Tous les messages créés par gatesquiro

Bonjour,
on utilise normalement toujours les crampons avec un ou deux piolets : si on a besoin des crampons, c'est qu'il y a risque de glisse, donc on assure les risques de chutes avec les crampons grâce au piolet.
J'essaye d'éviter les sorties en SRN quand la neige est trop glacée, donc je ne prend pas de crampon-piolet. en général. Par contre dans le cas de passage glacé (couloir nord ou est…smile, ou pour monter à un pic il m'arrive de les prévoir.
Attention, il vaut mieux avoir déjà testé les crampons quelques fois avant d'utiliser les crampons pour de bon. C'est assez technique au niveau du laçage, des postures en marche, des précautions…
Sinon, comme Sancho, pour moi pas de limite fixe en SRN. Il y a juste la vitesse ou le plaisir de la descente qui n'est pas toujours à 100 %… Je suis déjà passé à des endroits ou des "alpins" ne passaient pas", sans pour autant prendre des risques.
Bona pasejada
RL
Bonjour,
ce n'est pas obligatoire, mais cela sécurise l'accroche des peaux surtout si la colle est un peu vielle et si on doit les remettre plusieurs fois dans la journée.
R L
Bonjour,
merci pour le lien pour l'article.
En ce qui concerne le sujet des avalanches, il ne faut pas négliger le risque, en plus d'être enseveli, même pour de petites plaques, de tomber, dévisser et se faire mal  Je tiens compte dans mes prises de risques de ce qu'il y a en dessous de mon itinéraire. En cas de rochers, falaises, je m'abstiens de tenter le coup. Si on a une joli combe je tente le coup avec le risque de décrochage d'une petite plaque. Cela m'ait arrivé quelque fois de glisser sur 10 ou 15 m sans gravité.
En ce qui concerne le cas de figure sont parle Joeclim, j'avoue ne m'être jamais posé la question jusqu'à présent. Et après réflexion, je ne pense pas investir et me trimballer tout le matos uniquement pour le cas assez improbable où je rencontrerais un accident, qui en plus sera lié au manque de prudence des randonneurs.  J'aurais au moins ma pelle (que je trimballe assez souvent, mais pas toujours…smile.
Bonsoir,
pratiquant la randonnée alpine et nordique depuis plus de 20 ans je n'ai pas pour le moment investi dans un DVA ni dans un sac avec airbag. J'ai par contre souvent piolet, crampon pelle et casque.L Pratiquant le plus souvent seul j'estime que cela est inutile sauf à servir à retrouver ma dépouille. Je me pose quand même la question, surtout depuis que je fait des randonnée avec mes enfants. Pour le moment je privilégie la prudence dans le choix du lieu de randonnée pour limiter les risques (tout en étant conscient que le risque zéro n'existe pas). On peut néanmoins toujours trouver des coins où le risque est limité même après de fortes chutes de neige (plateau, crêtes…smile. J'attends que les coins craignos soit purgés avant d'y aller. Cela sous-entend le plus souvent des marches d'approche assez conséquentes. Ses dernières font pour moi partie de la ballade (et sont facilitées par le matos récent léger) et de plus permettent de réduire la fréquentation (je suis en fait un peu agoraphobe en montagne…smile. J'alterne en fonction des conditions les sorties alpines ou nordiques (avec peut être inconsciemment le choix du nordique pour ne pas être tenté en alpin par des pentes dangereuse dans l'euphorie du moment…smile.
Je suis par contre très souvent affolé par les risques que prennent de nombreux skieurs (ou raquetteurs…smile lors de mes ballades. La plupart s'en tire (hélas pas tous) je pense surtout parce que les cumuls de neige sont souvent peu conséquents (merci au réchauffement climatique).
Après il n'y a pas que les avalanches comme risques : les risques de chute sont également très courants, sans parler des fractures et autres….
donc prudence, études des cartes, de la météo et bonne préparation physique sont indispensable, sans parler de l'évaluation sur place de la situation.
Je lance un autre sujet : un ami m'a parlé dernièrement d'études liées au réchauffement climatique qui laisseraient penser que le risque d'avalanche serait accru car les qualités de neige changeraient et serait moins stables ….
Je me réponds à moi-même puisque j'ai eu l'info : Location de Sbound 98 à partir du 1,69 m avec des BCX Magnum et chaussures BCX 6 (je ne suis pas certain du modèle).
De même au Mas de la Barque mais je ne connais pas le matériel en location.
RL
Bonjour,
Il faut également tenir compte du poids du skieur et du type d'utilisation. Plus on est lourd et plus il faut de la portance (disait Lapallisse). Cela dépend du type de randonnées, en pente moyenne (ski  et chaussures plus souples) ou en pente engagées (type alpin) qui nécessite des skis plus raide et des chaussures plus rigides.
J'ai des sbound 112 et des annum et des Svartissen (avec 7tm). Pour les SB 112 j'ai pris ma taille et finalement (en neige dure, ou très lourde) je n'étais pas satisfait du résultat (trop lourd pour des chaussures en cuir). En poudreuse, pas de problème. Cette année j'ai acheté des Annum de 20 cm plus petit que ma taille (j'ai profité d'une promo d'octobre à - 50 %) sans trop y croire. Et finalement j'en suis très satisfait en toute neige (en neige dure c'est pas fameux mais cela passe) pour des randonnées nordique (pas de pente forte alpines). Les annums reste plus souples que les Fishers. J'ai reconverti ces dernier en rando alpine et j'en suis également satisfait.
Ma conclusion :  10 cm de moins me parait pas mal (toujours avec des chaussures souples) et des annum si on "attaque pas trop" des fischer plus raides pour du ski plus engagé
En ce qui concerne les chaussures, j'ai rajouté une semelle (uniquement à l'avant) et les chaussures sont bien ajustées.
amistats
RL
Bonjour à toutes et tous,
je prépare un séjour sur le Mont Lozère pour la deuxième semaine de février et j'aimerais savoir si on peut louer des SRN dans ce coin. L'idéal pour moi ce serait à la station du Bleymard-Finiels d'où je souhaite partir pour 3 ou 4 jours. J'ai besoin d'équiper mon fils de 14 ans, qui me suit vaillamment en ski de fond d'habitude, mais le pauvre plusieurs jours il va être à la peine…
merci
R L
Adiu,
il faut repenser les parcours : par exemple souvent j'ai remarqué que je croise les skieur alpins car je fais la rando à l'envers. Les secteurs les plus pentus à la montée et et inversement. On galère pas mal quand les conditions de neige sont pourries plus qu'à cause de la pente (ce qui arrive très souvent dans les Pyrénées, et surement moins dans les Alpes savoyardes, ou alors le réchauffement climatique a vraiment frappé…smile. Personnellement je suis passé directement de l'alpin au SRN sans apprentissage et j'ai galéré pendant une saison mais en réussissant à passer partout.
Bonas pasejadas
adiu e planvengut,
il y a surement plus d'ours que de pratiquants srn dans les Pyrénées, mais le terrain de jeu, quoique difficile, est vaste. On aura peut-être l'occasion de se croiser…
je sus à Lesponne et essaye de sortir 1 fois par semaine surtout en vallée de Campan et Néouvielle

RL
Bonjour,
Ayant acheté des Sbound 112 en début de saison, j'ai monté mes fix 7tm et commencé à skier avec des Svartissen. Je précise que je suis dans les Pyrénées avec des ballades plutôt de type alpin (et SRN en famille) que j'ai pratiqué depuis longtemps  (mais très peu les dernières années) avec des skis droits de 2 m. Le premier test en poudreuse était pas mal, par contre le début de saison avec de la neige glacée, hyper dure m'a découragé très vite. J'ai donc monté des fix de rando alpine (Sylvretta carbon) toujours avec mes Svartissen. Après plusieurs rando où le poids du ski + fix me limitait pas mal dans les neiges lourdes…, j'ai fini par casser les fix. Du coup j'ai acheté des fix low tech speed et des chaussures alpines légères (La sportiva spectre) qui rendent le matériel très léger. Depuis j'ai fait quelques randonnées nordiques ou alpines ou mélangées.  Je trouve ce compromis assez intéressant pour ma pratique : je peux bloquer le talon dans les pentes abruptes ou secteurs compliqués (sous bois neige lourde…smile, je peux rester le talon libre quand j'enchaine des montée des descentes (avec des pentes moyennes). Pour le "passo in curva", je serre les chaussures (sans bloquer la tige le plus souvent) pour garder la souplesse.  De plus la légèreté de l'équipement est intéressant dans les montée, alors que le Sbound 112 est suffisamment rigide pour les secteurs alpins. Je regrette néanmoins d'avoir pris des skis de ma taille en suivant les recommandations de Fisher (1.,89m). 10 cm de moins n'aurait pas posé de problème de portance et apporté plus de maniabilité…
En investissant dans ces fix et chaussures je pensais avoir abandonné la pratique nordique, alors que finalement je peux mélanger les deux pas trop mal. 

R L