N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par lynx18

voilà, malheureusement peut être réservée aux petites tailles :
j'ai utilisé la veste EIDER PUFFLIGHT jacket en primaloft taille XL , environ 500 grammes, achetée chez Expé fin 2008 : elle recouvre mon GORETEX ( à ma taille ) , mis éventuellement par dessus une SOFTSHELL (à ma taille) ( je ne peux pas mettre le lien, elle semble avoir disparu de leur catalogue ):
avantages: veste synthétique , pas trop volumineuse, pas trop lourde,peut être portée dans le sac de couchage s'il fait très froid, peut être mise très rapidement en s'arrêtant ,sans avoir à enlever une couche.
inconvénients : dos à peine assez long pour moi en XL !, capuche sans cordon ( mais en général j'ai déjà pas mal de couches sur la tête qui la font tenir), zip unidirectionnel d'aspect fragile,  probablement insuffisante pour le très froid
découvert en Islande cet hiver : lors des tempêtes, la neige soufflée peut rentrer à l'intérieur d'une SOFTSHELL, se transformer en glaçons très difficiles à enlever à la brosse, la nuit la SOFTSHELL se rigidifie par le gel , autant elle est agréable lors de l'effort, autant elle est pénible à endosser le matin quand il fait bien froid , je ne sais pas si je la reprendrai en conditions difficiles .
les autres participants n'avaient qu'une veste en GORETEX et une doudoune, pas de SOFTSHELL( c'est vrai qu'elles pèsent également ! )
Je crois que je reviendrai à cette combinaison pour le très froid , et que je garderai le SOFTSHELL dans des conditions plus favorables ( mais cet avis est peut être lié à la qualité moyenne de ma veste SOFTSHELL)
(edit : petite taille de police pour inconvénients non voulue, impossible à corriger …smile
Modifié il y a 8 ans
tout à fait d'accord avec toi :
j'ai acheté le MC en promo il y a quelque temps ( 14,90 euros au lieu de 19.90 euros) et le ML de cet hiver prix initial 29.90 euros soldé 24.90 euros je crois )
mêmes conclusions pas d'odeurs après plusieurs footings, il ne restait le ML qu'en grande taille mais ça permet de couvrir les doigts quand il fait frisquet le matin
le coloris camel fonçé ne me dérange pas ( discrétion en forêt quand on veut bivouaquer tranquille ) par contre sur le MC  les coutures en bleu canard dessus …..auraient pû être évitées !
Moi , j'attends plutôt un ML en blanc, col montant et zip long pour pouvoir l'utiliser au soleil en hiver en remplacement éventuel de mes ODLO
Modifié il y a 8 ans
Régis Cahn a écrit :
Merci Lynx18 pour tes photos ! Est-ce que tu peux nous en dire plus sur :- est-ce que vous avez rencontré du monde lors de ce raid nordique ?
Nous n’avons croisé aucun skieur, par contre deux monstres d’acier ( dont un que je n’ai pas pu  photographier, à mon grand regret ) et un convoi de motoneiges aperçu au loin .
Modifié il y a 8 ans
Régis Cahn a écrit :
Merci Lynx18 pour tes photos ! Est-ce que tu peux nous en dire plus sur :- comment fonctionne le système des refuges en Islande ? Il faut réserver, est-ce qu'il y a un gardien ?
  Nous n’avons utilisé que trois refuges : Sigurfarskali, Grimsfjall et Jökulheimar, les reste des nuits en tente.
Ces refuges sont très propres et confortables : quand c’est possible, de l’eau est obtenue par géothermie locale, pas de gardien en hiver dans ces trois refuges ( ce sont les guides qui ont les clés ).
Je me souviens avoir entendu Maxime dire à l’un d’entre nous que les tarifs étaient élevés, il y a des réservations, puisqu’à Grimsfjall nous étions dans le petit refuge, le grand avait été réservé par un groupe en motoneige qui a dû arriver en pleine nuit .
Je sais par Maxime que dans le Sud de l’Islande, il y a un maillage de refuges rapprochés
 ( avec des sources chaudes très souvent ) permettant des raids confortables ( malgré le relief  ..) qui sont à faire d’après lui, d’autant plus que le Sud est presque toujours plus enneigé que le Nord ..
Modifié il y a 8 ans
Régis Cahn a écrit :
Merci Lynx18 pour tes photos ! Est-ce que tu peux nous en dire plus sur :- les photos que tu as prises : l'époque, le type d'expé (la durée, lieux départ et d'arrivée, accompagné ou non),
Traversée du VATNAJÖKULL en mars 2010
 
Le raid initialement prévu :
 
Reykjavik > Akureyri   : bus ligne n° 1
Akureyri > Myvatn : minibus
Myvatn > caldeira d’ Askja : 4 X 4 *
Askja > Grimsjfall > * ski-pulka
Gimsfjall > Hvannadalshnukur  > Skaftafell  : ski-pulka **
Puis retour en bus ligne n° 1 vers Reykjavik
 
Les modifications :
 
* Myvatn > Askja  le conducteur du 4 X 4 des secours locaux , pourtant hyper-expérimenté, a dû rebrousser chemin : impraticable, pas assez gelé >
passage à l’est de la rivière Jökulaafjöllum  pour pouvoir nous déposer, puis
trajet à ski plus à l’Est par Sigurfarskali > Grimsjfall > puis trajectoire sud-est  également vers la rivière  Tuugnaa > refuge de Jökulheimar comme Michael deux semaines ou trois semaines plus tôt  > 4 X 4 également pour le retour à Reykjavik
 
 **deuxième partie du trajet donc modifiée également (en Islande, il ne faut pas s’en étonner) pour diverses raisons, dont la fermeture provisoire de la route n° 1 du Sud , à cause de petits séismes dans le Sud et du début de l’éruption ( il aurait fallu alors appeler un petit avion pour rentrer .. ), et la survenue d’une tempête monstrueuse sur le Sud juste au moment nous devions y aller.
 
Expé conduite ( de main de maître ) par Maxime, le guide français  résidant en Islande dont parle Michaël dans son récit : http://www.skirandonnenordique.com/modules/actualites/item.php?itemid=166  
Nous n’avons utilisé que trois refuges : Sigurfarskali, Grimsfjall et Jökulheimar, les reste des nuits en tente.
Ces refuges sont très propres et confortables : quand c’est possible, de l’eau est obtenue par géothermie locale, pas de gardien en hiver dans ces trois refuges ( ce sont les guides qui ont les clés ).
Je me souviens avoir entendu Maxime dire à l’un d’entre nous que les tarifs étaient élevés, il y a des réservations, puisqu’à Grimsfjall nous étions dans le petit refuge, le grand avait été réservé par un groupe en motoneige qui a dû arriver en pleine nuit .
Je sais par Maxime que dans le Sud de l’Islande, il y a un maillage de refuges rapprochés
 ( avec des sources chaudes très souvent ) permettant des raids confortables ( malgré le relief  ..) qui sont à faire d’après lui, d’autant plus que le Sud est presque toujours plus enneigé que le Nord ..

Nous n’avons croisé aucun skieur, par contre deux monstres d’acier ( dont un que je n’ai pas pu  photographier, à mon grand regret ) et un convoi de motoneiges aperçu au loin .

 
Modifié il y a 8 ans
c'est pas de l'alpin……mais il faut du matériel pour hisser les pulkas chargées..
là : http://www.skirandonnenordique.com/modules/newbb/viewtopic.php?topic_id=1114&forum;=20    
 
Modifié il y a 8 ans
Petit écrin construit par les sismologues pour leurs observations scientifiques :
Par un vent furieux ,après avoir péniblement hissé  les pulkas surchargées sur cet éperon rocheux qui émerge du VATNAJÖKULL , la douche en cet endroit apparaît comme un luxe inouï : il suffit d’actionner la manette pour pomper une eau brûlante semblant jaillir des entrailles du glacier….
en complément au superbe reportage de Michaël, http://www.skirandonnenordique.com/modules/actualites/item.php?itemid=166
voici quelques photos du refuge lui-même…
Modifié il y a 8 ans
stef a écrit :
 
En l'absence de photos, ces descriptions étaient amplement suffisantes pour comprendre qu'on a affaire ici au couple infernal pulka Paris + traits souples…
Françoise t'es là ???
 
ach !! stef !! en parcourant le sujet je pensais justement à toi !!  mais les photos sont là !! dès que tu vois de l'orange tu sais que ce sont des PARIS !!
Jean-Marc les a commandées cet hiver , après m'avoir demandé les coordonnées du fournisseur suite au séminaire premiers soins en milieu arctique de St PEY de CASTET!!! ( au fait Régis, mon compte rendu ??  trop long je suppose ??)
Il n'aime pas les brancards, on en a déjà discuté tous les deux ( voir ce qu'en dit Emmanuel HUSSENET ), et sur les terrains qu'il parcourt  avec ses clients, les PARIS avec les traits souples lui conviennent parfaitement : franchement  pour la FINLANDE ,ça me parait pas si mal …regardes aussi la" KUNGSLEDEN en ski rail", ça n'a pas eu l'air de leur poser trop de soucis !!
Tout le monde n'habite pas le JURA ou le VERCORS pour sortir la ROLLS tous les week-ends !!
Bon, va falloir que je me décide à poster quelques clichés de pulkas PARIS en raid nordique mais plutôt en posture alpine et dans la tempête, pour illustrer le post qui s'y rapporte …moi qui  voulais les garder pour le milieu de l'été!!
Modifié il y a 8 ans
Hi Silva,
 
En vrac, quelques pistes pour le SPITZBERG :
 
Lorsque j’ai envisagé un raid nordique là-bas, à l’automne 2006 pour le printemps suivant…eh bien cet excellent site skirandonnenordique.com , n’existait pas pour glaner des conseils !!
Voilà comment j’ai procédé :
 
1/ J’ai tout d’abord récupéré les différentes fiches techniques avec listes de matériel auprès des agences organisant des raids à skis en milieu dit « polaire », au SPITZBERG et ailleurs.
 
2/ Quelques recherches sur Internet, j’avais trouvé intéressant  notamment :
 
« Les techniques des expéditions hivernales dans l’arctique à pied ou à ski » :
http://arctique.chez-alice.fr/Les_techniquex.htm
 
( tu l’as peut -être déjà consulté, car il a déjà été cité sur SRN.com )
un petit bémol : le document date un peu, mais les techniques restent identiquesune petite erreur ; ne pas prendre des sous gants en soie comme noté dans ce texte : beaucoup  trop fragiles pour un raid, et pas assez chauds pour ce genre de destination.Eviter le chapitre trousse à pharmacie ( des médicaments cités ne sont plus disponibles )Tu peux remplacer ce chapitre par la consultation d’un petit bouquin remarquable, d’un format pratique et d’un prix modique :
« Le guide médical pour le voyage », du Dr Emmanuel CAUCHY :
http://guide-medical-pour-le-voyage.edimontagne.com/
et http://www.ifremmont.com/fr/boutique/livres
 
à part ces quelques remarques, le reste du site est une bonne introduction.
 
3/ Après réflexion, j’ai tout simplement légèrement modifié ma liste de vêtements pour la LAPONIE, en renforçant la protection des mains, des pieds et de la tête ( logique..)
J’ai investi dans un nouveau sur-pantalon isolant en fibres synthétiques à zips latéraux pour mettre par-dessus le pantalon de ski le soir au bivouac (l’idéal est d’en trouver un qui peut s' enfiler et s'enlever sans quitter les grosses bottes )
 
4/ Une dizaine de jours avant le départ, le guide nous a appelés chacun tour à tour pour connaître nos questions au sujet du raid et du matériel : j’ai trouvé sa démarche épatante, en quelques questions, tout était réglé, le contact établi, ce qui fait que je suis partie sans aucune appréhension.
 
5/ Sur place, nous nous sommes retrouvés à 10, une entente excellente, un guide calme et extrêmement compétent qui nous a appris des tas de choses.
Aucun stress puisqu’il était chasseur, lorsque l’ours s’est dirigé vers nous, nous savions à l’avance qu’il saurait gérer….
 
Je pense aussi qu’il est totalement inutile de prendre des cours de tir !! le maniement d’une arme en arctique nécessite des protocoles très précis, le guide seul est responsable du fusil  !!
Si par malheur ( cas tout à fait improbable ) le guide était pris d’un malaise lors de l’arrivée de l’ours, tu peux être sûre que les garçons présents s’empareront du fusil sans te laisser y toucher ! (en gros, je pense  une fille pour 5 garçons dans ce type de raid !!)
 
Voilà les conseils qui me viennent à l’esprit, si tu as des questions très précises, tu peux également me les poser sur le site ou par mail  tolynx18@gmail.com
 
Par ailleurs je te confirme ce qu’a dit Labelude au sujet du Liverpool Land au GROENDLAND : tous ceux qui ont eu la chance d’y aller trouvent cet endroit absolument magnifique et t’en parlent avec des étoiles plein les yeux…
Quand tu sera allée  au SPITZBERG (et revenue enchantée , ça  c’est sûr ), il se pourrait bien que toi aussi, tu regardes dans cette direction !!
Modifié il y a 8 ans
moins 20° à moins 25° , tout à fait supportables sans vent, à condition de faire attention à superposer ( et enlever ) les couches de vêtements adaptés de façon rationnelle .
Assez peu de différence entre températures diurnes et nocturnes en avril.

j'ai rencontré cet hiver un skieur qui avait fait le même parcours ,la même année,les deux dernières semaines d'avril après nous, ils avaient eu plusieurs bivouacs à moins 30°, et des tempêtes plus longues, bloqués dans la tente beaucoup plus longtemps, et obligés de s'encorder pour aller enlever la neige qui enfouissait la tente au fur et à mesure , donc on peut tout avoir comme conditions .

Lorsque les tempêtes ou le vent violent étaient là, j'ai surtout peiné sur la perte de la sensibilité des doigts au froid lors des courtes pauses en journée : mon sac à vent n'était pas encore bien au point, les chaufferettes de mains ne démarraient pas…, le temps d'enlever les grosses sur moufles pour ouvrir la thermos, je ne sentais plus rien malgré les sous gants .

En parlant des couches, je m'étais fiée au livre de Marc BREUIL,qui conseillait une veste coupe vent large pour pouvoir l'enfiler sur la doudoune, et je l'ai regretté :
lorsque la tempête est là, et qu'on s'arrête le soir le temps de quitter la veste coupe vent pour mettre la veste chaude, puis remettre le coupe vent dessus, on a vite fait de resssentir un froid intense qui perturbe le début de la mise en place du camp .

Depuis , j'ai changé , et récupéré une veste synthétique beaucoup plus large, à capuche bien sûr, ainsi qu'un sac à vent mieux dimensionné ,qui peut faire sac à WC aussi. ;-)
Modifié il y a 8 ans