N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par forez

Eh oui comme vient de le dire forez63, hier après-midi nous sommes partis des Pradeaux par le chemin du réservoir. En bas la pluie avait pris la suite de la neige. Là, 0°, ça neigeotait, mais la neige était humide, déjà plus dense que samedi, elle s'était tassée par effet mécanique ajouté à cette bruine neigeuse qui tombait. Dans les traces de raquettes de la veille ça allait bien et en dehors ça n'enfonçait pas trop. Nous sommes allés à la Tuile et là, c'était limite à coller sur une neige plus sèche. Nous avons contourné le Rocher Y par l'EST pour filer sur la Frétisse sous un soleil qui avait réussi à percer. En pente SUD, ça enfonçait pratiquement pas,sauf à quelques rares endroits où ça craquait d'un coup jusqu'au genoux.smile 
De la Frétisse nous sommes remontés au hasard dans les bois et sommes passés sous le Rocher Y côté SUD/OUEST, sous une bonne averses de neige pleine face car poussée par un bon vent de NORD. Du coup ça collait à nouveau, il fallait tenter de faire glisser au maxi. 
De là, en laissant les jasseries des Mortes sur notre gauche, nous avons rejoint le carrefour juste au-dessus et avons pris à gauche la piste du réservoir et retrouvé nos traces.  Au retour elles étaient légèrement durci par le regel (-1° au retour vers 17h00) . 
A découvert, on risque de trouver à présent une légère croûte qui peut craquer pas très agréablement sous le ski et gêner l'accroche. Le salut dans ce cas sera dans le bois … A voir smile

Sur le journal de Dimanche, un article parle d'une femme qui a passé la nuit dans sa voiture. Elle est partie vendredi soir de Valcivières par les Supeyres … Et bien sûr, la gendarmerie dit qu'il ne faut pas prendre la route en cas de neige annoncée, au lieu de dire :" dans le Forez, par temps de neige, évitez les cols des Supeyres et du Béal, prenez ceux de la Loge et des Pradeaux, moins haut et mieux dégagés". D'ailleurs, si vous ne le saviez pas, l'article titre : "suite aux importantes chutes de neige sur les hauteurs du Livradois …" Rien à faire, vu de Clermont, et ce n'est pas la 1ère fois, la montagne s'arrête au Livradois, le Forez c'est un autre monde smile 

Donc les Supeyres à 1365 m d'altitude sont dans le Livradois qui culmine à 1220 m, 18 km à l'Ouest, CQFD smile
Modifié il y a 1 an
Ca en a posé un peu, 40 cm mesurés sur la route du barrage des Pradeaux, avec dessous les 5 à 10 cm de vieille smile Route enneigée et pas très bonne à partir de 700 m environ, et pourtant c'est un axe principal, donc les Supeyres ou le Béal … Enfin, chacun voit midi à sa spatule smile En plaine, la neige ne tient pas.  
Ca soufflait pas mal, même aux Pradeaux où l'on est relativement protégé, donc sur les crêtes les chires neigeuses étaient de sortie smileDans ce cas-là, je bénis du fond du coeur les raquettes. Ils s'étaient enfoncer d'une vingtaine de cm. Donc j'ai suivi jusqu'au barrage puis compte tenu qu'ils avaient viré à droite juste après la maison du gardien (enfin il n'y a plus de gardien depuis belle lurette) j'ai suivi jusqu'au carrefour des Ronzières. Là j'ai tenté sur 20 m pour voir en direction de la Tuile, mais j'ai vite compris. Du crève Chrétien comme on dit, mais ça vous aurez aussi crevé un Athée, un Boudhiste, un Musulman, un Fillioniste, un Protestant, un Mélenchoniste ou Hollandiste, un Mormont comme un Vivant, un Macronien comme un Cro-Magnon … smile
Donc du coup je suis monté aux Ronzières par le bois, mais bien à l'intérieur pour moins brasser, car la neige a bien pénétré en lisière intérieure grâce au vent. Je me suis fait la descente jusqu'au parking. C'était extra, sur le haut ça manquait de glisse mais sur la bonne pente avant le tertre, super smile les virages en télémark dans cette neige, le genoux fouettait la poudre, fabuleux smile
Après, je suis remonté sur le barrage et je suis allé me faire plein de descentes, utilisant les traces de raquettes pour monter : sous les piles du barrage, des deux côtés et dans le bois qui est à droite de la maison du gardien, entre le barrage donc et le chemin du réservoir qui débouche au carrefour des Ronzières. Je n'y avait jamais posé les spatules eh bien ! ça vaut le coup dans des neiges comme celle-là. Il y a une bonne pente pour retomber sur la route qui monte au barrage et le bois est assez clair. Donc à retenir smile
Du coup pas un grand rayon d'action mais du plaisir à l'état pur à défaut de découvrir du paysage smile
Modifié il y a 1 an
stofdefou
je suppose que tu fais allusion au racloir Kuzmin.
Oui je pense que c'est de çà que les gars parlaient, je n'en ai jamais vu pour ma part.
Gedryg
un "vrai" fer à farter ( température plus stable, moins de risque pour la semelle, le fart qui fond plus régulièrement donc plus facile à répartir, une moindre consommation de fart <- semelle du fer alvéolée )
une brosse rotative à utiliser avec une perceuse sans fil ( gain de temps et d'énergie, cela n'empêche pas un dernier brossage à la main avec une brosse très fine )
un support 3 points comme en alpin qui évite au ski de se déformer lorsque l'on racle un fart un peu dur notamment ( serrage sur le point central uniquement )

un investissement qui devrait éviter que ces séances de fartage ne soient des corvées 


farter les écailles se fait sans trop de difficultés en posant un papier absorbant sur le fart encore chaud déposé sur les écailles, un petit coup de brosse rotative et c'est quasi nickel ( avec un fart tendre ), rien n'interdit pour un fini ultime de finir de dégager le fond des écailles avec un cure-dent en bois ( ce qui va finalement assez vite ! )

Ouha ! smile Mais c'est un fartage de compétition que tu nous fais là smile … Boudiou ! Moi je me casse moins la tête, c'est que du ski de rando smile C'est vrai que c'est mieux de bien glisser mais bon, tant que ça avance un peu smile
Modifié il y a 1 an
Zipounet … Ca me rappelle fripounet mais je ne sais plus ce que c'était dans les années 60, un journal BD je crois …
Enfin, c'est pas grave, bienvenue à toi dans le temple littéraire de la glisse, les vrais Immortels sont ici ! Parfois ils ont autre chose que l'aka de démit, smilemais ça skie ! smile
Bon, moi les normes 75 je les ai abandonnées depuis la fin des années 70, en 78 je crois, avec les fameuses chaussures Viking smile, désolé … J'ai des NNN sur des S Bound 112, je sais ça fait bondir tout le monde … smile
Hello N_75, do you speak english tapo my boy ? Your taylor is rich or not rich ? smile
Modifié il y a 1 an
Sortie raquettes cette fois avec forez63 cette après-midi à partir du croisement du hameau du Suc à 500 m des Pradeaux.  Bien dégagé à mi-pente mais en haut temps couvert, brume, + 2°. 3 à 5 cm de fraîche mais le reste avait bien ramassé, surtout dans le chemin qui monte sur le relais antenne où nous étions passés samedi dernier à ski. Là c'était un élevage de pierres smilesmile Sinon neige un peu collante et qui craquait assez facilement.
Nous sommes partis donc par l'antenne puis le bois du Clovis pour ensuite plonger dans la vallée de l'Enfer, assez bas, pour remonter ensuite au mieux le long du ruisseau. Mais c'est très difficile et encore étions-nous en raquettes. Il a fallu user de l'habituelle scie à élaguer pour pouvoir se glisser sous un arbre et plus haut carrément du coupe-coupe que j'avais pris le soin d'emmener. Ca s'est mis à neiger et sur la voiture il y en avait 2 cm environ avec un 0°. La route était enneigée sur à peu près 4 km.
Voilà pour les nouvelles du front comme dirait N_75 smile
Modifié il y a 1 an
Après-midi à ne pas rater sur le Forez ! <3 Avec forez63 et Jacou, nous sommes partis des Pradeaux, sous le soleil, avec une T° de -2°, sans vent et dans 7 à 10 cm de fraîche, magique, qui recouvrait la vieille neige et redonnait au paysage toute sa splendeur hivernale avec des arbres guirlandés comme des sapins de Noël smile Elle était tombée sans vent, ça devait ressembler à celle que l'on voit dans les contes de Noël, silence feutré et chute ouatée … Que du bonheur … smile
Par le départ des pistes de raquettes, dans le sillage d'une pulka dont nous retrouverons à maintes reprises les traces, nous avons longé le barrage par le retour des pistes de fond étonnement non damées smile ???? Pourtant le syndicat avait énormément communiqué sur sa nouvelle dameuse à 120 000 €, son remodelage des pistes … smile ???  Mais baste, pas notre problème, mis à part que ce sont nos impôts qui décampent smile
Ensuite nous avons remonté le vallon de Marcel en laissant le grand Pré de Fayevie sur notre droite et avons rejoint les jasseries du même nom, avant de rebasculer par la piste de ski de fond sur le pont de la Fayolle. Des traces de ski de classique, d'autres plus "compliquées" d'un skateur courageux et nous avons suivi tout cela jusqu'au bois du Coin, où il y avait plus de traces de skate qui avaient bien brassé … Je ne sais pas s'ils avaient déjà acheté leur carte annuelle pour le traçage ??? smile 
Notre pulkaiste avait coupé la piste pour s'enfiler en direction de la ruine du Château. Nous, nous sommes remontés sur la Tuile, et juste avant comme je l'avais fait la veille, nous avons pris à droite dans le haut du vallon du Bivouac. Mais là rien à voir, on voyait que mes traces avaient été plus laborieuses, plus cassées. Aujourd'hui et même si c'était le passage où ça pouvait enfoncer à peine plus de toute la randonnée, c'était très bon. D'ailleurs la veille dans le CR de ma sortie j'ai commis une grosse erreur, smileen disant avoir coupé des branches le long de la lisière de droite. smileje me suis vu le faire comme si je regardais la télé et non pas comme si j'étais en train de le faire, donc c'est la lisière de gauche qu'il faut suivre smile
De là retour classique par le barrage puis le chemin dessous avec une merveilleuse mais très/trop courte descente sur le fond des piles. Ca virait tout seul, on pouvait godiller tels des Dieux Nordiques ! smilesmile
- 3 ° au retour, alors que dans le pré de la luge, face à notre parking, on voyait les volutes de brume monter du ruisseau. Jacou doit mettre des photos compromettantes sur cette super sortie smile
Modifié il y a 1 an
Avec le lessivage, la sortie du dimanche matin avait été reportée au lundi après-midi, mais avec quelques doutes en voyant les webcam et la pluie qui tombait encore assez drue en bas. Puis vers 13h00, sur la webcam du conseil général posée aux Pradeaux, on distinguait nettement des petites pâtes fines de neige. La météo avait pronostiqué très juste smile avec une limite pluie neige annoncée vers 1200/1400 m. ) . L'avantage des webcam sur les routes c'est qu'elles sont actualisées normalement toutes les minutes, alors que celles de Prabouré par exemple l'est toutes les heures. Déjà ce matin vers 8h, la webcam de la route montant à SuperBesse montrait 5 cm de neige fraîche environ, ensuite ça a lessivé. 
4° en partant d'Ambert et 0 tout rond aux Pradeaux avec ces petites averses de neige. Pas trop de vent au col. Je suis parti par la piste du barrage, toute défoncée par le 4X4 qui monte entretenir l'édifice mais qui est quand même une piste raquette payante, balisée et sécurisée.smile Au départ il faut être très vigilent sur les cailloux. Puis j'ai pris la piste du réservoir. Là également, à éviter en descente. La neige était correcte au milieu, il fallait juste éviter de part et d'autre, les passages de roues gorgés d'eau. Après je suis passé au-dessus des jasseries des Mortes et suis monté par le chemin au rocher Y, car en dehors la végétation est tellement haute que ça brassait. A partir du bas du rocher la neige commençait à être pas mal du tout. Il y en avait 1 cm sur la vieille qui n'était pas transformée comme une neige de printemps à gros grains, accrochait bien et glissait petitement mais mieux que ce que je pensais trouver.
Sur le haut le vent prenait un peu plus mais rien de méchant. Par contre  je n'aurais pas voulu être sur les crêtes entre les Supeyres et le Béal. Le temps était bien bouché et ça neigeotait de temps à autre.
Compte tenu de son orientation N/E, je suis allé prendre le vallon vers la Tuile et qui retombe à la route de Prabouré. Au départ il y a une jasserie qui a été restauré et j'ai vu une pancarte indiquant "jasserie refuge de la Tuile". La même pancarte est au bois du Coin. Le choix du vallon s'est avéré bon, car la descente dans le premier pré était excellente.smile A mi-pente, juste après ce premier tronçon, il y a des barbelés de favilloux et d'années en années le passage devient délicat, surtout par faible enneigement. Donc là j'ai tiré tout à droite au niveau d'une ruine, à travers un bois de haute futaie pour voir. Il y a une langue dégagée qui redescend, puis à nouveau du bois et on retombe vers les jasseries, pour entamer le dernier tronçon jusqu'à la route, où la barrière à neige habituelle en filet vert n'a pas été posée. Le passage n'est pas mal, mieux en tous cas que les favilloux.
Ensuite 200 m le long de la route puis à gauche dans le pré des deux chalets jusqu'à la ruine. Là ça montait tout droit en bottant légèrement. Puis j'ai pris à gauche le chemin parallèle à la route forestière montant de Prabouré, piste de ski de fond, qui la rejoint à 100 m du bois du Coin. 
De là, direction la Tuile, puis 200 m avant, à droite par le vallon qui rejoint celui du bivouac. J'ai pris le temps d'élaguer quelques favilloux et d'ébrancher 2 petits résineux couchés en travers, pour libérer le passage bien à droite le long de la lisière du bois. Ensuite le barrage, le chemin dessous pour éviter la route défoncée et la voiture avec un -1° de bon augure en repartant. La petite descente entre la maison du gardien et le fond du barrage était extra bonne.smile
Donc une bonne sortie bien dans la moyenne, sans aucun regret d'y être monté smile
Modifié il y a 1 an
J'espère que ça c'est bien passé finalement sur le Pilat jacou smile Pour nous impeccable avec forez63.
Nous sommes allés sur le sud des Pradeaux, avec une neige dure mais un peu cassante par endroit, disons qu'il fallait en descente faire attention à ne pas chercher trop l'appui extérieur, il fallait le caresser smile. Sinon elle était recouverte de 1 à 2 cm de belle poudreuse qui rendait le ski très agréable. -3 ° au départ et - 4° à l'arrivée. Temps nuageux au départ puis le soleil est arrivé à percer un peu les nuages pour former un halo qui a ensuite donné une belle luminosité. Les arbres étaient givrés et le vent léger de W/N/W. 
Nous sommes partis par l'antenne puis avons pris à gauche dans le bois par le sentier du chevreuil à l'envers et qui retombe vers la maison du Gat. De là nous avons traversé la route pour faire un tour sur les berges de la Ligonne où c'était correct mais sans plus, du fait qu'il y a peu de neige et que dans ces endroits humides, les bosses formées par les grosses mottes, les ajoncs et autres grandes herbes ou genêts ressortent. Dans ce cas mieux vaut retrouver des parties herbeuses ou même boisées en hautes futaies. Puis nous avons rejoint le chemin venant de Molhac et qui contourne Moissonnière. Ensuite nous avons traversé la route pour aller tourner vers la Grange, remonter sur Molhac et retraverser la route pour retourner par le chemin vers la maison du Gat. Après nous avons encore traversé la route pour reprendre un peu nos traces et les quitter en tirant à gauche afin de remonter par le grand pré au-dessus de Chougoirand. Puis l'antenne en y arrivant par la gauche par un bon passage sans parc à franchir et que nous avons découvert, jusqu'à la voiture, garée en face du hameau du Suc, à 500 m des Pradeaux. Donc voilà c'est tout bon tant que le temps reste à l'hiver, car y'a pas des caisses de neige. La météo en annonçait jusqu'à 20 cm sur le Forez mais ça c'est loupé. Pour demain sur météo france Prabouré c'est la douche froide s'ils ne se trompent passmile : quelques flocons puis la limite remonte à 2200 m pour s'abaisser dans l'après-midi à 1800 m. La neige reviendrait lundi mais à 1200m.smile On verra smile 
Pour le fartage je ne m'embête plus comme pour le fond sur piste smile
J'ai acheté du fart "universel" donné avec un large spectre de T° et je l'utilise pour tous les skis de la maison (alpin, fond, rando).
J'ai aussi un vieux fer à repasser, sans le mettre trop chaud (nylon/rayon, désolé si ces termes ne vous disent plus rien c'est le dernier fer de ma grand-mère qui doit avoir 40/50 ans, donc …smile, il ne faut surtout pas brûler la paraffine et surtout la semelle. Il ne faut pas que la paraffine dégage de la fumée.
Après si tu achètes un vrai fer de fartage (j'en ai un aussi offert par mes collègues pour mon départ, avec d'autres matériels de fartage et aiguisage de carres) il y a un thermomètre avec les T° et sur l'emballage des farts il y a aussi les T° d'utilisation du fart. 
Moi je le fais dans mon garage, donc l'hiver 10/12°. Ce qu'il y a de sûr c'est qu'il ne faut pas acheter un fart donné pour des T° basses comme -15° car une fois froid, il est très dur à racler. Mais tu sais en rando, s'il reste même un peu de paraffine, ça se fait vite, surtout si tu skies dans des neiges transformées.
Et puis si les semelles sont rainurées (je ne parle pas de la rainure centrale de guidage) c'est pour évacuer l'eau et éviter l'effet ventouse. Mais ça c'est surtout pour les skis de compétition ou de fond sur piste. Il existe d'ailleurs différentes rainures suivant les neiges, en"virgule" (en général neige froide), ou fines sur toute la longueur du ski (neige autour de 0°) ou plus larges pour neige transformée. Il y a d'ailleurs des rainureuses ou structureuses. Mais vraiment en rando c'est pas la peine.
La brosse c'est bien surtout pour nettoyer la semelle ou pour les skis de fond sur piste pour dégager les fameuses rainures et skier sur l'imprégnation. Une autre solution aussi c'est la paraffine à confiture que tu trouves en magasin de bricolage ou droguerie. Tu la passes et immédiatement à chaud tu racles au racloir métallique, comme cela ça tire la merde de la semelle. Mais pour la paraffine à confiture j'ai même fait des courses avec, avant que n'arrive les super farts fluorés que je n'ai jamais achetés car trop chers, et c'était pas si mauvais. De toutes façons même en compétition, les fartages de très haut niveau, au bout de 20/30 km … smile alors les fartages amateurs … smile
Sinon j'ai lu aussi que certains ont une nouvelle méthode qui consiste à ne plus paraffiner mais à l'aide d'un racloir métallique, à racler la semelle pour enlever les impuretés. 
Pour paraffiner je commence toujours par crayonner à froid ma semelle sur toute la longueur, même les écailles, comme cela le fer n'est pas en contact direct avec la semelle. Ensuite, avec le fer chaud je fais couler des gouttes de paraffine sur la semelle, mais uniquement où il n'y a pas d'écailles, afin de ne pas les boucher et donc qu'elles ne servent à rien ou presque. Pas la peine d'en coller des quantités de paraffine, c'est comme pour la peinture, trop épais ça ne sert à rien, c'est du gaspillage puisque après tu racles. Puis je lisse en oubliant par la rainure centrale et même les écailles. Il ne faut pas trop insister au même endroit, faut repasser quoi … smile Ensuite je laisse refroidir un peu et je racle avec un racloir plastique, d'abord la rainure et ensuite la semelle et puis voilà.smile
Et j'ai juste deux tréteaux pliants en bois pour poser les skis, comme je te l'ai écrit plus haut on est pas dans la préparation de compétition, juste dans l'entretien des semelles. smile
Et puis vogue la galère smile Des fois ça rame d'ailleurs smile
Modifié il y a 1 an
Eh oui on le voyait hier après-midi, les arbres avaient déchargé mais déjà mercredi sur le mont Thiaillier la neige commençait à virer au blanc/brun, signe que la bruyère commençait à vouloir retrouver la lumière. 
Mais là, si en bas ça a plu, ce matin la webcam du col des Pradeaux de la DDE, montrait une route enneigée de neige grisâtre certes, mais mieux que la pluiesmile, donc pour l'instant scénario idéal : de la neige, des T° qui remontent pour la transformer un peu, du froid et re de la neige pour assurer la sous-couche.
Bon ski ! smile