N'hésitez pas à fermer ce message à caractère informatif X

Tous les messages créés par forez

Ballade à partir des Pradeaux ce samedi après-midi.

10 gros cm voire 15 en partant par le barrage, très bonne neige.

J'ai pris des skis étroit à farter (vert et bleu normal mélangé avec un poil d'extra sous le pied et re 1 couche de bleu par dessus).

Puis la Tuile où la piste étant orienté pile au nord, elle a été balayée et les cailloux ressortent.

Descente sur Prabouré où ils ont fait de la neige à canon sur l'alpin.

Puis bois Balayoux, Croix du Pialoux où la dameuse est passée le long de la plantation des Allebasses.
Mais pas tant de neige que ça, je dirais 20 à 25 guère mieux, mise à part bien sûr là où elle s'est ramassée et là où elle a été soufflée.
Même le long des barrières à neige qui file sur les Supeyres il n'y en a pas beaucoup.

Lisière ouest, le vent l'a balayée et la terre ressort. Puis retour sur la Pierre Bornale et les Pradeaux par la route forestière où des quads et 1 moto sont passés.

Pas trop de vent et ça ne brassait pas trop compte tenu que le vent avait travaillé la neige et l'avait durcie par endroit, donc ça n'enfonçait pas. J'ai trouvé des traces de ski et de raquettes.

Voilà, on en a pris bien moins que le Pilat et le Mézenc, la dépression remontait du sud donc pas top pour nous, il vaut mieux que ça vienne du nord, que ça campe sur les alpes, puis des retours d'est.

On verra la suite ! :-D
Modifié il y a 6 ans
Bonjour Annie,

Si besoin tu peux venir dans le Forez, même si c'est un peu loin (environ 130 km de Lyon). Tu as sinon le Pilat au-dessus de Saint-Etienne, plus proche.

Avec Jacou et N 75 on a fait une sortie la saison dernière dans le Forez et nous allons certainement remettre ça cet hiver.

Si tu veux vraiment découvrir l'activité avec un encadrement adapté, va vers Sancho ou les autres pros inscrits sur le site, comme te l'a signalé Régis.

Peut-être à cet hiver ! :-D
Modifié il y a 6 ans
Bon, alors c'est reparti ou ça a l'air de vouloir repartir … :-)

Hier déjà, le ciel était à peine dégagé et le Mont Thiallier s'était paré d'un peu de sucre en poudre à partir de 1450 m environ (vu d'en bas).

Aujourd'hui je suis parti courir et marcher à 850 m d'altitude. la limite de la neige au sol était autour de 950 m.

Vers les 1100 m le bruit de mes pas dans la neige avait changé, c'était un peu plus sec, mis à part les endroits bien sûr où subsistaient des flaques d'eau. Il y avait 2 à 3 cm mesurés en dehors des arbres et là où ça ne soufflait pas trop..

Au suc de Montchaud, à 1360 m et 4 km au-dessus du col des pradeaux, on était autour de 4 à 5 cm.

Au pont de la Fayolle où le vent avait soufflé la neige sur la piste, à certains endroits on voyait les cailloux.

J'ai remonté la plantation des Allebasses, très boueuse et à 500 m environ de la sortie, vers 1380 m, j'ai tourné à gauche pour revenir à la pierre Bornale. Le vent du nord balayait la neige sur la piste de la lisière ouest.

Dans les chemins herbeux sur la lande ça pouvait skier en classique dans les traces des roues de voitures, par contre sur les pistes forestières, à éviter.

PLus haut, le long de la lisière nord/est de la plantation des Allebasses ça doit se ramasser c'est sûr.
Par contre ça neige tellement fin qu'il faudrait que ça tombe longtemps.
Avec ce qui est annoncé sur le Vercors, on peut espérer des retours d'est qui devraient nous amener de la matière, mais combien ???? :-?

Pour ceux qui veulent faire de la raquette, c'est par contre assez enneigé, mais pas dans les bois bien sûr.

Voilà, si ça persiste je devrais avoir des nouvelles fraîches samedi. :-D
Modifié il y a 6 ans
Oh les beaux TRAK ! :-)

Toute ma jeunesse ou presque … Enfin je ne les ai vus que de loin, je préférais Fischer ou Karhu.

Mais il y en avait plein sur les pistes à la fin des année 70 et durant les 80.

La location, c'était à 90 % de ça. Il me semble même que TRAK a été le précurseur du ski à écailles et même JP Pierrat (3ème au 50 KM des mondiaux de Lathi en 78 et vainqueur de la Wasa la même année mais sur des Rossignol) avait en fin de carrière, eu un contrat chez Trak et ils avaient sortis 2 skis de compétition sans écaille, le JPP 1 et le JPP 2.

Sinon, pour commencer la ballade, tu ne risques rien et pour plus tard, garde-les en ski cailloux, car il y en a des pleins greniers et à la vente ça ne vaut plus rien. Dans une bourse au ski il y a deux ans, des skis à écailles se vendaient 1 € avec ancienne fixations Salomon.

Ils sont un long quand même mais à l'époque c'était des skis d'une taille bien moyenne.

Au Talon, il devrait y avoir une petite pièce plastique hérissée de petits picots pour tenir un peu. Sinon, tu peux y mettre un bout de caoutchouc antidérapant.

Pour tes autres skis mentionnés plus haut, ça sera dur de faire du skating avec, même sur piste damée ou alors en plat descendant comme avec des skis alpins.
Modifié il y a 6 ans
Bravo aux bricoleurs qui n'en sont pas vu la qualité du travail ! :-D

Pour ceux qui ont les moyens, il y a quelques années des skis alpins (Lacroix il me semble) étaient incrustés de diamants chez Cartier puis revêtu d'un vernis qui était celui qui servait à protéger l'intérieur des réservoirs de la fusée Ariane.
Je crois que la paire de skis (sans garantie aucune d'un bon produit technique) valait 41 000 € … :-?

Donc, pour avoir l'impression de glisser sur votre capital … :lol:

Modifié il y a 6 ans
Alors là, j'avais jamais vu ça !!!! :-o

Moi qui me contente de "rapetasser" (un peu auvergnat comme mot mais vous comprendrez) mes vêtements quand il y a un trou et tant pis pour l'esthétique … :-?


Bravo en tout cas, c'est de la bel ouvrage comme on disait dans le temps :-D
Modifié il y a 6 ans
Et comme bricolage à défaut d'un marteau et de pointes, plusieurs écrous de 8 ou 10 insérés sur la hauteur du ski juste devant la fixation et un bout de tige filetée avec un écrou papillon soudé en bout et suivant :

Si tu montes :

Tu visses jusqu'à avoir la longueur de dépassement de la tige souhaitée ! :-D

Et si tu descends :

Tu dévisses jusqu'à ne plus avoir de dépassement et zou ! semelle lisse en 2 temps 3 mouvements ! 8-)

:lol: :lol:

Par contre il faut de l'inox pour la rouille et au bout de la tige souder un bout de forêt béton donc tungstène pour la résistance. :-P
Modifié il y a 6 ans
C'est une très bonne idée de leur part, surtout que dans ce cas on doit pouvoir faire faire les écailles à la demande en terme de longueur sous la semelle et de positionnement.

Et 15 € par paire me semble un tarif très raisonnable.
C'est un peu trop loin pour moi en km mais c'est une info intéressante à retenir.

Je savais que Vandel était toujours là comme fabricant de ski nordique mais toi qui est sur place, est-ce que la marque Grand Chavin existe toujours ?
Modifié il y a 6 ans
En faisant un peu de rangement à la maison, je suis tombé sur un numéro spécial, le N°200 de Montagne Leader, ex aménagement et montagne, un magazine qui traite comme son ancien titre l'expliquait plus clairement, des équipements en montagne, loin il est vrai de la randonnée mais intéressant quand même.

Comme ce numéro spécial était un récapitulatif de tous les autres depuis le début, il y est mis en exergue les articles les plus marquants.

Donc, pour ce qui nous intéresse, dans le numéro 8 de janvier 1977, voici ci-dessous l'article intitulé le ski de fond en question et qui nous ramène au problème de matériel :

Face à la croissance explosive de la pratique du ski nordique ces dernières années, une étude du SEATM souligne que "le matériel de ski de fond tel qu'il existe ne comble pas les exigences de la clientèle" et "ne correspond pas à l'image idyllique largement diffusée par les médias". Les services du SEATM et en particulier le directeur Georges Cumin, se sont penchés sur cette question et proposent la mise au point d'un matériel adéquat, intermédiaire entre le ski de fond et alpin. Autrement dit, souligne la rédaction d'Aménagement & Montagne : "la réponse appartient aux fabricants !"

C'était au temps où l'on considérait le ski de fond comme un outil de découverte et sans oublier bien sûr la compétition et l'aspect plus sportif, mais en essayant pour qu'il devienne un outil économique, de l'adapter au plus grand nombre, chose qui a été un peu faite avec les skis à écailles qui évitaient l'alchimie du fartage, mais sans aller plus loin, jusqu'à ces skis de randonnée d'aujourd'hui.

Mais depuis, la transformation du ski de fond en ski de fond de piste uniquement, a complétement chamboulé "l'image idyllique" au profit de l'image (trop) sportive.


PS : SEATM = service d'étude et d'aménagement touristique de la montagne.
http://www.sigles.net/sigle/seatm-service-d-etude-et-d-amenagement-touristique-de-la-montagne
Modifié il y a 6 ans
Désolé j'en ai oublié un peu … :-?

Au niveau des Chaumettes un chemin permet de remonter sur le plateau des Egaux, il est balisé depuis cet hiver en piste de raquettes.

Avant les jasseries de la vallée de Meyrand, un chemin permet également de remonter sur la jasserie du Bechou et le mont Thiallier, mais c'est pas top.

Pour remonter sur le mont Thiallier, le mieux est d'aller dans les Reblats et à la cave citée dans le précédent message, de prendre le chemin qui remonte très raide sur la lande un peu en face du Bechou. De là s'il y a du brouillard il suffit de suivre le bois jusqu'à la croix du Fossat.
Une sente l'été y passe entre le parc et la lisière du bois.

Il y a ensuite d'autres chemins qui permettent hors hiver et à ski de remonter sur le mont Thiallier, par la jasserie de la Font du Blanc, mais c'est pourri.

Et avant la route de Chansert à un gros km environ un chemin correct, à droite sous le mont Chouvet, permet de rejoindre directement le col de Chansert.

Bon, ben cette fois je crois n'avoir rien oublié. :-D

Modifié il y a 6 ans