N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

La Haute Route des Escartons France > Briançonnais

Régis Cahn

Régis Cahn

  • 55 topos
  • 74 sorties
  • 92 tests
  • 0 avis
  • 219 actualités
  • 328 commentaires
  • 2282 messages

Durée : Plus de 4 jours

Distance : 115,0 km

Difficulté : Moyenne

Altitude de départ : 2040m

Altitude d'arrivée : 1430m

Dénivelée : +2555m -3165m

Point le plus haut : 2500m

Pulka : non accessible

La Haute Route des Escartons est l’un des itinéraires de randonnée nordique les plus réputés de France. Ce parcours d’altitude traverse sur 115 km les paysages magnifiques du Queyras, du Haut Val de Suze italien et du Briançonnais. L’itinéraire est balisé mais non tracé.

Télécharger la trace GPX

Avant de vous élancer sur cet itinéraire de 115 kilomètres, nous vous conseillons la lecture des articles suivants :

Itinéraire

1er Jour : De Saint-Véran (2040 m) au refuge de La Blanche (2500 m) à Château Queyras (1600 m) via Aiguilles (1700 m)

Une journée pour visiter d’abord la vallée de la Blanche et ensuite essentiellement en descente qui emprunte en partie la fameuse Traversée du Queyras et croise des hameaux typiques (La Chalp, La Rua, Prat Bas …). Possibilité de prolonger le parcours en allant boucler dans la Haute Vallée du Guil (Abriès +8 km A/R – Ristolas +12 km A/R. 38 km – dénivelé positif 800 m - dénivelé négatif 900 m

Liaison à pied ou en voiture par la petite route de Souliers : 4,5 km.

2nd Jour : Souliers (1900 m) – La Chalp d'Arvieux (1680 m) – Brunissard (1820 m) – Col de l'Izoard (2360 m) – Le Laus (1700 m) – Cervières (1600 m).

Une étape qui débute par une traversée facile depuis le pittoresque hameau de Souliers vers le Lac de Roue et la Chalp d'Arvieux. Beaux points de vue vers le Mont-Viso à mi-parcours. Montée agréable avec vue panoramique jusqu'au Col de l'Izoard, point le plus haut de l'itinéraire et descente sur une piste large jusqu'au Laus (hébergement possible) puis Cervières. 23 km – dénivelé positif 680 m – dénivelé négatif 830 m

3ème Jour : Cervières (1600 m) – Plaine du Bourget (1800 m) –Col Chabaud (2209 m) – Hameau de Rhuiles (1668 m) – Thures, Gite de la Fontana del Thures (1615 m).

L'étape la plus "Italienne" de l'itinéraire qui permet de passer un peu de temps en Italie dans le Val de Thuras. La montée à « Chabaud » est un régal avec le point de vue sur le Grand Rochebrune et les crêtes de Dormillouse qui invite à d’autres escapades. La descente est un peu raide et rejoint rapidement le vallon qui se prête à une autre sortie si on arrive trop tôt à l’étape. Les peaux de phoques sont vivement recommandées pour faire face aux variations de neige. 16 km – dénivelé positif 602 m – dénivelé négatif 585 m

4ème jour : Gite de la Fontana del Thures (1615 m) – Bousson (1450 m) – Fontetana (1950 m) - Sagna Longa (2040 m) – Clavières (1760 m). Dans ce cas là il faut poursuivre au moins jusqu’au hameau des Alberts

Le propriétaire du Gite peut vous conduire à Bousson (ou variante rive gauche du torrent). De Bousson prendre le chemin qui conduit au refuge de Mautino (détour possible) et à la hauteur de Fontetana rejoindre le parcours direct pour Sagna Longa (attention de ne pas trop descendre : il faut passer devant le Sport Hotel et remonter vers les antennes relais), un hameau résidentiel sur les pistes de ski avant de rejoindre Clavières à la frontière italienne. 13 km – dénivelé positif 425 m – dénivelé négatif 280 m

Variante : itinéraire plus direct

Variante Jour 3 : Cervières (1600 m) – Plaine du Bourget (1800 m) – Variante des Fonts (2080 m) – Plaine du Bourget (1800 m) – Col Bousson (2169 m) – Refuge Mautino (2050 m) – Sagna Longa (2040 m) – Clavières (1760 m).

L'étape la plus "lunaire" de l'itinéraire qui commence par une montée raide permettant d'atteindre la splendide plaine du Bourget jalonnée de chalets d'Alpage.  Pour gravir le Col Bousson (2169 m), les peaux de phoques sont recommandées, ne s'y engager que si le temps est beau. Passer le col, vous atteindrez Sagna Longa (attention de ne pas trop descendre : il faut passer devant le Sport Hotel et remonter vers les antennes relais), un hameau résidentiel sur les pistes de ski avant de rejoindre Clavières à la frontière italienne. 28 km – dénivelé positif 950 m – dénivelé négatif 520 m

5èm jour : Clavières (1760 m) – Montgenèvre (1850 m) – La Vachette (1368 m) – Val des Prés (1400 m) – Plampinet (1500 m) – Névache (1600 m)

Une étape qui débute par une descente. Attention au passage raide sur 200 m au dessus de la Vachette. Entre Montgenèvre et la Vachette vous emprunterez le chemin dit "Du Facteur". A partir de ce hameau vous emprunterez des pistes régulières qui remontent la vallée de la Clarée en suivant la rivière pour atteindre Névache, terminus de la "Haute Trace des Escartons". 25 km – dénivelé positif 230 m – dénivelé négatif 570 m.

Difficultés rencontrées

Sécurité :
En terme de sécurité, deux secteurs clés sont à prendre en compte : le col Izoard avec la Casse déserte et les cols Bousson et Chabaud. En plus du trypique DVA-pelle-sonde obligatoire, vous devrez vous assurer des conditions nivologiques pour passer ces cols.

Condition physique :
Enfin vous devrez être en bonne condition physique pour assumer le froid, des étapes d’une durée 4 à 5h par jour, et le port d’un sac à dos ou d’une pulka.

Matériel :
L’utilisation de skis de rando nordique (skis de fond larges avec carres et peaux de phoques) est vivement conseillée car vous évoluerez dans des neiges de qualité très variable (pistes de ski de fond ou alpin,hors traces).

Accès

Départ de Névache (Vallée de la Clarée) ou de Saint Veran (Queyras) 

Cartographie

Cartes IGN : 3535 OT, 3536 OT, 3537 ET, 3637 OT

Hébergement

Les gîtes et refuges de la Haute Route des Escartons : www.mahauteroutedesescartons.com

La montagne est un milieu hostile. Les informations contenues sur cette page sont données à titre indicatif. Les informations relevées sur le terrain prévalent en toutes circonstances. Prenez vos précautions. En cas de doute, faites appel à un professionnel de l'encadrement. La randonnée nordique est une pratique respectueuse et responsable : vous évoluez dans des milieux naturels sensibles, merci de les préserver.

6 commentaires

anaelleata

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 3 commentaires
  • 4 messages

Bonjour,
Je regarde un peu la haute route des escartons en guise de projet rando nordique au mois de mars, je lis que l'itinéraire n'est pas tracé, tant mieux... et pourtant, à plusieurs endroits, on croise des stations de ski de fond, et le site http://montagne-hautes-alpes.over-blog.com/pages/SKI_DE_FOND_HAUTE_ROUTE_DES_ESCARTONS-8338068.html montre 90% de photos sur piste de ski dammée...
Qu'en est-il en réalité ?
Merci
A.

jmc63

jmc63

  • 0 topo
  • 30 sorties
  • 1 test
  • 2 avis
  • 5 actualités
  • 42 commentaires
  • 300 messages

Bonjour anaelleata,

Je connais bien le secteur de Cervières qui va du col de l'Izoard au col de Bousson (je devrais y passer une semaine fin janvier.

Du col de l'Izoard au Laus : toujours tracé (c'est la route du col)
Du Laus à Cervières village : presque jamais tracé et pas toujours bien enneigé
De Cervières village au début de la vallée des Fonts (Les Aittes) : tracé si l'enneigement est suffisant
Des Aittes au Bourget : toujours tracé
Du Bourget au col de Bousson : tracé pendant les vacances de février.

Je pense que c'est la même situation du Rosier à Névache.

Bonne rando !

anaelleata

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 3 commentaires
  • 4 messages

Merci beaucoup pour cet avis de connaisseur !
C'est un peu la loose, ça n'a rien de "rando nordique" si c'est tracé, enfin bref... je vais pas trop râler :) et chercher un trajet plus "sauvage"
Bonne journée, et bonnes rando à vous aussi !
A.

matchacos

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 1 commentaire
  • 1 message

Bonjour
J'envisage d'entreprendre seul la haute route des Escartons. J'ai un bagage de rando en Vercors, Jura, Laponie et Spitzberg.
Je maîtrise le chasse neige mais pas le telemark et ayant des fixations 3 pin sur mes skis je me demande si les pentes rencontrées sur ce parcours ne sont pas trop raides pour un simple chasse neige.
Par ailleurs, étant habitué au bivouac neigeux et sans trop de sous, je pense m'y lancer en pulka; seulement le descriptif du parcours indique "Pulka : non accessible" alors que la page (https://www.skirandonneenordique.com/actus-outdoor/vive-la-haute-route-des-escartons/) conseille de faire attention a être bien équipé tout en parlant de pulka.
Ma pulka est une snowsled std à brancard cordes amorties, freins de côte et descente et devrait peser dans les 25-30kg.
Merci d'avance pour vos conseils
Bien à vous
Mathieu

jmc63

jmc63

  • 0 topo
  • 30 sorties
  • 1 test
  • 2 avis
  • 5 actualités
  • 42 commentaires
  • 300 messages

Bonjour Mathieu,

Je vais essayer de te répondre "en live", pour le tronçon Izoard - Bousson que j'ai fait hier et avant hier.

Le chasse-neige est-il suffisant : oui si tu restes sur les parties damées, les pentes sont faibles du col de l'Izoard au Laus. Du Laus à Cervières, c'est plus raide, en dévers et pas trop enneigé . Ensuite, vers Mautino et Clavière, je crois que c'est plus raide.

Pour la pulka, le tronçon Cervière-Mur des Aittes est totalement impraticable en l'état : pas de neige :((
ensuite, la montée au dessus du Bourget vers le col Bousson présente des passages assez raide.

Je n'ai pas fait la partie Montgenèvre-Les Alberts, mais vu de la route du col, ça me parait bien raide!

Emmanuel

  • 0 topo
  • 0 sortie
  • 0 test
  • 0 avis
  • 0 actualité
  • 1 commentaire
  • 47 messages

Bonjour,
Est ce que cet itinéraire est en général praticable en fin de saison, c'est à dire mi avril?
Merci
Emmanuel