplore. Pendant cette session de test, les Free A/P/S GTX ont parfaitement rempli leur rôle dans ce registre. Cet hiver, j'ai débuté l'utilisation des Xplore avec d'autres chaussures encore en cours de développement. Leur trop grande souplesse et leur propension à s'écraser, à se tordre malgré la rigidité de la semelle Rottefella, ne m'ont permis de tirer le profit maximum des Xplore en descente. En traversées, la souplesse des chaussures alliées au grand débattement propre au Xplore, m'ont un peu donné la sensation de « perdre » parfois le ski.
C'est là enfoncer une porte ouverte que de dire que l'ensemble skis/fix/chaussures doit être pensé comme un tout propre à la pratique souhaitée.
IMG_4006.jpegDes chaussures rigides pour tirer un meilleur bénéfice des Xplore.
A l'usage, la maitrise du chaussage/déchaussage des Xplore a nécessité quelques tâtonnements. Il s’est avéré que le chaussage était plus efficace en posant, dans un 1er temps, le talon sur la plaque de réhausse pour, dans un 2eme temps, faire appui avec l’avant du pied. Pour le déchaussage, le geste a un déroulé inversé. Attention cependant, quand le talon qui fait appui sur la plaque de réhausse, à ce que la poussée ne soit pas trop forte sur le ski au risque de le voir filer de manière incontrôlée... Rotteleffa propose d'ailleurs un leash qui, par extension, en plus de garantir toute perte de ski lors d'une chute, peut aussi servir de sécurité lors du chaussage/déchaussage !
Les cales de montée dont est dotée l’Xplore sont, à mon avis, parfaitement bien dimensionnées, ni trop hautes pour éviter tous déséquilibre, ni trop courtes pour un gain qui serait trop limité. Contrairement à une marque concurrente, les cales de l’Xplore en position dépliée ont un très bon appui contre la plaque de réhausse et ne se replient pas de manière intempestive.
IMG_8442.jpegDes cales bien dimensionnées.

Points faibles

Un  déroulé du pied en marche glissé qui peut être déroutant par son amplitude

Le prix

Points forts

Simplicité et robustesse du principe mécanique

Prise bien assurée à l'avant des chaussures pour un bon transfert d'effort 

Conclusion

Sans forcément parler de révolution, on peut apporter au crédit de l'Xplore un principe mécanique innovant, un aspect visuel bien intégré et un fonctionnement aussi sûr qu'efficace.

Cependant, à l'usage et en comparaison avec la norme 75, dont le statut de référence est aussi briguée par l'Xplore, le plus grand débattement chez cette dernière est globalement plus avantageux en marche glissée ou en montée (encore qu'on est malgré tout là dans le domaine du ressenti, des sensations et des réglages propres à chacun et qu'on pourra concevoir des avis divergents). L'intéret de ce mouvement du pied plus ample est nettement moins pertinent en descente. J'ai eu la sensation récurrente que la pression des pieds est mieux répartie, plus stable et donc facilement plus opérante avec une norme 75 qu'avec une Xplore qui elle réagit à la pointe des pieds.
Au delà des pratiques et sensations subjectives, il n'empêche que l'Xplore « fait le travail » de manière très satisfaisante, que son principe mécanique est parfaitement bien conçu, que son fonctionnement aussi simple qu'assez dépouillé est sans doute un gage de durabilité et de solidité. Tout comme la vénérable 75 qui, elle, l'a d'ores et déjà amplement prouvé...
IMG_8138.jpeg
 

Commentaires

Aucun commentaire