Tous les messages créés par forez

ce problème est le reflet de notre société où l'on fait croire à tout le monde à travers des photos "aguichantes" que tout est accessible.

Regardez le ski hors piste, à fond dans la poudre jusqu'aux genoux !

Combien de jeunes se lancent en voulant imiter ce qu'ils ont vu sans se poser la question de leur propre niveau ?

Le net n'arrange rien où des gugus sont tout contents de montrer des images fortes avec la caméra sur le casque et vas-y !
Parfois ils ne se rendent même pas compte de ce qu'ils ont fait et d'où ils ont réchappé.

Regardez autour d'une station de ski comme c'est tracé n'importe où.

Et le portable ? Il fait croire qu'avec un simple coup de fil on passe d'une tempête de neige à la chaleur d'un 4 étoiles grâce à des secouristes en hélico taillé comme des mister univers sortis d'alerte à Malibu.

Et le GPS ? C'est super bien mais quand il ne fonctionne plus ? Combien de fois j'ai entendu ça : "pas de problème j'ai mon GPS !"
Ben ma fois !

Le ski de rando nordique est un peu moins populaire, aussi on voit moins de chose comme celle que Régis a décrite.

Dans le Forez, nous avons beaucoup de personnes en snowkite, car les hauts plateaux s'y prêtent bien.
Si certains ont un bon sens montagnard et pour les surfeurs, prennent dans le sac à dos des raquettes au cas où le vent tombe ou tout autre problème, d'autres partent en surf la fleur au fusil.
Idem pour ceux qui font du kite en ski. Certains le font avec des skis de rando alpine et mettent des bâtons télescopiques dans le sac. D'autres avec des skis alpins et sans bâton, en disant que s'il n'y a plus de vent il suffit de patiner !

L'humilité et le bon sens terrien ont foutu le camp devant le "matuvisme" !

On consomme la nature comme un produit courant de bas étage, sacré Nom de D… ! :-x

Ceci dit, comme le souligne Robert, l'humilité sert également à se dire que même entraîné, expérimenté et équipé, l'on peut avoir un sacré coup de fringale, de fatigue, se perdre où se faire mal.
Modifié il y a 8 ans
L'accès aux pistes de ski nordiques est payant. Cette redevance finance en partie l'entretien des pistes et des bâtiments d'accueil.
Si vous utilisez les sentiers raquettes et piétons que nous balisons au départ de St François de Sales, vous n'avez pas à vous acquitter d'une redevance, puisque l'accès aux sentiers est gratuit.
Pour votre information, ce sont les skieurs qui financent le balisage l'entretien et le damage des circuits raquettes et piétons.Cordialement



C'est tout de même une réponse aussi vague qu'une bonne congère.

On en revient toujours à la même chose : les domaines nordiques disent que se sont les skieurs qui payent les sentiers piétons et raquettes. C'est vrai si l'on considére que les adeptes de ces pratiques sont demandeurs de circuits.

certains le sont mais combien ?

Combien vont marcher avec plaisir en raquettes dans des sentiers damés à la motoneige ou comme chez moi l'an dernier au col des Pradeaux avec un quad chenillé (super, 2 tranchées de 20 par 40 espacées de 80 cm, que du bonheur !). Ce jour-là j'étais en ski hors piste et j'étais écoeuré, surtout que ce parcours raquette venait d'être pondu par un pseudo pisteur qui n'arrive pas à avancer dans la neige sans un moteur sous le cul.

Les domaines nordiques (c'est de bonne guerre) devant les difficultés rencontrées, tentent de se reconvertir en domaine de pleine nature hivernale.

Quant au financement, la réponse à deux discours :

Au début il te dit que c'est la redevance qui finance en partie le traçage et balisage des pistes et à la fin il te dit que ce sont les skieurs qui financent les sentiers raquettes et piétons ( ??????????????) :roll:

La redevance perçue sur un domaine nordique ne suffit plus à en assurer le fonctionnement, et ça, depuis longtemps. Au début de la loi montagne dans l'idée de ses concepteurs, c'était prévu comme ça, mais dans les faits ça a coincé dur depuis.
Je crois que la Féclaz a été un des derniers domaine à arriver à s'auto-financer. Peut-être que les Saisies y arrivent encore ?

Chez moi, chaque saison les 3 communautés de communes avancent entre 20 000 et 25 000 € pour, en plus de la redevance perçue, arriver à retomber sur leurs pieds. Et encore, avec des arrangements tels du personnel mis à disposition puis repris à la commune s'il n'y a pas de neige, puis remis à disposition si elle revient…

Alors une somme pareil peut paraître faible en regard d'autres activités (piscine, salle de sport, terrain de sport…smile.
C'est l'argument que m'avançait un élu, auquel j'avais répondu que cette somme était à multiplier par minimum 4, car le ski, une grosse saison c'est 3 mois.
Donc il faut ramener le fonctionnement sur une année pour comparer par rapport au reste.
C'est ainsi qu'il y a deux saisons, nous avons ouvert le domaine des Crêtes du Forez 3 mois pour 20 000 €, donc 80 000 € pour une année.
L'an dernier seulement 2 mois, donc à multiplier par 6, soit 120 000 €.
Et cette saison… Ouille !

Bien sûr, on peut dire qu'il n'y a pas de dépense mais à contrario il n'y a pas de rentrées et les frais fixes sont là (assurance engins, bâtiments, salaires du responsable et d'une secrétaire…smile

Donc c'est vrai que tout le monde paye pour le ski de fond, même celui qui n'en fait pas et en plus, celui qui en fait repaye.

Mais c'est pareil pour une piscine: tu payes la piscine à travers tes impôts et tu repayes une entrée quand tu y vas.

Seulement la piscine, sauf évènement exceptionnel, tu es sûr d'y aller en janvier 2012, alors que le ski de fond ????? Nous verrons… :-P

Quant aux retombées économiques du ski de fond, pas besoin de chaussures de sécurité pour se protéger les doigts de pieds.
Pour certains domaines nordiques placés à côté d'un domaine alpin, c'est un complément (type Madalet au pied de Super-Besse) pour d'autres comme chez moi, les retombées économiques sont très très faibles.

La preuve, c'est que des sociétés privées gèrent des stations alpines (compagnie des Alpes, Rémy-loisir…smile aucune ne gère du ski de fond.

Au moins, l'avantage du ski de rando, c'est que l'on ne demande rien à la collectivité et on ne lui coûte pas mieux !
Modifié il y a 8 ans
Avec les liens que tu viens de nous proposer on en revient toujours au même problème :

Comment enrayer et éponger financièrement la chute de fréquentation du ski de fond sur piste et le coût de plus en plus élevé de l'entretien des pistes dû à une pression croissante des skieurs sportifs de plus en plus exigeants ?

La réponse pourrait être une question :
Comment faire revenir la clientèle de base (sans être péjoratif) non sportive au sens strict du terme, qui vient faire un petit tour et permet aux domaines de vivre ?

La réponse a été :

En trouvant de nouvelles sources de financement/ponction du client là où il est.


Le problème du ski de fond sur piste a été l'arrivée du skating et d'une clientèle qui n'a vu que par lui. Dès lors pistes larges voire très larges et traces de classique sur la bande d'arrêt d'urgence, bien à droite dans les arbres pour l'une et bien à gauche dans les branches pour l'autre. Entre les 2, le plan damé pour le skating.

Et les domaines nordiques se sont étonnés ou s'étonnent depuis une quinzaine d'années de perdre des clients. Mais ceux qui aimaient skier tranquillement sur une piste damée, côte à côte dans les traces de classique pour discuter en prenant l'air, ne se sont plus reconnus dans ce système, qui excluait toute convivialité au profit de l'aspect sportif uniquement du ski de fond.
De plus, comme cette clientèle a pris de l'âge, elle s'est souvent repliée sur la raquette, qui outre l'aspect conviviale, demande moins de technique, surtout en descente sur les neiges glacées.

Donc tout naturellement les domaines essayent ou ont essayé de récupérer sous des prétextes sécuritaires, de balisage, etc, la raquette à neige ou devrais-je dire la racket à neige.

J'étais encore au domaine nordique des Crêtes du Forez en tant que bénévole, quand le bureau pour la saison 05/06 a décidé d'instaurer le péage raquette. Je n'avais qu'un avis consultatif et j'ai voté contre, arguant qu'on allait se retrouver (ce qui s'est passé) sur le net dans les sites à éviter. Une contre publicité bien mal venue pour un domaine qui surnage comme beaucoup d'autre, et tout ça pour ramasser moins de 1000 € sur une saison qui avait été excellente en terme d'enneigement (+ de 3 mois à 1200 m).

Un bénéfice à moitié bouffé par des damages à la motoneige de pistes raquettes (c'est fou mais c'est comme ça !) en usant une ou deux courroies en neige fraîche.

Et bien sûr, à présent, les domaines voudraient faire payer les promeneurs à pied !

Et après ? Les chevreuils et les sangliers qui parfois "maugent" les pistes ?

Dans le post sur le ski de l'avenir (qui avait dérivé) dont tu fais référence Grandsteak, je parlais déjà des problèmes que je connais bien au sein du domaine nordique des Crêtes du Forez. Juste pour rappel des chiffres qui veulent tout dire :

En 90/91, 80 jours d'ouverture et plus de 24 000 journées ski avec une petite dameuse.

En 08/09, 97 jours d'ouverture et seulement 14 200 journées ski avec deux grosses dameuses et en ajoutant les chiens de traîneaux et la raquette.

La réponse des élus du bureau a été pour 09/10 : on achète un quad chenillé avec système de traçage.

Pour 10/11 : on achète deux autres dameuses supplémentaires.

Alors imaginez un peu, il faut trouver l'argent. Ca paraît fou mais c'est ainsi.

Pour cette saison, le domaine nordique des Crêtes du Forez a encore étendu ses pistes raquettes qui sont payantes plus ou moins, au bon vouloir ou à la tête du client. Un accompagnateur en moyenne montagne m'a même confié, un peu dépité : "ils me grignotent de plus en plus de terrain où j'emmène des gens".

J'ai quitté depuis l'an dernier le domaine nordique, n'acceptant pas cette politique de fuite en avant, d'expansion des aménagements, d'élite et de non respect des règles de transport sur neige en engin motorisé.

Cette dernière remarque m'ammène à éclaircir un point.
Sancho dit qu'au cas où tu aies un problème, il y a de grosse chance que ce soit le pisteur du domaine nordique d'où tu es parti qui va aller te chercher…

Je dirais oui et non.

En dehors des pistes définies et entretenues d'un domaine nordique, le personnel de celui-ci n'a pas le droit de circuler avec un engin motorisé. Chez moi certains cowboy ne s'en privent pas, malheureusement.

Dans le cas de secours ou recherche de personne, c'est la gendarmerie seule qui est habilitée à intervenir. Elle peut alors, si elle considère qu'elle en a besoin, faire appel au domaine nordique le plus proche en demandant son appui technique en moyen matériel et humain.
En Auvergne, nous sommes sous la juridiction du peloton de gendarmerie du Mont-Dore dans le massif du Sancy. Ce PGHM possède une motoneige et ces hommes ont autorité sur toute l'Auvergne dans le cadre du secours en montagne. Si on fait déplacer un hélico, se sont eux qui seront avec.


A part ça, je me suis un peu égaré, alors pour revenir à ton problème c'est une histoire d'interprétation :

Soit tu tombes sur un gars qui connaît le ski et qui voit que tu part en rando et que tu quitteras très vite la piste, soit tu tombes sur un imbécile.
Dans ce cas, dis-toi bien que le gars à l'entrée ne peut rien, n'ayant aucun pouvoir légale de police. C'est une des failles de la loi montagne. Tu n'entres pas dans un lieu clos mais sur des terrains très souvent appartenant à des privés où une délibération des communes s'est accordée le droit de percevoir (grâce à une loi)une redevance pour l'entretien de la neige (damage).

Egalement, pour la jouer fine si tu as toujours affaire à l'imbécile : compte tenu que tu es en ski de rando nordique, donc pour skier en classique, tu prends la piste damée pour le skate, comme cela tu n'utilises pas les rails pour l'alternatif, ou alors tu skis à côté de la piste. Tu peux également prendre les pistes raquettes.

En conclusion, c'est vrai qu'il faut mieux discuter et trouver un compromis. Pour ceux qui sont aux entrées des domaines nordiques la place n'est pas aisée.
Modifié il y a 8 ans
On en revient toujours à la même chose…

Le ski de fond sur piste ne fait plus recette, alors les gestionnaires tentent de racler large en proposant des circuits raquettes balisés. C'est bien dans l'esprit pour les personnes non averties qui veulent faire un tour.

Seulement ces sentiers ont été pris souvent sur l'espace naturel.

Certains sites ont ainsi pris tout l'espace de départ d'un col pratiquable en ski, car dire qu'il reste un accès libre alors que l'on sait pertinement qu'il est déneigé très souvent, c'est un peu se foutre du monde.

Et même si tu peux partir d'un site, un moment ou l'autre tu retombes sur des pistes damées… Soit tu les coupes, soit tu es obligés de les suivre car il n'y a pas d'autre possibilité (pente forte, forêt dense…smile

Alors ?

C'est à l'appréciation de chacun mais comme le ski de fond a besoin de "fonds", car ça coûte de plus en plus cher pour de moins en moins de rentrées "fraîches", les frictions ne font, à mon avis, que commencer…


Pour info :

J'ai trouvé ça sur les secours,sur un site avec Forum :

Jurisprudence gratuite secours
Auteur : Yves Ribault [1 post] 78.229.190.—
Date: 20/02/2011 10:25 [Edité: 20/02/2011 10:26]
La gratuite des secours en montagne s'applique dorénavant aussi en Tarentaise-Vanoise. Le TA de Grenoble vient de rendre un arrêt en date du 27.01 qui confirme que "le ski de randonnée ne constituant pas une activité sportive de ski de fond ou de ski alpin au sens des dispositions de l'article R.2321-6 du code des collectivités territoriales", les communes ne sont pas fondées à réclamer à la victime le remboursement des frais de secours héliporté. Pour plus ample information, me contacter.

www.skitour.fr/forum/read_169008.html
Modifié il y a 8 ans
Même dans les Alpes c'était dur. je suis stisfait quand même de mon séjour mais aux endroits bien exposés, la neige était sale, brunâtre et attention aux cailloux.

J'ai fait une virée d'une journée sur Val Thorens, eh bien à 10h00 du matin, à plus de 3000 m, sans bonnet et avec des petits gants. C'est pour dire …

Dans le Forez, je vois de ma fenêtre le côté sud-ouest du Mont Thiallier qui culmine à 1557 m. Il ne reste que des tâches. Peut-être un peu plus sur le côté nord mais avec le vent du sud ça doit être très mou et très irrégulier avec de bonnes portions à faire à "sec".

J'aperçois également une portion du suc de Pégrol à 4 km du col des Supeyres et 1479 m d'altitude. Il reste de la neige uniquement en lisière du bois de la vallée des Reblats. Jacou a dû y passer en allant sur Pierre-sur-Haute.

Juste au pied de ce suc il y a un half pipe naturel qui part sur le haut des jasseries de Pégrol… Nom de D…iou ! Je vous dis pas quand y'a de la neige comme les 2 dernières saisons, c'est du chocolat ultra noir à 99 % …

Je vois également le rocher de Peyre-Mayou (1542 m) à 1 km du col du Béal et 3 de Pierre-sur-Haute (1634 le maxi du massif). Il est un peu blanc.

Côté entre le col des Supeyres et celui des Pradeaux, je vois le suc de Montchaud à 1366 m, il est tout vert.

Sur la webcam de Chalmazel à 1460 m, le haut a l'air encore pas mal…

Mais bon c'est un peu cuit, ça souffle en rafales et sur le haut ça doit pleuvoir par moment.

Mais je le répète de chez moi à 500 m d'altitude je ne vois que le côté sud-ouest du massif de Forez, donc le moins à même de tenir la neige. Néanmoins avec le peu qu'il y avait et le temps très doux, ça ne pousse pas du tout à l'optimisme.

Pour le lien qui ne fonctionnait pas sur la webcam des Supeyres, désolé, tu l'as remis au "propre", merci.

Jacou je te suis sur le site Etat des pistes et vois que tu es comme moi un skieur touche à tout. Faudra que l'on se voit un jour.8-)

Sur notre site rando, un post parle d'un groupe de rando Auvergnat plus Sancy, mais c'est vrai que moi je suis plutôt côté ligérien. :-D

Mais ça n'empêche pas les deux bien sûr ! :-)
Modifié il y a 8 ans
Sympa la création d'un club rando nordique auvergne !

Vous acceptez ceux de l'auvergne de l'est ?

Ceux qui ont veillé sur vos ancêtres durant des décennies pour les défendre des invasions barbares de l'est ?

Pour la neige dans le Forez allez sur conditions de neige dans le massif.

A la revoyure les bougnats… :-) S^i S^i
Modifié il y a 8 ans
Mercredi 2 mars je suis allé skier en fond au col des Pradeaux (1200 m) sur le domaine nordique des Crêtes du Forez.

25 cm annoncés, autour de 15 réels. La neige était bonne mais c'est plus que limite.

Plus haut vers 1400 m, 45 cm annoncés, 25 sont bien payés.

Aujourd'hui vu d'en bas à 500 m d'altitude, la neige a changé de couleur, virant au marron clair. C'est la bruyère qui ressort dessous.

Donc si vous voulez en profiter faut pas trainer.

Mais pour la rando nordique ça devrait faire encore quelques jours.

Semaine prochaine à l'alpin dans les Alpes. skieur^^fou

C'est moins nature mais j'aime bien aussi.
Modifié il y a 8 ans
je suis allé skier aujourd'hui en alpin à la station de Chalmazel.

Pour y aller je dois franchir les monts du Forez pour basculer côté Loire, par un col qui est à 1390 m.

Il y avait là environ 20 bon cm de neige fraîche. :-D

Au bas des pistes de Chalmazel à 1110 m environ 15 cm de fraîche.


Le Forez a pris un peu de neige car c'était plutôt des retours d'est. J'ai été voir la webcam de Super Besse, à moins de 100 km à vol d'oiseau, ils n'ont pas pris grand chose au pied des pistes, à 1350m. Ca a même l'air plutôt humide.

Parfois c'est le contraire, quand ça vient de l'ouest c'est le Sancy qui ramasse plus.


Voilà, mercredi je vais sans doute retourner faire un tour de ski de fond ou rando, à voir. Je donnerai des nouvelles "fraîches". :lol:


S^i S^i S^i S^i ENFIN !
Modifié il y a 8 ans
Le gros problème du ski de fond c'est qu'il est en perte totale depuis 20 ans voire plus.

Pourquoi ?

J'ai tenté de donner une explication dans le sujet sur le ski de l'avenir, qui avait un peu dérapé sur l'aménagement des domaines nordiques. Je parle du domaine des Crêtes du Forez que je connais bien pour y avoir aidé bénévolement, mais que j'ai quitté à cause d'une main-mise des ultras sportifs sur lui et d'un manque de cohérence des investissements par rapport à la place du nordique sur piste dans la société actuelle.

A présent certains domaines pensent sortir la tête de l'eau avec les canons à neige.

Beaucoup de station d'alpin sont gérés par des sociétés privées importantes comme la compagnie des Alpes ou Rémy loisir.

Aucun domaine nordique est géré par des privés donc si le nordique gagnait de l'argent ça se saurait.

C'est l'argent du contribuable qui part dedans, parfois à bon escient si le domaine fait vivre des commerces autour et des emplois, mais assez souvent dans le vide.

Le ski de fond a été transformé en ski de fond de piste avec des engins de damage de plus en plus large.

Sans le faire exprès les domaines ont viré les skieurs promeneurs lambda au détriment des sportifs, toujours plus exigeant sur la qualité des pistes et la quantité. Le paysage passe au second plan.

Je ne pense pas que des canons à neige vont relancer le nordique. C'est déjà désagréable quand on skie en alpin sur de l'artificiel, on le sent sous les skis, rien à voir même avec de la neige naturelle aussi dure et glacée soit-elle.
Alors en fond ? Je n'ai jamais essayé mais franchement, ça ne me tente pas.

Et puis pour une activité très saisonnière qui peut au mieux se pratiquer raisonnablement dans les massifs typés nordique (Jura, Vosges, Massif-Central) sur 3 à 4 mois, il faut le reste de l'année se taper des canons sur les chemins de randonnée. C'est pas top du tout.

Certains pourront dire : "oui mais il y a des canons sur roues, les gros ventilateurs rond que l'on peut ramasser l'été".

C'est vrai. Seulement ces canons dit basse pression (par opposition avec les perches ou lampadaires qui fleurissent partout et qui sont des hautes pressions) fabriquent plus de neige mais en entretien sont très coûteux et demandent beaucoup de temps.

Comme on dit chez moi bounanu, c'est le moment que mon sommeil me dorme.
Modifié il y a 8 ans
C'est vrai que c'est un vaste sujet et malgré que l'on veuile se donner bonne conscience, il ne faut pas rêver et regarder la réalité en face :

Ecologie et économie ne font pas toujours/souvent , bon ménage.

S'il n'y avait pas la neige de culture, nombre de station cette saison n'auraient pas ouvert un seul jour.

S'il n'y avait pas le ski dans les Alpes et les Pyrénées en particulier, les villages auraient été désertés depuis longtemps et au lieu de valoir des millions d'€, les chalets traditionnels ne se vendraient pas mieux que des cercueuils à deux place.

Lorsque j'entends certains clamer que les stations doivent penser à un autre mode de développement en proposant d'autres activités que le ski en hiver je rigole !
Les gens vont à la montagne l'hiver pour le ski, si vous ne leur proposez que du VTT ou de la rando, vous diviserez le nombre par un chiffre élevé à la puissance "X" qui ne tiendrait pas sur une largeur de page.
Essayez, même avec le mois de janvier sec que nous avons eu, d'aller pédaler sur les chemins hivernaux que le gel et le dégel transforme en "merdier" sur 10 cm et vous m'en direz des nouvelles. j'ai essayé une fois chez moi, à la fonte de la neige d'aller pédaler en montagne (entre 1200 et 1600). Là où en été je passe sur le grand plateau à 30 km/h j'étais planté à moins de 10 km/h sur le petit plateau, les crampons du vélo garnis de terre de bruyère, les jambes et tout le corps crépis.
Donc l'hiver en montagne, soit c'est le ski soit c'est rien, mis à part pour les spécialistes. Mais chacun sait que ce qui fait vivre la montagne d'hiver c'est le grand public.
Depuis une dizaine d'années d'ailleurs, la montagne l'été fait très difficilement recette.

Loin de moi de vouloir faire l'apologie de la neige de culture, mais force est de constater qu'elle permet à nombre de gens de gagner leur vie.

Par contre il est vrai qu'il faut être vigilant pour ne pas basculer dans le tout neige de culture et là il serait temps peut-être que les pouvoirs publics prennent des résolutions en limitant cette explosion du tout artificielle.

Avec la saison que nous connaissons, vous verrez que c'est là où les stations investiront le plus cette été.

Garantir le ski !

Oui mais à quel prix et jusqu'où ?

Actuellement beaucoup d'entre elles tentent de séduire cette fameuse clientèle étrangère au fort pouvoir d'achat.
Et la garantie de skier est un paramètre important dans ce "défi".

Mais je crois que pour ceux qui ont vraiment du pognon, dans un proche avenir, les destinations chic seront plutôt les pays de l'ex URSS et surtout la Chine.
Imaginez un gus qui dit "nous revenons de Courchevel…" à un autre qui lui répondra "Ah bon ? On y va plus depuis longtemps, nous préférons passer le jour de l'an sur les pistes de "X", en Chine.


Pour revenir à la neige artificielle c'est vrai qu'elle pose des problèmes car elle fond moins vite du fait de sa structure plus compacte.
Quand on dame une piste, c'est une action mécanique qui consiste à casser les dentrites des cristaux de neige afin de transformer la neige en grains ronds qui s'agglomèrent mieux et chassent l'air de la couche.
Au fur et à mesure du passage des engins c'est ce que l'on cherche à obtenir, un manteau neigeux le plus compacte possible afin qu'il résiste le mieux possible à l'abrasion.
La neige de culture comme un post l'explique plus haut est bien là en début de saison pour servir d'accroche à la neige naturelle et ne pas en perdre une "miette" par contact avec un sol pas toujours froid.
C'est la sous-couche indispensable.

Le gros problème des retenues collinéaires, c'est leur impact paysager. En effet, un grand bassin entouré (obligatoire pour la sécurité) d'un grillage, le tout planté en hauteur (c'est plus facile de mettre de la pression naturelle par gravité)n'est pas à proprement parlé un embellissement du paysage montagnard.
C'est vrai qu'à Super Besse, grâce au lac, l'eau ne manque pas pour la neige de culture. Par contre, pour alimenter les plus de 300 canons à neige sur 400 à 500 m de dénivellé, il faut des pompes super puissantes. D'ailleurs, une seconde pompe doiit être installée pour redonner du "whist" au carburant eau.
Et les pompes ça consomme !

Tout ceci coûte très cher et cette fuite en avant, jusqu'où va-t-elle aller ?

Il y a environ 5 ans, sur un article du journal de l'Eveil de la Haute-Loire, ils parlaient d'installer dans la petite station des Estables (Mezenc, non loin des sources de la Loire) 8 enneigeurs pour un coût de 1 M €.

La station de Chastreix dans le Sancy, juste à Côté de Super Besse, s'est dotée d'un réseau de neige de culture…
Actuellement ils ont juste 2 pistes verte d'ouvertes en pleine période de vacances.

Je ne voudrais pas être à la place des élus de montagne obligés de choisir entre maintien d'une activité donc de personnes sur leur commune et considération écologique.

Mais c'est vrai comme le souligne mush69 que c'est aberrant d'enlever la neige dès la fermeture de la saison et là on touche au domaine de l'argent, car des skieurs en rando comme nous ou des chiens de traîneaux, ça ne rapporte guère/rien, alors on les traite par-dessus l'épaule.

Il y a deux ans lors des championnats du monde d'alpin de Val d'Isère, le constructeur Italien Prinoth avait équipé ces dameuses de lame sans dent dessous…
Pourquoi ?
Tout simplement pour pouvoir enlever de sur les pistes la neige naturelle tombée, car en compétition aujourd'hui, on skie sur du béton.
En novembre on fabrique de la neige et quand il y en a on l'enlève.
C'est un monde de fou !
Modifié il y a 8 ans