Tous les messages créés par ToneTrooper

Conditions en Chartreuse:
transition printanière parfaite entre une route dégagée et un enneigement toujours copieux!
(mou et collant, mais copieux)
Modifié il y a 6 ans
Retour à du grand classique, traversée Col du rousset - Corrençon faite dimanche 7 avril.

Nous sommes partis du parking à peu près en même temps qu'un autre duo de randonneurs nordique, que nous croiserons et recroiserons jusqu'au parking de Corrençon. Bien sympa comme ambiance.

Au départ, le brouillard était épais, dès la sortie de la foret on naviguait de manière très approximative.
A se demander si on allait réellement faire la traversée, ou se rabattre sur une boucle par le pas des chatons histoire de voir si le balcon Est est au soleil.
Finalement peu après le pas des écondus le ciel s'est dégagé et nous avons pu admirer toute la journée les nuages dévaler les pentes du grand Veymont sans être trop dans le blanc.

Coté neige, les peaux étaient quasi indispensables de bon matin, le regel nocturne avait bien opéré en surface, et la couche de givre rendait les écailles complètement inefficaces. j'ai même repoté au pas des écondus…
Avec le soleil la faible épaisseur gelée a vite fondue, et vu la profondeur de la couche on n'est pas trop sorti de la trace.

Darbounouse ne laisse pas encore paraître de signes de faiblesse, et grace aux pistes de ski de fond on a pu arriver sur le parking de Corrençon en glissant. Il sera probablement nécessaire de déchausser au niveau du golf le week end prochain.
Modifié il y a 6 ans
Robert a écrit :
Le fait que la semelle d'une chaussure de marche présente un arrondi , c'est ce qui différencie une chaussure de marche d'un sabot .
Erreur mon cher Robert 8-)
Le sabot présente un arrondi rigide à la manière des chaussures de randonnée alpines, tandis que les chaussures de marche présentent un arrondi moins prononcé mais étant souples elles plient.

Cependant avec une chaussure de marche, comme avec un sabot d'ailleurs, quand tu poses le talon la pointe se lève. Hors avec nos becs, elle reste collée au ski, d'où ce problème de déchirement / décollement.

En gros je suis complètement d'accord avec toi, le
déroulé du pieds est primordial et justement je le trouve pas extra avec la norme 75. (et encore pire sur terrain sec, les marches d'approches de fin de printemps sont moins pénibles en sra qu'en norme 75)

D'où ma question première, est-ce que le fait que l'avant du chausson se décolle du bec a un impact sur le confort du skieur (à part l'étanchéité et le triste constat de voir sa chaussure de déchirer / décoller)?
Modifié il y a 7 ans
ouaou… ça discutaille sec ici.
Bon désolé mais je reprend la suite de ma première question.

Depuis que j'ai chaussé mes premières chaussures en norme 75 (et même avant avec les "bec de canard" des skis de fond de mon enfance) je me suis interrogé sur la longévité du système.
Ces chaussures et fixations permettent une grande amplitude de mouvement, mais tout est basé sur la déformation des matériaux, contrairement au matériel de SRA.

ça concerne le soufflet (ou la pliure qui se fait sur les chaussures en cuir ou à membrane) mais aussi cette particularité du bec qui gêne le déroulé du pied.

J'en reviens à la comparaison sra-srn, en sra les chaussures sont rigides et l'avant du pied est moulé en arrondi pour permettre le déroulé du pied. en télémark cette courbure est moins prononcée mais elle existe. (Quand on installe une chaussure vide, sans pied dedans quoi, dans une fixation, le talon reste levé).
C'est notre poids qui vient déformer la chaussure pour coller le talon.

D'où ma question : à quoi sert cet effort ayant tendance à lever le talon?
ça aide peut-être à la relance, enchaîner un nouveau pas… je ne suis pas certain que ça soit un argument majeur pour nos pratiques contemplatives.
Du coup, si on suppose que ni la neige ni autre chose va venir se mettre au milieu, est-ce qu'une chaussure dont le bec de canard pourrait se décoller de l'avant du chausson ne serait pas plus confortable?
Modifié il y a 7 ans
Salut,
Je me pose une question bête:
quelle es la conséquence de cette déchirure?
En gros, est-ce juste pour la jonction avec le pare-pierre, pour l'étanchéité… est-ce que ça a un rôle mécanique?

Bon évidemment ça fait rager sur des chaussures récentes, mais J'imagine que le seul soucis résultant c'est un risque pour l'étanchéité. Du coup un peu de néoprène ou de sika et c'est reparti…

Le soufflet de mes télémark a en parti rendu l’âme il y a quelques années, j'ai pris le trou en sandwitch néoprène+ scotch gris de chaque coté. il ne reste plus grand chose du scotch mais elles ne prennent toujours pas l'eau.
Modifié il y a 7 ans
Salut Mikael,
ça dépend aussi de la largeur du ski.
Sur mes Xadv89 je n'en ai pas, en SRN ça ne m'a jamais gêné, en revanche je me suis retrouvé sur une piste rouge damée en neige dure du petit matin, et là après 2 pelles je me suis vite reparti en "alpin". La super télémark du ski intérieur se plantait dans la neige en fin de virage.
Plus d'avis .
Modifié il y a 7 ans
campbieil a écrit :

J'en reviens à mes fix talon : ça doit bien faciliter la prise de carre. Si les super balèzes s'en passent en poudreuse, sur le verglas la plupart des autres doivent y retrouver un certain confort (d'autant que la plupart des gens ont appris à skier sur piste ?)

Si tu pars sur des T4, je ne suis pas sur que la fix talon apporte grand chose pour la prise de carre.
L'intéret est de se prémunir contre les déséquilibres vers l'avant. En gros quand on prend un peu de vitesse ou qu'on skis sur une neige non homogène.
Souvent le simple fait de décaler les pieds (l'un légèrement en avant, l'autre en arrière, ça vous rappelle rien? :-D ) permet de réagir à un déséquilibre.

Ma belle n'est pas une grande skieuse d'alpin, elle a maudit les SRN de loc souples et relativement larges, mais est en confiance avec ses T4.
Avec le matériel que tu envisages, la talonnière devrait te sembler bien moins nécessaire ;-)
Modifié il y a 7 ans
Les Peltonen que j'ai vu étaient à écailles, et même à écailles mal ébavurées. Si c'était fait exprès, ça doit être aussi efficace pour l'accroche en montée que pour freiner en descente :-P
Les Karhu (j'ai la photo si tu veux, mais elle n'apporte rien) eux semblent "dépolis".
Je n'ai jamais vu en vrai le système "micropores" évoqué , mais j'imagine que ça doit s'en rapprocher, tout comme le système "nanogrip" de Peltonen.
De toute manière c'est pas le genre de skis polyvalent, et quand la neige est dure ils doivent rester à la maison (enfin à la cabane).
Modifié il y a 7 ans
héhé, et bein si, les skis droits existent Toulahaut!
cf ce post.

Karhu et Peltonen en font, des skis de 70 de large, plus de 2m de long…
Un autre modèle de Karhu est assez étrange, 108mm de large, 160 de long, des "skis de chasse en fôret".
à utiliser à priori avec des fixations universelles du genre "fil de fer", et sans écailles, mais aussi sans fart.
Bref, des skis droits pour les pays plats. (très très plats)
Modifié il y a 7 ans
De retour, bein je vais donner quelques éléments de réponse:
On a loué un camping-car, cf ce post.
En cette période toute la Finlande est un domaine skiable!
à commencer par… la mer.
Notre première sortie en ski a été un pèlerinage à Helsinki, sur la plage où nous nous étions baigné il y a quelques années.
Là bas tout le monte à une luge/pulka, pour balader les enfants ou aller pêcher.
C'était assez drôle de skier au milieu des pêcheurs.

En revanche la mer, comme la quasi totalité du sud de la finlande, c'est plat… les T4 n'étaient pas les plus adaptées.

La petite ville de Porvoo à 45min d'Helsinki est magnifique, avec une très bonne adresse, la cantine "Hanna Maria" dans la vieille ville.
Puis Hamina, une ville construite en octogone, on s'approche de la frontière Russe qu'on longe vers le nord, c'est très beau, la route devient plus sauvage.
L'escale la plus intéressante de notre périple était le park national de Koli, avec le point culminant de la Finlande Sud (Ukko Koli, à 347m :lol: ).
Un peu plus haut, il y a une très jolie "ferme" avec quelques rennes. à Valtimo (Laitalan Lomat, c'est fléché)

Coté conditions de neige en Finlande, c'est "poudreux" et plat. J'y ai d'ailleurs découvert des skis adaptés, faits pour porter, et certainement pas pour tourner. Les Karhu Erä (70mm de large, 2m50 de long pour les plus grands) et Jakt, sans écaille mais juste avec une semèle "dépolie". En même temps ça monte pas. La fixation universelle utilisée avec est aussi assez rigolotte.
Je ne connaissais pas non plus l'autre marque, Peltonen, v'la une photo pour se rendre compte des engins (je mesure 1m85, les skis doivent faire 2m30, mais existent en 2m70 :-o )

Dernier point, ce voyage était assez rapproché dans le temps et le mode de fonctionnement de notre tour estival en Norvège et laponie Suédoise. On a été cette fois marqué par la bonne humeur qui raignait chez tous les locaux rencontrés, qu'ils soient commerçants, randonneurs ou simples passants. Peut-être était-ce lié à l'arrivé du printemps, en tous cas c'était fort agréable.

Quelques premières photos sur notre blog:
http://albertetamarante.blogspot.fr/2013/03/premieres-photos.html
Modifié il y a 7 ans