Québec : aux sources véritables du ski nordique Canada

sylva

  • 0 topo
  • 3 sorties
  • 0 test
  • 0 avis
  • 1 actualité
  • 18 commentaires
  • 156 messages

Durée : 2 à 4 jours

Difficulté : Moyenne

Pulka : non accessible

Par monts et par vaux

J’ai décidé de prendre quelques jours de répit entre Noël et le jour de l’an. Me voilà dans les Cantons de l’est à la maison de mes parents, en pleine campagne; granges, champs, forêts, étangs gelés et bocages composent le paysage.

0 commentaire

Quelques maisons dispersées ça et là. Le temps est très clément; entre 0 et -2 degrés et j’ai tout ce qu’il faut pour expérimenter le bon vieux ski nordique tel qu’on le pratiquait il n’y a pas si longtemps dans les campagnes québécoises et surtout en Scandinavie.

ski_nordique_quebec_05.JPG

Les bonnes vieilles planches de bois permettaient en effet aux gens de se déplacer… par monts et par vaux !

Quand mon père était jeune garçon dans les années quarante, lui et ses amis partaient sur leurs skis et faisaient ce que le terrain commandait; damage des montées en échelle ou en canard, descente, ascension et montée. Les talons libres, bottes bien lacées, et le cœur vaillant. Pas de skis spécialisés à cette époque ! Eh ! bien, me voilà avec de bonnes vieilles lattes nordiques datant d’environs cinquante ans, de vénérables Trysil-Knut presque neufs que mon papa a dégotés dans une vente de garage pour dix dollars !

ski_nordique_quebec_06.JPG

Bref, des skis de fond comme il ne s’en fait plus, en bois, larges (comme des SRN) avec des fixations en trappes à souris. Je décide donc de partir à l’aventure dans la campagne environnante et de faire du ski… originellement nordique! C’est l’après-midi, je ferai une belle promenade de deux heures avant que le jour ne tombe. Le couvert de neige est assez mince et le fart violet devrait faire l’affaire (on verra!).
Je traverse notre terrain et le verger; une grosse neige mouillée et lourde a recouvert toutes les branches et c’est un véritable enchantement. Me voilà au milieu du champ (culture du soja l’été dernier).

ski_nordique_quebec_07.JPG

Les planches sont très stables mais d’un poids auquel je ne suis pas habituée. La glisse se fait bien. Voici une petite butte et une douce descente vers l’orée de la forêt composée surtout de feuillus; ormes, bouleaux, hêtres, érables et enfin quelques conifères. Aux abords d’un ruisseau, les traces se multiplient; lièvres, chevreuils et renards y viennent se désaltérer. Je longe la lisière de la forêt, puis je tente une incursion dans le bois dense et difficilement pénétrable car il n’y a pas de sentier. Comme je suis seule et un peu douillette, je me contente d’une petite boucle à travers de majestueux conifères, surtout des épinettes. Le couvert de neige n’est pas très épais, surtout autour des arbres. Je me penche et passe sous les branches des conifères. Ça descend doucement. Si je continuais plus bas vers une clairière, j’apercevrais peut-être un ravage de chevreuil. Le temps me manquant, je fais demi-tour. Et de retour dans l’immense champ.

ski_nordique_quebec_02.JPG

Au sortir de la forêt, j’aperçois quelque chose de moins romantique; une cache à chevreuil…un truc pour guetter ceux-ci et les chasser ! Eh oui ! Cette activité se pratique encore chez nous. Il y a des quotas et tout mais pour l’instant, passons… En remontant vers la lisière nord du champ, je bifurque vers la route. La neige colle de plus en plus et s’agglutine sous mes skis; j’avais aussi oublié que sous ces anciennes fixations, la neige s’accumule…

ski_nordique_quebec_03.JPG

Ce n’est pas grave car le paysage ne pourrait être plus campagnard; la route de terre et à ma gauche la maison des voisins toute de pièces de bois équarries (très jolie) et à l’horizon, la bonne vieille grosse maison de ferme de mes parents (assez typique, construite vers 1850) à l’ombre de l’immense pin blanc se dressant tel une sentinelle.

ski_nordique_quebec_04.JPG

Me voici de retour. Mes skis ont fait leurs traces à travers champs, bocages, bois, balançoire et j’en passe. Le ski à l’ancienne, c’est le vrai plaisir de la promenade par monts et par vaux !
Un plaisir que ne connaissent plus aujourd’hui que les amateurs de raquette.


Textes et photos : Sylvie Paré

Commentaires

Aucun commentaire