Jour blanc au Sornin dans la fraîche France > Vercors / Le tour du plateau de Sornin depuis Engins

simon

  • 0 topo
  • 2 sorties
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 2 commentaires
  • 77 messages

Durée : 1 jour

Difficulté : Moyenne

Altitude de départ : 935m

Dénivelée : +700m

Point le plus haut : 1539m

Pulka : non accessible

Télécharger la trace GPX

Destination : le plateau de Sornin. Je n'avais jamais fait cette rando car je pensais que c'était rarement en bonnes conditions : point de départ bas synonyme de portage, plateau exposé au vent donc neige vite soufflée... Une première balade à pied il y a quelques jours me permet de voir qu'il y a du potentiel cette année. Donc après les dernières chutes de fin d'année et avec un climat bien froid, ni une, ni deux, c'est le moment d'en profiter !

Même si la couche est mince au départ, on chausse directement après la barrière. C'est une montée tranquille via le GR, en faisant un peu attention aux caillous qui émergent. Mais déjà la forêt est magnifique, tout emmitouflée de blanc cotonneux et de givre. Après cette mise en jambe, on arrive sur le plateau avec un changement d'ambiance : c'est jour blanc et le froid se fait sentir, renforcé par moment par le vent. Heureusement le hameau de Sornin offre un abri public, ancienne étable, où s'abriter pour manger.

Après la pause (et la petite onglée en repartant), on essaie de pousser vers la Dent du Loup dans le brouillard, en faisant la trace. Finalement on rejoint le sentier balisé où 2 skieurs de rando nous précèdent. Sortis de la forêt, ils ont bifurqué vers l'ouest et on ne les verra plus. On décide de tracer encore un peu vers la Dent jusqu'à atteindre le poteau indicateur "5 minutes". Mais le brouillard a raison de nos envies de point de vue !

Vient alors la partie la plus délicate. Toujours avec l'idée de faire le tour  du plateau par l'ouest, nous faisons maintenant la trace pour remonter vers la bergerie. Dans le jour blanc, à la boussole et en gardant autant que possible un contact visuel avec les arbres croisés, il faut rester vigilant. On reste sur l'alpage en ne rentrant pas dans les zones de cailloux et lapiaz. On finit par croiser plusieurs traces : des sangliers sans doute venus chercher des faînes sous les hêtres ! Puis une très vague forme dans le brouillard, à l'écart des arbres, sans trop y croire : mais si c'est la bergerie ! On rejoint alors 2 SRN qui ont suivi une trace depuis la station de la Sûre. Fin des difficultés, on rentre en forêt et en plus c'est tracé suivant le chemin, qui revient vers le hameau.

Nous voici au clou du spectale : une belle descente (trop courte) sur le hameau de Sornin dans une bonne poudreuse, l'occasion de faire des virages à la mode télémark, sans forcer. Puis c'est le retour sur le chemin du GR, un peu râclé par les passages depuis le matin. C'est que ça descend aussi et c'est difficile d'éviter tous les cailloux. Alors on essaie de se faire léger dans les freinages ou de trouver la poudre en bord de chemin, sans trop abîmer les skis (ils en ont vu d'autres maintenant).

Voilà, une belle balade dans des conditions idéales pour le SRN. Au vu de la météo, on peut espérer profiter d'autres endroits encore plusieurs jours, dans de vraies conditions nordiques !

 

Météo

Dans les nuages, jour blanc. Pas de soucis en forêt mais visibilité à 25 mètres en dehors.

Condition de neige

Excellente ! Quelques rares zones dégarnies par le vent aperçues sur le plateau, partout ailleurs bonne poudreuse, parfois 30-40cm dans les zones d'accumulation ? Attention en sous-bois à l'absence de sous-couche

Activité avalancheuse observée

RAS

1 commentaire

PatVertaco

PatVertaco

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 1 commentaire
  • 2 messages

J'ai fait la même sortie le même jour, mais en contournant le plateau de Sornin dans l'autre sens. La montée au dessus du hameau dans une poudreuse extrêmement abondante et pente assez raide était rude physiquement. La traversée de la forêt s'est avérée plus simple que ce que je craignais, en dépit de l'absence de trace. Le plus délicat à été la descente sur l'alpage après la bergerie dans un brouillard très dense: là où j'espérais pouvoir enchaîner quelques virages, je me suis vu contraint de contrôler ma position au gps constamment pour éviter de dériver en direction des falaises. J'étais soulagé d'atteindre le chemin permettant de rejoindre le hameau.