Tous les messages créés par forez

C'est vrai que souvent le développement d'un sport ou d'une pratique passe par la compétition. Il n'y a qu'à voir la rando alpine avec des courses comme la Pierra Menta ou même l'escalade devenu un sport d'intérieur et d'extérieur.

Je ne souhaite pas que le ski de randonnée nordique soit détourné comme ça, ou alors comme au Québec sans être une compétition.
Vous tapez marathon canadien et vous verrez, c'est la 47ème édition qui se déroulera les 9 et 10 février 2013. Ils étaient 1500 en 2012.
J'avais déjà lu un article là-dessus, il y a même des catégories et la reine c'est les coureurs des bois.

Ci-dessous un copier/coller pris sur le site et qui explique la philosophie de ce rassemblement :

Maintenant dans sa 46e année, le Marathon canadien
de ski a commencé en 1967 comme activité du Centenaire.
C’est une rencontre de tous les âges pour célébrer l’hiver.
Le marathon, qui a lieu en février sur une piste de 160 km
entre Lachute et Gatineau (Québec), est divisé en dix sections
(cinq par jour). Certains ne font qu’une section par jour en
jouissant du paysage avec famille et amis. D’autres skient plus.
Le summum est de devenir un coureur des bois en skiant les
160 km avec sur le dos un sac contenant l’équipement pour camper une nuit. Ce n’est pas une course.


Ce n'est pas une course mais même si la piste est tracée, se taper 160 bornes en 2 jours en dormant avec ses propres moyens, chapeau bas.

Pour revenir un peu plus à notre sujet en France, c'est vrai que les accompagnateurs en moyenne montagne sont plus indiqués pour encadrer il me semble du ski de rando.
Les agences qui organisent des raids dans les pays nordiques préfèrent d'ailleurs des accompagnateurs capables de se mouvoir dans l'espace que des moniteurs aptes à démontrer un superbe pas technique.
Ceci dit il y a des moniteurs comme Sancho qui ont les deux approches et c'est un plus c'est sûr.

Le ski de randonnée nordique ne pourra se développer je crois, que par une approche grand public, donc par le biais des domaines nordiques, en remettant des anciens itinéraires devenus pistes régulièrement entretenues, en itinéraires à nouveau, c'est à dire "battus" sans plus et balisés comme un GR ou un PR.
Ce n'est pas tout le monde qui peut se lancer là-dedans comme ça et les moniteurs comme Sancho qui proposent cette activité de découverte, il n'y en a pas partout.

Pour ce qui est de la location de matériel de rando, beaucoup de domaines nordiques (c'est le cas chez moi) louent du matériel et ont tout intérêt à ce que les skieurs aillent sur une piste payante que gratuitement en hors piste. Et à mon avis, la réponse est toute trouvée pour ne pas louer un tel matériel, tout simplement en appuyant sur l'aspect sécurité. Vous allez me dire qu'ils louent également des raquettes, mais …

Le VTT qui doit redonner de l'élan à la moyenne montagne je n'y crois pas trop. C'est une activité très physique, la moindre montée et 90 % des vététistes d'un jour sont scotchés et dégoûtés de la pratique.
Le VTT sur des routes forestières sur les plateaux, plutôt type VTC, alors oui, ou alors encore sur d'anciennes voies de chemin de fer ou sur les anciens chemin de halage le long des fleuves.
Il y a à Ambert un centre VTT dynamique labellisé. J'ai lu sur le journal que c'était le 5ème français mais avec 15 000 passages, ce qui me semble bien peu sur 6 mois environ d'activité, comparé ne serait-ce qu'à un domaine nordique qui tourne sur 3 mois.
Là où il se développe le mieux chez les jeunes c'est au niveau VTT de descente, mais là on rentre dans un autre monde.
Et beaucoup de cyclistes qui sont allés sur le VTT reviennent sur le vélo de route, et la pratique du VTT devient pour eux une pratique occasionnelle ou d'opportunité.
Je fais environ 1000 km de VTT entre avril et octobre chez moi, je coupe souvent des pistes VTT, les emprunte également sur certains tronçons et depuis 15 ans, si j'ai croisé une grosse centaine de vététistes c'est le bout du monde. Je croise plus de quads et de motos.

Bon, c'est l'heure de la soupe ! :-D
Modifié il y a 6 ans
Comme crampons, j'ai des Grivel qui ont comme une "coque" plastique de couleur jaune à l'avant, formée de 2 branches en Y, ce qui fait que le bout de la chaussure est tenu par une matière plus rigide qu'une sangle.
La sangle arrière se passe dedans puis ensuite je fais 2 tours autour de la cheville.

Mes crampons font 63 mm environ entre les 2 petits montants métallique de l'arrière où est fixé la sangle qui tient bien derrière le talon, est dans laquelle passe 1 bout de la sangle libre, l'autre étant fixé dessus d'origine.
J'ai regardé mes chaussures elles font environ 63 également au talon.

Par contre elle sont moins typées rando que les anciennes Salomon BC Greenland qui était en cuir avec un talon droit (70 mm environ) sur les côtés comme des chaussures de rando été.

Ce qui allait très bien pour les crampons ou les raquettes à neige.

Alors que les nouvelles Salomon XADV ont le talon plus fuyant sur les côtés et l'arrière. Ils ont repris la technique des chaussures de ski de fond de classique ou skating avec ce talon fuyant plus typé ski sur piste, mais moins adapté à prendre des raquettes ou des crampons, c'est certain.

Je l'ai signalé à Salomon, sans suite pour l'instant, aucune réponse … comme je leur ai signalé que leur ski de rando, s'ils étaient bien en neige molle ou poudreuse, devenait une catastrophe en neige dure où la prise de carres en dévers était impossible. C'est pourquoi sur le Forez, lorsque la neige porte, je préfère autant une paire de ski de skating (carrément les équipes 10) équipés de fixations de rando, qui permettent de bien mieux passer en dévers.

Et il faut avouer que dans le Massif Central et aux altitudes où nous pratiquons, c'est souvent de la neige transformée.

Il faudrait 1 ski décliné comme ceux sur piste en version poudreuse donc taille de guêpe et spatule large pour la portance et 1 bord droit ou presque pour neige dure et passage en dévers là où les carres accrochent tout juste.

Voilà, à + :-D
Modifié il y a 6 ans
Bravo aux Vichyssois, c'est un très beau périple, mais qui ne m'étonne pas quand on a déjà visité leur site.

De plus, lorsqu'il faisait - 20° avec un bon vent de nord/est, ils avaient été camper sur les Hautes Chaumes des monts du Forez, avec une photo sur le site de rando nordique qui ressemblait à celle du Hardanger.


J'ai vu que vous utilisiez comme moi des Salomon de rando avec fixation Salomon, pas les normes 75 habituelles pour ce genre de périple.

Alors ????

Pour les crampons à glace, j'arrive à les passer sur mes chaussures Salomon.

En espérant pouvoir se rencontrer sur le Forez cet hiver (en espérant qu'il soit enneigé …smile

… ou à Vichy, dans la douceur sereine des bords d'Allier …
Modifié il y a 6 ans
J'implore humblement votre pardon mais je ne vais guère sur le site et même sur un ordi, l'été, aussi, sans N 75 qui m'a sorti de mon "hibernation estivale", je serais encore à l'état léthargique de base du skieur en goguette.

J'ai lu tout les post avec intérêt.

En début de saison dernière, j'avais vu avec étonnement sur le site du Vieux Campeur, que Rossignol sortait un ski de rando et également sur celui de Salomon, qu'il multipliait son offre de skis rando avec 6 modèles dont des paires à farter.

Preuve peut-être que si le ski de rando nordique est encore confidentiel, il commence à intéresser des marques qui, et on peut aisément le concevoir, ne font pas dans la philanthropie mais dans le commerce.

Donc, il se développe un tant soit peu.

Et comme toutes pratiques qui se développent, il perdra obligatoirement un peu de son âme et de son esprit du début, ce que le ski de fond a fait déjà.

Mais je crois qu'à la base le ski de rando existait sans vraiment exister, car lorsque l'on prenait un sac à dos avec les mêmes skis que pour aller skier sur une piste "battue" plus que damée à une certaine époque, on disait : "je vais faire de la randonnée".
C'est ce que je faisais avec les mêmes skis que ceux qui me servaient en compétition. 2,10 m et à farter, pas top dans les descentes et en portance mais ça "débarrassait" et l'essentiel n'est-il pas dans l'esprit avec lequel on va pratiquer ? Ceci dit cette pratique était reservée en neige transformée, pas en poudreuse à brasser.

A présent on a tellement fait du ski de fond un ski de fond de piste, qu'il y a réellement eu une différenciation des 2 pratiques et même si il y a 30 ans les skis de rando existaient.
Sur les domaines, il était prévu des itinéraires de randonnée balisés, qui devaient être "battus" un nombre de fois très limité dans l'hiver juste pour permettre en neige poudreuse profonde, une pratique plus adapté et également permettre à ceux qui étaient moins aguerris de pouvoir randonner dans un certain "confort".
Malheureusement, et je l'avais déjà signalé, sous la pression des ultras skieurs qui n'ont jamais assez de pistes damées sous les spatules, ces itinéraires ont été transformés en pistes régulièrement entretenues.

Pour faire de la ballade sur piste "battue", il suffit à présent de suivre les traces de raquettes, pas trop large, juste ce qu'il faut et l'on retrouve alors une pratique disparue avec l'arrivée du skating et des pistes ultras larges.

Quant au développement de la pratique par les moniteurs, je crois que déjà, il suffit qu'ils commencent à amener leurs clients qui le désirent en ballade, lorsque la neige porte mais sans être trop dur, disons une neige de printemps à farter au rouge en tube, le ski enfonce ce qu'il faut pour ne pas décrocher.

Pour le VTT c'est encore différent car on peut dire que le vélo sur route correspond au ski de fond sur piste et le VTT au hors piste mais avec un bémol : le VTT tu le pratiques dans des chemins, pas dans de l'herbe ou de la bruyère jusqu'au genoux, d'où la différence entre ski de ballade sur piste battue occasionnellement et ski de rando "hauturier".

Mais le VTT ne s'envole pas quand même en terme de pratiquants, car très physique à la moindre montée, avec des chemins souvent en très mauvais état. Beaucoup ont acheté un VTT au début et qui leur sert uniquement à aller chercher le pain.

Pour ce qui est de la course en montagne, appeler trail, là on entre dans une autre dimension, car à côté des grandes courses citées par N 75, il y en a une multitude d'autres aussi importantes tel les Templiers ou moins connues mais dont le nombre d'inscrits et impressionnant.
Et même mieux !
Les trails hivernaux dans le Sancy et le Pilat au-dessus de Saint-Etienne ont plus d'inscrits qu'une longue distance à ski de fond ! :-o
Il faudrait me payer cher pour aller courir dans la neige … :-( :-D

Je crois que la course à pied se développe à cause de notre société où il faut tout conjuguer : sport, travail, famille, loisir …
C'est le sport qui prend le moins de temps, qui se pratique partout toute l'année en partant de chez soi et qui demande le moins de technique avec une prise de risques minimes (je ne parle pas du trail en montagne mais du simple footing).

Celui qui ne dispose que de peu de temps, peut aller courir une demi heure deux fois par semaine pour se maintenir en forme et s'aérer.
1/2 heure de vélo, VTT et même de ski où il faut se rendre sur place, c'est impossible.

Bon j'arrête, il faut que je file, désolé … :-(
Modifié il y a 6 ans
Quitte à faire du hors sujet et à s'envoler en l'air l'esprit par le talon, je dirais que la réplique talonnesque de N 75 titille en moi des souvenirs anciens de BD qu'un sieur Achille qui n'avait pas fait 3 ni en ski ni à pied, aurait aimé à pousser !

Quant à Robert, je propose à notre Sérénissime Régis de l'élever à la Sainteté … :-D :roll: :lol:
Modifié il y a 6 ans
Décidément vous vous y mettez tous à nous bombarder de superbes photos, et des Auvergnats en plus !

Bravo pour votre périple et merci de nous le faire partager à travers les photos. :-D 8-)
Modifié il y a 6 ans
Comme pour Fanny et ses raiders du rail à ski, là aussi les images laissent vagabonder l'esprit !

En plus tout seul, je trouve ça fort et presque oserais-je dire "gonflé" … :-o

Bravo ! :-)
Modifié il y a 6 ans
Les superlatifs manquent pour exprimer tout ce que les images nous laissent "inventer" dans nos petites têtes !

Alors bravo et bises à la "chef" ! :-D
Modifié il y a 6 ans
Messieurs bravo, votre rhétorique fait honneur au télémark et cette description des sensations par le verbe, pas évidente du tout, est une invitation à essayer de "télémarker".

Vivement la saison prochaine.

Pour ma part, mes premières leçons remontent à 15 jours exactement, dans notre neige forézienne de printemps, avec l'ami N 75 comme moniteur et Jacou comme compagnon d'apprentissage, lors d'une superbe sortie de fin de saison.

Donc durant la saison "morte" je vais tenter d'assouplir ma génuflexion afin d'être moins raide pour l'hiver prochain et apprivoiser ce télémark et pouvoir clamer haut et fort sur les pentes dompter, 2059 ans après JC, célèbre télémarkeur qui s'ignorait :

Veni, Vidi, Vici …

Et vive ce forum ! :-D 8-)
Modifié il y a 6 ans
Bienvenue à toi, mais la première question qui me vient à l'esprit est :

Où habites-tu ? :-o

Car suivant ton lieu de résidence tu pourras choisir au plus près de chez toi, bref ! Passer plus de temps sur les skis et moins en voiture … 8-) :-D
Modifié il y a 6 ans