Tous les messages créés par Régis Cahn

N_75 a écrit :
Bonsoir Régis
Quand je parle de "chance pour nous qu'il y ait les utilisateurs américains ou scandinaves", je ne pense pas du tout à Rossignol mais à l'ensemble des fabricants mondiaux qui nous font l'honneur de proposer leur modèles chez les distributeurs français.

On est bien d'accord…
Je suis un peu taquin, mais ce serait tellement bien que ces marques qui normalement ont la connaissance du ski s'investissent un peu plus dans le ski de randonnée nordique.
Tout est lié en fonction de la demande…
skieurs >> Magasins >> distributeur >> fabricants… et actuellement pour certaines marques, la chaîne est cassée…

Et des marques connues en SRN il y en a plein et elles sont quasi invisibles (sans causer des jolis petits fabricants à la Robert) : Atomic, Rossignol, Sporten, Alpina…

En tout cas, on ne lachera pas l'affaire comme ça !
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
N_75 a écrit :
L'intérêt de Rossignol pour le SRN n'est pas nouveau !
Il y a plus de 20 ans ils distribuaient déjà en France des skis similaires aux Fisher E99, et il y a quelques années déjà, je me souviens avoir vu sur leur site internet des chaussures en norme 75 (mais qui elles,n'étaient peut-être pas distribuer en France !).
Ah je croyais que c'était des fabricants de vêtements… j'ai du rêver, il s'interessent à la randonnée nordique ?
Ah si tu as raison sur internet… et oui et y'à 20 ans à l'époque de feu le ski de fond. (humour)

Peut-être en ont-ils marre de voir les italiens se tailler devant leur nez la meilleure part du gateau sur les godasses, et veulent réagir !
Une réaction de Rossignol… non y a mieux à faire… Les italiens ? Ils sont inexistants au niveau SRN. Il suffirait que Rossignol ait envie…

En fait, je t'annonce que la randonnée nordique n'intéresse ni les français, ni les italiens, à part toi, vous et moi.
Et c'est pour ça que je tire à boulet rouge sur toutes ces marques comme Rossignol qui ignore la randonnée nordique.

Mais j'aimerais savoir si cette chaussure est née dans leur bureau d'étude ou s'ils se sont contentés de coller leur étiquette sur un modèle existant du marché ou un modèle à apparaître dans les catalogues d'une autre marque dans quelques temps ?
Elle doit avoir la même étiquette que la Fischer, l'Alpina, l'Alfa. Sans doute la même usine à Taiwan.
Je met ma spatule à couper que Rossignol n'a pas usée 1 heure du bureau d'étude pour ce modèle qui est quasi identique à celui de l'année dernière. Circulez y'a pas de nouveauté !


Le marché mondial étant limité à ce qu'il est, les marques sont certainement assez frileuses à engager des études pour développer de nouveaux modèles. Une chance pour nous qu'il y ait les américains et les scandinaves !

Une chance pourquoi, pour qui ? Rossignol vend ses chaussures en amérique du Nord et peu ou quasi pas en France, donc ça sert à rien pour toi. Si aucun magasin en France ne propose à la vente ce modèle, je vois pas l'intérêt pour nous.

Mais je ne peux m'empêcher de penser que les chaussures de skating ont bien fait avancer les choses dans le domaine de la randonnée nordique,en limitant les coûts d'étude.

Tout à fait d'accord, et je pense que le ski de randonnée alpin de compétition sera la nouvelle source de créativité pour la randonnée nordique. A ce jour si le SRN décolle c'est plus grâce à la randonnée alpine que le ski de fond. Et l'amélioration des matériaux viendra des autres diciplines que par un pur développement sur le SRN qui n'a pas d'intérêt pour un fabricant.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Super, j'attendais la réponse de Cédric qu'il la réellement testé ! qui a je crois aussi testé le Defence 6 ?
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Salut Mikael,

Merci pour l'infos ! Voici le texte de présentation et les caractéristiques fournies par Rossignol :

"Une chaussure pour une pratique sportive du Back Country. Les technologies Rossignol sont réunies pour optimiser le serrage, une excellent maintien, et un grand confort, sans oublier le couvre-lacet. Semelle Norme 75."

Marque : Rossignol
Modèle : BCX12
Référence : RI2WA91
Tailles disponibles : 36,37,38,39,40,41,42,43,44,45,46,47,48
Poids : 2240 g
Talon : External 3D plastic reinforcement bi-injection
Partie supérieure : 3D Injection + Soft Touch protection
Partie inférieure : PVC
Couvre-lacets : Cordura
Garniture : Polyester Thermo Adjustable Fit THINSULATE®
Système de fermeture : Double micrometric system / Gaiter
Sistème de laçage : Speed Lace Lock
Semelle :BC 75

Elle est belle ! Je ne savais pas que rossignol faisait du ski de randonnée nordique :-) C'est nouveau ? :-D
En tout cas, ce qui est sûr c'est qu'elle est belle sur le site internet, dommage que personne puisse l'utiliser en France… Rossignol c'est quand tu veux que tu te mets à vendre du ski de randonnée nordique en France !!

Elle est effectivement dans la même gamme que les Crispi Svartisen, les BCX8 de Ficher ou les Alpina BC575.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Tests cerf-volant et pulka hiver 2012 au Canada

<center><iframe frameborder="0" width="480" height="270" src="http://www.dailymotion.com/embed/video/xs73q6"></iframe><br /></i></center>

Je vous invite à visiter le site de l'auteur, passionné d'aventure et conférencier professionnel. Le blog d'Olivier Soudieux.

Pour information, j'ai découvert cette vidéo ce jour et par la même occasion son site et son blog.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
C'est vrai ça, en utilisant la fonction recherche (présente sur tout le site et sur le forum), je viens de tomber sur le fil de discussion concernant la question des duvets 4 saisons et sur ton intervention sur le Top MF Explorer. Quand on cherche, on trouves, c'est ça Marcus ? :-)

Bon ceci étant, ça ne répond pas à la question du Defence 4… que je connais (sans jamais l'avoir utilisé)… par contre le Defence 6 oui ! Mais l'idée de mtriclin est à étudier comme l'usage d'un sursac avec un sac de couchage en duvet… ou alors un sac de couchage en duvet doté d'une membrane imperméable.
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Merci mtriclin pour l'info.
Concernant le SRN, il y a plusieurs itinéraires ? à la journée et/ou en raid ? Est-ce une courte description où cela peut être une référence lorsqu'on souhaite préparer une randonnée nordique au Québec depuis la France ?
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Une idée d'itinéraire à Ski de Randonnée Nordique dans le Massif Central. Proposée par Rodge
Je l'intègre dans le forum, car nous ne pouvons pas la publier dans la rubrique Itinéraires dans le Massif Central par manque d'informations : dénivelé, temps itinéraire, source cartographique…

<center>—-</center>

Départ de la Station de Prat de bouc (Albepierre ),prendre la direction sud ouest vers le sommet du Puy de la Jambe 1418 m ,se diriger vers les burons de la mouche, contourner le Puy de la belle-viste 1543 m, passer à coté du buron de la saure (nord),longer le Puy Gerbel 1640 m par la droite, le Puy de Granval 1648 m et retour au Col de Prat de Bouc .

Avec une vue sur le Massif du Cantal, les monts de Margeride ….
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Une idée d'itinéraire à Ski de Randonnée Nordique au Québec (Canada) dans le massif du Charlevoix. Proposée par Canardo
Je l'intègre dans le forum, car nous ne pouvons pas la publier dans la rubrique Topos SRN au Canada par manque d'informations : desciption de l'itinéraire, source cartographique…

<center>—-</center>


Conditions et équipement :
De par la nature du terrain (chemin étroit et parfois pentu), il est préférable de disposer d’une neige encore fraîche et abondante. En effet, une surface dure et tapée entraînera une meilleure glisse sur le plat et des ascensions plus faciles mais les descentes en deviendront presque dangereuses et les peaux de phoques seront nécessaires tout le long de la randonnée.
En revanche, si un épais manteau neigeux recouvre la totalité du sentier, la progression sera quasi impossible… en tous cas, sur une telle distance.
Les meilleures conditions sont donc quelques jours après une tempête, lorsque le sentier vient d’être ouvert par les raquettes. La neige fraîche permet de descendre en toutes sécurité dans la profonde alors qu’en montée et sur le plat, la progression s’effectue sur une fine couche damée.
Attention cependant aux températures suivant la tempête, il ne faudrait pas que la neige nouvellement tombée se transforme puis regèle à nouveau. Skier sur un sentier croûté est très désagréable.

Dans tous les cas, les peaux sont vivement conseillées. Elle permettent une ascension sans difficulté là ou le sentier ne permet pas d’écarter les skis. Dans les descentes très raides, elles ralentissent un minimum le skieur – lui permettant ainsi de négocier ses virages plus facilement là ou encore le sentier ne permet aucun écart de conduite !

Le type de skis reste un critère subjectif puisque chacun a ses préférences en la matière. Cependant, un ski large (55 mm au plus étroit à 80 mm et plus sur les spatules) reste une bonne base de départ. Attention toutes fois à ne pas opter pour un ski trop lourd (au delà de 1,5 Kg par ski) et surtout trop long. Contrairement au ski de fond ou la longueur est gage de vitesse, le ski hors piste recherche la maniabilité. Un ou deux pouces de moins que la taille du skieur (sans toutes fois jamais dépasser 1,80m) me paraît un bon compromis.
En matière d’accroche, là encore chacun ses goûts mais à moins que vous ne soyez expert(e) en cires, mieux vaut opter pour les systèmes à écailles.
De plus je n’ai encore jamais vu mettre des peaux sur un ski tout beurré !

La formule à la journée
Selon moi, le secteur le plus intéressant est sans aucun doute celui du cap à l’Abattis. Pour ses nombreux points de vue, son relief varié et son choix de pistes (faciles à difficile), il est la destination idéale pour une sortie à la journée. Les skieurs les plus aguerris pourront réaliser une boucle reliant le refuge à Ligori au refuge du cap à l’Abattis.

2 jours (1 nuit)
Sur deux jours, il est possible de réaliser une traversée entre le secteur du Massif (point d’Accueil pour ski de fond) et celui de Sainte-Tite-des-Caps. Le sens de la traversée ne faisant aucun doute : le plateau du Massif de la petite rivière Saint François se situant autour de 700 m d’altitude pour seulement 350 m au refuge du Lac Sainte Tite… donc sauf si vous préférez la montée à la descente, il n’y a pas à hésiter.
Ceux et celles qui opteront pour cette formule pourront soit passer la nuit au refuge de l’Anse-aux-Vaches soit bivouaquer (pour les amateurs de camping hivernal) aux alentours du même refuge.
Voici les coordonnées GPS d’un spot pas pire, une trentaine de minutes après le refuge. L’endroit présente l’intérêt de surplomber légèrement la trail et d’offrir une belle descente pour le lendemain matin !
Une fois arrivé au village de Ste-Tite, il est possible pour une personne de faire du pouce pour rejoindre le stationnement du massif alors que le reste de la gang peut attendre au chaud. Sinon on laissera une auto au village.

3 jours (2 nuits)
Sur trois jours il est possible de réaliser la traversée complète Le Massif – Beaupré. A ce moment là, les refuges de l’Anse-aux-Vaches et de la Faille sont tout à fait indiqués. Attention cependant, la montée entre la Faille et la cime du Cap Tourmente est raide et mal entretenue. En fait, le chemin est quasiment in-skiable sur une cinquantaine de mètres car des rochers escarpés obligent à déchausser les skis… mais le jeu en vaut la chandelle. En effet, les derniers points de vue et la longue descente en pente douce sur les berges du fleuve St Laurent concluront cette traversée en beauté. De là, soit on rejoint le stationnement du parc (ou on y aura laissé une seconde auto), soit on rejoint Beaupré et la route 138 pour y faire du pouce.

Profil et difficultés
Dans le sens normal (Le Massif – Ste Tite), les deux ascensions les plus raides se trouvent avant le refuge du Cap Gribane et surtout après le refuge de la Faille.
Une courte descente un peu trop raide pour être skiée se trouve entre le Cap du Salut et l’Anse-aux-Vaches (corde) et la cime du Cap Tourmente comporte quelques passages escarpés… mis à part ça, c’est tout à fait skiable dans de bonnes conditions.

Un point d’eau (indiqué par un panneau) se trouve cinq minutes après avoir quitté le refuge du Cap du Salut.
Coordonnées GPS : N47° 13’ 47.9’’ ; W70° 39’ 00.5’’

Horaires indicatifs (attention, ceux-ci sont basés sur ma propre expérience, à vous de bâtir la votre) :
· Accueil secteur du Massif – Vieil abri : 30 min
· Vieil abri – Refuge du Cap à l’Abattis : 30 min
· Début du sentier (jonction sentier No5 et sentier des caps) – Refuge du Cap du Salut : 1H30 à 1H45
· Refuge du Cap du Salut – Refuge de l’Anse aux Vaches : 2H45
· Refuge de l’Anse aux Vaches – Refuge du Cap Gribane : 3H15
· Refuge du Cap Gribane – Jonction du refuge du lac Ste Tite (par le sentier du Cap Rouge) : 2H15 (30 min de sentier du Cap Rouge)
· Jonction du refuge du lac Ste Tite – Refuge de la Faille : 30 min
· Refuge de la Faille – Cime du Cap Tourmente : 1H45
· Cime du Cap Tourmente – Cap Tourmente : 30 min

Disponible en téléchargement sur SeniorCanardo
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans
Une idée d'itinéraire à Ski de Randonnée Nordique en Savoie dans le Beaufortain. Proposée par MichelB
Je l'intègre dans le forum, car nous ne pouvons pas la publier dans la rubrique Itinéraires-Topos SRN par manque d'informations : desciption de l'itinéraire, source cartographique…

<center>—-</center>

Une randonnée en boucle de 6 jours depuis Naves (La Léchère) entre Maurienne et Tarentaise, du ski de rando nordique avec le Mont Blanc en point de mire ! Idéal entre janvier et mars avec un peu de dénivélée, l’étape 2 un peu longue mais parfait à ski de rando nordique.

Jour 1 : Refuge de Lucien Delapierre à Naves à Arêches
Distance : environ 28 km
Dénivelée + : 1200 m
Dénivelée - : 1400 m
Itinéraire : Les Grands Darbeleys, Crête de la Grande Mais, Plan Bérard, La Grande Maison, Col de la Louze, Lac de St Guérin

Jour 2 : Arêches à Méraillet ou (selon l'ouverture du gite du Méraillet) au refuge du Plan de la Lai
Distance : environ 40 km
Dénivelée + : 1500 à 1700 m
Dénivelée - : 800 m
Itinéraire : Lac de St Guérin, Col du Couvercle, Le Plan, arrivée : Col de Méraillet ou refuge du Plan de la Lai

Jour 3 : Gite de Méraillet ou refuge du Plan de la Lai au refuge de la Balme
Distance : environ 15 à 20 km
Dénivelée + : 800 à 1000 m
Dénivelée - : 600 m
Itinéraire : Cormet de Roselend (attention risque d'avalanches depuis le Roc du Biolley), col du Grand Fond

Jour 4 : Refuge de la Balme à Granier
Distance : environ 17 km
Dénivelée + : 400 m
Dénivelée - : 1300 m
Itinéraire : Col du Mont Rosset, Pont des Lanches

Jour 5 : de Granier au Gite du Pradier (Hautecour)
Distance : environ 22 km
Dénivelée + : 1000 m
Dénivelée - : 1000 m
Itinéraire : Plan Villard, La Combe, Lac de l'Arcachat, Le Plan

Jour 6 : du Gite du Pradier (Hautecour) à Naves
Distance : environ 15 km
Dénivelée + : 300 m
Dénivelée - : 250 m
Itinéraire : Col du Pradier, Vorchere du Bas, La Croix du Sauget
Praticien du Ski Sauvage.
Modifié il y a 7 ans