N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par lynx18


 

En
randonnée, il faut privilégier les objets
susceptibles de remplir au minimum
deux fonctions différentes .

Cette
housse en comporte beaucoup plus , nous en reparlerons plus
loin.

Le
principe :  photo 1


isoler
la thermos ( ou une bouteille plastique
éventuellement  ) en l’enroulant
dans un rectangle de matelas mousse, fermement maintenu par un cylindre
de
tissu léger  : la housse cylindrique est
déposée verticalement dans le sac
à dos, donc la largeur du matelas se retrouve sur la hauteur
du sac à dos.


Le
matériel nécessaire : 
photo 2



un morceau de
matelas mousse, si possible aluminisé sur une face
du tissu fin
résistant, genre polyester, toile de spi ou autre 
 un peu
de cordonnet , fil , épingle à nourrice pour
passer le cordon
un tanka (
facultatif )

La prise
des mesures  :



La largeur
du morceau peut correspondre à celle du matelas mousse ( en
général 50 cm ) si votre sac à dos
présente une hauteur suffisante (ou si vous
décidez de laisser la thermos dans une pulka );
sinon il faudra retailler légèrement la largeur
du matelas pour que la housse tienne verticalement dans votre sac
à dos.
 La longueur
du morceau de matelas est à déterminer par
chacun ; personnellement le mien fait 85 cm de long, deux
passages autour de la thermos conviennent bien.
 Enrouler
le morceau de matelas autour de la thermos , faire tenir avec un
élastique pour prendre les mesures de la housse à
faire : on peut dessiner un cercle autour du fond 
tenu verticalement sur un carton pour faire une sorte de patron
du fond de la housse.

Les
découpes :



Découper
un rond en matelas mousse pour le fond (
facultatif)
Découper
le même rond en tissu fin pour la housse
elle-même ( rajouter la valeur des coutures )
Mesurer
la circonférence de ce cercle, ajouter quelques cm
pour la couture, on obtient la largeur du rectangle qui formera le
corps de la housse
La
longueur du rectangle qui formera le cylindre de tissu sera
nettement supérieure à la largeur du matelas
mousse, pour l’ourlet du haut  dans lequel passe le
cordonnet de serrage.

Les
coutures  :



commencer par l’ourlet
du haut de la housse dans lequel on passera le cordonnet de
serrage  à l’aide de
l’épingle à nourrice, puis coudre la
largeur du rectangle sur la circonférence du cercle (petits
plis), enfin terminer par la couture de la hauteur de la housse
(longueur du rectangle de tissu ).Il est prudent de doubler les
coutures ou d’utiliser un triple point sur la machine
à coudre .
fixer le
tanka sur les deux brins du cordon , faire un nœud
sur les brins libres,
déposer
le rond de mousse au fond, le matelas
roulé coté alu vers
l’intérieur,et enfin la thermos : la
housse est finie photos 3 et 4

 Les autres fonctions
de
la housse :

Une
fois la housse confectionnée, la thermos mise au fond, il
reste de la place en
hauteur  pour mettre des vivres de courses ( ou tout autre
objet ) sur le
dessus de la thermos  photo
5

Cette
housse isolante pour thermos , très facile
à confectionner et bon marché, peut
donc remplir d’autres fonctions, selon les
circonstances de la
randonnée :


  Container
à vivres de courses (la partie au dessus de la thermos )
  Coussin
isolant du sol pour les pauses
  Matelas
de secours pour bivouac improvisé
 
Parevent pouur réchaud
  Complément
d’isolation pour les jambes si l’on dispose
d’un matelas court de 120 cm
 
Complément d’isolation pour le thorax si
l’on a déjà un matelas long ( il peut
être mis à l’intérieur du sac
de couchage )

Les
autres. fonctions dépendront de votre imagination…


Modifié il y a 10 ans
Robert a écrit:

Allez prépare nous une astuce d'enfer :
"


l'astuce ne sera pas d'enfer, mais pas très éloignée de ta suggestion, elle concernera la boisson du randonneur en hiver ..

voici deux autres clichés de mes crispi, je pense que leur poids provient des deux soufflés antérieurs , dont l'un est recouvert de plastique dur, ajoutés au SPOILER, ça doit faire la différence de poids avec les GARMONT, dont la tige est un poil plus basse.
Modifié il y a 10 ans
Robert a écrit:

pour les descentes, suffit de serrer les laçets a fond .

quote]

Tiens, une bonne idée d'astuce à trouver:

comment arriver à serrer les lacets à fond quand on a essayé toute une série de gants et qu'on a toujours les doigts rendus insensibles par le froid ?
j'ai toujours l'impression désagréable que mes chevilles ne sont pas assez serrées dès qu'il fait bien froid ( une des solutions c'est les crochets de chaussures plastiques, mais sur les cuirs ??? )

J'ai sorti , non pas le sèche cheveu, mais les SPOILERS:

chacun fait 50 grammes.

Pas d'indication sur les languettes de mes CRISPI, hormis un numéro et la pointure, par contre sur la face externe de la chaussure, gravé dans le cuir, à peine visible ( j'essaierai une photo + tard ) on trouve:

CRISPI SUPER
Modifié il y a 10 ans
Régis avait prévenu que les membres posteraient des idées toutes plus folles les unes que les autres : pour l'instant, on reste un peu sur notre faim !!

Je pense poster avant la fin du mois ma dernière astuce mais elle ne sera pas très loufoque, par contre j'espère qu'elle sera mieux présentée grâce aux explications de mtriclin ( merci à lui !! ), et il y aura des photos !!, car j'ai extrait l'engin à l'avance lors de mes rangements de mardi dernier , le texte est en préparation, les photos pas encore faites ..

En ce qui concerne mes CRISPI: c'est drôle, mais en choississant ces chaussures, j'étais sûre que tu poserais la question !!

une piste : je me souviens avoir pris un cours de TELEMARK avec aux ARCS lors du passage à l'an 2000, juste avant la tempête,je sais que lorsque je les ai achetées, c'est la dernière année où ils en vendaient au VC PARIS, donc je date leur achat vers 1999 ?? sous toutes réserves …

Pour le modèle, ce sont probablement des ANTARTIC ,je ne sais pas, je tâcherai de regarder dans la semaine la languette voir si cela apparait ? ( mes chaussures sont rangées " au frais " avec les skis ), il faudrait voir sur un vieux catalogue du VC, mais je doute que qq les conserve ….
Elles ont un SPOILER amovible à l'arrière si cela peut t'éclairer ??
je les trouve un peu lourdes par rapport à mes GARMONT cuir qui sont de vraies charentaises, mais les GARMONT étant vieillissantes, les CRISPI vont sûrement prendre le relais ..
Modifié il y a 10 ans
mardi dernier , j'ai remisé les affaires d'hiver au grenier, en rangeant mes raquettes, j'ai retrouvé ces pattes d'ours que nous avions évoquées il y a qq temps; je crois avoir lu un mot de Régis disant que tu aimais les vieilles choses, alors je les ai redescendues pour te faire une photo.

L'idée de publier le sac à viande sèche linge ne m'est venue qu'en fin de semaine quand je suis passée au magasin de tissus et que j'ai vu tout un panel de jolies couleurs de tissus résille ( c'est pour cela que j'avais les prix en tête ) qui m'ont rappelé ce sac , bricolé il ya quelque temps: je l'avais présenté à mes coéquipiers du SPITZBERG lors d'une soirée photo d'après raid où je l'avais pris pour dormir dans un chalet , ils avaient bien rigolé , en reconnaissant bien là une de mes idées farfelues d'amélioraton des bivouacs!!!

Si j'avais su mardi, qu'une photo du fameux sac à viande aurait pû vous interesser, j'aurais poussé plus avant les fouilles archéologiques..

Mais, bon, si les explications sont un peu longues, c'est vraiment pas sorcier à faire … :-D
Modifié il y a 10 ans
<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN">
<html>
<head>
<meta content="text/html; charset=ISO-8859-1"
http-equiv="content-type">
<title></title>
</head>
<body>
<ul>
<li>une &nbsp;photo <span
style="text-decoration: underline;">pour ROBERT..</span>..</li>
</ul>
</body>
</html>
Modifié il y a 10 ans
<!DOCTYPE html PUBLIC "-//W3C//DTD HTML 4.01 Transitional//EN">
<html>
<head>
<meta content="text/html; charset=ISO-8859-1"
http-equiv="content-type">
<title></title>
</head>
<body>
<span style="color: rgb(255, 102, 0);">j'adore tes dessins
moi aussi !!</span>
</body>
</html>
Modifié il y a 10 ans
je commence à entrevoir ce que tu suggères !

Si je comprend bien, une fois le texte traduit automatiquement par ce logiciel, il faut le coller ensuite sur la réponse sur le site :
ce que tu appelles " le code incompréhensible " est en fait l'ensemble du texte "traduit" par le logiciel ?

Les tags HTML : c'est quoi ?, la différence avec les balises ??

A quel moment voit on le résultat avant de l'envoyer ?

Il me faudrait une semaine de vacances pour me plonger un peu dans l'informatique et la photo.

Ne te tracasse pas trop pour l'égalité des chances pour ce concours ! en ce qui me concerne , ce n'est pas mon souci actuel.

Par contre je trouve dommage qu'aussi peu de personnes envoient leurs trucs, compte tenu de la fréquentation du site
( peur du ridicule ?? )

Je trouve qu'on apprend plein de choses en le parcourant , et que c'est dommage de garder pour soi ce qu'on bricole dans son coin.Si je n'avais pas lu le truc de pr.chauveau sur le frein corde de pulka, je n'y aurais jamais songé, et , en fait je suis super contente de l'avoir bricolé .

Hier , ton idée de chariot sous la pulka me trottait dans la tête, mais , en pensant que je ne ferai pas de soudure, j'ai essayé un chariot pliant de ménagère en alu sous ma pulka : léger, plus encombrant ,probablement peu solide, mais, bien sanglé il remplit parfaitement sa fonction, alors, pour quelques routes goudronnées de temps en temps, pourquoi pas ?
Modifié il y a 10 ans
oui, merci, Mtriclin,je l'ai bien écrit dans WORD et fait un copié collé, mais .. après ??? c'est de l'hébreu pour moi…comme ta splendide démonstration pour mettre une vidéo ;il me faudrait une démonstration..

pour la photo j'ai hésité, car le mien est au fond du grenier dans un sac étiqueté grand nord..( flemme de tout déballer !! ) et j'ai fait les poches en revenant du SPITZBERG après avoir fabriqué le sac en polaire il ya très longtemps pour le SAREK, ce qui fait que les coutures des poches ont été faites à la main donc les bords des poches sont plutot irréguliers, bref pratique mais peu photogénique .

Si un jour je trouve la polaire légère et moutonneuse qui va bien , j'en referrai un et alors je prendrai les photos au fur et à mesure de la réalisation, c'est promis !!

j'espère quand même que l'article sera compréhensible ..
Modifié il y a 10 ans
En raid nordique, une des meilleures solutions pour faire sécher la nuit gants, moufles, chaussettes, bonnets, etc ..consiste à les enfouir dans le gros sac de couchage en synthétique .

Les sous gants sont souvent placés entre deux couches de vêtements sous les aisselles ( et sur les mains ! ), mais les pièces plus volumineuses sont mises au fond du sac de couchage ou du sac à viande, et lorsque leur nombre augmente, on perd du temps le matin pour retrouver la paire adéquate avant de démonter le camp.

La plupart d’entre nous utilise soit un sac à viande en THERMOLITE ( SEA TO SUMMIT ) ou un sac en polaire pour gagner en confort et éviter de salir l’intérieur du sac .

Je vous propose de réaliser un sac à viande en polaire à vos mesures, muni de poches en tissu résille très fin, dans lesquelles prendront place vos objets à faire sécher, ainsi vous les retrouverez rapidement la matin, chauds et secs.

Les sacs à viande du commerce en polaire sont souvent lourds et assez mal conçus .
Il est préférable d’en fabriquer un parfaitement adapté à la taille du skieur et à ses habitudes de bivouac .

Première étape : réaliser un patron approximatif du sac :

le mieux est de prendre un sac de couchage qui vous convient et de relever un patron dessus .
Si vous avez l’habitude de mettre aussi vos chaussures au fond du sac, prévoir de la largeur supplémentaire aux pieds sur le patron du sac à viande pour leur ménager de la place.
Ne pas hésiter à prévoir suffisamment de tissu pour la capuche, il est souvent agréable d’avoir un repli de polaire sur le visage quand il fait bien froid.
Evaluer grossièrement le métrage à acheter en magasin .

Deuxième étape : les tissus et fournitures

- trouver du tissu polaire assez léger, de préférence un peu
« moutonné » et légèrement élastique : c’est quasiment l’étape la plus compliquée, surtout si on habite en province ( outre les magasins de tissus, penser aux ventes d’usines et aux marchés )

- le tissu résille 100 % polyester en 145 cm de large se trouve assez facilement , avec du choix de jolies couleurs ( exemple mondial tissu 2.50 euros le mètre ), il est doux au toucher et hyper léger ; on peut aussi utiliser du tissu léger pour moustiquaire ( blanc ou noir : plus difficile à trouver )

- un bobino de fil synthétique de la couleur de la polaire, cordon élastique et tanka pour la capuche , une fermeture à glissière solide à grosses mailles, choisir la taille en fonction de la longueur d’ouverture souhaitée ( penser que l’on dort souvent avec plusieurs couches de vêtements, il faut pouvoir rentrer dans le sac )
( les fournitures de mercerie sont en général beaucoup moins chères sur les marchés )

Troisième étape : la coupe

- découper l’avant du sac ( la partie contre le ventre)
- le dos avec sa prolongation en capuche , surfiler les morceaux soigneusement afin d’avoir des coutures propres car on peut être amené à utiliser le sac recto/verso
- les poches :
. elles doivent se trouver sur la partie antérieure du sac à viande ,être de la taille de chaque moufle , gant, bonnet éventuellement chaussettes mis à sécher ;
. relever grossièrement les tailles des objets à sécher sur des feuilles cartonnées ( prévoir de la marge pour pouvoir rentrer facilement les moufles dans les poches )
. Etaler la partie antérieure du sac bien à plat, positionner les patrons de poches selon ses souhaits .
. On peut aussi placer une toute petite poche en haut du sac fermée par velcro , vite accessible pour y mettre boules QUIES , masque de nuit et éventuellement quelques comprimés anti douleur pour la nuit .
. Enfin découper les poches dans le tissu résille : l’idéal est de placer la lisière du tissu ( elle est renforçée ) à l’endroit où la poche s’ouvre et n’est pas cousue au sac ( on peut aussi diminuer un peu la largeur de la poche dans le haut , pour éviter que les objets n’en sortent )
. Faire un petit ourlet roulotté sur les trois bords de chaque poche , les placer sur le tissu polaire en les bâtissant à gros points, avant le les coudre solidement sur la partie avant du sac à viande.

Cinquième étape : l’assemblage du sac :

- Coudre le tunnel pour passer le cordon élastique de la capuche , en fixer une extrémité solidement par des points, l’autre bout qui sort largement du tunnel recevra le tanka pour resserrer la capuche en coulissant l’élastique ;

- Assembler avant et arrière du sac par une couture solide et soignée , laisser l’ouverture du coté souhaité pour pouvoir coudre la fermeture à glissière d’ouverture latérale
( on peut éventuellement coudre celle ci à la main par une double rangée de points ), fixer un cordonnet élastique ( fluo si vous en avez !!) sur la tirette de la fermeture .

Ce sac à viande peut être utilisé avec les poches sur le dessus, ou à l’intérieur, en fonction de la température et du degré d’humidité des objets à sécher , il suffit de le retourner pour cela . . Dès que c’est possible, ( rayon de soleil au bivouac, passage dans une cabane ou refuge, etc .. ) mettre à sécher gros duvet et sac à viande.

Avec les restes de tissus, vous pouvez vous fabriquer quelques pochettes pour ranger divers objets, soit dans le sac de couchage, soit dans la pulka ou le sac à dos .
La meilleure fermeture pour ces pochettes reste celle par cordonnets qui glissent en haut, car légère et manipulable avec des moufles .

Une pochette du même style peut aussi être réalisée pour y plier votre sac à viande personnalisé qu’on vous enviera !

Voilà, à ce stade vous pouvez vous glisser votre nid douillet, qui peut aussi être utilisé en refuge pour éviter le contact avec les couvertures rugueuses et ne pas éparpiller vos affaires quand la place est comptée .

Bonne nuit !
Modifié il y a 10 ans