Tous les messages créés par Régis Cahn

Knut a écrit:
Hello Régis!
Et bonjour aux autres fans de terres glaciales!

Si tu te souviens, tu as croisé deux Suisses dans la montée aprés Krekkja… Voilà ben c'était moi!

Content de voir que tout c'est aussi bien passé pour toi, même si visiblement on a été coincé dans la même tempête en fin de semaine!

Tout ça était juste grandiose… c'est dur de revenir dans un climat "normal" hein? En tout cas moi j'ai mis une bonne semaine à retomber sur terre! (Pas sûr que je sois retombé en fait)

Alors désolé j'ai été un peu plus rapide que toi pour mes photos (ok je triche je suis rentré un peu avant) Alors pour ceux que ça interesse:
www.iguana-team.ch
Il y a un power-point sous la rubrique "challenge"…

Knut

Hello Knut !

Oh oui que je me souviens…
Je me souviens de tes paroles "il y a pas mal de montée et de descentes"….Je confirme, j'ai d'ailleurs trouvé l'étape assez dure jusqu'à Finse…La neige était lourde et fraiche.
Le lendemain, je me suis permis une journée de repos pour monter sur le glacier HardangerJokulen : Vue exeptionnelle.

Peux tu me parler de la tempête…parce que de mon coté c'était pas mal du tout. Avez vous étez coincé ?

J'ai pas mal pensé à vous lors du parcours et plus précisement à vos skis…Ils ne sont pas trop lourd pour le plateau du Hardanger ? (Je précise que vous aviez des skis de rando - montagne).

Je pense aussi beucoup à cette expérience, à ce que j'ai vue, aux rencontres….et je ne suis pas encore retombé sur la terre des Urbains !

Super les photos….je crois reconnaître :-)

@++
Régis
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Les résultats du dernier sondage concernant les réchauds sont ici :
http://www.skirandonnenordique.com/modules/xoopspoll/pollresults.php?poll_id=4
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
polpulka a écrit:
Merci pour les encouragements. Pour la navigation je me suis servi d’une carte 1/100000 et de la boussole. En principe pas de problème sauf de trouver l’embouchure d’un petit ruisseau : sous la neige ce n’est pas évident… Dans la poudreuse fondante j’ai eu des longues heures pour inventer les patins latéraux amovibles pour ma nouvelle version de ma pulka !
A propos d’invitation au voyage : de la fenêtre de mon auberge à Vuotsoka on voyait au nord un lac avec les collines accueillantes au fond – à 300 km c’est le Cap Nord ( ou Nordkin) ! Pensez – y !
Polpulka

Hello Populka,

En Finlande, y a t'il un balisage pour t'aider ?
Parce qu'avec une carte au 1/100 000…je ne sais pas trop comment on peut faire ! Comment as tu choisis ton parcours ? En fonction de quoi ?
Je suppose que les refuges ne sont pas gardés ? Y a t'il des finnois qui se baladent en ski pendant cette période ?
Je me renseigne pour une prochaine fois peut être !
300 Km, ça reste jouable :-)
Est ce que tu en ai content de ta pulka ?
Où as tu trouvé les informations ? Sur internet ??
Merci par avance !
Régis
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Bon c'est d'accord…un de ces 4, je vais vous faire un petit topo sur ma virée norvégienne…mais j'ai repris mes bonnes habitudes d'urbain civilisé !
Alors pour vous faire patienter :-) ci-après une vue d'une étendue blanche au coeur de la belle Norvège !
@++
Régis
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Christophe a écrit:
Bon je vais juste rajouter une prose concernant les sponsors (j'aimerais bien avoir ton expérience sur le sujet Régis ! ;-) ).

-Tout d'abord un dossier béton : beaucoup de sponsors "potentiels" sollicités, il faut se distinguer de la masse.

-Ne pas oublier ce que vous aller apporter au sponsor (en terme d'image de marque par exemple), c'est vous qui êtes à son service même s'il apporte sa contribution sous forme matériel (forme la plus plausible) ou sous forme financière (forme la plus irréaliste !!).

-Prévoir le budget global de "l'expédition", même un peu plus, mais le total doit être détaillé (un sponsor n'aime pas trop naviguer dans le vide).

-mettre des sous de côté et considérer que l'apport financier d'un sponsor est du bonus mais pas un DÛ !

En clair, il vaut mieux se saigner et partir que de devoir annuler un fabuleux projet parce qu'un sponsor qu'on espère n'est jamais venu. ;-)

Avant d'avoir un dossier béton, le projet doit être réaliste et cohérent…REA-LI-SA-BLE
Avant de chercher des sponsors, je crois qu'il faut se faire plaisir…puis faire ses preuves et être crédible.
La recherche de sponsors n'est pas un objectif mais un plus.
Personnellement je ne parle pas de sponsors mais de partenaires, une sorte d'échanges gagnant / gagnant.
De mon coté, je dis les choses comme elle sont : Je ne suis pas un aventurier ni un explorateur, seulement un passionné de raid nordique. Je met une partie de mon énergie au service de ma PASSION : la découverte des régions nordiques…
Il n'y a pas d'exploit…d'ailleurs c'est pas l'exploit qui attire mais l'authenticité, la relation à la nature dans mon cas.
La recherche de partenaires n'est pas forcément utile ou bienvenue. Il faut qu'il y ai un sens. Si c'est pour récuper du matos pour du matos…ça ne marche pas longtemps.
Il faut viser le long terme….mais encore faut il avoir un projet long terme.
Le sponsoring, c'est bien mais tu peux facilement perdre en liberté…Le partenariat doux, c'est différent…Je considère pour ma part qu'il y a un rapport humain à tisser entre l'entreprise et le sportif ou le passionné.
En ce qui concerne l'argent il ne faut pas rêver…ceux qui t'en donneront ce sont tes connaissances proches. On peut toutefois demander de l'aide materiel…mais sachez que les entreprises sont très sollicités…
L'important c'est d'apporter un retour : retour d'expérience, photo, presse et média…
En vérité vous ne rapportez pas grand chose à une entreprise…alors inutile de se battre sur ce créneau.
Le meilleur argument est votre passion, votre rigueur et persévérance.

Un conseil : réalisez vous sans trop compter sur autrui…
La recherche de sponsors est laborieuse et exigente mais aussi captivante et passionnante. On fait aussi des rencontres extraordinaires…mais gardez à l'esprit que votre projet, c'est votre projet….

Le raid nordique, ç'est l'aventure…l'aventure c'est aussi la liberté sans contraintes
C'est l'expérience qui vient petit à petit :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Christophe a écrit:
Trop court comme délais.
Je fais le lâche aussi, je pars un peu plus au nord que NYC. :-D
Tout est prêt, départ demain matin.
Bon voyage !
On veut des photos d'Alta !
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
C'est vraiement une rando que je ve faire…mais je ne suis pas dispo.
Bonne rando
Régis qui regarde la pluie laver les montagnes :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Christophe a écrit:
Bon depuis le début, j'ai enfin craqué il y a quelques jours : j'ai un réchaud à essence.
J'espérais rester le dernier à ne pas en avoir !!!! :-D :-D :-D
Des tests à -25° de mes cartouches gaz "grand froid" ont fini de me rendre à l'évidence : dans le mélange butane/propane/isobutane, pendant qu'il y en a un ou deux qui gèlent, le troisième brule quand même masi la cartouche se vide rapidement en étant pas vide. Je m'explique : le gaz qui arrive à bruler à -25° brule, mais pas les deux autres gaz de la cartouche donc une fois que celui qui brule à fini de bruler et que les autres ne peuvent pas brulsr à cause du froid, la cartouche ne produit plus de flamme tout en étant pas vide. J'suis clair là, NON ???? :-D :-D
Elles serviront pour les températures positives !!!

Mon pote pyromane a un Primus Omnifuel (je crois que c'est ce que tu as aussi Régis ?).
Il m'en a fait la démonstration. J'en ai commandé un (avec le kit d'entretien et un buvard supplémentaire).
J'ai aussi commandé de l'essence C pour m'apercevoir, APRES, que son transport est interdit en avion !! :-(
L'intêrêt de l'Omnifuel est de pouvoir mettre gaz et essence..Il suffit de changer le gicleur.
Lorsque tu sors de l'aéroport la première mission, c'est de trouver du carburant…Il te suffit d'aller dans une station essence ou mieux encore de trouver de l'essence C (Coleman par exemple) qui n'encrasse pas le gicleur.
Effectivement en avion, ce n'est pas recommandé :-)
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Ce qu'in m'impressionne c'est la taille des congères…
J'espère que les skis en belgique une fois sont équipés de roulettes…
Il y a de quoi faire un beau bonhome de neige :-)
On rigoloe on rigole…mais c'est aussi ça le nordique, pouvoir faire du ski avec 10 cm de neige…
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans
Christophe a écrit:
je crois que c'est clair et explicite comme titre !! :-D

Est-ce que ça vaudrais pas le coup de consacré une partie du forum à nos trucs, astuces et autres demandes concernant la nourriture en milieu nordique, l'hydratation, et la bobologie (la vraie, pas celle pratiqué dans el XVIème arrondissement de Paris).

C’est une très bonne idée de l’intégrer dans le forum, je pensais faire une rubrique pour la Saison 2 avec l’alimentation – hydratation – et bobologie…
Je vais aussi concevoir une rubrique sur le raid nordique, qui n’existe actuellement pas : j’ai pourtant très régulièrement des questions par email..
Si vous souhaitez m’aider, c’est possible ! Vos retours d’expériences sont les bienvenus !

Je commence en vous parlant de GLOUGLOU :

J'ai noté en lisant l'article de Christophe/Wildtrekker dans le No11 de Carnet d'Aventures, une astuce consistant à manger régulièrement un mélange sucré/salé pour avoir soif et bien s'hydrater (notion de soif qui disparait avec le froid).

Effectivement avec le grand froid tu n’as pas soif..en tout cas les quelques premières heures d’effort.
Après lorsque le sentiment de soif se fait sentir, c’est un peu tard car la fatigue s’est installée.
Susciter la soif c’est une bonne idée, sachant que le sel est important pour l’organisme. D’ailleurs les coureurs en montagne (trail) mettent un peu de sel dans l’eau pour éviter trop de déperdition de sels minéraux lors de longues distances. Les aliments salés permettent aussi de varier l’alimentation…Car en général la journée, tu ne fais pas de pause « repas » et tu manges sucré : des barres, du chocolat…
A force c’est écœurant et tu as envie de salé !
Boire lorsqu’il fait froid c’est difficile et contraignant…
Je fais ces remarques en pensant plus précisément aux longues sorties lors de raid en terres nordiques.
Personnellement en France, je prends le temps de manger un sandwich de boire mon thé et de contempler le paysage, lors de mes sorties….Avec le froid en région nordique, ce n’est franchement pas toujours possible et de toute façon les pauses sont de quelques minutes….Par temps plus doux, tout devient plus facile.

D'où problème d'hydratation. EN parcourant diverses magasines sur le sujet et en discutant avec mon diététicien préféré (c'est un pote en fait), je me suis rendu compte que je m'hydratais mal.

Ça ne m’étonne pas…car c’est très difficile : on ne boit jamais assez !

Pas par la quantité ou la qualité du produit, mais par le simple fait que ce soit une poche à eau glissé dans le sac à dos, cette dernière se trouve au froid malgré sa housse néoprène, et on boit donc du liquide trop froid ce qui peux occasionner des maux de ventre, et ne participe pas du tout au bon passage de l'eau vers le sang.

Lors de sorties à la journée et par temps froid mais sans plus, tu derais utiliser :
- ta poche d’eau qui te permet de boire régulièrement (toutes les 30 minutes par exemple à raison de 2 à 3 litres par jour)
- une thermos avec du thé ou de la tisane bien chaud…(ce qui permet au corps d’ingurgiter un liquide chaud – aide au réchauffement du corps)

La poche a eau est utilisable par temps froid (mais pas trop). Mais par très grand froid (A partir de –15°c)…la poche a eau est souvent inutilisable car le contenu gèle…
Lors de mes virées en Scandinavie, je n’utilise pas de poches à eaux alors qu’en France oui.
Je préfère avoir une thermos d’eau chaude et une autre d’eau froide
Je trouve que les boissons chaudes ne sont pas désaltérante alors effectivement un peu d’eau froide fait du bien…
Ces deux dernières soirées, j'ai testé deux choses (à part mes chaussures de marche rapide). Température identique, même trajet.
Première version : poche à eau dans sac à dos, housse néoprène pour la poche et le tube.
Deuxième version : poche à eau dans sa housse néoprène attachée autour du cou et cachée sous la polaire.

Dans le premier cas, eau glacée, pas trop de douleur car je pense que je n'ai pas assez bu, mais hydratation perfectible.
J'enchaine la deuxième version directement après la première, le surcroit de fatigue est un challenge et c'est surtout un bon révélateur.La poche est au chaud, la boisson à bonne température, presque tiède, j'ai pu prendre de grosse gorgée sans risque de me geler l'estomac ou les intestins en même temps et être abonné aux WC. J'ai également bu beaucoup plus sur le même parcours.
Ce qui m'a amené à un résultat de La palisse : il faut bien s'hydrater pour bien tenir la distance, mais le "bien s'hydrater" veut dire aussi moins froid.

Et avoir une poche autour du coup…tu peux expliquer comment tu fais ?
C’est toi que j’ai vu tester de l’eau avec un produit énergétique, lors de notre sortie en Chartreuse ?
Bonne idée pour ces infos…


Testez ! :-D

Et c'est pour qui le MIAM-MIAM ???
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 11 ans