Livre : Le pire voyage au monde

Actualités > Outdoor
Régis Cahn

Régis Cahn

  • 56 topos
  • 79 sorties
  • 92 tests
  • 0 avis
  • 233 actualités
  • 346 commentaires
  • 2351 messages
Livre : Le pire voyage au monde

Avec sa vue basse, son inexpérience et son absence de spécialité, Apsley Cherry-Garrard est le candidat le plus improbable pour participer à la dernière expédition de l’Anglais Scott au pôle Sud.
Il embarque pourtant en qualité d’assistant biologiste à bord du Terra Nova, grâce à l’insistance du naturaliste et médecin de l’expédition, le docteur Edward Wilson. Wilson souhaite récupérer des oeufs de manchots empereurs, pensant que leurs embryons fourniront des informations sur le chaînon manquant entre reptiles et oiseaux. Les manchots empereurs nichant en hiver, Wilson choisit Cherry-Garrard et le lieutenant Bowers pour l’accompagner à la colonie du Cap Crozier en juillet 1911, par une obscurité totale et des températures avoisinant les - 40°C. C’est cette effarante expédition, et non la future expédition de Scott au pôle Sud, que Cherry- Garrard décrira comme Le pire voyage au Monde. Revenus plus morts que vifs du cap Crozier, les trois héros s’attèlent à la préparation de la longue marche vers le pôle, programmée pour l’été austral 1911-12.

Cherry-Garrard ne participera pas à l’assaut final vers le pôle qui se soldera par la mort de Scott et de ses quatre compagnons. Il aura la douleur de découvrir, l’année suivante, la tente où reposent les corps congelés de Scott, mais aussi de Bowers et Wilson, ses deux équipiers du Pire Voyage.

Livre : Le pire voyage au monde
Auteur : Apsley Cherry-Garrard
Editeur : Editions Paulsen - Mai 2008
Traduit de l'anglais par Thibaut Mosneron Dupin


Apsley Cherry-Garrard (1886-1959) est, à l’âge de 24 ans, le plus jeune membre de l’expédition antarctique de sir Robert Falcon Scott. Il en revient déprimé, hanté par une douloureuse question : aurait-il pu tenter quelque chose pour sauver la vie de son chef d’expédition et de ses compagnons ? Dix ans après son retour, encouragé par son ami Bernard Shaw, il écrit Le Pire voyage au monde. Son récit vient d’être nommé «meilleur livre d’aventures de tous les temps » par les lecteurs de National Geographic.


"Le plus grand récit d'aventure de tout les temps"
National Geographic


La presse en parle :

A l'âge du Guide du routard et des récits d'aventures à la petite semaine, voici un livre qui ne manquera pas de captiver les amateurs d'expédition au long cours au coeur d'une région hostile et longtemps demeurée inexplorée : le pôle Sud. « Le pire voyage au monde » relate par le menu le périple entrepris dans l'Antarctique de 1910 à 1913 par le capitaine Robert Falcon Scott et son équipage. Rapportée par Apsley Cherry-Garrard, « homme à tout faire » au moment des préparatifs de l'expédition, cette épopée, entreprise sous des latitudes où la température pouvait osciller entre-20 °C et-45 °C, conduit à la découverte de paysages de glace magnifiques et lunaires. C'est la première fois que ce texte est traduit en France. Thibaut Mosneron-Dupin, qui en est l'auteur, a su lui donner un rythme et une limpidité qui en font la saveur. Au-delà de la beauté esthétique de ces contrées polaires, il y a l'observation de la faune, avec, entre autres, les manchots empereurs, et surtout la vie à bord du navire, le « Terra Nova ». Cette seconde expédition conduite par Scott et ses hommes, dont rien des tempêtes, de la rudesse du climat et des engelures n'est passé sous silence, leur sera fatale. C'est dit sans pathos, mais avec une précision qui fait toucher du doigt au lecteur l'incroyable aventure de ces explorateurs
Denis Demonpion - 08 mai 2008 Le Point

« Je lis actuellement le livre d’Apsley Cherry- Garrard, intitulé « Le pire voyage au monde ». Cet ouvrage écrit il y a plus de quatre-vingts ans, n’avait jusqu’à présent jamais été traduit en France. C’est un monument littéraire qui était très attendu par les amoureux d’expédition. Cherry Garrard était le plus jeune membre de l’expédition au pôle sud de Sir Robert Falcon Scott. Il raconte son voyage effarant dans ce territoire sauvage, sa découverte de la faune, les conditions de vie extrêmes à une température de moins quarante degrés. Rien de ce qu’il appelle « le pire voyage au monde » n’est passé sous silence. C’est magnifique et je suis vraiment heureuse de pouvoir enfin découvrir ce texte dont j’avais tellement entendu parler ».
Isabelle Autissier - Actualitedulivre.com

1 commentaire

Sophie

Sophie

  • 1 topo
  • 0 sortie
  • 9 tests
  • 1 avis
  • 1 actualité
  • 5 commentaires
  • 25 messages

Ces récits sont toujours captivants !
Dans un autre genre…mais tout aussi intéressant :
Planète Blanche par Jean Jouzel, Claude Lorius et Dominique Raynaud

Présentation :
Planète blanche
Les glaces, le climat et l’environnement
Ce livre, récemment paru aux éditions Odile Jacob, fait le point sur les connaissance acquises sur le climat grâce à l'étude des carottes de glace récoltées aux pôles. Co-écrit par trois des plus éminents spécialistes français, Jean Jouzel, Claude Lorius et Dominique Raynaud, ce document est rédigé de manière à être compréhensible par le plus grand nombre.
Le livre
Depuis les premières explorations du XXe siècle, la glaciologie est devenue une science à part entière, une science cruciale même, puisque c’est elle qui permet de suivre l’histoire du climat sur des milliers d’années. Les auteurs de ce livre sont même à l’origine d’une première : ce sont eux qui, en 1987, ont démontré que les variations de la température sont liées à la teneur de l’atmosphère en gaz à effet de serre.
Alors que s’ouvre l’Année polaire internationale, ce livre est d’abord un passionnant voyage à travers ce qu’on peut appeler la « Planète blanche », du Groenland à l’Antarctique, en passant par les glaciers des pays tempérés. Il retrace les expéditions et les expériences qui ont permis de mieux comprendre le monde des glaces.
C’est surtout une pièce essentielle dans le débat autour du changement climatique. Quel climat demain ? Voici ce que nous disent les glaces.
Les auteurs
Médaille d’or 2002 du CNRS, Jean Jouzel est directeur de l’Institut Pierre-Simon- Laplace, directeur de recherche au CEA et l’un des membres français du GIEC, qui a reçu le prix Nobel de la paix 2007.
Médaille d’or 2002 du CNRS, membre de l’Académie des sciences, Claude Lorius est directeur de recherche émérite du CNRS au Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement qu’il a créé à Grenoble. Il a notamment publié Les Glaces de l’Antarctique.
Dominique Raynaud est directeur de recherche au Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l’environnement de Grenoble et l’un des membres français du GIEC, qui a reçu le prix Nobel de la paix 2007.
Pour avoir des renseignements :
Editions Odile Jacob, collection Sciences
ISBN 2-7381-1400-8, mai 2008, 155x240, 304 pages. (27 €)