Tous les messages créés par lynx18

En raid nordique, une des meilleures solutions pour faire sécher la nuit gants, moufles, chaussettes, bonnets, etc ..consiste à les enfouir dans le gros sac de couchage en synthétique .

Les sous gants sont souvent placés entre deux couches de vêtements sous les aisselles ( et sur les mains ! ), mais les pièces plus volumineuses sont mises au fond du sac de couchage ou du sac à viande, et lorsque leur nombre augmente, on perd du temps le matin pour retrouver la paire adéquate avant de démonter le camp.

La plupart d’entre nous utilise soit un sac à viande en THERMOLITE ( SEA TO SUMMIT ) ou un sac en polaire pour gagner en confort et éviter de salir l’intérieur du sac .

Je vous propose de réaliser un sac à viande en polaire à vos mesures, muni de poches en tissu résille très fin, dans lesquelles prendront place vos objets à faire sécher, ainsi vous les retrouverez rapidement la matin, chauds et secs.

Les sacs à viande du commerce en polaire sont souvent lourds et assez mal conçus .
Il est préférable d’en fabriquer un parfaitement adapté à la taille du skieur et à ses habitudes de bivouac .

Première étape : réaliser un patron approximatif du sac :

le mieux est de prendre un sac de couchage qui vous convient et de relever un patron dessus .
Si vous avez l’habitude de mettre aussi vos chaussures au fond du sac, prévoir de la largeur supplémentaire aux pieds sur le patron du sac à viande pour leur ménager de la place.
Ne pas hésiter à prévoir suffisamment de tissu pour la capuche, il est souvent agréable d’avoir un repli de polaire sur le visage quand il fait bien froid.
Evaluer grossièrement le métrage à acheter en magasin .

Deuxième étape : les tissus et fournitures

- trouver du tissu polaire assez léger, de préférence un peu
« moutonné » et légèrement élastique : c’est quasiment l’étape la plus compliquée, surtout si on habite en province ( outre les magasins de tissus, penser aux ventes d’usines et aux marchés )

- le tissu résille 100 % polyester en 145 cm de large se trouve assez facilement , avec du choix de jolies couleurs ( exemple mondial tissu 2.50 euros le mètre ), il est doux au toucher et hyper léger ; on peut aussi utiliser du tissu léger pour moustiquaire ( blanc ou noir : plus difficile à trouver )

- un bobino de fil synthétique de la couleur de la polaire, cordon élastique et tanka pour la capuche , une fermeture à glissière solide à grosses mailles, choisir la taille en fonction de la longueur d’ouverture souhaitée ( penser que l’on dort souvent avec plusieurs couches de vêtements, il faut pouvoir rentrer dans le sac )
( les fournitures de mercerie sont en général beaucoup moins chères sur les marchés )

Troisième étape : la coupe

- découper l’avant du sac ( la partie contre le ventre)
- le dos avec sa prolongation en capuche , surfiler les morceaux soigneusement afin d’avoir des coutures propres car on peut être amené à utiliser le sac recto/verso
- les poches :
. elles doivent se trouver sur la partie antérieure du sac à viande ,être de la taille de chaque moufle , gant, bonnet éventuellement chaussettes mis à sécher ;
. relever grossièrement les tailles des objets à sécher sur des feuilles cartonnées ( prévoir de la marge pour pouvoir rentrer facilement les moufles dans les poches )
. Etaler la partie antérieure du sac bien à plat, positionner les patrons de poches selon ses souhaits .
. On peut aussi placer une toute petite poche en haut du sac fermée par velcro , vite accessible pour y mettre boules QUIES , masque de nuit et éventuellement quelques comprimés anti douleur pour la nuit .
. Enfin découper les poches dans le tissu résille : l’idéal est de placer la lisière du tissu ( elle est renforçée ) à l’endroit où la poche s’ouvre et n’est pas cousue au sac ( on peut aussi diminuer un peu la largeur de la poche dans le haut , pour éviter que les objets n’en sortent )
. Faire un petit ourlet roulotté sur les trois bords de chaque poche , les placer sur le tissu polaire en les bâtissant à gros points, avant le les coudre solidement sur la partie avant du sac à viande.

Cinquième étape : l’assemblage du sac :

- Coudre le tunnel pour passer le cordon élastique de la capuche , en fixer une extrémité solidement par des points, l’autre bout qui sort largement du tunnel recevra le tanka pour resserrer la capuche en coulissant l’élastique ;

- Assembler avant et arrière du sac par une couture solide et soignée , laisser l’ouverture du coté souhaité pour pouvoir coudre la fermeture à glissière d’ouverture latérale
( on peut éventuellement coudre celle ci à la main par une double rangée de points ), fixer un cordonnet élastique ( fluo si vous en avez !!) sur la tirette de la fermeture .

Ce sac à viande peut être utilisé avec les poches sur le dessus, ou à l’intérieur, en fonction de la température et du degré d’humidité des objets à sécher , il suffit de le retourner pour cela . . Dès que c’est possible, ( rayon de soleil au bivouac, passage dans une cabane ou refuge, etc .. ) mettre à sécher gros duvet et sac à viande.

Avec les restes de tissus, vous pouvez vous fabriquer quelques pochettes pour ranger divers objets, soit dans le sac de couchage, soit dans la pulka ou le sac à dos .
La meilleure fermeture pour ces pochettes reste celle par cordonnets qui glissent en haut, car légère et manipulable avec des moufles .

Une pochette du même style peut aussi être réalisée pour y plier votre sac à viande personnalisé qu’on vous enviera !

Voilà, à ce stade vous pouvez vous glisser votre nid douillet, qui peut aussi être utilisé en refuge pour éviter le contact avec les couvertures rugueuses et ne pas éparpiller vos affaires quand la place est comptée .

Bonne nuit !
Modifié il y a 10 ans
Pour changer de la compote lyophilisée..
un dessert noix de coco/cranberries

Ingrédients :

- semoule fine : 3 mesures
- noix de coco râpée : 2 mesures
- édulcorant en poudre : 2 mesures
- lait en poudre : 1 mesure
- cranberries séchées
- eau frémissante

A la maison, déposer les ingrédients en poudre dans un saladier., bien mélanger .
Pour un raid on peut stocker le mélange dans l’emballage en plastique souple résistant des nouvelles recharges de sucre en poudre ( cf photo : le container ), le bec verseur à bouchon facilitera la préparation du dessert , et le fond du sachet lui permet de tenir horizontal le temps de la préparation.

En randonnée :
La veille , mettre quelques cranberries à rehydrater dans un récipient fermé ( idéalement un thermos en randonnée nordique )

Le lendemain , choisir un récipient adapté, de préférence avec un couvercle, comme une boite ronde à chewing-gum en plastique
( cf photo : le moule à dessert ) :

- déposer quelques cranberries rehydratées au fond
- recouvrir d’une couche de mélange
- verser l’eau frémissante sur la semoule pour la recouvrir
- mettre à nouveau des cranberries
- puis une autre couche du mélange
- à nouveau recouvrir d’eau frémissante

Fermer le couvercle, laisser gonfler le temps du repas, déguster ensuite tiède ou froid .

On apprend petit à petit à doser la quantité d’eau selon la texture du dessert souhaitée

Astuce : l’eau qui a servi à réhydrater les cranberries prend un délicieux goût fruité, pas trop sucré , la simple eau de fonte s’en trouve améliorée et elle peut être utilisée dans la journée dans la thermos d’eau froide si on emporte une thermos d’eau froide et une d’eau chaude .
Modifié il y a 10 ans
Lors de la traction d’une pulka à l’aide d’une corde seule, on ressent des à-coups dans la colonne vertébrale : pour les limiter au maximum, les amortisseurs sont un plus bien agréable :

Acheter un paquet de « bouclettes de bas de tente »
( on en trouve dans les hypermarchés au printemps au rayon camping)

Scier le crochet

L’amortisseur est prêt !!

Il suffit d’intercaler l’amortissseur entre le mousqueton relié à la pulka et la corde de traction mise en double, elle-même attachée sur le harnais porté par le skieur .

Pour un raid nordique, il est recommandé de le faire séjourner quelques jours au congélateur pour le tester, et de prévoir un jeu d’amortisseurs de rechange.
Modifié il y a 10 ans
Plutôt que d’emporter des gros paquets de lingettes en randonnée, je vous propose de « fractionner » les lingettes emportées :

Se procurer :

des sachets zippés fins dimensions environ : 22cm x 17 cm (maximum),
vos lingettes épaisses et larges pour bébé préférées,
de la lotion de toilette pour bébé sans alcool,
des gants de toilette en in-tissé ( en pharmacie ou VPC par exemple nmmedical 8,75 euros les 50 gants ) ;les gants en in-tissé sont doux au contact et très résistants.

Les étapes :
1) Poser le gant sur une lingette épaisse,
2) l’imbiber de lotion sans alcool pour bébé,
3) recouvrir du nombre de lingettes nécessaires pour la journée,
4) plier en deux, aplatir,
5) faire tenir dans le sachet,
6) vider l’air et fermer correctement.

Le sachet permet une toilette complète sans eau ( hors cheveux )
A chacun de limiter le nombre de lingettes utilisées par jour….

Penser que pour chaque gant et chaque lingette, on peut utiliser les deux faces.
L’hiver conserver le sachet journalier dans une poche bien au chaud pour éviter le gel.

S’il ne fait pas trop froid dans la tente le soir, une toilette complète se révèle très agréable, permettant d’éliminer la sueur .
S’il fait très froid, dégager un bras, le recouvrir après l’avoir toiletté, puis l’autre bras, idem, une jambe, etc…On peut éventuellement essuyer rapidement la peau ensuite avec une mini-lavette aérée légère qui sèche très vite .

Une fois utilisé pour la toilette, le tout peut se recycler en papier WC beaucoup plus résistant que celui utilisé habituellement Il suffit de les mettre après la toilette dans un autre sac zippé ; différencié à l’avance « PQ », que l’on peut, lui aussi garder au chaud.

Les sachets zippés, une fois les lingettes extraites, pourront être recyclés en mini-poubelles pour vous aider à rapporter les déchets de la randonnée .

Si votre poids de bagages en soute est limite, vous pouvez disposer les sachets dans toutes les poches des vêtements emportés en cabine; de plus, si le voyage est long, les lingettes seront les bienvenues .

N.B. les lingettes humides sont toujours autorisées en cabine (confirmation ADPWEB du 25/3/09)
Les gants en in-tissé sont très résistants et peuvent même se laver, y compris en machine, plusieurs fois.

Le gant de toilette en in-tissé apparaît , avant humidification, en position horizontale, sur la gauche de la photo.
Modifié il y a 10 ans
Raquettes TUBBS et chaussures norme 75
Modifié il y a 10 ans
jurazimut a écrit:
Nous sommes récemment partis faire une partie de la traversée du Jura avec des pulkas sur 5 jours (fin février).


un petit compte rendu de cette traversée ??? ;-)
Modifié il y a 10 ans
moi aussi j'adore les pulkas atypiques..

la frite ressemble à une saucisse de viande emballée :-D
l'emballage est fait avec quelle matière?, celle que tu avais prévue initialement ?
tu as donné le poids mais pas le le prix de revient total du stabilisateur ?

A quand tes essais in situ ??
Modifié il y a 10 ans
c'est quoi la boucle (? ) jaune qu'on aperçoit sur la photo au dessus de ton malamute le plus clair ?

un amortisseur ??
Modifié il y a 10 ans
BernardF a écrit:
Géniales vos trouvailles !

Ceci dit, pour mieux s'y retrouver le jour où on en a besoin, vous ne créeriez pas un sujet spécifique du genre "frein pour pulka" ? :-D

Effectivement, j'ai eu la même idée que toi :

un sujet stabilisateurs
un sujet freins et ailerons
un sujet amortisseurs
un sujet bâche ou sac de pulka ?
un sujet timons de pulka bricolés /cordes de traction
un sujet harnais

ce serait plus logique ..et moins fouillis
:-D
Modifié il y a 10 ans
larsouille a écrit:
voila la photo de la Speedy, si vous voulez des renseignements n'hésitez pas!

quote]

merci pour les photos:

Effectivement , je n'hésite pas :

pourrais tu faire un gros plan sur les attaches noires latérales que tu as mises ( vues d'en dessous et d'en dessus ) ?
et nous donner qq explications concernant tes ajouts sur" la semelle "

à quand les tests sur le terrain ??

c'est vrai qu'elle semble sympa cette petite SPEEDY ..
:-)
Modifié il y a 10 ans