Tous les messages créés par marcolino

Une semaine dans les Pyrénées, en juillet, à pied.

Puis 5 semaines au nord de la Suède, en gros sur la Kungsleden, pour terminer à Narvik. Sous tente, et voyage en train (j'avais quelques livres à finir).

Je n'étais allé dans aucun de ces massif, mais j'y retourne de suite…

Photos:
- brume (lac de Cestrède)
- Forêt non loin de Kvikkjokk
- Basejavrì (OK, c'est en Norvège)


Modifié il y a 8 ans
Très joli voyage!

En 2011, la Laponie suédoise (Kvikkjokk), c'est toujours un peu plus de 54h de voyage depuis la Suisse (Bern), mais étonnement simple : train de nuit pour Copenhague, puis train rapide pour Stockholm, train de nuit pour Narvik, puis bus… En tout cas, moi il me faut cela pour m'acclimater à l'aller, et digérer au retour.

Avec deux bons livres et des rencontres inattendues, le voyage est très enrichissant. Bon, dans un compartiment plein de russes (ou finlandais) ivres morts, c'est nettement plus dur pour nous autres du sud.



Modifié il y a 8 ans
Le facteur limitant pour afficher des fichiers KML cela doit être le nombre de segments, pas la longueur (à vérifier). Si c'est le cas, tu peux utiliser le filtre simplify de gpsbabel.
Modifié il y a 8 ans
Note, une bonne alternative aux cartes proposées par les agences officielles (IGN, Ordnance Survey, swisstopo, etc.) est OpenStreetMap. La qualité de la cartographie est éminement variable, mais la couverture est mondiale et libre d'utilisation. Et on peut toujours contribuer.
Il existe même des cartes prêtes à l'emplois pour les GPS Garmin.
Modifié il y a 9 ans
Pour trouver des ski à farter, il n'y a pas beaucoup d'autres alternatives de que traverser la Baltique. A défaut, tu peux p. ex. essayer les magasins de sport d'Oslo qui font du commerce en ligne (oslosporlageret, xxl et sportsnett), mais la plupart ne livrent pas en dehors de Norvège/Scandinavie. J'ai testé le premier nommé, livré en 10-15 jours (bien se renseigner sur la TVA, les frais de port, douane, etc…smile.
Bon courage.
Modifié il y a 9 ans
Sur ces deux modèles, la taille de la mémoire interne n'est pas trop importante, car tu peux rajouter une carte mémoire externe bien plus grande au besoin.

La cartographie proposée est sûrement de très bonne qualité, sans doute compilée à partir des données des agences nationales (IGN, swisstopo, etc.), mais des alternatives existent, comme des compilations au format Garmin à partir d'OpenStreetMap (OSM). La qualité et la couverture est très hétérogène, mais suivant l'utilisation que tu veux faire de ton GPS, cela peut être suffisant.

J'ai un Garmin Legend HCx avec la cartographie OSM dont je suis très content.
Modifié il y a 9 ans
Les seuls crampons qui peuvent (bien vérifier) passer sur des chaussures de télémarks sont ceux avec un étrier à l'avant, du style 408.03 de ta photo. Certaines marques ont (ou avaient) des étriers avant adaptés à la NN75. Le principale problème est que le bec de canard couvre les pointes avants les rendant inutilisables. Mais en principe, SRN n'est pas synonyme de glace raide.

Bien sûr, les nostalgiques pourront toujours récupérer des vieux crampons militaires des années 50, sans pointes frontales et qui acceptent à peu près n'importe quelle chaussure. Sur la photo ci-dessous, le talon est devant, et on voit bien que la partie avant du crampon est très large.



Avec une lanière en cuir, ces crampons permettent de se faire remarquer à moindre frais (15 CHF dans les bon surplus)
Modifié il y a 9 ans
J'ai monté une cale de 10 mm sur ce ski. L'intérêt est pour moi surtout un gain de sécurité lors de traversées exposées sur neige dur, pour ce ski utilisé en haute-montagne. Pour de la promenade dans le Jura, l'intérêt est moindre.

Voir aussi l'argumentation pro-cale de Sancho.
Modifié il y a 9 ans
TalonLibre,

Le klister est parfois la seule solution sur neige détrempée ou vieille neige. Mais comme le klister est assez pénible à enlever, j'hésite souvent à en appliquer, préférant parfoix des peaux courtes.
Et efectivement, il ne me viendrait pas à l'idée de coller des peaux desssus, sauf nécessité absolue (en cas de danger).

Le base binder améliore sensiblement la durabilité des farts appliqués. Après, en randonnée, la durabilité du fart depend aussi et surtout du poids du skieur et de son sac (écrasement de la chambre à fart), du style de descente et du type de neige. Suivant les conditions rencontrées, le fart peut durer la journée entière, ou quelques heures, obligeant à refarter souvent (ce qui peut être un avantage si les conditions changent). Sur des skis sans le cambre nordique, le fart doit disparaître assez rapidement.
Modifié il y a 9 ans
Un autre avantage des ski à farter est qu'ils supportent bien mieux les outrages des cailloux que les ski waxless. Poncer un peu pour gommer les aspérités de la zone de retenue suffit à rattraper un ski. Récupérer des écailles est bien plus difficile.

En ski nordique, les bâtons ne servent pas à faire joli, mais aussi à pousser, donc ne pas hésiter à prendre des cannes assez longues.

Les seules conditions délicates avec le fart sont les alternances de neige chaude et froide, les températures aux alentours de 0°C et les baisses de températures (changement de temps, montée en altitude, tombée de la nuit) qui oblige un défartage pour appliquer un fart plus froid.

Enfin, préférer les farts à liéger aux farts en spray, applicateurs, tubes etc. encombrants, chers à la longue, et qui finissent toujours par couler, sècher, se boucher, etc. Et rien de tel que de liéger des skis pour se réchauffer le matin.
Modifié il y a 9 ans