Tous les messages créés par forez

Hier après-midi aux Supeyres avec l'ami Jacou qui m'a fait essayer sur le suc de Pégrol la manoeuvre de la voile de snowkite smile Pas très simple quand même et quand on voit ce que certains en fond smilesmile

Super neige tout du long, un peu plus raide aux endroits à l'ombre ou exposé Est d'où venait un léger souffle, mais bien skiable quoique rapide. Et le tout sous le soleil à peine parsemé de pétales de nuagessmile
Sinon on est allé ensuite sur la vallé de Chorsin pour descendre par une langue sur le chemin qui permet de la traverser sur le haut. Nous l'avons pris mais en filant sur l'Est afin de passer sous les ruines de l'Oule, traverser la, piste qui va du pied du suc de Pégrol sur les jasseries de Garnier et filer en direction du buron du Plan Chevalat. 
Bien avant nous avons bifurqué à droite sur l'Ouest pour descendre dans les sources de l'Ance à l'endroit où se forme une très grosse congère qui alimente bien le bassin et sommes remontés via les jasseries de Pégrol pour rentrer par la bosse au-dessus de l'auberge, dont la descente avec toutes les traces des snowkiters qui commençaient à regeler, était un peu délicate.smile
A 10h, c'est avec N_75 que l'on doit partir des Supeyres, le temps que le manteau neigeux se détende un peu du "stress" de la nuitsmile
Modifié il y a 3 ans
Retour d'expérience très intéressant, merci smile
Et bonne glisse smile
La poisse quand même pour l'aventure nordique à une semaine près on était au top …smile C'est comme ça smile faut pas se laisser abattre.
Cette après-midi c'est sur le sud des Pradeaux, dans notre "petit Jura", sans charmante compagnie …smile qui a d'ailleurs très apprécié les génuflexions de Maître Bernard, peut-être le must de la drague smilesmile
N_75
c'était mon bon Forez, en bien charmante compagnie,
 
N_75
petit message à l'attention de M.
notre ami forez n'ayant pas été suffisamment convaincant pour vous inoculer le virus du SRN, le forum et le Forez ne demande qu'à s'enrichir de nouveaux membres et adeptes, et la partie petites annonces est là pour vous aider…
mais attention, on entre là dans le domaine de la drogue dure !
Elle est toujours partante, mais il faudrait démarrer à plat dans une bonne neige, car même en skiant bien en alpin, l'équilibre n'est plus le même et les chutes … font mal smile Donc tu peux lui proposer smile
Sinon pour revenir à la sortie du jour : petit air frais mais soleil chaud à l'abri du vent, neige encore poudreuse froide aux endroits abrités, humide légèrement molle ailleurs mis à part plein soleil où elle était assez molle (ça m'a valu 2 gamelles), gelée dans les traces de raquettes et petite croûte de glace aux endroits où le soleil avait donné et où il avait tourné, abandonnant le terrain à l'ombre. J'espère que c'est clair smilesmile. On peut estimer la couche de ce côté entre 5 à 20 cm. Il faut donc ne pas tarder pour ceux qui veulent y aller, car d'ici 3 ou 4 jours …
Pour une fois j'ai tourné à l'envers, donc dans le sens des aiguilles d'une montre en partant par le pré de la luge puis le relais/pylône et la maison isolée juste au-dessus des sources de la Ligonne, vers la cote 1214 m. Puis j'ai rejoint la maison du Gat et Molhac. J'ai un peu vagabondé sur l'Est du hameau, au-dessus d'un autre dont le nom va plaire à N_75 : L'Autoriche. Mais bien au-dessus quand même puisque je n'ai pas franchi la route qui descend sur les Fayolles. Les bois et la pente sont trop abruptes, ou alors il faudrait un enneigement exceptionnel. Je voyais le hameau de Besse au loin mais sans son Super smile
Puis j'ai continué ainsi jusqu'à Rouffix ou pignon fixe comme le dit le précité plus haut smile. Tant que l'enneigement était là, même faible … 
J'ai traversé la route pour plonger par le pré en face sur le chemin et remonter sur la piste entre le puy de Loir et le Siège de la Reine au Sud. Je n'aurais pas voulu le descendre comme on l'a fait souvent, car à l'ombre les cristaux de neige commençaient à croûter et les écailles n'accrochaient rien, donc neige rapide et virage dans une croûte cassante … très aléatoires smilesmile
A un endroit j'ai hésité sur le chemin, car lorsque l'on descend, naturellement on retombe sur la piste mais là sous la neige ça se ressemble un peu, même en connaissant …smile j'ai donc suivi toujours la piste, ce qui n'est pas plus mal en monter car la pente est plus régulière, même si l'on fait quelques centaines de mètres de plus. je suis donc arriver sur la piste du haut à 200 m plus au Sud que l'arbre de gauche qui porte une croix rouge et qui indique le bon chemin.
Là, des 4X4 et autres quads s'en étaient bien payés, ça doit être les suites de la Cop 21 smile. Après le puy de Loir où un vent du Nord s'est rappelé à moi, je suis tombé sur 2 adultes et enfants en raquettes et des traces de ski de fond étroits. Même si j'avais pu les prendre j'étais bien mieux en hors traces, ça enfonçait de 3 cm et sur le plateau c'était un régal en pas alternatif avec un compromis accroche/glisse au top. 
Et c'est là que je me suis décidé, tant pis pour les efforts supplémentaires, à monter puis descendre la première partie, sous Chougoirand, du bon hors piste habituel, en ayant posé le sac en haut. Encore mieux que mardi dans la poudre, la neige plus dense dessous, sans poche d'air, avait une meilleur tenue au niveau du roulis des skis d'une carre sur l'autre. Et j'ai fait la même chose pour la partie haute au-dessus du hameau et c'était tout aussi bon. 
Le pied pour ne pas dire plutôt le skismile J'ai "génuflexé" en pensant à mon bon maître smile
Puis je suis rentré pour m'apercevoir que déjà, dans le pré de la luge orienté Est, la neige avait bien commencé à durcir.
Donc si je peux oser donner un conseil, éviter d'aller skier demain matin car la neige sera "mauvaise", croûtée/gelée, ça cassera par plaque et très rapide avec une mauvaise tenue des écailles en montée. Mieux vaut attendre l'après-midi ou alors faire un tour de raquettessmile. A moins que plus haut, au-dessus des 1400 m, la neige soit moins revenu et que demain matin elle tienne un peu avec une fine couche de poudre dessus qui assurera les virages et la retenue.
Donc faites la grasse mâtinée sous une tente avec poêle comme nous l'a envoyé Fourinas smile
Modifié il y a 3 ans
Merci Benbois et désolé mais je reviens d'une virée de plus de 4 heures dans la poudre et comme l'on dit chez nous je suis rendju smile Jeudi je dois aller à l'alpin peut-être samedi sinon.
Donc c'est tout bon, cette après-midi des Pradeaux, un vrai régal sous des giboulés. 5 cm de poudre en plus mais de la vraie, celle qui fait les billes de polystyrène et là, pas comme la veille seulement dans les bois mais même en dehors smile
Par le réservoir je suis allé direct sur la Tuile pour faire le vallon qui retombe sur la route de Prabouré : une merveille. <3smile Le soleil c'est même pointé pour sabler le champagnesmile
Puis je suis remonté au niveau des chalets 300 m plus loin et tout à travers bois jusqu'au plateau. La neige était tellement bonne et légère, enfonçant de 10 cm au mieux que même la montée devenait un plaisir et pas du brassage de forçatsmile
Toujours à travers, j'ai gagné sous un ciel nuageux mais plus de neige, la plantation des Allebasses, au plus haut vers 1420 m pour ensuite descendre au jugé en cherchant la bonne ligne de pente. C'était un peu hard entre les arbres, surtout avec les basses branches non élaguées et bien pointues. Il fallait juste chercher les coupes des rangées d'éclaircies.
Je suis retombé sur le fond du vallon à la sortie de la plantation à 600 m du pont de la Fayolle, sur nos traces de la veille. De là, le plateau puis le bois encore dans nos traces et toujours sans efforts. C'était tellement bon que j'ai repiqué dans le bois au plus fort vers la piste de ski qui vient du pont de la Fayolle. Un peu hard car ça pend et l'éclaircie n'est pas très large. Il fallait jouer entre les arbres couchés et ceux debout, mais ça a fait avec juste une gamelle à l'arrivée, à la rupture de pente avec la piste daméesmile
Je suis remonté dans le bois pour repiquer, retraverser la piste dans le virage à la fin de la montée juste au départ du plat de Fayevie, pour prendre le bout de chemin en face et le quitter pour filer à nouveau plein travers. Dans mes pérégrinations, je suis tombé sur une des ruines égarée, entre le Grand et le Petit Fayevie. Les 4 murs avec les pignons sont bons mais il n'y a plus de toitsmile et elle est noyée dans les résineux. Sans les plantations la vue sur le barrage serait superbe.
Ensuite je suis retombé à nouveau sur le retour des pistes de fond que j'ai quitté de suite pour filer sur la berge du barrage. En ce moment il est bas, faut en profiter. C'était magique, le ciel s'illuminait un peu de bleu, la glace fine au milieu humide/marron brillait et ça ressemblait aux images du grand Nord que l'on voit avant le printemps … smile
Par contre il a fallu encore déchausser, mettre les skis sur le sac et traverser à gué en marchant sur les pierres. Il y a bien 6 m à franchir mais c'est le meilleur endroit. Faudra juste que je vienne l'aménager en "morte saison". Il se trouve sur le ruisseau des Pradeaux qui vient du pont de la Fayolle, la principale alimentation, entre la pancarte blanche en tôle à deux pieds en cornière et le ruisseau venant du vallon du bivouac, via la petite passerelle où plutôt ce qu'il en reste.
Puis pour finir la maison du gardien, l'escalier et un coup sous les piles pour profiter, avant de rentrer par le chemin dessous.
Pour l'escalier, il est le long du mur et tourne légèrement sur la gauche. Il se descend bien, mais pour se faire, il faut qu'il y est bien sûr de la neige, garder les bâtons aux poignets et les mettre à l'extérieur de la rambarde. Puis poser les mains sur la main courante en tube afin de freiner la descente. Mais attention garder les doigts bien sur la main courante, pas dessous, sinon au risque de se les faire mâcher par les fers plats de maintien. Tranquillement ça passe et c'est marrant smile Après on peut peut-être le descendre direct mais le long du mur je ne suis pas assez bon techniquement pour m'y risquer smile
Modifié il y a 3 ans
eria
Tu les utilises avec quelles chaussures ?
Des chaussures Fischer NNN, elles ont deux ans mais sont pas mieux, pas moins bien que les Salomon SNS, aussi fragilessmilesmile
Ah ! Où sont les Salomon BC Greenland tout en cuir vraiment typées randonnées, je les avais pourtant mises à toutes les sauces : skis rando, skating, raquettes, crampons à glace, je m'en servais quand j'aidais au domaine nordique sur les motoneiges, dans la dameuse, elles ont même vu du gazole de près … et ont durée 10 ans smile
Enfin on ressort les skis larges pour la poudre, ils commençaient à s'ennuyer les pauvrets smile

Départ au plus proche, donc des Pradeaux cette après-midi, avec l'ancien Forez63, sous un soleil assez chaud mais dans le ciel des nuages gris prêts à l'avaler tout cru smile

Neige poudreuse humide et 20 cm de mesurés derrière l'auberge, et personne ou presque, une skieuse qui arrivait et un qui partait …smile

Nous avons pris le vallon puis sommes remontés sur le retour des pistes (très très juste une fois damée, la terre ressortait, 3 traces de skating dessus, pas plus) côté Ouest du barrage, et les avons suivis sur 1 km. Ensuite nous avons bifurqué à gauche pour remonter par des vallons sur les jasseries du Grand Fayevie, mais invisibles car noyées dans les plantations. Il y en a deux de bien retapées et une ruine. Elles sont situées dans le même alignement que celle du Grand Pré, sur sa droite quand on regarde le Sud et 100 m sous le retour des pistes.

Ensuite nous sommes remontés sur le plat de Fayevie au carrefour des pistes et avons continué tout droit dans les bois pour contourner le pont de la Fayolle (nous avons vu une skieuse) et replonger ensuite en lisière de la plantation des Allebasses et remonter par le vallon sous quelques petits flocons.

Dans les bois la neige était très agréable, bien poudreuse mais dans les éclaircies, le vent avait dû charrier un peu d'humidité et une très fine croûte gelée, cassait sous les skis, sans trop gêner la progression. 

Par contre en descente ça n'allait pas bien, les quelques virages tentés nous l'ont vite fait comprendresmile. Aussi la descente sur les jasseries de la Fayolle a été faite bien en appui sur les deux skis et en virant juste avec un léger demi chasse neige, il fallait caresser la matière avec douceursmile. Là, ça neigeait assez fort, un grésille qui fort heureusement nous venait dans le dos où sur la droite.

Après nous avons coupé les pistes de fond et piqué dans le pré dessous. Il a fallu traverser le ruisseau et les barbelés avant de remonter sur la ruine du Château près de laquelle nous avons vu des traces de skis larges, d'un bon skieur car il y avait 2 ou 3 beaux virages en pente moyenne mais normale vu la qualité de la neige.

Puis par le vallon du Bivouac mais en quittant vite le découvert pour les bois de droite, où l'on voyait sur nos skis les billes de polystyrène que formait cette super poudreuse, nous avons regagné le barrage Est et les Pradeaux en descendant par les traces raquettes de la piste principale, recouvertes d'un cm de poudre.  

Voilà, faut profiter tant que c'est là car sur le haut où le vent a bien soufflé la neige, comme au-dessus des jasseries de la Fayolle, on est passé par endroit sur 5 à 10 cm au mieux. 


Benbois, si c'est demain soir à partir du Béal, ça pourrait m'intéresser, si c'est possible bien sûr et ne gêne pas ton travail smile Si tu vois le message tu peux me contacter sinon pas de problème je m'y prend un peu tard smile
Modifié il y a 3 ans
Salut nordique à toi smile
Bonne route dans nos traces à toutes et tous smile
Il faudrait pouvoir changer de matériel suivant le terrain, avec, comme les coureurs cyclistes pros, une motoneige derrière soi qui te suit  … smilesmile
Plus sérieusement, c'est vrai que c'est une interrogation constante que le matériel à utiliser …smile
Pendant des années j'ai fait du ski de fond sur piste et quand ça portait je sortais des pistes. Puis est venue la raquette qui a permis d'aller découvrir les fonds de vallons, le longs des ruisseaux, là où les anciens skis de 210 cm étaient possible (tout est possible) mais totalement inadaptés et usant.
Je continuais à aller sur les pistes car la raquette manquait de glisse smile
Puis sont venus les skis de rando nordique. J'ai commencé par des Salomon.
A présent j'ai des S bound 112 mais montés avec des fixations NNN Fischer donc légères qui ne sont pas en adéquation avec les skis j'en conviens mais :
Je voulais des skis courts (170cm) pour passer dans les bois, qui possèdent assez de portance en poudreuse et des fixations qui permettent un bon déroulé du pied donc du pas alternatif "presque" comme avec des skis plus étroits. Et je passe avec là où je passe avec des raquettes, donc le but est atteint.
Et adapté au massif du Forez.
Par contre comme le souligne Gervais et notre bon N_75 smile, sur les plateaux quand c'est béton … smile
Donc j'avais encore des skis de skating, équipés de fixations de rando Salomon SNS, que j'utilisais dans ce cas mais c'est vrai que c'était un peu "sport" et ça use vite les chants des skis pas prévus pour cette utilisation.
Donc cette année j'ai acheté une paire de Fischer E99 en 180 cm, sans écaille, pour patiner quand les conditions le permettent. Car chez nous si la neige est transformé et qu'elle enfonce de 1 à 2 cm, c'est un pur bonheur de filer sans effort ou presque sur les plateaux comme vers Pierre Bazanne.
Mais bon cette année ils ne sont sortis qu'une fois et les conditions n'étaient pas très bonnes, j'ai juste pu les tester sur 2 km sur une piste damée.
Voilà pour moi smile
Modifié il y a 3 ans
Je pense que ce panneau est non conforme à la législation car on pourrait considérer en le voyant que :
Skieurs de rando nordique doivent aller sur les pistes damées donc payantes
Skieurs de rando alpine idem.
raquettistes idem
Marcheurs idem
Alors en mettant "espaces", c'est quoi un espace ???
Je connais le maire du Mont Dore, JF Dubourg, car c'est lui qui était parmi les examinateurs lors du pisteur nordique, c'est un "ancien" moniteur de ski donc un montagnard. Mais que peut-il faire face au carcan judiciaire …
C'est aberrant que l'on rende le maire responsable de tout, là où tout simplement le bon sens doit prévaloir.
Ce terrible drame montre quand même que les juristes sont les fossoyeurs de l'Humanité, smilec'est comme à l'armée où réfléchir c'est déjà désobéir, on formate l'humain afin qu'il n'ait plus aucun sens pratique, ne soit plus capable d'anticiper, de prévoir, même si tout ne l'est pas.
Beaucoup de gens qui vont au ski n'ont pas de pelle à neige dans leur voiture et s'étonnent s'ils sont coincés que les service de l'état ne soit pas là pour les déneiger immédiatement … "Je paye des impôts, c'est mon droit !" … Ben oui du con ! Mais là t'es dans la nature et mieux vaut avoir un bon sac à dos rempli opportunément qu'un portable dernier cri dans la poche et une Golden carte d'affaire …
J'ai vu ça il y a 5 ans, 1 km sous le col du Béal. Une congère de 40 cm et 30 m, 4 voitures arrêtées devant moi et les gars qui essayaient de déblayer avec les pieds smile… D'autres sont venus s'agglutiner derrière (tous pour aller à l'alpin à Chalmazel) … 
J'étais le seul à posséder non pas 1 mais 2 pelles à neige : je fus reçu comme le Messie smile
Dans les alpes on voit déblayer les voitures avec des pelles en plastique d'appartement, c'est fou où l'assistanat mène le monde smile
Le bon sens n'existe plus, les Enarques sont passés par là ! smile
Eh oui, ce que l'on pensait hier soir sous le mélange pluie/neige/grésille a bien fini par cristalliser comme on a pu le voir d'en bas ce matin, dans un ciel bleu juste parcouru de quelques nuages accrochés aux sommets foréziens..
cette après-midi, j'avais opté pour l'alpin à Chalmazel. Neige humide en bas et salie par la vieille transformée du dessous, mais plus haut bien. Puis les éléments se sont déchaînés avec de la neige/grésille et un fort vent en bourrasque et des passages accalmies/brouillard parfois.
Sur le haut juste sous Pierre-sur-Haute, ça a bien naturellement congéré dur, à ne pas mettre un skieur de rando dehors avant que ça se tasse un peu, mis à part pour les "brasseurs" de neige à défaut de houblon smile
Mais le plus étonnant, je n'y avais encore jamais été confronté en étant dessous, m'est arrivé en descendant la piste de Couzan. j'ai cru voir un flash très puissant. smileJe me suis arrêté en me demandant si je ne rêvais pas …smile
Ben non … dans la foulée une bonne craqué venu de tout en haut smilesmile, je n'avais pas rêvé c'était bien un éclair, confirmé ensuite car ils ont fermé le téléski de pierre-sur-Haute.
Quel drôle d'hiver quand même … Le bivouac pour l'aventure nordique aurait été très hard dans ces conditions bien "massif Central"
Mais bon, on devrait skier jusqu'au week-end prochain et si la météo se plante pas, la semaine d'après, vers 1400, ça devrait encore faire peut-être pour les 15 jours. Après, sans sous-couche …smile
Modifié il y a 3 ans