Tous les messages créés par forez

Ca bouge, ça bouge sur notre Forez à ce que je vois … notre ami Leucos veut re goûter au joie du bivouac forézien ! :-D

Moi aussi j'ai fait mon tour toujours au plus près pour l'instant, par encore dans le haut Forez, mais juste au sud des Pradeaux.

j'avais amené les 2 paires de skis, rando et skating équipé de fix rando, puis j'ai pris les premiers car la neige portait entre 1100 et 1200 m mais …

Bien m'en a pris, sinon ça aurait été galère.

Le temps était plus frais que mercredi dernier. Pas beaucoup de voiture au parking vers 13h45 mais beaucoup de trace de raquettes, c'est vraiment le sport roi du hors piste.

Une fine couche de poudre de 2 cm sur de la neige qui portait bien en "face" sud/ouest, là où le dégel avait été le plus important, ailleurs, attention … :-?

Descente du pré à gauche de Chougoirand, magique !!! skieur^^fou o^k

Par contre je suis descendu un peu bas, sur Rouffix et là, la petite couche de poudre avait dû être un peu humide car il n'y avait plus rien. De plus la piste en direction du siège de la Reine avait été fréquenté par un 4X4 et une moto qui avait galéré pas mal et un tracteur forestier était remonté par un chemin.
Je pensais m'en débarrasser en plongeant sur Rouffix mais le tracteur avait choisi la même option alors … :-?

Il a fallu biaiser et descendre le plus pentu à travers bois, au milieu des branches et des tas de neige gelée tombée des arbres lors du redoux. Exercice périlleux … :-(
Sur la fin j'ai repris un peu les traces du tracteur quand ça pend moins, mais ça filait comme c'était gelée.

La remontée par les berges de la Ligonne était mieux puis aux Pradeaux je n'ai pas résisté à aller me faire la der sur la bosse au-dessus de l'auberge exposée sud/sud/ouest donc en théorie bonne … et … je n'ai pas été déçu … 8-) :-P
Une bonne descente au soleil couchant avec vue sur le Puy-de-Dôme, le Sancy et le Cantal dans un embrasement nébuleux de nuages gris bleu, c'était pas mal. :-D
Modifié il y a 5 ans
T'as bien raison Jacou, moi aussi je vais au plus près, les Pradeaux c'est 15 km, on verra plus tard suivant la neige pour aller ailleurs … dans le Forez. Quoique, il faudrait quand même que je m'expatrie un peu … :-D

Très beau temps hier, trop beau même pour la neige avec depuis mardi une belle inversion des températures. En 1 journée on a vu d’en bas les sapins du haut perdre toute leur neige. :-?
8° à 14h00 aux Pradeaux. Première ballade côté du barrage jusque sur le plateau, la tête des téléskis de Prabouré, avec une neige très changeante.

Assez dure dans les traces de raquettes du départ (il y en a de plus en plus) puis à certains endroits la neige tenait, à d’autres la croûte cassait et encore à d’autres, le long de lisières exposées nord, elle était poudreuse, mais n’enfonçait pas trop, donc on pouvait faire de bons virages.

Mais comme en 10 m ça pouvait changer, c’était assez hard. Il faut un peu connaître le terrain dessous, car les endroits où c’est de la bruyère, ça enfonce, alors que ceux où c’est de la pâture, la neige s’est plus tassée par l’effet mécanique, a mieux chassée l’air des couches.

J'étais avec mon père et nous avons vu des traces de ski le long du barrage, puis dans le vallon qui remonte de la piste de la Fayolle jusque entre l'angle de la plantation et la tête des téléskis de Prabouré.

A 17h15, encore 3° à 1200 m. Le vent était au nord, un léger frais mais sans bonnet ça passait bien, même quand on est comme moi, un peu sinistré de la « tuilagne », comme l’on dit, du toit pour traduire en français ou des cheveux pour être encore plus explicite. :lol:

Au départ par contre par la piste du barrage il y a des traces de quand qui sont celles des exploitants du barrage. Elles quittent vite la piste principale du barrage pour monter par les réservoirs et revenir ensuite par la gauche sur le barrage.
En effet, il y a une barrière juste avant la maison de l’ex gardien, au nez du barrage et ils ne doivent pas posséder la clé du cadenas (elle ne devait pas être comprise dans la cession de l’activité), alors ils font le tour, malheureusement pour nous.
Mais ce n’est pas de la promenade mais du travail.
Modifié il y a 5 ans
Un petit tour jeudi sous le soleil au sud des Pradeaux et ce matin également mais sous les alternances de chutes de neige et de timide soleil. Mais il faut en profiter quand on peut aller là-bas car l'enneigement sur le piste qui mène au Siège de la Reine à certains endroits n'atteignait que les 15 cm bien payés.

Sinon au départ des Pradeaux dans le pré dédié à la luge, une petite cinquantaine. Le givre de dimanche dernier qui avait déposé une couche d'un cm environ tenait un peu mieux. Dessus 5 à 7 cm de fraîche roulée par le vent.

Mercredi on voyait sous la couche craquante la neige qui commençait à faire des gobelets., du vrai sucre en poudre, à ne pouvoir en faire une boule.
Mais il fallait quand même faire très attention à ne pas prendre des appuis trop sévère, la neige s'était tassée, la croûte un peu renforcée, mais …
sinon c'était la chute …
La première de l'année dans le pré sous Chougoirand, juste au-dessus du col du même nom et de la route qui vient de Molhac.

Je suis allé jusqu'à Rouffix, c'était très bon, neige douce qui enfonçait peu. J'ai même pu skier sur la route de Molhac, pas encore dégagée. Le vent était au nord et assez froid. Comme disent les Québécois, "ça faisait la poudrerie !", la neige soufflée se soulevait.

Jacou et son appareil phot aurait été là et on n'était pas encore rentré, car les nuages, gris, bleu, noir, les averses de neige, un zest de soleil, le givre sur les grandes herbes et les clôtures, les dentelles de neige sur les arbres et les hameaux blottis dans cette écrin avec juste les cheminées qui laissaient échapper leur volutes de fumée, mon Dieu, c'était … S^i 8-)
:-P

Je vois que Benbois a déjà joué les "couchefroid" ! Par - 17°, chapeau ou bonnet bas … :-o
Modifié il y a 5 ans
Ca en fait des choses chez l'Auvergnat qui skie … :-D

Paul-André, je t'ai loupé quand t'es venu à Ambert, je ne l'ai su que plus tard, mais ce n'est que spatule remise à plus tard … :-)

C'est vrai que la rando c'est un état d'esprit, car accepter de brasser de la neige pour se taper parfois juste une ch'tite descente, faut vraiment avoir envie de vivre en contemplatif … Mais quel bonheur de voir cette nature recroquevillée dans un silence d'ouate … 8-)

Alors je vais tâcher cette saison de sortir un peu de mes charentaises foréziennes pour aller explorer la planète auvergne que j'ai vue il y a bien longtemps avec un dossard sur le dos … très longtemps même … :-?

je m'en aperçois surtout quand je me regarde dans la glace ! :lol:

Pour Praenton (je dois écorcher, désolé) le bivouac forézien c'est quand tu veux … :-)
Modifié il y a 5 ans
Bon, ben on va devoir aller te voir dans ton exil, loin de nos superbes montagnes foréziennes, les plus belles du monde, où le vent du nord a des senteurs épicées de fourme et d'airelles … le froid en plus et l'odeur en moins :lol:

Bonne saison Damien dans ces belles montagnes de l'Aubrac et au plaisir ! ;-)
Modifié il y a 5 ans
2 belles sorties à ski à partir des Pradeaux sur le côté sud vers Chougoirand, Molhac, les vallons du ruisseau la Ligonne … 8-)
Le samedi après-midi, la neige était poudreuse mais ne brassait pas trop, je pensais qu’il en était tombée plus. Mais comme elle était tombée au départ relativement lourde, on peut le comprendre. De plus le sol n’étant pas gelé … Je dirais de l’ordre de 40 cm dans le pré au départ sous la route qui va à Saint-Anthème, là où on fait de la luge.
Après, selon les caprices du vent et de l’eau, des endroits à 2 m d’autres à 5 cm … avec l’eau qui ressort …
Le dimanche matin, changement de décor, une faible bruine avait déposé une couche glacée d’un petit centimètre, ce qui fait que hors trace ça cassait désagréablement et dans les traces de la veille, ça reculait … Mis à part dans les bois qui avaient protégé la neige de ce givre.
Sinon, les deux fois, pas très froid, avec un peu plus de vent du nord dimanche.
Mais bon, même si c’est venu un peu vite et très brutalement (arbres en feuilles, donc beaucoup de casse) ça ventile le corps et l’esprit ! :-D
La saison commence, à voir si elle se poursuit bien pour le ski ! :-?
Modifié il y a 5 ans
1ère sortie en raquette du col des Pradeaux. :-D

10 à 20 cm, mis à part des endroits où l’eau ressort, dans ce cas c’est 0 cm…

Le sol est très gorgé d’eau et le peu de jours de gel n’ont pas préparé un terrain idéal pour la neige.

Sous le barrage, les arbres étaient encore couverts de neige, mais plus haut, sur le plateau et jusqu’aux 4 rochers, ils avaient déchargé la neige.

Montée à la Tuile par le vallon au-dessus du barrage et du petit pont, là où nous avions bivouaqué avec Jacou et les collègues nordiques de Lyon.

Une très grosse suée, avec les raquettes qui s’enfonçaient dans des trous, les mottes d’herbes branlantes, comme c’est le cas sans sous-couche et dans des endroits très marécageux et les bâtons qui tentaient d’hisser le bonhomme vers le haut.

Traces de 4X4 sur la piste Prabouré/les Pradeaux et de skis de fond en classique. Grimpée aux 4 Rochers et retour.

Le tout pour s’apercevoir que la raquette c’est plus physique que la rando nordique. :-(

La météo annonce de la neige, alors on verra si ça veut le faire ou si le pétard sera mouillé … :oops:
Modifié il y a 5 ans
Très intéressant tout cela … :-D
Dans le premier article, on parle de Gallet, je présume qu'il s'agit de Pierre, qui fut un des piliers de l'ANCESF. je crois qu'il était prof de gym de son état et avait une approche très "pédagogique" du ski de fond mais peut-être un peu trop puriste pour le grand public, comme on peut le lire dans le second article.
En effet, on y lit qu'au delà du ski, c'est l'aspect culturel, comme dans les Pays Nordiques.
L'ANCESF ne voyait que par les skis à farter, très difficile à appréhender pour le grand public, car si le fartage permet/oblige à connaître la neige, l'apprentissage très empirique , demande du temps, de la disponibilité, de bons conseils et d'habiter proche de la neige.
Malgré tout sa fonctionnait dans les années 70 et 80. Impressionnant de voir ces skieurs qui reculaient ou bottaient et qui revenaient quand même …
Mais pour les foyers locaux, dur, dur … En effet, je me souviens de séances de défartage de skis à grande échelle au foyer de fond des Pradeaux-Grandrifs dans le Forez. On y passait beaucoup de temps, car lors de fartage poussette, une couche de plus et les skis repartaient, mais en cas de fart en tube, bonjour les dégâts …
Puis le pas de patineur est venu, avec une clientèle débarqué du cyclisme et qui avant était réticente à cause du fartage, mais une clientèle beaucoup plus sportive, pour qui l'aspect culturel passait après l'aspect dépassement de soi et compétition.
Comme le dit fort justement notre ami Jacou, le ski de fond sur piste de maintenant, c'est de l'athlétisme.
Je crois que la comparaison est relativement juste et c'est pourquoi le ski de fond sur piste a tant perdu de pratiquants. Imaginons que du jour au lendemain, les nombreux adeptes de la course à pied se retrouvent à tourner autour d'un stade et l'on divise leur nombre par X à la puissance X …
Comme il est dit dans le second article à demi mot, le ski de fond n'est pas vraiment un ski marchand, à l'image de la course à pied ou de la randonnée pédestre et le sur-aménagement des "stades" de fond a conservé les sportifs qui veulent des pistes damées "au laser" et laissé dans l'expectative les pratiquants occasionnels qui ne comprennent plus pourquoi ils doivent payer un "jambon beurre" au prix d'un" repas de noce", alors que leur désir se situe entre les deux, au niveau d'un "repas d'auberge type casse-croûte".

Et le développement de la raquette et du ski de randonnée pour les plus téméraires est le reflet de la recherche d'autre chose plus proche de la nature, plus éloigné de l'autoroute des neiges, un peu le sentier monotrace du randonneur pédestre qui n'apprécie guère la route forestière où des VTT l'y double à vitesse grand V.
Et le fondeur de "base" dans sa trace de classique bien à droite sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute des neiges a la même sensation de prendre des courants d'air quand un skateur le double.

Donc ces deux articles nous montrent un peu que le virage du passage d'une discipline confidentiel à une activité grand public n'est pas toujours facile à négocier, on l'a vu encore avec le VTT, qui patine depuis quelques années, alors que l'alpin, quoi que l'on dise ou pense, que l'on soit pour ou contre, est toujours là, générant de l'activité et des emplois.
Et à la fin, dans le développement d'une activité "touristique", l'aspect financier, donc créateur de richesse et d'emploi est celui qui demeure, loin devant l'aspect culturel, certes très respectable mais moins à même de faire vivre le bonhomme.

Modifié il y a 6 ans
Bienvenue à toi au royaume du talon libre en montée comme en descente. :-D 8-)

Le site est un peu déserté en fin de saison mais c’est juste le repos du guerrier nordique, en attendant le retour du Grand blanc, mais rien ne presse, à chaque saison suffit sa peine, et surtout à chaque saison son activité pourvu que ce soit dans la nature … :-D
Modifié il y a 6 ans
Il y en a qui se comportent toujours comme des consommateurs, sans aucun état d'esprit montagne, où le partage et l'humilité se doivent d'être, il me semble, les maîtres mots.

Ils consomment de la nature comme un repas au resto, c'est à l'image du monde d'aujourd'hui, malheureusement … :-?
Modifié il y a 6 ans