Le boom du Ski de Randonnée Nordique : 6 raisons du nouvel engouement

Actualités > Ski de Randonnée Nordique
Régis Cahn

Régis Cahn

  • 56 topos
  • 81 sorties
  • 92 tests
  • 0 avis
  • 237 actualités
  • 354 commentaires
  • author: Régis Cahn
Le boom du Ski de Randonnée Nordique : 6 raisons du nouvel engouement

Le ski de randonnée nordique connait un engouement sans précédent qui se vérifie depuis une décennie et qui a été dopé par la crise sanitaire et la fermeture des remontées mécaniques.

Les 6 raisons du renouveau du ski SRN, tellement Backcountry !

Raison 1 : Renouer avec la nature et se réensauvager

L’envie de nos contemporains, souvent urbains, de renouer avec la nature de se réensauvager et de s’immerger dans nos derniers espaces de liberté et de respiration.

Le Ski de Randonnée Nordique est ludique, récréatif, sportif, immersif. Cette activité perçue comme nouvelle, alternative, répond aux aspirations de nos concitoyens. Cette tendance est profonde et s’inscrit dans la durée.

Raison 2 : L'innovation matérielle

L’innovation matérielle, l’amélioration des équipements facilite la mise en œuvre de la discipline, augmente le plaisir de la pratique, au niveau de la glisse, de la conduite des skis et par extension ouvre ses portes aux nouveaux pratiquants.

Raison 3 : La facilité d'accès

Une pratique peu couteuse, un accès gratuit à la montagne et une facilité de mise en œuvre. En SRN, nous ne sommes pas ou peu contraint par les horaires liées aux qualités de neige et aux risques nivologiques ; sauf en randonnée alpi-nordique. Les risques sont faibles et a contrario la convivialité est omniprésente ! On part skier en famille, avec les copains, en couple, l’un à côté de l’autre sans devoir observer des distances minimales de sécurité.

Le SRN est accessible partout, tout le temps, par tous les temps et pour tous. Il suffit de quelques centimètres de poudre pour s’en aller glisser dans le paradis blanc.

Si vous n’êtes toujours pas convaincu, lisez notre article évoquant les 6 bonnes raisons de faire du ski de randonnée nordique.

IK_20190215-17_Aventure_Nordique_2019 (90).JPGDu backcountry comme vous n'en aviez jamais vu ! Crédit Photo : Inga Carol

Raison 4 : Le SRN bénéficie du « boom » de la randonnée alpine

Cette dernière décennie, nous observons un « boom » du ski de randonnée alpin multiforme : ski freeride, ski-alpinisme, ski fitness ou « remonte piste » etc… D’une certaine façon, l’engouement et la médiatisation pour la pratique alpine, a bénéficié à notre discipline nordique. Cet éclairage sur les pratiques « hors traces » au sens large, et aux « grands espaces », a donné envie à des nouveaux pratiquants de sortir dehors. Coté équipement, le SRN est resté à la marge des révolutions technologiques de sa grande sœur « Alpine », tout en bénéficiant du contexte de profusion matérielle, notamment en ce qui concerne l’accessoirisation du randonneur à skis : bâtons, peaux de phoque, vêtements…

Historiquement, on associe sans doute plus la rando nordique à son grand frère, le ski de fond, mais c’est la rando alpine qui la tire vers le haut.

N’oublions pas, qu’au niveau familial, en réalité, le SRN, c’est le ski originel. C’est le papa du ski ! Il a donné naissance aux autres pratiques…. Mais ce n’est pas l’heure de remémorer l’histoire et de se chamailler en famille ; pour s’avoir qui a commencé le premier : on le sait tous ici 😊. Le SRN va bien, va mieux et c’est tant mieux !

Raison 5 : Le transfert des pratiquants

Pour faire la transition avec le point 4, il y a de nombreux randonneurs qui se sont essayés à la randonnée alpine et qui se sont aperçus que ce n’était pas fait ou plus fait pour eux. Trop sportive, trop engagée, trop risquée, trop contrainte… La question n’est pas de mettre en opposition les pratiques, mais objectivement, la randonnée nordique est moins exigeante et les risques sont moindres qu’en rando alpine. Dans la plupart des cas, le skieur nordique évolue sur des pentes dites « nordiques » soumises à des risques nivologiques moindres. La randonnée nordique comporte des risques, peut-être sportive, mais s’inscrit d’abord dans une notion de découverte, d’immersion, de trajet en nature reliant un point A à un point B. Au final, la différence de philosophie entre les deux disciplines est franchement bien marquée.

Quant aux skieurs de fond, certains se sentent « un peu rincés » et disent « en avoir assez de tourner en rond »… De nombreux fondeurs souhaitent sortir des stades de neige et découvrir le wilderness… Sans doute aussi que le désir de performance s’est tassé avec les années…
Pour finir l’inventaire des nouveaux transfuges du talon libéré, il y a le raquettiste à neige, qui a envie de glisse… ou qui veut renouer avec la glisse et retrouver ses sensations perdues.

Et puis, il y a le néophyte. Cheveux au vent, il ne part de rien. C’est le nouveau pratiquant qui ne sait pas ou peu skier. Il découvre le ski sauvage, parce qu’il en a entendu parler, parce qu’il a surfé sur le web et qui est tombé nez à nez avec la rando nordique. Il a tout à découvrir, sans apriori, et sa première mission s’est d’apprivoiser le pas glissant, le chasse neige et les conversions à la montée et à la descente ! Certains débuterons par le ski-raquette puis deviendront des skieurs de randonnée nordique assidus…

Le ski de Rando Nordique rajeuni et se féminise : youpi !

C’est fini, ce temps là… où le SRN était réservé à une poignée d’irréductibles solitaires, édentés, affublés d’une chemise à carreaux élimée aux manches… « J’dis ça, j’dis rien », mais le constat est qu’à minima, pour ces cinq premières raisons, la pratique se rajeunie et se féminise. Les dames et demoiselles sont de plus en plus nombreuses à s’adonner au ski sauvage et c’est le (bon) signe d’une réelle démocratisation du talon libre.

14022020-14022020_Aventure_Nordique_2020_copywright_ingacarol-42.jpgLa femme est l'avenir du SRN ! Crédit Photo : Inga Carol

Raison 6 : La fermeture des remontées mécaniques…

Elle a fait du bien à la montagne et a permis de mettre en valeur des activités plus nature et diversifiées que le « tout ski mécanique » qui fait aujourd’hui encore vivre la plupart des stations de skis et villages de montagne. Ainsi, nos territoires de moyenne montagne, ont vu éclore, ci et là des initiatives de développement de la rando nordique. Plusieurs écoles de ski aux pullovers rouges ont redécouvert le ski originel et se sont (enfin) mis à proposer de l’initiation au talon libre. Comme quoi, sous l’effet de la demande et par recherche de solutions et d’opportunisme économique, les acteurs traditionnels ont inventé de nouveaux outils de diversification.

D’autre part, de nombreux pratiquants, privés de tire-fesses se sont décidés à (enfin) s’aiguiser les mollets pour partir à l’aventure, à la découverte de nos montagnes enneigées. Bravo et bienvenu dans le Wilderness et pourvue que votre quête sauvage et authentique perdure !

La fermeture des stations n’est pas une tendance de fond pour le renouveau de la rando nordique, et ce n’est d’ailleurs pas à souhaiter, mais ce moment de jachère a permis une bascule de pratique et de pratiquants… Reste à savoir si cette tendance s’inscrira dans le temps…

Que sera le ski d’Après ?

A quoi va ressembler le ski de demain, avec l’arrivée des nouvelles innovations matérielles ? Est-ce que la randonnée nordique sera dépoussiérée par l’arrivée du nouveau standard technologique Rottefella Xplore ? L’apport de nouveaux pratiquants va-t-il populariser la discipline ? Quels effets pour nos espaces naturels sensibles ? L’augmentation des pratiquants va-t-il aiguiser l’appétit des fabricants ?

Le Ski de Randonnée Nordique est et restera une activité de niche, mais la tendance du moment, et les chiffres objectifs indiquent que sa base d’aficionados augmente.

L’observation et l’évolution de la Rando Nordique est passionnante… historique, sociologique et économique…

D’ailleurs, www.skirandonneenordique.com, votre plateforme collaborative qui vous fait glisser depuis 2007, a largement participé à la démocraskisation du Backcountry… Nos articles, vos discussions, nos récits ont mis en lumière le ski sauvage, le ski originel, le ski d’avenir, le ski de diversification…

SRN étant participatif, communautaire, n’hésitez pas à faire vos remarques, vos commentaires, vos observations pour enrichir la saga passionnante de notre ski de déplacement, outil récréatif et d’immersion…

Vous avez dit ringarde ? Pas si sûr… Avec de vraies valeurs ? Assurément, conservons-les !

Bon vent à notre randonnée nordique !

Commentaires

Aucun commentaire