Tous les messages créés par forez

Oh les beaux TRAK ! :-)

Toute ma jeunesse ou presque … Enfin je ne les ai vus que de loin, je préférais Fischer ou Karhu.

Mais il y en avait plein sur les pistes à la fin des année 70 et durant les 80.

La location, c'était à 90 % de ça. Il me semble même que TRAK a été le précurseur du ski à écailles et même JP Pierrat (3ème au 50 KM des mondiaux de Lathi en 78 et vainqueur de la Wasa la même année mais sur des Rossignol) avait en fin de carrière, eu un contrat chez Trak et ils avaient sortis 2 skis de compétition sans écaille, le JPP 1 et le JPP 2.

Sinon, pour commencer la ballade, tu ne risques rien et pour plus tard, garde-les en ski cailloux, car il y en a des pleins greniers et à la vente ça ne vaut plus rien. Dans une bourse au ski il y a deux ans, des skis à écailles se vendaient 1 € avec ancienne fixations Salomon.

Ils sont un long quand même mais à l'époque c'était des skis d'une taille bien moyenne.

Au Talon, il devrait y avoir une petite pièce plastique hérissée de petits picots pour tenir un peu. Sinon, tu peux y mettre un bout de caoutchouc antidérapant.

Pour tes autres skis mentionnés plus haut, ça sera dur de faire du skating avec, même sur piste damée ou alors en plat descendant comme avec des skis alpins.
Modifié il y a 7 ans
Bravo aux bricoleurs qui n'en sont pas vu la qualité du travail ! :-D

Pour ceux qui ont les moyens, il y a quelques années des skis alpins (Lacroix il me semble) étaient incrustés de diamants chez Cartier puis revêtu d'un vernis qui était celui qui servait à protéger l'intérieur des réservoirs de la fusée Ariane.
Je crois que la paire de skis (sans garantie aucune d'un bon produit technique) valait 41 000 € … :-?

Donc, pour avoir l'impression de glisser sur votre capital … :lol:

Modifié il y a 7 ans
Alors là, j'avais jamais vu ça !!!! :-o

Moi qui me contente de "rapetasser" (un peu auvergnat comme mot mais vous comprendrez) mes vêtements quand il y a un trou et tant pis pour l'esthétique … :-?


Bravo en tout cas, c'est de la bel ouvrage comme on disait dans le temps :-D
Modifié il y a 7 ans
Et comme bricolage à défaut d'un marteau et de pointes, plusieurs écrous de 8 ou 10 insérés sur la hauteur du ski juste devant la fixation et un bout de tige filetée avec un écrou papillon soudé en bout et suivant :

Si tu montes :

Tu visses jusqu'à avoir la longueur de dépassement de la tige souhaitée ! :-D

Et si tu descends :

Tu dévisses jusqu'à ne plus avoir de dépassement et zou ! semelle lisse en 2 temps 3 mouvements ! 8-)

:lol: :lol:

Par contre il faut de l'inox pour la rouille et au bout de la tige souder un bout de forêt béton donc tungstène pour la résistance. :-P
Modifié il y a 7 ans
C'est une très bonne idée de leur part, surtout que dans ce cas on doit pouvoir faire faire les écailles à la demande en terme de longueur sous la semelle et de positionnement.

Et 15 € par paire me semble un tarif très raisonnable.
C'est un peu trop loin pour moi en km mais c'est une info intéressante à retenir.

Je savais que Vandel était toujours là comme fabricant de ski nordique mais toi qui est sur place, est-ce que la marque Grand Chavin existe toujours ?
Modifié il y a 7 ans
En faisant un peu de rangement à la maison, je suis tombé sur un numéro spécial, le N°200 de Montagne Leader, ex aménagement et montagne, un magazine qui traite comme son ancien titre l'expliquait plus clairement, des équipements en montagne, loin il est vrai de la randonnée mais intéressant quand même.

Comme ce numéro spécial était un récapitulatif de tous les autres depuis le début, il y est mis en exergue les articles les plus marquants.

Donc, pour ce qui nous intéresse, dans le numéro 8 de janvier 1977, voici ci-dessous l'article intitulé le ski de fond en question et qui nous ramène au problème de matériel :

Face à la croissance explosive de la pratique du ski nordique ces dernières années, une étude du SEATM souligne que "le matériel de ski de fond tel qu'il existe ne comble pas les exigences de la clientèle" et "ne correspond pas à l'image idyllique largement diffusée par les médias". Les services du SEATM et en particulier le directeur Georges Cumin, se sont penchés sur cette question et proposent la mise au point d'un matériel adéquat, intermédiaire entre le ski de fond et alpin. Autrement dit, souligne la rédaction d'Aménagement & Montagne : "la réponse appartient aux fabricants !"

C'était au temps où l'on considérait le ski de fond comme un outil de découverte et sans oublier bien sûr la compétition et l'aspect plus sportif, mais en essayant pour qu'il devienne un outil économique, de l'adapter au plus grand nombre, chose qui a été un peu faite avec les skis à écailles qui évitaient l'alchimie du fartage, mais sans aller plus loin, jusqu'à ces skis de randonnée d'aujourd'hui.

Mais depuis, la transformation du ski de fond en ski de fond de piste uniquement, a complétement chamboulé "l'image idyllique" au profit de l'image (trop) sportive.


PS : SEATM = service d'étude et d'aménagement touristique de la montagne.
http://www.sigles.net/sigle/seatm-service-d-etude-et-d-amenagement-touristique-de-la-montagne
Modifié il y a 7 ans
Désolé j'en ai oublié un peu … :-?

Au niveau des Chaumettes un chemin permet de remonter sur le plateau des Egaux, il est balisé depuis cet hiver en piste de raquettes.

Avant les jasseries de la vallée de Meyrand, un chemin permet également de remonter sur la jasserie du Bechou et le mont Thiallier, mais c'est pas top.

Pour remonter sur le mont Thiallier, le mieux est d'aller dans les Reblats et à la cave citée dans le précédent message, de prendre le chemin qui remonte très raide sur la lande un peu en face du Bechou. De là s'il y a du brouillard il suffit de suivre le bois jusqu'à la croix du Fossat.
Une sente l'été y passe entre le parc et la lisière du bois.

Il y a ensuite d'autres chemins qui permettent hors hiver et à ski de remonter sur le mont Thiallier, par la jasserie de la Font du Blanc, mais c'est pourri.

Et avant la route de Chansert à un gros km environ un chemin correct, à droite sous le mont Chouvet, permet de rejoindre directement le col de Chansert.

Bon, ben cette fois je crois n'avoir rien oublié. :-D

Modifié il y a 7 ans
J'y suis allé l'hiver dernier et je la prenais régulièrement en VTT mais depuis quelques années elle était trop abîmée et c'était un peu galère avec quelques montées vers la vallée de Meyrand qui étaient assez dures dans les cailloux.

Attention aussi, car l'enneigement n'est pas toujours au top sur cette route forestière, surtout sous le mont Thiallier au niveau des vallées de Meyrand, Billeyre et en contournant l'avancée de la Font du Blanc et jusqu'à rejoindre la route du col de Chansert.
L'altitude moyenne est autour des 1200 m et l'exposition sud sud ouest.

Par contre il ne faut pas partir du Perrier, car là c'est vraiment trop bas, mis à part un hiver très bon comme en 2009.

Il faut partir de la route du col des Supeyres, juste avant le dernier virage à droite précédant le col en venant de Valcivières. Juste en face il y a un chemin d'ailleurs qui vient du col côté montagne des Allebasses.

Au bout d'un km environ, juste avant une descente, sur la gauche il y a un très beau point de vue à partir des grands Rochers, sommet d'un éboulis qui va jusqu'à la route du col venant de Valcivières.

Ensuite on file par les jasseries des Chaumettes jusqu'au retournement au bout de la route forestière venant du Perrier.
Après :
Soit on file tout droit sur la vallée des Reblats, mais là aussi attention à l'enneigement car le chemin est très caillouteux ou à gauche sur la route forestière direction le Perrier puis au bout d'un km environ à droite.
Et après avoir traversé le ruisseau, il y a une seconde possibilité d'atteindre la vallée des Reblats, c'est le premier chemin à droite, qui prend en épingle.
On arrive juste au-dessus de la cave familiale (1300 mètres d'altitude et là où le premier chemin cité et celui-ci se rejoignent) où l'on peu s'abriter un peu et surtout faire de l'eau à la source derrière.
Sinon tout droit pour filer sur Chansert.

Bon, ben c'est tout pour compléter l'info et les photos de l'ami jacou. 8-)
Modifié il y a 7 ans
En appuyant sur le bouton Citation, le message à citer va apparaître ainsi :

SRN à écrit :
Le ski de randonnée nordique c'est fantastique !

C'est la balise QUOTE qui permet de faire une citation.
Voir ci-dessous les explications en images (cliquez dessus pour les agrandir)


Cocorico ma poulette quotequote, ça marche ! :-D

Ca glisse plutôt ! :-?

Merci Régis double maître à tous (il paraît que tu es grand) :lol:
Modifié il y a 7 ans
Il me semble que la réponse de mush69 est très sage, digne d'une Robertade !

C'est vrai que si la discipline explosait, règlementations et problèmes nous tomberaient sur le dos comme la grêle !

Je crois plus en un retour à la raison des domaines nordiques afin de préparer des itinéraires grand public, pour permettre à ceux qui veulent un peu s'évader de la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute des neiges, de pratiquer un ski de fond autrement, comme maintenant certains pratiquent la raquette.
ce n'est pas tout le monde qui a l'équipement, la volonté, la technique, le physique et le désir d'aller faire de la rando hauturière.

Après, comme le dit Mush, ceux qui veulent aller plus loin peuvent rencontrer des Sancho qui les emmèneront vers l'infini et au-delà, comme Buzz l'Eclair, la vitesse en moins et le contemplatif en plus.

Les pistes classiques tracées à la motoneige à la Féclaz sont un peu un retour au source du cheminement, certes tracé mécaniquement, mais plus chemin empierré que autoroute en enrobé.
Par contre il faudra que ces domaines évoluent encore en comprenant qu'il ne faut pas rajouter ces pistes en plus de celles larges existantes, mais transformer des larges en sentiers de ski.
Ne plus augmenter l'offre alors que la demande n'a pas fini encore sa chute mais l'adapter à la société d'aujourd'hui et au possible?/probable? modifications du climat à venir.
Modifié il y a 7 ans